Tag Archives: microchip

Bon à savoir … Les obligations légales en 2013

4 Mar

En parcourant ce matin ma presse professionnelle (comment je me la pète là, non?), je suis tombée (sans me faire mal, je vous rassure) sur un article dans le revue de l’Ordre des Médecins Vétérinaires à propos des « obligations réglementaires en 2013 pour les animaux de compagnie ».

Et je pense qu’il est bon de partager avec vous l’essentiel du contenu de cet article.

En quelques mots, cet article rappelle tout ce qui est obligatoire (donc punissable par la loi si ce n’est pas respecté) de faire en matière d’animaux de compagnie.

interdit

Il est donc tout d’abord obligatoire d’identifier (par puce ou tatouage pour la France, par contre seule la puce est reconnue pour sortir du territoire français) :

– tout chat de plus de 7 mois et nés après le 1er janvier 2012

– tout chien de plus de 4 mois né après le 1er janvier 1999

 

Les certificats de vaccination antirabique doivent uniquement être apposés dans les passeports européens.

 

Si l’animal n’est pas identifié, on ne lui délivre pas de passeport européen (et donc, on pourra pas le vacciner officiellement contre la rage).

 

La prise de sang sérologie rage n’est plus nécessaire pour voyager avec son animal en Angleterre.

 

Lorsqu’on voyage à l’étranger avec plus de 5 animaux carnivores domestiques, ce déplacement est considéré comme commercial. En plus du fait que ces animaux doivent être pucés, vaccinés contre la rage et munis d’un passeport, il faut effectuer d’autres formalités. Pour chaque animal, un certificat de bonne santé doit être réalisé par le vétérinaire dans les 24h avant le départ (et renseigné dans la rubrique IX du passeport) mais il faut également un certificat de mouvement, que vous devrez obtenir à la DDPP, et qui sera valide 4 mois.

 

Lors de la cession d’un chien (que vous achetez ou même si l’on vous donne un chien), un certificat vétérinaire est obligatoire.

 

Lors de toute vente d’un chat par un particulier, un certificat vétérinaire de bonne santé datant de moins de 5 jours avant l’achat est obligatoire.

 

Les propriétaires de chiens de première ou deuxième catégorie doivent être titulaires d’un permis de détention. De plus, une évaluation comportementale du chien par un vétérinaire agréé (liste disponible auprès de la DDPP) est également obligatoire.

 

Tout chien ayant mordu une personne doit légalement faire l’objet d’une évaluation comportementale par un vétérinaire agréé (inscrit sur la liste départementale, disponible auprès de la DDPP).

 

L’otectomie (coupe d’oreille) est interdite par la loi, en France. Les autres chirurgies non curatives le sont également, à l’exception de la stérilisation (of course!) et de la caudectomie (elle doit cependant être réalisée dans les 10 premiers jours du chiot).

 

Article inspiré par la Revue de l’Ordre des Vétérinaires, numéro 49, février 2013, pages 13-16

Le chat parisien, un chat d’intérieur : quels soins doit-on lui prodiguer?

8 Mar

« Mon chat ne sort jamais, Docteur, donc, non, je ne le fais pas vacciner car ça ne sert à rien » … « et je ne le vermifuge jamais, non plus » … « mais non, vu qu’il ne sort pas, il ne risque rien« , …

C’est de plus en plus rare mais j’entends encore ce type de discours.

Sous prétexte que le chat parisien, chat 100% d’appartement (mi-tête de lit, mi-canapé) ne sorte pas, on s’imagine parfois qu’il ne nécessite aucun soin de santé.

C’est faux!

Enfin, ce serait vrai pour un chat vivant sous cloche, mais là nous parlons d’un chat, qui ne sort pas, certes, qui n’est pas en contact direct avec d’autres animaux, re-certes, mais vous, vous sortez et vous rentrez chez vous, vous ouvrez vos fenêtres, parfois (enfin j’espère)…

Bref, votre chat peut quand même être en danger.

 

Quels soins doit-on prodiguer à un chat d’appartement, qui ne sort jamais de chez lui? Voilà la qestion à laquelle je vais tenter de répondre dans cet article.

L’IDENTIFICATION

Alors, tout d’abord, un chat, même un chat qui ne sort jamais doit être identifié (puce électronique de préférence, ou tatouage).

Pourquoi? Hé bien tout simplement parce que c’est obligatoire. Et qu’en suite : identifier votre animal, c’est le protéger. Car si votre chat échappait par malheur à votre attention, se faufilait en dehors de votre appartement, et qu’il était ramassé par la fourrière, il pourrait être considéré comme un chat errant et être euthanasié.

Suite à l’identification de votre animal, votre vétérinaire vous remettra un passeport européen, qui est, en quelque sorte, le document officiel de votre chat.

LES VACCINS ET TESTS SANGUINS

Je conseille généralement à mes clients de faire tester leur chat FIV et FeLV. Pour se faire, le vétérinaire réalise une prise de sang et fera (en règle générale) un test directement à la clinique ou via un laboratoire extérieur.

Il faut ensuite faire vacciner votre chat (dès l’âge de 2 mois et à tout âge pour un chat adulte). Le chat d’intérieur doit être vacciné contre le typhus et le coryza, même s’il ne sort jamais! Et même s’il ne rencontre jamais d’autres chats! En effet, ces virus sont transportés par voie aérogène, ou via vous, vos mains, vos chaussures, … sans contact direct avec un autre chat.

