Tag Archives: lapin

Le printemps … c’est le moment de faire vacciner votre lapin!

25 Mar

La vaccination des lapins de compagnie n’est pas une généralité, et c’est bien dommage pour eux.

Les NAC’s sont moins médicalisés que les chiens et les chats, cela va sans dire. Attention, je n’ai pas dit que vous, propriétaire d’un lapin, ne vous occupiez pas bien de votre compagnon. Je dis juste qu’il s’agit d’une constatation générale …

Et pourtant …

bugs

Les maladies contre lesquelles un lapin peut (doit?) être vacciné sont la myxomatose et la maladie hémorragique du lapin (V.H.D.).

Je vous conseille de faire vacciner votre lapin dans tous ces cas de figure :

– si votre lapin sort,

– s’il vit avec un chien ou un chat (qui peut lui transmettre des puces et/ou des tiques),

si vous vivez près d’un élevage de lapins, près d’une surface d’eau, dans une région à moustiques,

– si votre lapin mange du foin et des légumes/fruits.

Bref, vous reconnaîtrez quasi systématiquement le mode de vie de votre lapin dans l’un des cas précités.

Il n’y a que les lapins d’appartements qui n’en sortent jamais et qui sont nourris exclusivement aux mélanges de grains, qui ne doivent pas systématiquement être vaccinés. Mais ce type de détention et d’alimentation est plus que discutable car un lapin a besoin d’espace, adore gambader, et surtout, il DOIT être nourris avec des aliments frais.

Donc…

lapin

 

La myxomatose est une maladie virale excessivement contagieuse. Le lapin s’infecte soit par contact direct avec un lapin infecté (malade ou porteur sain de la maladie), soit par voie indirecte (par les puces, tiques, moustiques). C’est une maladie grave et mortelle. Un lapin atteint présentera les symptômes suivants : conjonctivite, écoulements oculaires, hyperthermie, abattement, anorexie, masses cutanées (=myxomes), infections et inflammations diverses telles que pneumonie, … Il est rare que l’on puisse sauver le lapin et si c’est le cas, il en garde fréquemment des séquelles.

La maladie hémorragique est également une maladie virale. Elle se transmet par contact direct (via un animal malade) ou par contact indirect (via des insectes, des plantes ou par vous et vos chaussures via les urines ou excréments d’animaux malades). C’est également une maladie très grave et rapidement mortelle. Les symptômes du VHD sont : hémorragies en tous genres (comme son nom l’indique) (nasales, buccales, digestives, mais aussi hémorragies internes), rhinites, troubles respiratoires, anorexie, abattement, convulsions, … Le traitement du VHD est illusoire car la mort est très rapide. C’est la raison pour laquelle cette maladie est souvent diagnostiquée en autopsie.

Quand et comment faire vacciner son lapin?

Pour faire vacciner son lapin, on prend rendez vous chez son vétérinaire bien sûr!

La vaccination est un acte médical et à ce titre il n’y a que les vétérinaires qui sont habilités à la faire. Un lapin sera vacciné dès son plus jeune âge, en tous cas dès l’âge de 6 semaines (si le lapin vit en milieu à risque, la vaccination est possible dès l’âge de 4 semaines). Une injection de rappel doit parfois être pratiquée un mois après cette première injection selon le vaccin et le protocole utilisé.

Ensuite, classiquement, on pratiquera une injection de rappel soit annuellement, soit tous les 6 mois, selon le protocole vaccinal qui sera déterminé avec votre vétérinaire. L’idéal étant de réaliser ces injections bi annuelles au printemps et en automne, car l’efficacité de l’un de ces protocoles de vaccination est optimale durant les 3-4 mois suivant l’injection. On réalise donc un vaccin au printemps pour être certain que le lapin soit bien protégé durant la période propice au développement des moustiques.

Si vous habitez une région à risque (Sud de la France) ou si vous y voyagez souvent avec votre lapin, il est même conseillé de faire une injection de rappel vaccinal tous les 4 mois (3x/an, donc) car on estime que le vaccin myxomateux n’est pas tout à fait efficace 6 mois durant.

Les effets secondaires possibles de la vaccination sont ceux de toute injection. Une réaction locale peut apparaître, à savoir une petite masse au site d’injection, qui disparaît généralement en quelques jours. Des réactions allergiques anaphylactiques peuvent également exister, mais c’est extrêmement rare (je n’en ai jamais vu chez un lapin), et malheureusement, c’est le lot de tout produit injectable!

Petite note supplémentaire : en parallèle de ces vaccins et compte tenu du mode de transmission des maladies précitées, on n’oublie pas de traiter régulièrement son lapin contre les puces/tiques/moustiques à l’aide d’un produit adapté! (disponible chez votre véto).

Que faire si vous trouvez un animal?

12 Juil

Vous avez trouvé un animal : que devez vous faire? quels sont les bons réflexes à avoir?

