Tag Archives: obésité

Tu as faim? Mange dans un parpaing!

7 Fév

Le chat d’intérieur parisien est prédisposé à l’obésité de part sa sédentarité et un manque fréquent d’exercice. Le chat de ville s’ennuie … donc il « stresse », est anxieux. Résultat : il mange plus (« pour passer le temps ») ou peut présenter d’autres troubles du comportement : auto-mutilations (il se gratte, se mordille, se lèche, … et finit par se blesser), troubles du comportement urinaire, vocalises, agressivité, …

L’idéal alimentaire du chat est de lui laisser le matin sa quantité de croquettes journalière et qu’il aille picorer de lui même quelques croquettes par ci par là tout au long de la journée. Le hic, c’est que si il n’a pas été habitué à cela depuis qu’il est petit, il risque bien de se goinfrer de l’intégralité de sa gamelle dès que vous la lui aurez remplie.

Tentez le plus possible de lui fractionner sa ration du jour en un maximum de petits repas. Au plus il fera de petits repas étalés sur la journée, au mieux ce sera pour lui. Mais parfois ce n’est pas toujours possible à réaliser. On part le matin de la maison pour le boulot, et on rentre tard. Tentez de lui donner alors à manger un peu avant de partir au boulot, un peu en rentrant du boulot, et un peu avant d’aller vous coucher.

Si votre chat a tendance à être « morfal », il existe chez votre véto des aliments spécialement conçus pour la réduction pondérale de votre chat : ces aliments sont pauvres en calories, riches en fibres, tout en comblant ses besoins nutritionnels journaliers. Le chat d’intérieur stérilisé (mâle ou femelle) devrait systématiquement être nourri en prévention avec ce type d’aliment!

Vous pouvez également augmenter son exercice progressivement en le faisant jouer. Vous pouvez par exemple utiliser un laser (une sorte de petite lampe de poche que vous pouvez vous procurer en animalerie), dont il va s’amuser à courser le faisceau lumineux sur le sol.

Vous pouvez également utiliser des stystèmes d’alimentation par distributeurs de croquettes, comme le Pipolino, ou le Aikiou dont je vous ai déjà parlé. Ou un Fun Board, le principe est le même : rendre les croquettes plus difficile d’accès et augmenter le temps de la prise alimentaire tout en mettant des croquettes à disposition tout au long de la journée.

 

Et là vous me dites (parce que je vous entends râler d’ici!) : Le Pipolino? l’Aikiou? le Fun Board? Tout cela vous semble trop cher? Votre chat n’y comprend rien? Fait la grêve de la faim? Ces gadgets le stressent plus qu’autre chose?

Si je trouve tous ces distributeurs de croquettes excellents et adaptés à la grande majorité des chats, j’ai quand même une astuce pour tous les récalcitrants : le PARPAING EN CIMENT!

Oui, oui, je vous parle bien de celà :

parpaing

La grosse brique trouée que vous trouverez chez Casto ou chez Leroy Merlin ou autre et qui coûte la modique somme de … quoi? 1 euro? 1,50 euro tout au plus?

Pas très sexy, j’avoue, mais tellement efficace!

Le matin, placez la quantité journalière de croquettes de votre chat dans les petits trous du parpaing et votre chat (cette feignasse), sera obligé d’aller chercher ses croquettes une par une avec ses pattes pour les ramener à la surface.

Résultats : il se régule, il se bouge, il doit « faire quelque chose pour manger » … EXIT l’inactivité et la gloutonnerie! Et tout cela : à moindre prix!

Elle est pas belle la vie?

 

 

Le chat parisien, un chat d’intérieur : quels soins doit-on lui prodiguer?

8 Mar

« Mon chat ne sort jamais, Docteur, donc, non, je ne le fais pas vacciner car ça ne sert à rien » … « et je ne le vermifuge jamais, non plus » … « mais non, vu qu’il ne sort pas, il ne risque rien« , …

C’est de plus en plus rare mais j’entends encore ce type de discours.

