Tag Archives: stérilisation

Pourquoi faire stériliser mon chat?

6 Fév

La stérilisation du chat ou de la chatte consiste en une intervention chirurgicale destinée à l’empécher de se reproduire.

 

– La stérilisation du mâle (ou castration) se réalise par ablation des testicules. C’est une opération peu invasive, externe, réalisée sous anesthésie générale. La convalescence dure généralement 1 jour tout au plus

– La stérilisation de la femelle (ovariectomie ou ovariohystérectomie) consiste en l’ablation des ovaires (avec ou sans abaltion de l’utérus) sous anesthésie générale. L’intervention est un peu plus invasive que chez le mâle dans la mesure où c’est une opération intra-abdominale. La convalescence est donc un peu plus longue (1 à 2 jours pour une ovariectomie; 3 à 4 jours pour une ovariohystérectomie)

Ceci dit, en règle générale, le lendemain de la stérilisation, mâles et femelles se portent à merveille et rentrent à la maison le soir même de l’intervention!

Ce billet ne concerne bien évidemment pas les animaux destinés à la reproduction … merci de bien vouloir le noter! ;-)

Je vous dirai tout d’abord que la vieille croyance qui dit que « faire-au-moins-avoir-une-portée-à-sa-chatte-est-mieux-pour-elle » est totalement fausse!! Si vous ne voulez pas de chatons, mieux vaut, pour la santé de votre chatte, qu’elle soit stérilisée. Vous allez comprendre pourquoi…

Beaucoup de propriétaires, par anthropomorphisme (c’est à dire qu’ils se mettent à la place de leur animal), hésitent à faire stériliser leur chat : ils n’en voient pas l’intérêt ou considèrent cette opération comme une mutilation…

Pourquoi donc votre vétérinaire vous conseille la stérilisation?

Tout simplement parce que faire stériliser son animal présente de nombreux intérêts : pour nous, mais surtout pour eux!

Ethiquement parlant, d’abord! La stérilisation limite la surpopulation féline et les portées indésirables. Faire faire des chatons à son chat est une chose … caser les 5, 6, 7, 8 (?) chatons qui en résulteront en est une autre! Il n’est pas chose aisée de placer ces petites boules de poils chez des personnes de confiance, et vivre avec 8 chats dans un 60m2 parisien n’est pas vraiment raisonnable!

Chez les mâles, la stérilisation avant la puberté (entre 6 et 8 mois d’âge) permet d’éviter certains comportement gênants : griffades, marquages urinaires, urines odorantes des mâles non castrés… Un chat castré est également un chat plus calme et plus affectueux.

Chez les femelles, la stérilisation évite les chaleurs. La chatte stérilisée n’aura donc plus de comportement de miaulements intempestifs, fugues, marquages urinaires, frottements, …

Stériliser votre chat accroit également statistiquement son espérance de vie. Effectivement, les animaux stérilisés n’éprouvent plus le besoin de chercher de partenaires, ce qui réduit considérablement leur périmètre d’action. On observe ainsi une forte diminution des risques de bagarres (morsures et griffures entre animaux qui évoluent souvent en abcès), d’accidents routiers, de parasitage (puces, tiques, aoûtats) et de contamination par des virus mortels (PIF, FIV, leucose, typhus etc.). De plus, les femelles ne subissent plus les variations hormonales incessantes dues à leurs périodes de chaleurs. Une chatte stérilisée avant ses premières chaleurs (vers 6-8 mois) présente un risque quasi nul de développement de tumeurs mammaires. La stérilisation rend quasi nulle également le risque d’infection utérine (métrite).

Le seul point « négatif » de la stérilisation réside dans le fait qu’un chat stérilisé est prédisposé à la prise de poids et à la formation de cristaux urinaires. Ce point peut entièrement être rayé en nourrissant votre chat après la stérilisation avec une alimentation adaptée pour chat stérilisé, en vente chez votre vétérinaire ou en animalerie spécialisée. En plus d’être une alimentation allégée prévenant la prise pondérale, elle est sélectionnée pour minimiser le risque de formation de cristaux urinaires. Votre vétérinaire vous conseillera volontiers l’aliment le plus adapté à votre chat (croquettes, barquettes et/ou sachets fraicheurs).

 

Voilà! Qui doute encore?

Un implant pour stériliser mon furet / ma furette?

30 Oct

Je vous avais déjà parlé des effets néfastes du fait de garder une furette ou un furet non stérilisé ici.

Chez le furet et la furette, la puberté est atteinte vers l’âge de 6 mois. Elle s’accompagne du développement des glandes sébacées qui sont en fait des glandes lubrifiant les poils. Ce sont ces glandes (et non pas les glandes anales comme on peut souvent le croire) qui sont responsables de l’odeur forte du furet.

Si vous désirez éviter cette odeur, il est donc fortement conseillé de faire stériliser votre furet (mâle ou femelle) dès l’âge de la puberté.