Après avoir recueilli un chat ou un chien perdu, vérifiez tout d’abord qu’il porte ou non un collier. Avec un peu de chance, ce collier sera peut être équipé d’une médaille avec les coordonnées du propriétaire…

S’il ne porte pas de médaille, regardez attentivement à l’intérieur de ses oreilles afin de voir si vous y lisez un tatouage. Chez les chiens, il peut parfois se situer face interne de la cuisse.

Si vous identifiez un tatouage, passez un coton imbibé d’alcool sur celui ci afin de dégraisser un peu la peau. Si le tatouage est peu lisible au niveau de l’oreille, placez une lumière vive derrière le pavillon de celle ci, cela vous en facilitera la lecture. Notez précieusement le tatouage, voire uniquement les lettres et les chiffres dont vous êtes certains, en remplaçant ceux sur lesquels vous doutez par un « ? ». L’organisme d’identification se basera sur les chiffres et les lettres dont vous êtes certains et sur la description de l’animal pour retrouver son ou sa propriétaire.

Appelez ensuite l’i-CAD (le Fichier National d’identification des Carnivores Domestiques) au 0810 778 778.

ICAD

Vous pouvez également déclarer l’animal que vous avez trouvé en ligne sur le site de l’i-CAD : https://www.i-cad.fr/index.php/declarer-un-animal-trouve

Si l’animal n’est pas tatoué, tout n’est pas perdu!

Il porte peut être une puce électronique. Pour la lire, il faut un lecteur.

Sachez que les furets sont eux aussi identifiés par des puces électroniques. Si vous trouvez un petit furet, il y a de grandes chances qu’il appartienne donc à quelqu’un et que vous puissiez retrouver son propriétaire.

Pour les chats, les chiens et les furets : appelez soit le vétérinaire le plus proche de chez vous (attention, il ne gardera probablement pas par la suite dans son chenil l’animal dont il ne connaît pas le statut vaccinal!), soit un refuge de SPA ou une fourrière. Vous pouvez également appeler la gendarmerie ou le commissariat de police le plus proche.

Vous trouverez les coordonnées des refuges et fourrières dans les Pages Jaunes, sur le web, ou via le site de 30 Millions d’Amis (http://www.30millionsdamis.fr/agir-pour-les-animaux/adoptez-moi/recherche-refuges-animaliers.html)

Vous pouvez ensuite soit laisser l’animal au refuge, soit le ramener chez vous le temps que l’on retrouve ses propriétaires.

N’oubliez pas de prévenir quoi qu’il arrive les vétérinaires, commissariats de police et de gendarmerie et les associations de protection animale proche de l’endroit où vous avez trouvé l’animal pour leur donner un descriptif de l’animal trouvé.

Affichez éventuellement également des affiches dans les commerces de proximité, histoire d’augmenter ses chances de retrouver son maître.

hello

Malheureusement, à l’approche des vacances, on ne va pas se voiler la face : la plupart des animaux perdus sont en fait des animaux abandonnés. Raison de plus pour retrouver ces indignes individus!

Si vous trouvez un oiseau :

  • Capturez le avec prudence. Attention aux serres des rapaces et aux coups de bec. Soyez calme, surtout s’il est blessé. L’oiseau est capturé avec précaution et sans précipitation, à l’aide d’un tissu épais  (serviette, vêtement…). Il sera maintenu les ailes collées au corps et la tête cachée.
  • Ne lui donnez ni à manger ni à boire, car vous risquez de l’étouffer ou de lui donner une nourriture inadaptée.
  • Isolez le au calme. Placez l’oiseau dans un carton et dans une pièce calme et tempérée. Ne le mettez pas en cage : il risquerait de se blesser. Choisissez un modèle de carton adapté à la taille de l’oiseau (évitez un modèle trop grand où l’oiseau serait ballotté durant le transport). Percez quelques trous pour l’aération (évitez les ouvertures trop grandes) et placez du papier journal dans le fond. Refermez le carton.
  • Contactez un centre de protection des oiseaux. Espace Rambouillet, Route du Coin du Bois, 78120 Rambouillet. Tel : 01.34.94.95.02. Ou Ecole Nationale Vétérinaire d’Alfort, 7 Avenue du Général de Gaulle, 94704 Maisons Alfort Cedex. Tel : 01.43.96.70.20. Mail : cedar@vet-alfort.fr
  • Joindre au carton une feuille de renseignements (lieu, date et conditions de découverte de l’oiseau…) : http://www.lpo.fr/detresse/doc/Page5feuillederenseignementstype.pdf

Si l’oiseau est bagué, vous pouvez également contacter le C.R.B.P.O., qui vous indiquera la marche à suivre. Tel : 01 40 79 57 28. Fax : 01 40 79 38 35. Adresse : Case Postale 51, 55 rue Buffon, 75005 Paris. Ou par mail : bagues@mnhn.fr.