Sous prétexte que le chat parisien, chat 100% d’appartement (mi-tête de lit, mi-canapé) ne sorte pas, on s’imagine parfois qu’il ne nécessite aucun soin de santé.

C’est faux!

Enfin, ce serait vrai pour un chat vivant sous cloche, mais là nous parlons d’un chat, qui ne sort pas, certes, qui n’est pas en contact direct avec d’autres animaux, re-certes, mais vous, vous sortez et vous rentrez chez vous, vous ouvrez vos fenêtres, parfois (enfin j’espère)…

Bref, votre chat peut quand même être en danger.

 

Quels soins doit-on prodiguer à un chat d’appartement, qui ne sort jamais de chez lui? Voilà la qestion à laquelle je vais tenter de répondre dans cet article.

L’IDENTIFICATION

Alors, tout d’abord, un chat, même un chat qui ne sort jamais doit être identifié (puce électronique de préférence, ou tatouage).

Pourquoi? Hé bien tout simplement parce que c’est obligatoire. Et qu’en suite : identifier votre animal, c’est le protéger. Car si votre chat échappait par malheur à votre attention, se faufilait en dehors de votre appartement, et qu’il était ramassé par la fourrière, il pourrait être considéré comme un chat errant et être euthanasié.

Suite à l’identification de votre animal, votre vétérinaire vous remettra un passeport européen, qui est, en quelque sorte, le document officiel de votre chat.

LES VACCINS ET TESTS SANGUINS

Je conseille généralement à mes clients de faire tester leur chat FIV et FeLV. Pour se faire, le vétérinaire réalise une prise de sang et fera (en règle générale) un test directement à la clinique ou via un laboratoire extérieur.

Il faut ensuite faire vacciner votre chat (dès l’âge de 2 mois et à tout âge pour un chat adulte). Le chat d’intérieur doit être vacciné contre le typhus et le coryza, même s’il ne sort jamais! Et même s’il ne rencontre jamais d’autres chats! En effet, ces virus sont transportés par voie aérogène, ou via vous, vos mains, vos chaussures, … sans contact direct avec un autre chat.

Je conseille également à mes clients de faire vacciner leur chat contre la rage, même s’il ne sort jamais.

Pourquoi? Alors là je vous renvoie à cet article que j’ai écrit précédemment et qui vous convaincra, je l’espère.

Le vaccin contre la leucose, si le chat ne sort pas et n’est jamais en contact avec d’autres chats peut clairement être mis de côté.

LES VERMIFUGES

Il faut ensuite vermifuger votre chat régulièrement, même s’il ne sort jamais.

Un chaton doit être vermifugé tous les mois jusqu’à l’âge de 6 mois. Et ensuite au minimum deux fois par an. Si le chat est en contact avec de jeunes enfants, on vermifugera le chat au minimum 4 fois par an.

LA STERILISATION

Un chat parisien, si vous ne le destinez pas à la reproduction, doit être stérilisé.

Les femelles non stérilisées ont très souvent un comportement de miaulements, de roulades, de marquage urinaire, de tentatives de fugues durant leurs périodes de chaleurs … peu compatible avec la vie en appartement. Alors qu’une femelle stérilisée aura un tempérament plus calme et sans « sauts d’humeur », beaucoup plus appréciable.

Avoir un chat mâle non castré en appartement est, selon moi, assez inenvisageable. Le mâle non castré développe une odeur corporelle et urinaire assez désagréable et prenante, ainsi qu’un comportement de griffades, de marquage urinaire intempestif, … peu agréable. Alors qu’un chat castré sera plus calme, plus affectueux, et surtout, n’urinera pas partout dans votre intérieur.

L’ALIMENTATION – LA GESTION DU SURPOIDS

Un chat d’intérieur est prédisposé à l’obésité de part sa sédentarité et un manque fréquent d’exercice. Le chat de ville mange plus que ses besoins journaliers car il peut parfois s’ennuyer.