Chez les femelles, les chaleurs induisent une forte augmentation d’oestrogènes (hormones sexuelles) dans le sang. Lors des chaleurs, la femelle sent plus fort, elle est agitée, voire agressive, et sa vulve est très tuméfiée. Si la femelle n’est pas fécondée, elle reste en chaleurs et ces fameux oestrogènes sont sécrétés en permanence. Ces hormones vont à la longue induire de manière quasi systématique ce que l’on appelle une aplasie médullaire, c’est à dire, une diminution de production par la moelle osseuse des différentes cellules sanguines. Cela induit donc des anémies sévères (diminution de la quantité de globules rouges), une production limitée de plaquettes et de globules blancs. La furette devient donc extrêmement faible et sensible aux infections bactériennes. L’aplasie médullaire est mortelle. Il faut donc absolument faire stériliser une femelle que vous ne présentez pas au mâle à chaque cycle de chaleurs!

Voici Sissi! (à dire 10x très vite en gobant 4 biscuits Petit Beurre)

 

Jusqu’il y a peu, la stérilisation chirurgicale était la seule possibilité de stérilisation des furets mâles et femelles.

Or, plus ou moins récemment, est apparu sur le marché des médicaments vétérinaires un implant sous cutané, qui peut constituer une alternative efficace à la chirurgie.

Explications…

L’implant de Suprelorin® (c’est son petit nom) est à la base un implant pour chien. On l’utilise en France hors AMM (autorisation de mise sur le marché) mais il est enregistré aux USA avec une AMM furet.

On implante donc le Suprelorin® 4,7mg, c’est à dire contenant 4,7mg de principe actif, à savoir l’acétate de desloréline, un analogue de synthèse de la GnRH.

Cette GnRH va généralement dans un premier temps et de manière transitoire augmenter la libération des hormones sexuels, pour ensuite éteindre cette sécrétion, ce qui induira une inhibition de la fonction reproductrice. Aussi bien chez le mâle que la femelle.

Le fait que les hormones sexuelles augmentent de manière transitoire jute après avoir placé l’implant explique que, dans les 15 jours après l’avoir posé, le mâle ou la femelle peut présenter une odeur corporelle plus importante, et la femelle peut présenter un oedème transitoire de la vulve, voire quelques écoulements. Le tout est de savoir que c’est normal. Votre vétérinaire vous en aura certainement informé. Cela dure en moyenne 15 jours pour s’arrêter complètement au bout de 3 semaines.

Les points importants à souligner sont que :

– cette inhibition de la reproduction par l’implant est réversible

– les études réalisées ne montrent que très peu d’effets secondaires

– l’implant peut être posé chez les mâles et les femelles, à n’importe quel stade du cycle sexuel, et ce, dès l’âge de 4-5 mois

En quoi consiste cet implant?

Il s’agit en fait d’une grosse injection sous cutanée avec une aiguille comparable à celle pour l’implantation de la puce électronique. Alors que la microchip sera, elle, placée de manière conventionnelle dans le cou, à gauche, l’implant sera en général placé au dessus du cou (entre les épaules), ou dans le cou à droite.

L’implant se place en simple consultation, sur un furet vigile, si il est calme et docile. On pourra éventuellement l’implanter sous tranquilisation flash gazeuse au masque chez un individu moins coopératif.

Quelle est la durée d’action de l’implant?

Les études ont montré que l’implant de Suprelorin® était efficace entre un et deux ans. En pratique, on réimplantera le mâle ou la femelle dès que l’odeur corporelle commence à se ressentir, que la vulve s’oedématie chez la femelle ou que les testicules réapparaissent dans le scrotum chez le mâle.

Aux USA, l’AMM indique que l’implant doit être réimplanté au bout d’un an.

Voilà, vous savez désormais plus ou moins tout sur cet implant. Je souligne une fois de plus que son utilisation se fait en France hors AMM chez le furet, et donc sous la responsabilité de votre vétérinaire.

Mais vous comprenez que l’implant est une alternative intéressante à la stérilisation chirurgicale définitive de votre animal, sachant que les furettes ne peuvent absolument pas être maintenue non stérilisées, sans être présentées au mâle à chaque période de chaleurs. Une saillie reste donc ultérieurement possible avec un implant, au bout de un à deux ans.

—-

Note post scriptum :

Une consoeur m’a fait remarquer que le Suprelorin avait obtenu une extension d’AMM pour sa forme dosée à 9,4mg pour le furet. C’est vrai! L’AMM concerne néanmoins les sujets mâles, dans le cadre d’une castration chimique réversible. L’utilisation de la forme dosée à 4,7mg et l’utilisation chez la furette reste donc une utilisation hors AMM…

La pilule contraceptive pour chatte, c’est le MAL!

22 Août

Voilà. Le titre se suffit à lui même, non?