Si vous trouvez un cheval (ne rigolez pas, à la campagne, ça peut arriver!) : appelez la gendarmerie, les pompiers ou le commissariat de police le plus proche. Vous pouvez également appeler le Groupe de Recherche des Équidés Volés au 02 31 31 54 22.

Si vous trouvez un petit animal domestique autre qu’un chien/chat/furet/oiseau … bon courage! Lapins, hamsters, cobayes, … ces animaux ne sont pas identifiés. La seule chose que vous puissiez faire est :

– d’avertir une association de protection animale en leur faisant parvenir une description de l’animal, avec une photo, et ensuite :

– soit de recueillir l’animal chez vous et de placarder des affiches avec une photo de l’animal et vos coordonnées dans le quartier où vous l’avez trouvé

– soit amener l’animal à la fourrière la plus proche

Si vous trouvez un reptile ou un animal exotique, prévenez les pompiers (18) : ils sont habitués et formés pour ce type d’interventions.

Quoi qu’il en soit, si vous voulez jouer à Crocodile Dundee et tenter de l’attraper : soyez sûr de ce que vous faites! Sinon, attendez l’arrivée des pompiers! Et lavez vous toujours les mains après avoir manipulé un reptile car il peut être porteur de maladies (salmonelles par exemple).

Je ne suis pas spécialiste en la matière mais pour neutraliser un reptile, jetez un grand drap, un linge ou un vêtement sur celui-ci et attrapez le en douceur. Caché dans le linge, il s’immobilisera … normalement! Un serpent se tient toujours à deux mains : une juste derrière la tête et l’autre main vers la queue.

Ne nourrissez jamais un reptile que vous venez de trouver! Et attention au choc thermique! Si vous l’avez trouvé dehors par 5°C, ne l’emmenez pas brutalement dans une ambiance chauffée à 25°C et idem dans l’autre sens (du chaud au froid)!

Placez rapidement le reptile dans une boite en carton et percez quelques petit trous pour assurer une aération suffisante. Ensuite, contactez très rapidement les pompiers ou un centre de protection animale ou la fourrière.

Si vous trouvez une tortue dans la « nature », assurez-vous qu’il  ne s’agit de l’une des trois espèces de tortues (la tortue d’Hermann, la Cistude d’Europe et  l’Émyde lépreuse) qui vit à l’état sauvage en France. Ces espèces sont  protégées par la loi et il est interdit de les déplacer ou de les transporter!

Tortue de Hermann Source : Wikipedia

Tortue de Hermann
Source : Wikipedia

Cistude d'Europe Source : Wikipedia

Cistude d’Europe
Source : Wikipedia

Emyde lépreuse Source : Wikipedia

Emyde lépreuse
Source : Wikipedia

S’il  s’agit d’une autre espèce de tortue (qui n’est pas originaire de France, comme la tortue aquatique de Floride par exemple) ou si vous trouvez la tortue en pleine rue en ville, contactez rapidement les pompiers ou un refuge pour tortues (vous trouverez sur le net les coordonnées du refuge le plus proche de chez vous), qui vous indiquera la marche à suivre pour son sauvetage et son placement.

Si vous trouvez un animal sauvage (renard, chauve souris, lièvre, petit carnivore, …), c’est qu’il est probablement blessé, sinon il ne se laisserait pas approcher. Si l’animal est sur la voie publique, il représente un danger pour la circulation : vous pouvez donc contacter la gendarmerie ou les pompiers qui se chargeront de son évacuation (et de ses soins via un vétérinaire sapeur pompier).

Quoi qu’il en soit, soyez très prudent! Gardez toujours à l’esprit que les animaux sauvages peuvent transmettre des maladies potentiellement dangereuses à l’homme (zoonoses)!

Vous pouvez joindre :

l’UFCS (Union Française des Centres de Sauvetage de la faune sauvage) : 6, rue des Gombards 89 100 Fontaine La Gaillarde. Vous trouverez les coordonnées des centres régionaux sur leur site internet : http://www.uncs.chez.com/

l’ONCFS (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage) : 83, bis avenue de Wagram BP 236 75 822 Paris Cedex 17. Téléphone : 01 44 15 17 17. Site internet : http://www.oncfs.gouv.fr/.

L’ONFCS a édité un petit guide à ce sujet, que vous pouvez télécharger ICI.

La période de la mue, une période à risque pour les lapins

24 Avr

Le début du printemps (qui arrive un peu tard cette année) annonce le début de la mue chez tous nos animaux domestiques.

Qui dit mue dit perte de poils > ingestion de poils et risques divers.

L’occlusion est une des pathologies digestives les plus fréquentes chez le lapin.

Le plus souvent, le blocage se situe au niveau de l’estomac, mais peut aussi se localiser dans l’intestin grêle, au niveau de l’anus, ou de toute autre portion du tube digestif.

