Tag Archives: pipi

Mon chat est malpropre … que faire?

9 Nov

Tout comme le chien, le chat lui aussi peut être malpropre.

Des propriétaires de chats viennent consulter ou demandent conseil à l’accueil de la clinique parce que leur chat fait ses besoins à côté de la litière, ou parce que, dès qu’ils s’absentent, il urine sur leur lit, ou alors, il « fait la totale » dans la chambre des enfants, …

Si chez le chien le problème est souvent un problème d’éducation, chez le chat, c’est souvent plus compliqué à expliquer.

 

ATTENTION! Je ne parlerai pas du tout ici des problèmes de mictions urinaires anormales liées à des maladies du bas appreil urinaire (type cystites ou autres). Un chat qui se met à subitement à uriner partout (surtout si il fait régulièrement des aller-retour dans sa litière, présente des difficultés à uriner, voire si vous observez un peu de sang dans ses urines) doit systématiquement et rapidement être vu par un vétérinaire! Je ne vous donnerai ici que quelques pistes pour un retour à la normale lorsque l’on a éliminé les causes infectieuses ou inflammatoires de troubles urinaires!

 

Le chat malpropre est plus souvent un chat d’appartement (c’est très rare chez les chats ayant accès à un jardin) et la malpropreté concerne plus souvent les mictions urinaires que les matières fécales.

Alors, entendons nous directement : la première chose à savoir dans ce cas là c’est « est ce que le chat a toujours été malpropre ou pas »? Si le chat a toujours été malpropre, depuis qu’il est chaton (c’est excessivement rare mais c’est possible), il s’agit alors réellement d’un problème de malpropreté. Et son éducation devra être reprise à zéro. Sinon, il s’agit le plus souvent de troubles comportementaux que je vais tenter de vous expliquer.

Pour trouver une solution à la « malpropreté » de son chat, il faut tenter d’en connaître la cause. Et pour celà, il faudra être particulièrement attentif à certains détails.

 

Tout d’abord, s’agit-il de jets urinaires sur des surfaces verticales ou horizontales?

Quand le support est vertical (sur un mur, sur des tentures, sur le coin d’un meuble, sur une porte, …), il s’agit dès lors de marquage urinaire. Si le chat n’est pas stérilisé et qu’il ou elle a plus de 6 mois : faites le/la stériliser illico! Si il est stérilisé, ce marquage vertical signifie que le chat est perturbé dans la définition de son territoire : il urine partout pour redéfinir son « chez lui ». Peut être avez vous récemment changé de canapé? réaménagé une pièce de votre appartement? déplacé des meubles? voire même déménagé? Dans ce cas précis, les phéromones (Feliway®) vont l’aider à s’apaiser et à retrouver ses repères.

Quand le support est horizontal (sur le sol, sur l’assise d’un canapé, sur votre lit, dans les pots de fleurs ou de plantes, …) il s’agit le plus souvent d’un problème soit d’anxiété, soit de litière. Vérifiez tout d’abord dans ce cas que la litière est régulièrement nettoyée. En effet, le chat a en horreur de faire ses besoins dans une litière pleine à ras bord. Vérifiez que vous n’ayez pas récemment changé de type ou de marque de litière (oui, Sa Majesté le Chat déteste le changement!), ou que vous n’ayez pas déplacé sa litière de son emplacement habituel.

La litière d’un chat doit être placée dans un endroit au calme, isolé, mais facilement accessible quand même (genre, pas en hauteur ou avec un rebord pas évident à franchir pour un vieux chat arthrosique), loin de ses gamelles d’eau et de nourriture.

Certains chats détestent aussi les litières fermées. D’autres les préfèreront.

Idéalement, je conseille toujours d’avoir autant de litières +1 que de chats. C’est à dire que si vous avez 2 chats, l’idéal est d’avoir 3 litières. Oui, je sais, pas facile dans un 30m2, mais bon, je tente de vous aider au mieux! ;-)

S’il s’agit de matières fécales et non d’urines, l’origine est très fréquemment un problème de litière. Litière trop souillée, endroit de placement de la litière trop dans le passage ou pas assez au calme, crainte de la litière fermée, … Parfois, il s’agit également d’un état d’anxiété intense. Le chat est tellement anxieux qu’il est complètement perdu dans ses mictions urinaires et de matières fécales : il fait pipi et caca partout!