Si votre chat a tendance à être « rondouillard », il existe chez votre véto, des aliments spécialement conçus pour la réduction pondérale de votre chat : ces aliments sont pauvres en calories, tout en comblant ses besoins nutritionnels journaliers. Vous pouvez également augmenter son exercice progressivement en le faisant jouer. Vous pouvez par exemple utiliser un laser (une sorte de petite lampe de poche que vous pouvez vous procurer en animalerie), dont il va s’amuser à courser le faisceau lumineux sur le sol. Vous pouvez également utiliser un Pipolino, ou un Aikiou comme distributeur de croquettes.

LES SOINS DIVERS

Les chats à longs poils devront être brossés régulièrement, c’est à dire au moins une fois par jour, afin d’éviter les noeuds d’une part, et d’éviter d’autre part qu’ils n’ingèrent trop de poils.

Si le chat a tendance à vomir régulièrement des boules de poils qu’il n’arrive pas à digérer, on lui donnera des compléments alimentaires appétents sous forme de pâte orale (Catmalt®, Savorial®, …) qui favoriseront l’élimination des poils au fur et à mesure par les voies naturelles.

LA VISITE ANNUELLE CHEZ LE VETERINAIRE

Ensuite, comme on a bien appliqué tout ce que je viens de dire, et vu que le chat d’intérieur a bien mérité une visite annuelle de santé chez son vétérinaire préféré (ne fut ce que pour ses rappels de vaccins annuels), votre vétérinaire vous conseillera dans les soins supplémentaires à lui apporter : détartrage (en cas de présence de tartre associée ou non à de la gingivite), bilan sanguin (en cas de suspicion d’une maladie ou de routine chez le chat senior), analyses d’urine, …

 

Car ce n’est pas parce que un chat vit en intérieur qu’il doit être laissé pour compte!

Parce qu'il le VEAU bien!

Parce qu'il le VEAU bien!

L’arthrose chez le chien

28 Oct

Un chien sur 5 souffrirait d’arthrose … et le votre?

L’arthrose est une maladie dégénérative du cartilage articulaire. La dégénérescence du cartilage entraîne une néoformation osseuse tout à fait anormale au niveau de l’articulation, qui est à l’origine d’inflammations et de douleurs.

L’arthrose, ÇA FAIT MAL!

Interdit donc de fermer les yeux sur un chien arthrosique et de se contenter de dire « c’est lié à l’âge, on ne peut rien faire »…

L’arthrose est :

– soit congénitale, c’est à dire liée à une anomalie articulaire présente dès la naissance (comme la dysplasie de la hanche, du coude, la luxation congénitale de la rotule, …)

– soit secondaire, c’est à dire liée à une instabilité articulaire acquise, comme par exemple après une fracture, une rupture ligamentaire, une entorse, …

On comprend donc par cette définition que l’arthrose n’est pas uniquement réservée aux chiens âgés. Elle peut également toucher les jeunes adultes, dès l’âge de un an. Et elle peut toucher toutes les articulations (genou, coude, hanche, épaule, tarse, carpe, intervertébrales, …).

On suspecte l’arthrose chez un chien qui présentera des douleurs ou des raideurs articulaires « à froid », c’est à dire que la boiterie sera plus intense « au démarrage » et se calmera légèrement une fois le chien « mis en route ».

Petit à petit, le chien aura tendance à se déplacer de moins en moins, à ne plus jouer, … et l’engrenage se met en route.

Car l’arthrose a tendance à empirer avec l’immobilité.

Quand on observe donc ce type de symptômes chez sont chien, on se rend ASAP chez son vétérinaire préféré!