Elle résulte généralement d’un blocage du transit digestif par des boules de poils (ou des corps étrangers ou des tumeurs).

Les boules de poils sont la raison la plus fréquente d’occlusion digestive. Lors de la mue, le lapin avale de grosses quantités de poils en faisant sa toilette.

Les poils se mélangent au contenu de l’estomac et durcissent  pour former de grosses boules de poils qu’on appelle aussi “trichobézoards” (à défaut d’être un mot courant, ça fait érudit, et vous ferez des points au Scrabble!).

Le problème c’est que cette boule très dure (qui se localise le plus souvent dans l’estomac) obstrue le passage des aliments et le transit est alors complètement bloqué.

Les symptômes d’obstruction digestive sont les suivants :

– Le lapin mange de moins en moins et finit par ne plus manger

– Les crottes sont de plus en plus petites et sèches, elles sont de plus en plus rares avant de disparaître

– Le lapin est moins actif, voire carrément prostré et en hypothermie

Dans tous les cas d’occlusion, il s’agit d’une réelle urgence!

Je vais vous donner quelques conseils mais qui ne se substitueront jamais à une visite et une consultation rapide chez votre vétérinaire car il n’y a que lui qui pourra définir la cause de l’occlusion et surtout sa localisation (par palpation de l’abdomen de votre lapin, voire en réalisant une radio et/ou une échographie de son abdomen).

Que faut-il faire en attendant la visite chez votre vétérinaire?

1. Il faut s’assurer que votre lapin ne se déshydrate pas. En effet, en cessant de manger, il diminue aussi ses apports en eau. N’hésitez pas à le forcer à boire à l’aide d’une petite seringue. Un lapin doit boire 70ml d’eau par kilo de poids corporel et par jour. Apportez lui cette quantité d’eau répartie en une dizaine de fois sur la journée. Par exemple, si votre lapin pèse 500 grammes, il lui faut donc 35ml d’eau par jour. Vous lui donnerez donc à boire à la seringue (sans l’aiguille, bien sûr!) 10 fois 3,5ml d’eau sur une journée.

2. Donnez de l’ananas frais à manger à votre lapin. S’il refuse de manger, faites lui boire du jus d’ananas frais. Pas de jus pasteurisé. L’ananas frais contient des enzymes qui détruiront petit à petit certains composants des boules de poils et les feront se désintégrer.

3. Vous pouvez lui donner de très petites quantités d‘huile de paraffine, que vous trouverez pure en pharmacie ou en gel chez votre vétérinaire. Ne donnez pas d’autre huile que l’huile de paraffine à votre lapin! Pas d’huile d’olive ou autre! Toute autre huile que l’huile de paraffine est très mal tolérée par le lapin et peut induire des pancréatites. Et même avec l’huile de paraffine, soyez très vigilant et demandez au préalable l’aval de votre vétérinaire. En règle générale, on donne à boire au lapin 1 à 2ml de paraffine pure matin et soir, à l’aide d’une petite seringue, pendant maximum 3 jours. L’huile de paraffine restant à 100% dans le tube digestif (car elle n’est pas digérée ni absorbée), elle fera “glisser” en douceur les boules de poils si elles ne sont pas trop volumineuses.

4. Il faut absolument éviter qu’un lapin ne jeûne trop longtemps. Nourrissez également de force votre lapin avec des compotes de fruits sans sucres ajoutés, des soupes de légumes verts (soupes fraîches ou en brique) ou des petits pots fruits et légumes pour bébés. Evitez par contre les petits pots ou les soupes à base de pommes de terre. Ceci dit, si la boule de poils est de taille trop importante, elle bloquera totalement le transit, et comme le lapin est une espèce qui ne vomit pas, les aliments risquent de s’accumuler dans l’estomac. D’où la nécessité absolue de la consultation chez votre vétérinaire!

En plus de cela, votre vétérinaire pourra vous prescrire des médicaments (antispasmodiques digestifs, antibiotiques dans les cas de risques d’entérotoxémies liées au blocage du transit, …). Et parfois, si la boule est trop grosse (ou si on a attendu trop longtemps avant de consulter!), il n’y aura que la chirurgie qui sera efficace pour la déloger.

Il est donc très important de brosser régulièrement votre lapin en période de mue, surtout si c’est une race à longs poils.

Tous à vos brosses et peignes, donc! Une fois par jour en période de mue est un strict minimum!

Comment couper les griffes de son chat / chien / lapin / … sans stress

28 Jan

Couper les griffes de son animal n’est pas salvateur que pour nos bras, nos jambes ou notre nouvel intérieur! Il en va souvent également du confort de notre compagnon…

Un arbre à chat ou un griffoir permettra déjà dans un premier temps qu’un chat « lime » ses griffes, mais parfois celà ne suffit pas.

Sortir régulièrement son chien, le laisser gratter le sol permet une usure progressive de ses ongles.