 

Mais pourquoi donc ce chat est-il anxieux? Il a tout ce qu’un chat peut désirer!

Le chat est un animal HYPEEEER sensible. Dès lors, un état anxieux peut se développer secondairement à un événement qui peut vous paraitre tout à fait anodin alors que pour lui ce sera une réelle catastrophe émotionnelle.

Un chat peut être anxieux :

– par manque d’espace (appartement trop petit, vie antérieure en jardin et ensuite en appartement, …)

– par un changement dans son environnement : déménagement, meubles déplacés, changés, pièce repeinte dans l’apprtement ou la maison, … j’ai même une cliente qui m’a dit que son chat s’était mis à uriner partout lorsqu’elle a changé de parfum!!

– par un trouble de l’apport alimentaire : pas assez fréquent, distribution alimentaire irrégulière, désorganisée dans le temps, trop ou trop peu, …

– par la présence d’un congénère : peut être avez vous adopté récemment un autre chat? un chien? peut être même que votre voisin de pallier a adopté un chat récemment?

– par la présence d’enfants : peut être venez vous d’avoir un nouvel enfant dans la famille? peut être est-il trop souvent manipulé par vous ou par l’un de vos enfants et à des périodes où il n’est pas demandeur de contacts?

– par un  trouble neurologique de type syndrome de privation ou HSHA (hypersensibilité/hyperactivité), …

 

Quels peuvent être les autres signes d’anxiété?

Un chat anxieux se cache beaucoup. Il sursaute au moindre bruit. Dès que l’on entre dans la pièce anxiogène, il se « barre en courant ». Quand des invités viennent manger chez vous, vous ne voyez pas votre chat de la soirée. Le chat anxieux peut devenir également boulimique (il mange pour s’occuper, pour « penser à autre chose »). Il peut également devenir agressif : envers vous, envers un membre de la famille, envers un congénère, ou envers lui même. En effet, il peut se mettre à s’automutiler par du léchage compulsif (et donc présenter des zônes dépilées voire des plaies) ou se mordiller (la queue, les pattes, les ongles, …).

 

Dès lors … que faire?

Vous l’aurez compris, la malpropreté est souvent liée à un état d’anxiété.

Si vous repectez toutes les consignes cités plus haut concernant sa litère, tentez dans un premier temps les phéromones d’appaisement (Feliway) , soit en diffuseur, soit en spray quotidiennement sur les surfaces sur lesquelles le chat urine. Les résultats obtenus grace à ces phéromones sont très surprenants et efficaces!

Si par contre, après avoir tenté les phéromones, vous n’arrivez toujours à rien, il faudra rendre visite à votre vétérinaire qui lui prescrira probablement un traitement anxiolytique plus puissant. Sachez cependant d’ores et déjà que le traitement (bien que souvent très efficace) est un traitement de longue durée (de plusieurs mois) et ce d’autant plus long que le problème est ancien.

Par contre, le réprimander est rarement une bonne idée, car le chat est déjà assez stressé comme celà! Quoi qu’il en soit, si vous le réprimandez, c’est uniquement quand vous le prenez sur le fait! Criez « NOOOON! » (oui, je mets plusieurs « O » dans le « non » car j’ai vu dans vos yeux la lueur du Grand Désespoir Suprême!). Ce cri interrompera le chat dans son action et le fera probablement fuir de l’endroit où il s’apprêtait à vous déposer son offrande du jour. Par contre, ne le chopez jamais par la peau du cou pour le (je cite) « coller dans sa litière »! car il risque bien après cela de développer une véritable phobie de cet endroit et ce serait de pire en pire!

Un dernier petit conseil : la javel attire les urines de chats! Ne vous étonnez donc pas que votre chat adore aller uriner dans votre douche ou votre baignoire si vous utilisez un jel javel pour les nettoyer. D’ailleurs, lors de spots urinaires à des endroits indésirés : évitez de nettoyer l’endroit souillé avec un produit à base de javel : cela l’inciterait à y retourner. Par contre, frottez le fond du bac de sa litière avec une goutte de javel, avant de le couvrir de graviers : cela l’incitera à y aller!

Et puis surtout : BON COURAGE, hein! Car « ce que chat veut, Dieu le veut! » (et puis vous, vous n’avez qu’à subir en fait) ;-)

Comment apprendre la propreté à mon chiot?