Bon, ok, je vais développer…

 

La pilule pour chatte est une méthode de contraception qui a été (trop) longtemps utilisée dans les ères lointaines et sombres de la médecine vétérinaire ancestrale… C’est encore bien trop souvent utilisé à l’heure actuelle et c’est désolant car les effets secondaires néfastes sont fréquents voire quasi systématiques.

La pilule pour chatte est donc un tout petit comprimé de progestagènes, qu’il faut donner (selon les indications de la firme pharmaceutiques) tous les 15 jours ou tous les 7 jours, en respectant méticuleusement ce délai, et aussi longtemps que l’on désire prévenir les chaleurs.

 

 

Les raisons qui poussent les gens à faire prendre la pilule à leur chatte sont que, de un, il s’agit d’une stérilisation temporaire (donc si un jour ils ont envie de se retrouver à la tête d’une famille nombreuse de chatons et de galérer pour les placer, théoriquement, voui voui, c’est possible), et deuxièmement c’est parce que cette pilule prévient voire même stoppe les chaleurs débutante d’une chatte.

Houlalaaa, grave erreur, mes amis!

Où est le problème?

Le problème c’est qu’une chatte n’est pas comme une femme, que son cycle hormonal n’est pas du tout le même. Dans sa fréquence, son mode de régulation, …

Bref, une femme qui prend la pilule, ok (quoique même chez nous, c’est controversé), une chatte : NAN! Personellement, j’avais déjà du mal à me rappeler de prendre ma pilule tous les matins, alors je me vois mal penser à filer sa pilule à mon chat tous les 7 ou tous les 15 jours. Parce que si vous zappez un jour, paf! ça ne loupe pas chez la chatte : retour des chaleurs en fanfare! En plus, c’est moyennement efficace. Combien de cas ais je entendu de chattes qui ont toujours leurs chaleurs et qui du coup se retrouvaient gestantes sous pilule alors que les gens respectaient scrupuleusement les fréquences d’administration?

 

 

En plus de ce « petit » détail, qui peut sembler un banal manque d’organisation flagrant chez votre véto blogueuse préférée, les progestagènes contenus dans la pilule induisent des hyperplasies glandulo kystiques de l’utérus avec gros, gros, GROS risque de développer une métrite (= pyomètre = présence de pus dans l’utérus). De plus, les chattes sous progestagènes oraux développent également des hyperplasies des glandes mammaires, et sont donc sujettes aux tumeurs mammaires.

La pilule contraceptive prédispose également au diabète et bousille généralement totalement le cycle reproducteur des chattes, ce qui risque fort bien de les rendre totalement infertiles ultérieurement.

 

« Comment fait on alors? », me direz vous. Mais je vais vous répondre!

Pour une chatte de repro : on la garde entière, on ne la stérilise pas et on subit en gardant son calme ses sauts d’humeurs et ses miaulements intempestifs lors de ses chaleurs (voire éventuellement on lui fait mettre un implant mais je l’écris en tout petit pour ne pas trop attirer l’attention dessus et j’en parlerai utlérieurement).

Et pour les autres, TOUTES les autres, on prend rendez vous chez son vétérinaire chéri, et on les fait stériliser dès l’âge de 6 mois! On dépose sa chatte un matin, on la récupère le soir, on retire les fils 10 jours plus tard et fini! a plus de problème! risque de tumeurs mammaires et d’infection utérine réduit à néant! Elle est pas belle, la vie?

 

Et sinon, oui, j’entends les petits perturbateurs, là, dans le fond : « et les injections contraceptives??? ».

Effectivement, il existe des injections, à réaliser tous les 4 à 6 mois chez son vétérinaire, qui arrêtent les chaleurs. Eh bien pour moi, c’est non. J’ai des confrères/consoeurs qui le font quand même et qui font signer aux propriétaires de la chatte un document d’avis éclairé comme quoi ils les ont mis en garde sur les effets secondaires et ça calme assez rapidement. Je pourrais peut être un jour en faire de même, mais je pense que je ne dois pas avoir eu une seule demande d’injection de la sorte depuis plusieurs années (mes clients sont formidables!).

 

Voilà, alors, qui utilise la pilule contraceptive pour sa chatte? Levez le doigt n’ayez pas honte, je suis certaine que c’est uniquement par manque d’information. Mais maintenant que vous savez, vous arrêtez cette saloperie illico, d’accord?

Merci pour Minette!

 

 

Pétition contre le « plan chat » de la ministre belge Laurette Onkelinx

20 Août

Bon, ok, Vet and the City est, à la base, un blog parisien écrit par une véto belge (HAAAAANNN! Noooooonnn!! Vous êtes grave déçus hein!) ;-)

Mais je sais que ce blog est suivi (merci les stats wordpress!) en Belgique, au Canada, en Tunisie, bref, dans beaucoup d’autres pays francophones! (d’ailleurs : « salut mes compatriotes! salut les québécois! salut les tunisiens! »).