Des griffes trop longues peuvent créer un inconfort lors des déplacements, elles peuvent également se casser ou pousser tellement qu’elles se recourbent en s’incarnant dans un coussinet, générant douleur et infections.

 

Alors comment faire?

Tout d’abord, rassurez vous et sachez que c’est à 100% indolore. Comme couper nos ongles à nous.

Ensuite, essayez d’habituer votre animal à cette manipulation le plus jeune possible.

Enfin : équipez vous! Utilisez un coupe griffe spécifique, c’est à dire comme ceci :

Coupe griffes pour chats, NAC’s et petits chiens

Coupe griffes pour chats, NAC’s et petits chiens

Coupe ongles pour chien de taille moyenne à grande

Coupe ongles pour chien de taille moyenne à grande

Ces coupe ongles sont en vente dans les bonnes animaleries ou chez votre vétérinaire.

N’utilisez pas de ciseaux ou de coupe ongle « humain »… Pas adapté!

Placez votre animal sur une table ou sur vos genoux. S’il remue beaucoup, faites vous aider par quelqu’un qui le maintiendra en place pour vous faciliter la tâche.

Faites sortir les griffes en saisissant l’extrémité de la patte. Pressez délicatement la dernière phalange de la griffe à couper, entre le pouce (face supérieure de la griffe) et l’index (sous la griffe)… Comme ça :

 

Repérez un petit triangle rose à la base de l’ongle : il s’agit de la matrice de l’ongle (qui contient veine et nerfs) qu’il ne faut pas blesser en coupant l’ongle.

A l’aide de votre coupe griffe, coupez la partie translucide de l’ongle. Ne craignez rien, il ne sent absolument rien!

Essayez de couper tant que possible en formant un angle de 45° avec le sol quand la griffe est dans sa position physiologique (c’est à dire parallèle au sol et aux coussinets quand vous poussez la griffe en extension entre votre pouce et votre index).

Coupe de griffes de chat

chien coupe

Coupe de griffes de chien

Coupe de griffes de furet

Coupe de griffes de furet

Coupe de griffes de lapin

Coupe de griffes de lapin

Attention toutefois à ne pas toucher la partie rose. Vous pourriez provoquer un léger saignement et le blesser. Si c’est le cas, ça saigne mais ce n’est pas très grave, … respirez! et appliquez un coton imbibé avec de l’eau oxygénée à 10 %, jusqu’à l’arrêt du saignement.

Pour un chien qui a les ongles noirs et dont on ne voit pas la veine par transparence, c’est plus compliqué, je vous l’accorde. Mais on s’aide alors de points de repères.

Etendez de manière maximale la griffe en pressant sur l’articulation griffe / phalange. On coupera tout ce qui dépasse d’une ligne imaginaire que l’on tracerait parallèlement et horizontalement au coussinet de l’ongle correspondant.

C’est à dire que sur ce cas précis, on couperait ici :

chien coupe

 

Coupez les ongles des pattes avant environ tous les mois et ceux des pattes de derrière environ tous les deux mois.

Et si vous ne vous en sentez toujours pas capable, demandez à votre vétérinaire ou à son assitante : je suis certaine qu’ils vous aideront avec le plus grand plaisir!

La pyramide alimentaire du lapin

31 Mai

Les besoins alimentaires du lapin peuvent être schématisés par une pyramide : de la base de son alimentation (le principal à lui donner, en plus grandes quantités) jusqu’au sommet (le plus éloigné de ses besoins de base, en quantités restreintes) …

Et vous pourriez être bien étonnés de la constitution de cette pyramide!

 

La base de la pyramide (donc l’essentiel de son alimentation) est composé par le FOIN. En effet, le foin doit constituer 75 à 80% du volume alimentaire du lapin. Eh oui, c’est beaucoup!

Le conseil de base que je pourrais vous donner est de lui en donner à volonté. Et si l’on veut se donner une idée du volume journalier à donner à son lapin, on peut considérer qu’il faut lui donner par jour l’équivalent du volume de son propre corps.

 

Au dessus du foin vient directement la VERDURE. Bien fraiche, la verdure constitue le second type d’aliment à donner en priorité à son lapin, en minimum 2 repas par jour et en variant le plus possible le type de légumes.

Quelle verdure? Pour tous les légumes qui vont suivre, on les donne crus, frais et bien lavés! Pas de légumes surgelés-dégelés ni de conserves!

Céléri, fanes de radis, de navets, roquette, salades en tous genres, thym, romarin, basilic, estragon, coriandre, … Pour tous ces légumes, allez y sans compter!

Vous pouvez également donner, mais en quantités plus limitées : du chou vert, chou frisé, chou fleur, des carottes et fanes de carottes, des épinards, des endives, des haricots verts, de la menthe, du persil, du poivron, du pissenlit, du cresson, …

Et on ne donne jamais de pomme de terre, de patate douce, de laitue, d’ail, d’oignons, d’avocat, de soja, de chou blanc : JAMAIS!