Chez les jeunes animaux, il est important de rechercher les anomalies articulaires du type dysplasie (de la hanche, des coudes) car ces instabilités s’opèrent. L’opération consistant à restabiliser l’articulation et empêcher le développement ultérieur de l’arthrose. Ce dépistage des instabilités articulaires se fait quasi systématiquement maintenant chez les chiens de races prédisposées, à savoir les chiens de grandes races de type Labrador, Berger Allemand, Golden Retriever, Rottweiler, …

Une cause aggravante de l’arthrose est la surcharge pondérale chez le chien. En effet, un chien obèse est trop lourd pour ses articulations, qui s’usent donc plus vite. Et un chien obèse se déplace moins. Or on sait maintenant que le mouvement est essentiel pour retarder l’apparition de l’arthrose. Un animal souffrant d’arthrose sera donc systématiquement mis au régime s’il est trop gros!

Comment soigner l’arthrose?

L’arthrose ne se soigne pas. Pas de désillusions donc, une fois qu’elle est installée on ne peut plus la déloger. On ne peut que soulager le chien. Mais les traitements actuels sont très efficaces et permettent clairement d’améliorer la qualité de vie de votre compagnon.

Le traitement de l’arthrose est un traitement de fond, donc à long terme. Il ne faut donc pas s’attendre à donner un comprimé pendant 5 jours et à ne plus avoir de problèmes par la suite.

La prise en charge de l’arthrose jongle entre différents éléments.

Anti-inflammatoires

Non stéroïdiens ou corticoïdes, tout dépend du stade et de l’ordonnance de votre vétérinaire. Les anti-inflammatoires sont utilisés pour la gestion de l’inflammation et donc de la douleur arthrosique.

L’activité physique

Je l’ai déjà évoqué mais maintenir une activité physique du chien arthrosique est essentielle. Pas d’efforts violents ni de courses d’endurance, bien sûr! Mais des déplacements aisés, courts, lents et réguliers. C’est le mouvement qui permet au cartilage de se nourrir et de se régénérer. Et le mouvement permet au chien d’éviter de se démuscler par manque d’exercice. La natation est une excellente solution car elle permet de mobiliser les articulations sans contraintes. L’hydrothérapie est donc un très bon traitement adjuvant de l’arthrose.

Les chondroprotecteurs ou protecteurs de cartilages (chondroïtine sulfate, glucosamine, …)

Ces traitements sont utilisés pour favoriser la régénération du cartilage par le liquide synovial (liquide des articulations). On les utilise sur des longues durées, en cures, voire même en continu.

Il existe également des protocoles injectables (ARA 3000 beta) qui ont un effet antalgique et anti-inflammatoire naturel, que votre vétérinaire vous proposera peut-être si cette solution est adaptée à votre animal.

La médecine naturelle, comme l’homéopathie peut également être utilisée en traitement adjuvant. Homeoartril® TVM ou PVB Rhumatismes® chez Boiron (Rhus toxicodendron 5 CH, Bryonia 5 CH, Dulcamara 3 CH, Apis mellifica 4 CH, Ruta graveolens 4 CH, Arnica montana 4 CH, Ledum palustre 4 CH).

D’autres traitements naturels existent, toujours en traitement de soutien et de fond, adjuvant, tels que la griffe du diable (si si! ce n’est pas une blague!), des extraits de moule verte de Nouvelle Zélande (pas une blague non plus, je vous jure que c’est vrai, on est loin du 1er avril!) ou de l’écorce de saule blanc. Je n’ai pas réellement d’avis sur ces traitements de phyto mais je me dis toujours que ça ne peut que faire du bien, alors pourquoi ne pas essayer?

L’obésité chez le chat

21 Juil

Beaucoup de propriétaires pensent, à tort, qu’un chat bien en chair est un chat qui (par définition) a bon appétit et donc est en bonne santé.

C’est une grave erreur de laisser son chat prendre du poids car celà raccourcit de manière significative son espérence de vie.

Qu’est ce que l’obésité et quelles en sont les conséquences?

