Tag Archives: poils

La période de la mue, une période à risque pour les lapins

24 Avr

Le début du printemps (qui arrive un peu tard cette année) annonce le début de la mue chez tous nos animaux domestiques.

Qui dit mue dit perte de poils > ingestion de poils et risques divers.

L’occlusion est une des pathologies digestives les plus fréquentes chez le lapin.

Le plus souvent, le blocage se situe au niveau de l’estomac, mais peut aussi se localiser dans l’intestin grêle, au niveau de l’anus, ou de toute autre portion du tube digestif.

Elle résulte généralement d’un blocage du transit digestif par des boules de poils (ou des corps étrangers ou des tumeurs).

Les boules de poils sont la raison la plus fréquente d’occlusion digestive. Lors de la mue, le lapin avale de grosses quantités de poils en faisant sa toilette.

Les poils se mélangent au contenu de l’estomac et durcissent  pour former de grosses boules de poils qu’on appelle aussi “trichobézoards” (à défaut d’être un mot courant, ça fait érudit, et vous ferez des points au Scrabble!).

Le problème c’est que cette boule très dure (qui se localise le plus souvent dans l’estomac) obstrue le passage des aliments et le transit est alors complètement bloqué.

Les symptômes d’obstruction digestive sont les suivants :

– Le lapin mange de moins en moins et finit par ne plus manger

– Les crottes sont de plus en plus petites et sèches, elles sont de plus en plus rares avant de disparaître

– Le lapin est moins actif, voire carrément prostré et en hypothermie

Dans tous les cas d’occlusion, il s’agit d’une réelle urgence!

Je vais vous donner quelques conseils mais qui ne se substitueront jamais à une visite et une consultation rapide chez votre vétérinaire car il n’y a que lui qui pourra définir la cause de l’occlusion et surtout sa localisation (par palpation de l’abdomen de votre lapin, voire en réalisant une radio et/ou une échographie de son abdomen).

Que faut-il faire en attendant la visite chez votre vétérinaire?

1. Il faut s’assurer que votre lapin ne se déshydrate pas. En effet, en cessant de manger, il diminue aussi ses apports en eau. N’hésitez pas à le forcer à boire à l’aide d’une petite seringue. Un lapin doit boire 70ml d’eau par kilo de poids corporel et par jour. Apportez lui cette quantité d’eau répartie en une dizaine de fois sur la journée. Par exemple, si votre lapin pèse 500 grammes, il lui faut donc 35ml d’eau par jour. Vous lui donnerez donc à boire à la seringue (sans l’aiguille, bien sûr!) 10 fois 3,5ml d’eau sur une journée.

2. Donnez de l’ananas frais à manger à votre lapin. S’il refuse de manger, faites lui boire du jus d’ananas frais. Pas de jus pasteurisé. L’ananas frais contient des enzymes qui détruiront petit à petit certains composants des boules de poils et les feront se désintégrer.

3. Vous pouvez lui donner de très petites quantités d‘huile de paraffine, que vous trouverez pure en pharmacie ou en gel chez votre vétérinaire. Ne donnez pas d’autre huile que l’huile de paraffine à votre lapin! Pas d’huile d’olive ou autre! Toute autre huile que l’huile de paraffine est très mal tolérée par le lapin et peut induire des pancréatites. Et même avec l’huile de paraffine, soyez très vigilant et demandez au préalable l’aval de votre vétérinaire. En règle générale, on donne à boire au lapin 1 à 2ml de paraffine pure matin et soir, à l’aide d’une petite seringue, pendant maximum 3 jours. L’huile de paraffine restant à 100% dans le tube digestif (car elle n’est pas digérée ni absorbée), elle fera “glisser” en douceur les boules de poils si elles ne sont pas trop volumineuses.

4. Il faut absolument éviter qu’un lapin ne jeûne trop longtemps. Nourrissez également de force votre lapin avec des compotes de fruits sans sucres ajoutés, des soupes de légumes verts (soupes fraîches ou en brique) ou des petits pots fruits et légumes pour bébés. Evitez par contre les petits pots ou les soupes à base de pommes de terre. Ceci dit, si la boule de poils est de taille trop importante, elle bloquera totalement le transit, et comme le lapin est une espèce qui ne vomit pas, les aliments risquent de s’accumuler dans l’estomac. D’où la nécessité absolue de la consultation chez votre vétérinaire!

En plus de cela, votre vétérinaire pourra vous prescrire des médicaments (antispasmodiques digestifs, antibiotiques dans les cas de risques d’entérotoxémies liées au blocage du transit, …). Et parfois, si la boule est trop grosse (ou si on a attendu trop longtemps avant de consulter!), il n’y aura que la chirurgie qui sera efficace pour la déloger.

Il est donc très important de brosser régulièrement votre lapin en période de mue, surtout si c’est une race à longs poils.

Tous à vos brosses et peignes, donc! Une fois par jour en période de mue est un strict minimum!