En troisième partie dans la pyramide de l’alimentation du lapin viennent … LES GRANULÉS. Oui, oui! Les granulés ne peuvent pas constituer l’aliment principal de votre lapin. Halte donc aux idées reçues (lobbying – oblige!) : on ne nourrit pas son lapin avec des granulés! On en donne, certes, mais en petite quantité, et de manière rationnée!

Je conseille d’en donner maximum 50g par jour pour un lapin de taille moyenne (2-3kg) et d’en proposer le matin et le soir, de mettre les granulés pendant une heure à disposition du lapin, et ensuite d’enlever le bol.

 

Tout en haut de la pyramide viennent se hisser les FRIANDISES. J’inclus dans les friandises les fruits, et personellement, je proscris totalement les « drops » et bonbons en tous genres pour lapins (ceci dit, en donner occasionellement un ne tuera pas votre loulou, on est bien d’accord!). Vous pouvez donc donner des fruits, certes, mais enlevez systématiquement les pépins et autres noyaux. Donnez les en toutes petites quantités, murs, et toujours bien lavés et bien frais.

Les fruits à privilégier sont bien sûr les fruits de saison. En été, quand il fait chaud, donnez plutôt des fruits riches en eau : tomate (oui, la tomate est un FRUIT! héhé!), pastèque, melon, … cela apportera un suplus d’hydratation à votre lapin! Mais toujours en petites quantités!

 

Donc, petit récap’ visuel (attention, grande réalisation graphique par mes soins, sous vos applaudissements, s’il vous plait, merci!) :

 

… Et bon appétit à votre boule de poils!

 

——————————–

POST SCRIPTUM :

Merci à certains lecteurs et certaines lectrices de me signaler de ne pas oublier de vous rappeler qu’il ne faut PAS DONNER de pain, de chocolat, de sucre, de fruits secs à votre lapin!

Comme un lapin au printemps

12 Mai

Les beaux jours sont de retour!!!! ENFIN!

Vous êtes l’heureux propriétaire d’un lapin et vous désirez le laisser sortir pour profiter des beaux jours. Bravo! C’est une très bonne chose!

Mais avant tout, il y a quelques précautions à prendre.

 

Source : Wikipedia

Un lieu de sortie adapté.

Assurez vous tout d’abord que l’espace dans lequel vous allez le laisser sortir est adapté. Un jardin clôturé est l’endroit idéal pour le laisser gambader. Evitez les lieux publics des grandes villes. Par exemple : les pelouses « cracra » du Champ de Mars ou des Invalides : non! Combien de chiens dont on ignore l’état de santé vont y faire leurs besoins au mètre carré??

Un jardin privé est donc l’endroit idéal mais vérifiez qu’il soit bien clôturé et que votre lapin ne puisse s’enfuir ni en sautant au dessus, ni en creusant en dessous du grillage de la clôture.

Eloignez du jardin les chiens et les chats (saufs, bien sûr, si ils sont habitués à la présence régulière de votre lapin).

Aménagez une zône d’ombre et vérifiez que le climat au moment de la sortie ne soit pas pluvieux, pas trop chaud (pas au delà de 25°C), pas trop humide ni trop venteux (benh oui, c’est sensible ces petits chouchoux là).

Mettez de l’eau à sa disposition et incitez le à boire! Si il fait chaud, n’hésitez pas à le vaporiser à l’aide d’un brumisateur (surtout au niveau de ses oreilles car c’est à cet endroit que se fait essentiellement la thermorégulation chez le lapin).

Attention aussi aux plantes toxiques auquelles il pourrait avoir accès. L’herbe, les pissenlits, les trèfles, … ok, pas de problème. En cas de doute sur une plante, grillagez la pour qu’il ne puisse pas l’atteindre.

Comme il n’a probablement pas l’habitude de manger beaucoup d’herbe chez vous, l’idéal est de l’habituer petit à petit. Laissez le en manger un tout petit peu les premiers jours, quitte à le rentrer si il s’obstine à vouloir en manger plus. Car un changement trop brutal d’alimentation n’est jamais conseillé chez le lapin!

Durant sa sortie : surveillez le. N’oubliez pas que ce n’est pas sont environnement naturel, à lui, le petit citadin d’appartement!

La vaccination.

Faire vacciner son lapin est absolument indispensable si vous le laissez sortir. On vaccine le lapin contre la myxomatose et la maladie hémorragique.

Selon le vaccin utilisé, un rappel vaccinal devra être pratiqué une, deux, ou trois fois par an.

Les anti-parasitaires.

Un lapin qui sort doit être protégé contre les parasites (les puces, les tiques, les acariens, …). Il faut donc lui appliquer un antiparasitaire externe et le vermifuger régulièrement.