L’obésité est la maladie nutritionnelle la plus fréquente du chat citadin. Il est essentiel pour son propriétaire d’être conscient qu’il s’agit d’une pathologie prédisposant à d’autres maladies pouvant s’avérer extrèmement dangereuse pour nos compagnons félins. Il faut donc la traiter et – mieux! – la prévenir.

L’obésité prédispose (entre autre) le chat à la lipidose hépatique, au diabète, aux pancréatites, … Ce sont des maladies gravissimes pour le chat.

En plus des prédispositions à ces maladies, l’accumulation de graisses entraîne un inconfort général, de la fatigue, des difficultés à respirer, des douleurs ligamentaires et articulaires, des troubles cutanés (le chat ayant plus de difficulté à se lécher pour faire sa toilette), de l’insuffisance cardiaque, de l’intolérance à l’effort et certains problèmes digestifs comme de la constipation.

De plus, et ce qui est très important, les patients obèses sont plus à risque lors d’anesthésies et compliquent souvent les manipulations chirurgicales.

Quelles sont les causes de l’obésité?

La principale cause de l’obésité est la sédentarité. Le chat de ville mange plus que ses besoins journaliers car il peut parfois s’ennuyer. Et surtout, il fait peu d’exercice. Il y a également des maladies endocriniennes qui peuvent entrainer l’obésité. Une visite chez votre vétérinaire s’impose donc si vous trouvez votre chat trop gros!

Comment puis je savoir si mon chat est obèse?

Si vous êtes inquiet sur le poids de votre chat, il est important qu’un examen général soit fait par votre vétérinaire au préalable afin d’éliminer certaines causes médicales qui peuvent être traitées. Un bilan sanguin et une analyse d’urine sont parfois nécessaires afin de détecter certaines pathologies non diagnosticables au simple examen médical. Si le bilan de santé est normal, une diète amaigrissante sera alors instituée ainsi qu’un programme complet d’amaigrissement.

De manière générale, vous pouvez vous rendre compte que votre chat n’est pas en surpoids si, en le caressant, vous pouvez sentir ses côtes le long de sa cage thoracique sans les voir.

Comment faire maigrir mon chat?

Si vous voulez que le régime de votre chat réussisse, vous devez être convaincu que ce programme est essentiel pour lui. C’est la partie la plus difficile du programme! Si vous êtes convaincu, tout se passera très bien. Si vous avez un doute sur le bien fondé d’un tel régime, l’échec est malheureusement garanti!

Le principe de la réduction pondérale est simple : votre chat doit ingérer moins d’énergie qu’il en dépense. Mais rien ne sert d’affamer votre chat et il est bien sûr exclu de réduire sa ration alimentaire à néant!

Il existe chez votre véto, des aliments spécialement conçus pour la réduction pondérale de votre chat : ces aliments sont pauvres en calories, tout en comblant ses besoins nutritionnels journaliers. Je citerai ici quelques marques : Hill’s r/d, Virbac Calorie Regulation, Specific FRD (croquettes) et FRW (pâtée), Royal Canin Obesity (croquettes ou sachets fraicheurs), … Votre vétérinaire adaptera la ration selon l’âge, la taille, le poids actuel et le poids idéal de votre chat.

Réalisez une transition alimentaire sur 2 ou 3 semaines. Le chat n’aime pas le changement. Et comme il ne faut pas qu’un chat obèse ne mange rien, soyez patient et mélangez son ancienne alimentation à la nouvelle en augmentant progressivement la proportion de la nouvelle par rapport à l’ancienne.

Vous pouvez également augmenter son exercice progressivement en le faisant jouer. Vous pouvez par exemple utiliser un laser (une sorte de petite lampe de poche que vous pouvez vous procurer en animalerie) :

Vous pouvez également utiliser un Pipolino comme distributeur de croquettes. Vous trouverez tous les détails concernant ce distributeur dans un post précédent.

Bref, des solutions existent. Et se rendre compte de l’importance de faire maigrir son chat est essentiel si vous l’aimez et voulez le garder à vos côtés le plus longtemps possible!