Et puis, la Belgique, c’est l’Europe, donc on se mobilise TOUS contre les conneries des dirigents étrangers!

Oui, ok, bon, je l’avoue, déjà, Laurette Onkelinx, elle a toujours été dans mon collimateur, je n’ai jamais pu la blairer. « Délit de sale gueule », certainement, ou de vilaine coupe de cheveux? Ou alors ça a rapport avec ce prénom improbable? Ou ce K et ce X dans le même nom de famille qui m’ont toujours cassé les pieds? Ou sa manière de crocheter les doigts quand elle s’exprime en secouant la tête? Ou peut être que que je l’ai toujours considéré comme un problème politique belge à elle toute seule? Ou tout cela à la fois? Allez savoir!

Bref, ladies and gentlemen, amis français, Dame Laurette, la voici, la voilà, sous vos applaudissements, merci pour elle! En Belgique, elle ne reçoit que des jets de moules avariées et de frites pourries (du moins je l’espère) :

 

 

Et qu’est ce qu’elle a ENCORE fait, la Laurette, pour me faire dresser le poil?

Hé bien Madame la Ministre Laurette Onkelinx, parce que elle est Ministre, la dame, quand même, a annoncé en juin dans la presse un « plan pluriannuel de stérilisation de tous les chats ». Oui, elle veut imposer la stérilisation obligatoire et systématique de tous les chats! Rien que ça! Elle compte donc enrayer de cette sorte la surpopulation belge de chats. Après discussion avec les associations de protection animale, la solution (moins radicale) qui a été retenue par notre Laurette, serait de faire stériliser tous les chats sauf ceux des éleveurs destinés à la reproduction.

Alors, oui, il faut pousser les gens à faire stériliser leur chat (quand il n’est pas destiné à la repro) afin de limiter les naissances et permettre de gérer la croissance exponentielle de la population féline, je l’ai toujours dit.

Mais ce n’est pas de cette manière que le problème sera enrayé.

 

Selon moi (comme selon la SAVAB, Small Animal Veterinary Association Belgium), il faut un peu se calmer et prendre le problème dans le bon sens.

 

Il faudrait rendre obligatoire :

l’identification de tous les chats (comme c’est déjà le cas en France) afin de limiter les abandons intempestifs

la stérilisation de tous les chats de refuge (ou adoptés dans un refuge) et de tous les chats errants

 

Mais il ne faut pas obliger les gens à stériliser tous les chats domestiques, car cela :

– n’est pas une solution en soi si l’identification n’est pas obligatoire

– éradiquerait la race européenne

– aurait un impact financier considérable

– est contraire à la liberté individuelle

 

Donc : ok pour sensibiliser à la stérilisation et punir lourdement et légalement les gens qui abandonnent leurs animaux mais cela ne sert à rien si l’identification n’est pas rendue obligatoire. Et quid de la protection raciale des chats? Et quid de la liberté individuelle des propriétaires?

 

Voilà, pour signer la pétition contre ce projet de loi 100% opportuniste (notez que les élections communales et provinciales auront lieu en octobre 2012 en Belgique, et que Dame Laurette est candidate dans une grosse commune de Bruxelles, oh benh dis donc, quel hasard!) et irréfléchie, c’est par ICI. Je compte sur vous tous et toutes pour la signer si vous partagez mon avis, même si vous ne vivez pas en Belgique. Car plus on est de fous …

 

Merci, Dame Laurette, de votre compréhension. Cordialement. Bien à vous.

Accueillir un chaton … Le début d’une belle aventure!

16 Juin

Petit article compilation de choses que j’ai déjà écrites, dédicace pour Nanette, du blog Les humeurs de Nanette, qui pépare actuellement le terrain pour commencer une belle et longue histoire avec un petit nouveau venu dans la famille…

————

Ca y’est, cela fait des mois que vous en discutez en famille et là, vous vous êtes décidé : vous allez accueillir un chaton!

Pour que tout se passe le mieux possible, rien de tel que de préparer son arrivée.

Quelques petits conseils au préalable…

Il faut d’abord savoir qu’on adopte en moyenne un chaton vers l’âge de 2-3 mois. En tous cas, pas avant l’âge de 8 semaines, car il ne serait pas sevré.

Mâle ou femelle ? Peu importe! On a tendance à dire qu’un mâle est en général plus calme qu’une femelle mais il n’y a pas de règle absolue.

Choisissez son petit nom!

Soit vous aurez un coup de cœur pour un nom, soit vous trouverez son nom dans la liste des noms commençant par la lettre de l’année, à savoir le “H” pour 2012.

;

Comment l’accueillir en douceur ?

Je vous recommande vivement de brancher, une semaine avant l’arrivée du chaton dans son nouveau « home sweet home », un diffuseur de phéromones apaisantes. Il s’agit de substances totalement inodores pour nous mais captées par les récepteurs olfactifs du chat et qui créent un environnement rassurant et sécurisant pour lui.