N’appliquez pas n’importe quoi sur votre lapin. N’utilisez pas l’antiparasitaire de votre chien ou de votre chat (qui peuvent s’avérer carrément mortels pour le lapin). Demandez systématiquement conseil à votre véto!

Et n’appliquez pas d’huiles essentielles répulsives non plus (style huiles essentielles de géranium dont je vois souvent parler dans des forums NAC’s mais qui peuvent gravement irriter voire brûler la peau du lapin).

Si le jardin est infesté de moustiques, vous pouvez protéger la zone où vous laisserez sortir votre lapin à l’aide d’une moustiquaire.

Garre aussi aux mouches qui peuvent pondre leurs oeufs sur l’arrière train du lapin (si il est souillé par de l’urine ou des matières fécales). Veillez donc à lui nettoyer régulièrement les fesses!

 

 

… Bonnes sorties!

Période de mue, période à risque chez les lapins!

5 Mar

Le début du printemps annonce le début de la mue chez tous nos animaux domestiques.

Qui dit mue dit perte de poils, ingestion de poils et risques divers.

L’occlusion est une des pathologies digestives les plus fréquentes chez le lapin.

Le plus souvent, le blocage se situe au niveau de l’estomac, mais peut aussi se localiser dans l’intestin grêle, au niveau de l’anus, ou de toute autre portion du tube digestif.

Elle résulte généralement d’un blocage du transit digestif par des boules de poils (ou des corps étrangers ou des tumeurs).

Les boules de poils sont la raison la plus fréquente d’occlusion digestive. Lors de la mue, le lapin avale de grosses quantités de poils en faisant sa toilette.

 

Les poils se mélangent au contenu de l’estomac et durcissent  pour former de grosses boules de poils qu’on appelle aussi “trichobézoards” (à défaut d’être un mot courant, ça fait érudit, et vous ferez des points au Scrabble!).

 

 

Le problème c’est que cette boule très dure (qui se localise le plus souvent dans l’estomac) obstrue le passage des aliments et le transit est alors complètement bloqué.

Les symptômes d’obstruction digestive sont les suivants :

– Le lapin mange de moins en moins et finit par ne plus manger

– Les crottes sont de plus en plus petites et sèches, elles sont de plus en plus rares avant de disparaître

– Le lapin est moins actif, voire carrément prostré et en hypothermie

 

Dans tous les cas d’occlusion, il s’agit d’une réelle urgence.

Je vais vous donner quelques conseils mais qui ne se substitueront jamais à une visite et une consultation rapide chez votre vétérinaire car il n’y a que lui qui pourra définir la cause de l’occlusion et surtout sa localisation (par palpation de l’abdomen de votre lapin, voire en réalisant une radio et/ou une échographie de son abdomen).

Que faut-il faire en attendant la visite chez votre vétérinaire?

1. Il faut s’assurer que votre lapin ne se déshydrate pas. En effet, en cessant de manger, il diminue aussi ses apports en eau. N’hésitez pas à le forcer à boire à l’aide d’une petite seringue. Un lapin doit boire 70ml d’eau par kilo de poids corporel et par jour. Apportez lui cette quantité d’eau répartie en une dizaine de fois sur la journée. Par exemple, si votre lapin pèse 500 grammes, il lui faut donc 35ml d’eau par jour. Vous lui donnerez donc à boire à la seringue (sans l’aiguille, bien sûr!) 10 fois 3,5ml d’eau sur une journée.

2. Vous pouvez lui donner de l‘huile de paraffine, que vous trouverez pure en pharmacie ou en gel chez votre vétérinaire. Ne donnez pas d’autre huile que l’huile de paraffine à votre lapin! Pas d’huile d’olive ou autre! Toute autre huile que l’huile de paraffine est très mal tolérée par le lapin et peut induire des pancréatites. Et même avec l’huile de paraffine, soyez très vigilant et demandez l’aval de votre vétérinaire. En règle générale, on donne à boire au lapin 1,5 à 2,5ml de paraffine pure matin et soir, à l’aide d’une petite seringue, pendant maximum 3 jours. L’huile de paraffine restant à 100% dans le tube digestif (car elle n’est pas digérée ni absorbée), elle fera “glisser” en douceur les boules de poils si elles ne sont pas trop volumineuses.

3. Donnez de l’ananas frais à manger à votre lapin. S’il refuse de manger, faites lui boire du jus d’ananas frais. Pas de jus pasteurisé. L’ananas frais contient des enzymes qui détruiront petit à petit certains composants des boules de poils et les feront se désintégrer.

4. Il faut absolument éviter qu’un lapin ne jeûne trop longtemps. Nourrissez également de force votre lapin avec des compotes de fruits sans sucres ajoutés, des soupes de légumes verts (soupes fraîches ou en brique) ou des petits pots fruits et légumes pour bébés. Evitez par contre les petits pots ou les soupes à base de pommes de terre. Ceci dit, si la boule de poils est de taille trop importante, elle bloquera totalement le transit, et comme le lapin est une espèce qui ne vomit pas, les aliments risquent de s’accumuler dans l’estomac. D’où la nécessité absolue de la consultation chez votre vétérinaire!