Période de mue, période à risque chez les lapins!

5 Mar

Le début du printemps annonce le début de la mue chez tous nos animaux domestiques.

Qui dit mue dit perte de poils, ingestion de poils et risques divers.

L’occlusion est une des pathologies digestives les plus fréquentes chez le lapin.

Le plus souvent, le blocage se situe au niveau de l’estomac, mais peut aussi se localiser dans l’intestin grêle, au niveau de l’anus, ou de toute autre portion du tube digestif.

Elle résulte généralement d’un blocage du transit digestif par des boules de poils (ou des corps étrangers ou des tumeurs).

Les boules de poils sont la raison la plus fréquente d’occlusion digestive. Lors de la mue, le lapin avale de grosses quantités de poils en faisant sa toilette.

 

Les poils se mélangent au contenu de l’estomac et durcissent  pour former de grosses boules de poils qu’on appelle aussi “trichobézoards” (à défaut d’être un mot courant, ça fait érudit, et vous ferez des points au Scrabble!).

 

 

Le problème c’est que cette boule très dure (qui se localise le plus souvent dans l’estomac) obstrue le passage des aliments et le transit est alors complètement bloqué.

Les symptômes d’obstruction digestive sont les suivants :

– Le lapin mange de moins en moins et finit par ne plus manger

– Les crottes sont de plus en plus petites et sèches, elles sont de plus en plus rares avant de disparaître

– Le lapin est moins actif, voire carrément prostré et en hypothermie

 

Dans tous les cas d’occlusion, il s’agit d’une réelle urgence.

Je vais vous donner quelques conseils mais qui ne se substitueront jamais à une visite et une consultation rapide chez votre vétérinaire car il n’y a que lui qui pourra définir la cause de l’occlusion et surtout sa localisation (par palpation de l’abdomen de votre lapin, voire en réalisant une radio et/ou une échographie de son abdomen).

Que faut-il faire en attendant la visite chez votre vétérinaire?

1. Il faut s’assurer que votre lapin ne se déshydrate pas. En effet, en cessant de manger, il diminue aussi ses apports en eau. N’hésitez pas à le forcer à boire à l’aide d’une petite seringue. Un lapin doit boire 70ml d’eau par kilo de poids corporel et par jour. Apportez lui cette quantité d’eau répartie en une dizaine de fois sur la journée. Par exemple, si votre lapin pèse 500 grammes, il lui faut donc 35ml d’eau par jour. Vous lui donnerez donc à boire à la seringue (sans l’aiguille, bien sûr!) 10 fois 3,5ml d’eau sur une journée.

2. Vous pouvez lui donner de l‘huile de paraffine, que vous trouverez pure en pharmacie ou en gel chez votre vétérinaire. Ne donnez pas d’autre huile que l’huile de paraffine à votre lapin! Pas d’huile d’olive ou autre! Toute autre huile que l’huile de paraffine est très mal tolérée par le lapin et peut induire des pancréatites. Et même avec l’huile de paraffine, soyez très vigilant et demandez l’aval de votre vétérinaire. En règle générale, on donne à boire au lapin 1,5 à 2,5ml de paraffine pure matin et soir, à l’aide d’une petite seringue, pendant maximum 3 jours. L’huile de paraffine restant à 100% dans le tube digestif (car elle n’est pas digérée ni absorbée), elle fera “glisser” en douceur les boules de poils si elles ne sont pas trop volumineuses.

3. Donnez de l’ananas frais à manger à votre lapin. S’il refuse de manger, faites lui boire du jus d’ananas frais. Pas de jus pasteurisé. L’ananas frais contient des enzymes qui détruiront petit à petit certains composants des boules de poils et les feront se désintégrer.

4. Il faut absolument éviter qu’un lapin ne jeûne trop longtemps. Nourrissez également de force votre lapin avec des compotes de fruits sans sucres ajoutés, des soupes de légumes verts (soupes fraîches ou en brique) ou des petits pots fruits et légumes pour bébés. Evitez par contre les petits pots ou les soupes à base de pommes de terre. Ceci dit, si la boule de poils est de taille trop importante, elle bloquera totalement le transit, et comme le lapin est une espèce qui ne vomit pas, les aliments risquent de s’accumuler dans l’estomac. D’où la nécessité absolue de la consultation chez votre vétérinaire!

En plus de cela, votre vétérinaire pourra vous prescrire des médicaments (antispasmodiques digestifs, antibiotiques dans les cas de risques d’entérotoxémies liées au blocage du transit, …). Et parfois, si la boule est trop grosse (ou si on a attendu trop longtemps avant de consulter!), il n’y aura que la chirurgie qui sera efficace pour la déloger.

Il est donc très important de brosser régulièrement votre lapin en période de mue, surtout si c’est une race à longs poils.

Tous à vos brosses et peignes, donc!

 

Se débarrasser des poils sur les tapis et moquettes!