S’il y a déjà d’autres animaux à la maison, ne brusquez rien et prenez le temps de faire les présentations…

Le chat étant un animal territorial, l’arrivée d’un nouvel individu peut perturber l’équilibre de votre premier chat. Alors, préparez le terrain : en plus du diffuseur de phéromones, vous pouvez également utiliser un spray de phéromones faciales. On en pulvérise dans nos mains, et on applique ensuite nos mains sur l’un des deux chats, sur les flancs et la face. Ensuite on fait de même avec l’autre chat, avant de les présenter l’un à l’autre. Demandez pour se faire conseil à votre vétérinaire!

Si vous possédez un chien, vous pouvez de manière identique appliquer des phéromones faciales sur les flancs du chien, la face et les pattes, à hauteur du chaton.

Quel « matériel » faut-il prévoir ?

Prévoyez, bien sûr, un bac à litière, que vous placerez dans un endroit calme et éloigné de son lieu de couchage et de ses gamelles. Car un chat déteste manger-dormir-faire ses besoin dans un périmètre trop rapproché. Vous serez surpris de voir à quel point un chaton est rapidement propre!

Achetez lui un griffoir et un panier confortable (qui doit être placé dans un endroit fixe et au calme). Un chaton dort environ 16 heures par jour. Durant ses périodes de repos, expliquez à tout le monde à la maison (et surtout aux enfants) qu’il ne faut pas le déranger. Le reste du temps, il joue ou fera sa toilette.

Le jeu d’un chaton mime des simulations de scènes de chasse. Il est donc indispensable de lui fournir des jouets, qu’il utilisera comme “proies”.

Les chats à longs poils devront être brossés régulièrement, c’est à dire au moins une fois par jour, afin d’éviter les nœuds d’une part, et d’éviter d’autre part qu’ils n’ingèrent trop de poils.

Demandez à votre vétérinaire lors de votre première visite de vous conseiller un nettoyant pour les oreilles et pour les yeux de votre nouveau compagnon, afin de les maintenir propres.

Comment « l’éduquer » ?

Dès le départ, fixez les limites : ne laissez pas un chaton vous mordiller ou faire mine de vous attaquer. Ce qui peut paraître très mignon lorsqu’il est chaton peut s’avérer bien plus gênant lorsqu’il aura atteint l’âge adulte. Pour ce faire, verbalisez un “NON” bien senti, cessez immédiatement le jeu et si il ne se calme pas, isolez le momentanément dans une autre pièce. La meilleure façon de lui apprendre les règles reste la récompense : une croquette ou une caresse lorsqu’il a un bon comportement. Et ne le réprimandez que si vous le prenez sur le fait. Plus tard … c’est trop tard!

Comment le nourrir ?

Nourrissez votre chaton à volonté avec des croquettes spéciales croissance. Vous pouvez également agrémenter son alimentation de boites ou de sachets fraicheurs toujours adaptés aux chats en croissance. Soyez conscients qu’une bonne alimentation est primordiale dès le plus jeune âge. Votre vétérinaire vous conseillera volontiers l’alimentation qu’il estime la plus adaptée aux besoins de votre chaton en fonction de votre et de son rythme de vie… Et halte aux idées reçues : cela ne coute pas plus cher de nourrir son chat avec des aliments de qualité, complets et équilibrés!

Le chat n’est pas un grand buveur, surtout si on le nourrit avec une alimentation humide. Proposez lui cependant de l’eau à volonté dans un bol et ne vous étonnez pas qu’il demande à boire au robinet du lavabo. C’est nettement plus amusant! Evitez par contre de lui donner du lait de vache, qui provoque souvent des diarrhées.

Quels soins doit-on lui prodiguer ?

L’identification.

Un chat, même un chat qui ne sort jamais doit être identifié (puce électronique de préférence, ou tatouage).

Pourquoi? Tout simplement parce que c’est obligatoire. De plus, identifier votre animal, c’est le protéger. Car si votre chat échappait par malheur à votre attention, se faufilait en dehors de votre appartement, et qu’il était ramassé par la fourrière, il pourrait être considéré comme un chat errant et être euthanasié.

Suite à l’identification de votre animal, votre vétérinaire vous remettra un passeport européen, qui est, en quelque sorte, le document officiel de votre chat et son carnet de santé.

Les vaccins et les tests sanguins.

Je conseille systématiquement de faire tester les chatons pour le FIV et FeLV (deux virus immunosuppresseurs). Pour ce faire, le vétérinaire réalise une prise de sang et fera un test directement à la clinique ou via un laboratoire extérieur.

Il faut ensuite faire vacciner votre chat (dès l’âge de 2 mois et à tout âge pour un chat adulte). Le chat d’intérieur doit être vacciné contre le typhus et le coryza (combiné ou non à la chlamydiose), même s’il ne sort jamais et ne rencontre jamais d’autres chats! En effet, ces virus sont transportés par voie aérogène, ou via vous, vos mains, vos chaussures, … sans contact direct avec un autre chat.