8 Nov

Combien de mes clients citadins me disent (sans oser trop l’avouer) que votre chien est malpropre, même à l’âge adulte? Pipis, cacas, … l’un ou l’autre, voire l’un et l’autre, … encore et toujours à l’intérieur! Que ce soit sur une alèse dans un coin de la cuisine ou un peu partout dans l’appartement, c’est un réel problème au quotidien.

Voici une méthode (quasi) infaillible pour parvenir à ses fins!

Une des principales causes de malpropreté du chiot (et du chien adulte par la suite!) est que cet apprentissage est régulièrement commencé trop tard. Les maîtres refusent de sortir leur chiot avant la fin des vaccinations, sous prétexte du risque de transmissions de maladie. C’est une idée non fondée. Et la majeure partie des vétérinaires ne la prônent plus du tout de nos jours. En effet, les maîtres du chiot sortent, eux, et peuvent tout aussi bien être porteurs de virus et les ramener à la maison.

Ce n’est donc pas en gardant votre chiot à l’intérieur jusqu’à la fin de ses vaccins qu’il sera protégé ! Bien évidemment, essayez de l’emmener faire ses besoins dans des endroits le plus propre possible et non là où des centaines de chiens au mètre carré font quotidiennement leurs besoins.

A partir de quand?

Commencez l’apprentissage de la propreté dès l’âge de 7-8 semaines quand le chiot arrive chez vous (au moment de sa primo-vaccination). Il est certain qu’à cet âge là, sa continence sera limitée. Il y aura régulièrement des accidents. Mais à l’âge de 4 mois, ses sphincters seront suffisamment compétents pour qu’il vous demande de sortir. Et lorsqu’il demandera, cela signifiera que la propreté est acquise !

 

 

Comment procéder ?

Sortez votre chiot le plus souvent possible, en laisse. N’imaginez pas apprendre la propreté à votre chiot en le laissant se soulager à sa guise dans votre jardin car le réel apprentissage nécessite une participation active de votre part, et vous allez rapidement comprendre pourquoi.

Il est tout à fait illusoire de demander à un chiot de moins de 4 mois de se contenir plus de 6 heures d’affilée. Sortez le donc au minimum 4-5 fois par jour avant cet âge. Plus, c’est encore mieux !

Après chaque émission d’urines ou de matières fécales, félicitez-le systématiquement et immédiatement (caresses, friandise, ton de la voix, …).

Si un accident survient et que le chiot fait ses besoins à l’intérieur, vous ne pouvez le gronder que si vous le prenez sur le fait. Si c’est le cas, verbalisez un « non ! » afin d’interrompre l’émission en cours et sortez le immédiatement pour ensuite le féliciter lorsqu’il aura fait dehors.

Si vous ne le surprenez pas « entrain de faire », c’est trop tard ! Cela ne sert plus à rien de le gronder, ni de lui « mettre le nez dedans ».

Si vous rentrez chez vous et que le chien s’est soulagé en votre absence, la seule chose à faire est de l’isoler dans une autre pièce et de nettoyer … sans le gronder.

Car si vous le grondez sans l’avoir pris sur le fait, il comprendra que vous le grondez d’avoir fait ses besoins, certes, mais n’associera pas cela avec le fait de les avoir faits à l’intérieur. Il n’osera donc plus faire ses besoins en votre présence de peur de vous déplaire (et donc, ne fera plus rien à vos côtés lorsque vous le sortez). Il ira donc se cacher (derrière le canapé, sous une commode, derrière les rideaux, …) pour se soulager, voire se mettra à devenir coprophage (manger ses selles) afin de faire disparaître « l’objet du délit ».

 

 

Et si je lui apprends à faire sur un journal?

La méthode dite « du journal » peut encore être décrite car elle va dans le même sens que celle précédemment expliquée, tout en rajoutant une étape.

A savoir que l’on récompense le chiot qui fait ses besoins sur un journal (ou une alèse), de manière immédiate et systématique.

Le journal sera petit à petit ramené vers la porte d’entrée de l’appartement, pour ensuite être supprimé. Le chiot pleurera donc à la porte pour exprimer son envie de sortir. Une fois que ce comportement est acquis, on apprend au chiot à faire dehors sur le journal pour petit à petit lui apprendre à faire dehors tout court, sans journal.

Le « risque » de cette méthode est que le chien soit définitivement conditionné au journal, ou à faire ses besoins à l’intérieur à l’endroit où était placé le journal.

 

GOOD DOG!! :-)