Je conseille également à mes clients de faire vacciner leur chat contre la rage, même s’il ne sort jamais.

Pourquoi? Alors là je vous renvoie à cet article que j’ai écrit précédemment et qui vous convaincra, je l’espère.

Le vaccin contre la leucose, si le chat ne sort pas et n’est jamais en contact avec d’autres chats peut clairement être mis de côté.

LES VERMIFUGES

Il faut ensuite vermifuger votre chat régulièrement, même s’il ne sort jamais.

Un chaton doit être vermifugé tous les mois jusqu’à l’âge de 6 mois. Et ensuite au minimum deux fois par an. Si le chat est en contact avec de jeunes enfants, on vermifugera le chat au minimum 4 fois par an.

LA STERILISATION

Un chat parisien, si vous ne le destinez pas à la reproduction, doit être stérilisé.

Les femelles non stérilisées ont très souvent un comportement de miaulements, de roulades, de marquage urinaire, de tentatives de fugues durant leurs périodes de chaleurs … peu compatible avec la vie en appartement. Alors qu’une femelle stérilisée aura un tempérament plus calme et sans « sauts d’humeur », beaucoup plus appréciable.

Avoir un chat mâle non castré en appartement est, selon moi, assez inenvisageable. Le mâle non castré développe une odeur corporelle et urinaire assez désagréable et prenante, ainsi qu’un comportement de griffades, de marquage urinaire intempestif, … peu agréable. Alors qu’un chat castré sera plus calme, plus affectueux, et surtout, n’urinera pas partout dans votre intérieur.

L’ALIMENTATION – LA GESTION DU SURPOIDS

Un chat d’intérieur est prédisposé à l’obésité de part sa sédentarité et un manque fréquent d’exercice. Le chat de ville mange plus que ses besoins journaliers car il peut parfois s’ennuyer.

Si votre chat a tendance à être « rondouillard », il existe chez votre véto, des aliments spécialement conçus pour la réduction pondérale de votre chat : ces aliments sont pauvres en calories, tout en comblant ses besoins nutritionnels journaliers. Vous pouvez également augmenter son exercice progressivement en le faisant jouer. Vous pouvez par exemple utiliser un laser (une sorte de petite lampe de poche que vous pouvez vous procurer en animalerie), dont il va s’amuser à courser le faisceau lumineux sur le sol. Vous pouvez également utiliser un Pipolino, ou un Aikiou comme distributeur de croquettes.

LES SOINS DIVERS

Les chats à longs poils devront être brossés régulièrement, c’est à dire au moins une fois par jour, afin d’éviter les noeuds d’une part, et d’éviter d’autre part qu’ils n’ingèrent trop de poils.

Si le chat a tendance à vomir régulièrement des boules de poils qu’il n’arrive pas à digérer, on lui donnera des compléments alimentaires appétents sous forme de pâte orale (Catmalt®, Savorial®, …) qui favoriseront l’élimination des poils au fur et à mesure par les voies naturelles.

LA VISITE ANNUELLE CHEZ LE VETERINAIRE

Ensuite, comme on a bien appliqué tout ce que je viens de dire, et vu que le chat d’intérieur a bien mérité une visite annuelle de santé chez son vétérinaire préféré (ne fut ce que pour ses rappels de vaccins annuels), votre vétérinaire vous conseillera dans les soins supplémentaires à lui apporter : détartrage (en cas de présence de tartre associée ou non à de la gingivite), bilan sanguin (en cas de suspicion d’une maladie ou de routine chez le chat senior), analyses d’urine, …

 

Car ce n’est pas parce que un chat vit en intérieur qu’il doit être laissé pour compte!

Parce qu'il le VEAU bien!

Parce qu'il le VEAU bien!

Le tatouage en 2011, c’est fini!

9 Avr

En France, depuis une loi adoptée en 1999, l’identification (par puce électronique ou tatouage) est obligatoire avant toute cession pour les chats, et avant toute cession et pour tous les chiens âgés de plus de 4 mois nés après 1999.

En clair, un chaton né dans une maison et y restant ne doit pas être identifié légalement. Par contre si ce chaton est donné ou vendu, il doit l’être.

Tous les chiens doivent eux être identifiés.

Le droit européen (règlement 998/2003) régit les mouvements non commerciaux des chiens, chats et furets.

Pour voyager au sein de l’Union européenne, ces espèces doivent obligatoirement être porteuses d’un passeport (seul document d’identification reconnu) et présenter une vaccination contre la rage en cours de validité dans le pays de résidence de l’animal. En France, cette validité est de un an.

Jusqu’au 3 juillet 2011, le tatouage et la puce sont reconnus (sauf au Royaume-Uni et en Irlande, où seule la puce est valable). Puis, à partir du 4 juillet 2011, la puce sera l’unique moyen d’identification dans l’Union européenne permettant la délivrance d’un passeport.

Depuis le 03 juillet 2011 seule la puce électronique est reconnue comme moyen d’identification pour les voyages au sein de l’Union européenne, sauf pour les animaux identifiés par tatouage avant cette date.

Le droit européen ne rend pas l’identification par puce obligatoire si l’animal reste dans son pays d’origine. Il le deviendra par contre en cas de déplacement transfrontalier.