Je conseille également de faire vacciner le chat contre la rage, même s’il ne sort jamais. C’est un principe de précaution pour le protéger.

Le vaccin contre la leucose (si le chat ne sort pas et n’est jamais en contact avec d’autres chats) peut être mis de côté. Par contre si le chat sort, ce vaccin devient indispensable !

Les vermifuges.

Il faut ensuite vermifuger votre chat régulièrement, même s’il ne sort jamais.

Un chaton doit être vermifugé tous les
mois jusqu’à l’âge de 6 mois. Et ensuite au minimum deux fois par an. Si le chat sort ou est en contact avec de jeunes enfants, on le vermifugera au minimum 4 fois par an.

Les antiparasitaires.

Traitez systématiquement votre chaton tout au long de sa vie contre les puces, même s’il ne sort jamais.

La stérilisation.

Un chat neuilléen, si vous ne le destinez pas à la reproduction, doit être stérilisé.

Les femelles non stérilisées ont très souvent un comportement de miaulements, de roulades, de marquage urinaire, de tentatives de fugues durant leurs périodes de chaleurs … peu compatibles avec la vie en appartement. Alors qu’une femelle stérilisée aura un tempérament plus calme et sans “sauts d’humeur”, beaucoup plus appréciable.

Avoir un chat mâle non castré en appartement est, selon moi, assez inenvisageable. Le mâle non castré développe une odeur corporelle et urinaire assez désagréable et prenante, ainsi qu’un comportement de griffades, de marquage urinaire intempestif, … ! Alors qu’un chat castré sera plus calme, plus affectueux, et surtout, n’urinera pas partout dans votre intérieur.

La visite annuelle chez le vétérinaire

Le chat d’intérieur nécessite au moins une visite annuelle chez son vétérinaire, ne fut ce que pour ses rappels de vaccins annuels. Ce sera l’occasion pour votre vétérinaire de vous conseiller individuellement des soins complémentaires à lui apporter : détartrage (en cas de présence de tartre associée ou non à de la gingivite), bilan sanguin (en cas de suspicion d’une maladie ou de routine chez le chat senior), analyses d’urine, …

Bon, benh, vous savez ce qu’il vous reste à faire (c’est juste là, en dessous) …

Voilà, vous savez tout! (ou presque!)

Je vous souhaite beaucoup de bonheur avec votre nouveau compagnon et une belle et longue vie ensemble !

Le chat parisien, un chat d’intérieur : quels soins doit-on lui prodiguer?

8 Mar

« Mon chat ne sort jamais, Docteur, donc, non, je ne le fais pas vacciner car ça ne sert à rien » … « et je ne le vermifuge jamais, non plus » … « mais non, vu qu’il ne sort pas, il ne risque rien« , …

C’est de plus en plus rare mais j’entends encore ce type de discours.

Sous prétexte que le chat parisien, chat 100% d’appartement (mi-tête de lit, mi-canapé) ne sorte pas, on s’imagine parfois qu’il ne nécessite aucun soin de santé.

C’est faux!

Enfin, ce serait vrai pour un chat vivant sous cloche, mais là nous parlons d’un chat, qui ne sort pas, certes, qui n’est pas en contact direct avec d’autres animaux, re-certes, mais vous, vous sortez et vous rentrez chez vous, vous ouvrez vos fenêtres, parfois (enfin j’espère)…

Bref, votre chat peut quand même être en danger.

 

Quels soins doit-on prodiguer à un chat d’appartement, qui ne sort jamais de chez lui? Voilà la qestion à laquelle je vais tenter de répondre dans cet article.

L’IDENTIFICATION

Alors, tout d’abord, un chat, même un chat qui ne sort jamais doit être identifié (puce électronique de préférence, ou tatouage).

Pourquoi? Hé bien tout simplement parce que c’est obligatoire. Et qu’en suite : identifier votre animal, c’est le protéger. Car si votre chat échappait par malheur à votre attention, se faufilait en dehors de votre appartement, et qu’il était ramassé par la fourrière, il pourrait être considéré comme un chat errant et être euthanasié.

Suite à l’identification de votre animal, votre vétérinaire vous remettra un passeport européen, qui est, en quelque sorte, le document officiel de votre chat.

LES VACCINS ET TESTS SANGUINS

Je conseille généralement à mes clients de faire tester leur chat FIV et FeLV. Pour se faire, le vétérinaire réalise une prise de sang et fera (en règle générale) un test directement à la clinique ou via un laboratoire extérieur.

Il faut ensuite faire vacciner votre chat (dès l’âge de 2 mois et à tout âge pour un chat adulte). Le chat d’intérieur doit être vacciné contre le typhus et le coryza, même s’il ne sort jamais! Et même s’il ne rencontre jamais d’autres chats! En effet, ces virus sont transportés par voie aérogène, ou via vous, vos mains, vos chaussures, … sans contact direct avec un autre chat.