18 Août

Pour vous débarrasser efficacement des poils de chiens/chats/lapins sur un tapis ou une moquette, humidifiez légèrement la surface à l’aide d’une éponge à peine humide, puis utilisez une raclette à vitre dans le sens du poil du tapis.

C’est très efficace grâce à l’effet électrostatique du caoutchouc de la raclette!

Les boules de poils

26 Fév

Les boules de poils posent problème chez nos chats domestiques tout au long de l’année. Le problème s’intensifie au moment des mues (au printemps et en automne). Les chats à poils longs (Persans et Sacrés de Birmanie par exemple) sont particulièrement exposés à ce phénomène.
Les chats qui vivent toute l’année à l’intérieur sont dérégulés par rapport à leurs périodes de mues : ils perdent leurs poils tout au long de l’année et d’autant plus au printemps et en automne.

Le chat passe de longues heures à prendre soin de son pelage et se toilette en se léchant sur l’ensemble du corps. La langue râpeuse du chat accroche les poils lors du léchage et votre animal n’a pas d’autre choix … que de les avaler!

Ces poils ne sont pas digérés, ils s’accumulent dans l’estomac, se mélangent à la salive, au mucus digestif et aux sécrétions gastriques et forment de grosses boules de poils également appelées « trichobézoards » (encore eux! décidément, merci Docteur House!).

Ces paquets de poils restent bloqués dans l’estomac car ils sont trop gros et trop indigestes pour passer dans les intestins. Ils entraînent des troubles digestifs divers tels que de l’anorexie, de la constipation, des régurgitations ou des vomissements réguliers.

Quand un chat vomit régulièrement tout en continuant à aller bien et à manger avec appétit, il faut s’assurer tout d’abord qu’il soit régulièrement vermifugé (deux fois par an pour un chat d’intérieur). Si c’est le cas, il faut ensuite envisager de l’aider à éliminer d’éventuelles boules de poils.

Quelles sont les solutions contre les boules de poils?

  1. Brossez réguilèrement votre chat, afin d’éliminer le surplus de poils et d’éviter qu’il les avale
  2. Donnez à votre chat une alimentation à base de croquettes destinées à éliminer les boules de poils (Hill’s hairball control®, par exemple).
  3. Vous pouvez également donner à votre chat des compléments alimentaires appétents sous forme de pâte orale (Catmalt®, Savorial®, …) qui favoriseront l’élimination des poils au fur et à mesure par les voies naturelles 

Fausses idées reçues :

  • donner du lait à boire à votre chat ne dissoudra pas les poils présents dans son estomac!
  • l’herbe à chat va l’aider à vomir mais ne protègera pas son estomac!
  • l’herbe à chat n’est pas un vermifuge!

Mon lapin perd ses poils … que faire?

23 Fév

Nous sommes actuellement en pleine période de mue. Votre lapin passe des heures à faire sa toilette … et avale grande quantité de poils. D’autant plus pour les lapins à poils longs!

Ces poils, une fois ingérés, mélangés aux aliments et aux sécrétions gastriques et intestinales, peuvent former des « bézoards » (mais siiii vous savez tous ce que c’est : les fameuses boules qui obstruent les intestins, rendues célèbres dans un récent épisode par notre cher Docteur House!!). Ces trichobézoards (à composante essentielle de poils) peuvent complètement bloquer le transit digestif! Si c’est le cas, c’est excessivement grave : seule une opération pour extraire ce corps étranger permettra de sauver votre compagnon.

Comment savoir si mon lapin ingère des poils?

Observez ses selles. Si elle sont reliées entre elles par un fin fil, en chapelet, c’est qu’il ingère des poils.

Les signes d’une anomalie de transit sont les suivants : anorexie (refuse de manger), prostration, diarrhée ou constipation, … Sachez qu’un lapin est incapable de vomir. Ce n’est donc pas comme un chat qui, lui, pourra vomir régulièrement les boules de poils absorbées et empécher leur progression dans le tube digestif.

Quelles précautions dois-je prendre?

  1. Brossez le régulièrement. Avec une brosse douce ou un peigne métallique (mieux, mais pas toujours accepté par le lapin). Si vous n’y arrivez pas : caressez votre lapin un maximum, si possible avec les mains légèrement humidifiées pour accrocher un maximum de poils
  2. Apportez lui un surplus en fibres dans son alimentation! Le foin sera son plus grand allié. Il est même conseillé chez les lapins à poils longs de ne donner que du foin et de l’eau un jour par semaine. Quoi qu’il en soit, en période de mue, augmentez la proportion de foin par rapport aux granulés
  3. Donnez lui régulièrement de l’ananas frais. En effet, ce fruit contient une enzyme « anti boule de poils ». Donnez en prévention l’équivalent de 10ml de jus d’ananas frais (pas pasteurisé car celà détruit l’enzyme en question) par jour pour un lapin de taille moyenne, pendant 3 jours d’affilée, toutes les semaines.

             

En cas de symptomes digestifs persistant plus d’une journée, consultez votre vétérinaire!