Je conseille également à mes clients de faire vacciner leur chat contre la rage, même s’il ne sort jamais.

Pourquoi? Alors là je vous renvoie à cet article que j’ai écrit précédemment et qui vous convaincra, je l’espère.

Le vaccin contre la leucose, si le chat ne sort pas et n’est jamais en contact avec d’autres chats peut clairement être mis de côté.

LES VERMIFUGES

Il faut ensuite vermifuger votre chat régulièrement, même s’il ne sort jamais.

Un chaton doit être vermifugé tous les mois jusqu’à l’âge de 6 mois. Et ensuite au minimum deux fois par an. Si le chat est en contact avec de jeunes enfants, on vermifugera le chat au minimum 4 fois par an.

LA STERILISATION

Un chat parisien, si vous ne le destinez pas à la reproduction, doit être stérilisé.

Les femelles non stérilisées ont très souvent un comportement de miaulements, de roulades, de marquage urinaire, de tentatives de fugues durant leurs périodes de chaleurs … peu compatible avec la vie en appartement. Alors qu’une femelle stérilisée aura un tempérament plus calme et sans « sauts d’humeur », beaucoup plus appréciable.

Avoir un chat mâle non castré en appartement est, selon moi, assez inenvisageable. Le mâle non castré développe une odeur corporelle et urinaire assez désagréable et prenante, ainsi qu’un comportement de griffades, de marquage urinaire intempestif, … peu agréable. Alors qu’un chat castré sera plus calme, plus affectueux, et surtout, n’urinera pas partout dans votre intérieur.

L’ALIMENTATION – LA GESTION DU SURPOIDS

Un chat d’intérieur est prédisposé à l’obésité de part sa sédentarité et un manque fréquent d’exercice. Le chat de ville mange plus que ses besoins journaliers car il peut parfois s’ennuyer.

Si votre chat a tendance à être « rondouillard », il existe chez votre véto, des aliments spécialement conçus pour la réduction pondérale de votre chat : ces aliments sont pauvres en calories, tout en comblant ses besoins nutritionnels journaliers. Vous pouvez également augmenter son exercice progressivement en le faisant jouer. Vous pouvez par exemple utiliser un laser (une sorte de petite lampe de poche que vous pouvez vous procurer en animalerie), dont il va s’amuser à courser le faisceau lumineux sur le sol. Vous pouvez également utiliser un Pipolino, ou un Aikiou comme distributeur de croquettes.

LES SOINS DIVERS

Les chats à longs poils devront être brossés régulièrement, c’est à dire au moins une fois par jour, afin d’éviter les noeuds d’une part, et d’éviter d’autre part qu’ils n’ingèrent trop de poils.

Si le chat a tendance à vomir régulièrement des boules de poils qu’il n’arrive pas à digérer, on lui donnera des compléments alimentaires appétents sous forme de pâte orale (Catmalt®, Savorial®, …) qui favoriseront l’élimination des poils au fur et à mesure par les voies naturelles.

LA VISITE ANNUELLE CHEZ LE VETERINAIRE

Ensuite, comme on a bien appliqué tout ce que je viens de dire, et vu que le chat d’intérieur a bien mérité une visite annuelle de santé chez son vétérinaire préféré (ne fut ce que pour ses rappels de vaccins annuels), votre vétérinaire vous conseillera dans les soins supplémentaires à lui apporter : détartrage (en cas de présence de tartre associée ou non à de la gingivite), bilan sanguin (en cas de suspicion d’une maladie ou de routine chez le chat senior), analyses d’urine, …

 

Car ce n’est pas parce que un chat vit en intérieur qu’il doit être laissé pour compte!

Parce qu'il le VEAU bien!

Parce qu'il le VEAU bien!

La Stérilisation = La Solution!

1 Déc

Faites stériliser votre chat ou votre chatte si vous ne voulez pas qu’il ou elle fasse de portées!

Tout réside dans cette phrase.

Si vous ne destinez pas votre chat ou votre chatte à la reproduction : le/la faire stériliser, c’est mieux pour sa santé!

Une vieille croyance dit que « faire-au-moins-avoir-une-portée-à-sa-chatte-est-mieux-pour-elle ». C’est totalement faux. Si vous ne voulez pas de chatons, mieux vaut, pour la santé de votre chatte, qu’elle soit stérilisée.

Beaucoup de propriétaires, par anthropomorphisme, hésitent à faire stériliser leur chat : ils n’en voient pas l’intérêt ou considèrent cette opération comme une mutilation…

Or, votre véto vous conseille cette opération… Pourquoi?

Tout simplement parce que faire stériliser son animal présente de nombreux intérêts : pour nous, mais surtout pour eux!

1- Ethiquement parlant, d’abord!

La stérilisation limite la surpopulation féline et les portées indésirables. Faire faire des chatons à son chat est une chose … caser les 5, 6, 7, 8 (?) chatons qui en résulteront en est une autre! Il n’est pas chose aisée de placer ces petites boules de poils chez des personnes de confiance, et vivre avec 8 chats dans un 60m2 parisien n’est pas vraiment raisonnable!

2- Chez les mâles, la stérilisation avant la puberté (entre 6 et 8 mois d’âge) permet d’éviter certains comportements gênants : griffades, marquages urinaires, urines odorantes des mâles non castrés… Un chat ou une chatte castré(e) est également un chat plus calme et plus affectueux.

3- Chez les femelles, la stérilisation avorte les chaleurs. La chatte stérilisée n’aura donc plus de comportement de miaulements intempestifs, fugues, marquages urinaires, frottements, …

4- Stériliser votre chat accroît également statistiquement son espérance de vie. Effectivement, les animaux stérilisés n’éprouvent plus le besoin de chercher de partenaires, ce qui réduit considérablement leur périmètre d’action. On observe ainsi une forte diminution des risques de bagarres (morsures et griffures entre animaux qui évoluent souvent en abcès), d’accidents routiers, de parasitage (puces, tiques, aoûtats) et de contamination par des virus mortels (PIF, FIV, leucose, typhus etc.). De plus, les femelles ne subissent plus les variations hormonales incessantes dues à leurs périodes de chaleurs. Une chatte stérilisée avant ses premières chaleurs (vers 6-8 mois) présente un risque quasi nul de développement de tumeurs mammaires. La stérilisation rend nulle également le risque d’infection utérine (métrite).

5- Le seul point « négatif » de la stérilisation réside dans le fait qu’un chat stérilisé est prédisposé à la prise de poids et à la formation de cristaux urinaires. Ce point peut entièrement être rayé en nourrissant votre chat après la stérilisation avec une alimentation adaptée pour chat stérilisé, en vente chez votre vétérinaire. En plus d’être une alimentation allégée prévenant la prise pondérale, elle est sélectionnée pour minimiser le risque de formation de cristaux urinaires. Votre vétérinaire vous conseillera volontiers l’aliment le plus adapté à votre chat (croquettes, barquettes et/ou sachets fraîcheurs).

Alors … convaincu(e)s?

Fin janvier … bientôt le retour des chaleurs de votre chatte!

22 Jan

La chatte est une espèce dite « poly-oestridienne saisonnière » , c’est à dire qu’elle présente plusieurs phases cycliques de chaleurs mais durant une certaine partie de l’année : pour la plupart dès la fin de l’hiver, au printemps, et en été.

Le comportement d’œstrus (= chaleurs) apparaît même en l’absence de mâle. Dans nos régions d’Europe du Nord, le pic d’apparition des chaleurs se situe dès début février – mars (d’où un pic de naissances de chatons vers avril – mai).

En automne et au début de l’hiver, la plupart des chattes n’extériorisent aucun signe de chaleurs.

La situation est parfois différente chez les chattes vivant en appartement, sous éclairage constant. Mais la majeure partie des chattes sont sujettes à cette « règle » cyclique.

Le mâle quant à lui a un comportement sexuel continu. Il peut s’accoupler avec une femelle en chaleurs toute l’année. Sa libido est cependant augmentée dès le début de la période de jours croissants.

C’est donc en cette période actuelle de l’année que les chattes retournent en chaleurs. Nous sommes donc au bon moment pour les faire stériliser si vous ne désirez pas de portées de chatons, ou, tout simplement, si vous voulez éviter le comportement désagréable que peut avoir une petite chatte en période de chaleurs.

La chatte en chaleurs a un comportement bien caractéristique : elle s’aplatit sur le sol, creuse les lombes, patine avec les membres postérieurs. Si on la caresse à la base de la queue cela augmente ces mouvements de patinage. La femelle émet également des vocalises, se roule sur le sol et peut présenter du marquage urinaire.

Lors des chaleurs, le plus souvent, c’est l’accouplement qui déclenche l’ovulation. En l’absence d’accouplement (et donc d’ovulation), les chaleurs vont donc se succéder à des intervalles de 2 à 3 semaines. Elles durent en moyenne 5 à 6 jours.

Cela peut donc devenir très « casse-pied » à la longue pour nous et nos chattes d’intérieur. D’autant plus que ces poussées hormonales sans saillie ne sont pas bonnes pour la santé de votre chatte.

Sachez donc qu’il est vivement conseillé de la faire stériliser le plus tôt possible dans sa vie. L’idéal étant de le faire avant ses premières chaleurs. En effet, il est désormais bien prouvé qu’une chatte n’ayant jamais été sous l’influence fluctuante des hormones sexuelles ne présentera pas de tumeurs mammaires, infections des voies génitales (métrites – pyomètres), …

Pensez donc à la faire stériliser dès maintenant … parlez en à votre vétérinaire!