En plus de cela, votre vétérinaire pourra vous prescrire des médicaments (antispasmodiques digestifs, antibiotiques dans les cas de risques d’entérotoxémies liées au blocage du transit, …). Et parfois, si la boule est trop grosse (ou si on a attendu trop longtemps avant de consulter!), il n’y aura que la chirurgie qui sera efficace pour la déloger.

Il est donc très important de brosser régulièrement votre lapin en période de mue, surtout si c’est une race à longs poils.

Tous à vos brosses et peignes, donc!

 

Les vaccins chez le lapin

26 Jan

La vaccination chez le lapin de compagnie est loin d’être une généralité. Les NAC’s sont moins médicalisés que les chiens et les chats, cela va sans dire. Attention, je n’ai pas dit que vous, propriétaire d’un lapin, ne vous occupiez pas bien de votre compagnon. Je dis juste qu’il s’agit d’une constatation générale …

Et pourtant …

Les maladies contre lesquelles un lapin peut être vacciné sont la myxomatose et la maladie hémorragique du lapin (V.H.D.).

Personnellement, je vous conseille de faire vacciner votre lapin dans tous ces cas de figure : votre lapin sort, vit avec un chien ou un chat (qui peut lui transmettre des puces et/ou des tiques), vous vivez près d’un élevage de lapins, près d’une surface d’eau, dans une région à moustiques ou si votre lapin mange du foin et des légumes/fruits. Bref, vous reconnaîtrez quasi systématiquement le mode de vie de votre lapin dans ces cas précités. Il n’y a que les lapins d’appartements qui n’en sortent jamais et qui sont nourris exclusivement aux mélanges de grains, qui ne doivent pas systématiquement être vaccinés. Mais ce type de détention et d’alimentation est discutable car un lapin a besoin d’espace, adore gambader, et surtout, il DOIT être nourris avec des aliments frais.

Donc…

La myxomatose est une maladie virale excessivement contagieuse. Le lapin s’infecte soit par contact direct avec un lapin infecté (malade ou porteur sain de la maladie), soit par voie indirecte (par les puces, tiques, moustiques). La myxomatose est une maladie grave et mortelle. Un lapin atteint présentera les symptômes suivants : conjonctivite, écoulements oculaires, hyperthermie, abattement, anorexie, masses cutanées (=myxomes), infections et inflammations diverses telles que pneumonie, … Il est rare que l’on puisse sauver le lapin et si c’est le cas, il en garde fréquemment des séquelles.

La maladie hémorragique est également une maladie virale. Elle se transmet par contact direct (via un animal malade) ou par contact indirect (via des insectes, des plantes ou par vous et vos chaussures via les urines ou excréments d’animaux malades). C’est également une maladie très grave et rapidement mortelle. Les symptômes du VHD sont : hémorragies en tous genres (comme son nom l’indique) (nasales, buccales, digestives, mais aussi hémorragies internes), rhinites, troubles respiratoires, anorexie, abattement, convulsions, … Le traitement du VHD est illusoire car la mort est très rapide. C’est la raison pour laquelle cette maladie est souvent diagnostiquée en autopsie.

Quand et comment faire vacciner son lapin?

Pour faire vacciner son lapin, on prend rendez vous chez son vétérinaire bien sûr! La vaccination est un acte médical et à ce titre il n’y a que les vétérinaires qui sont habilités à la faire. Un lapin sera vacciné dès son plus jeune âge, en tous cas dès l’âge de 6 semaines (si le lapin vit en milieu à risque, la vaccination est possible dès l’âge de 4 semaines). Une injection de rappel doit être pratiquée un mois après cette première injection.

Ensuite, classiquement, on pratiquera une injection de rappel tous les 6 mois. L’idéal étant de réaliser ces injections bi annuelles au printemps et en automne, car l’efficacité du vaccin est optimale durant les 3-4 mois suivant l’injection. On réalise donc un vaccin au printemps pour être certain que le lapin soit bien protégé durant la période propice au développement des moustiques.

Si vous habitez une région à risque (Sud de la France) ou si vous y voyagez souvent avec votre lapin, il est même conseillé de faire une injection de rappel vaccinal tous les 4 mois (3x/an, donc) car on estime que le vaccin myxomateux n’est pas tout à fait efficace 6 mois durant.

Un tout nouveau vaccin combiné myxo-VHD vient de sortir, mais j’attends d’avoir assez de recul pour vous en parler, sachant que je ne l’ai pas encore commandé ni (donc) utilisé.

Les effets secondaires possibles de la vaccination sont ceux de toute injection. Une réaction locale peut apparaître, à savoir une petite masse au site d’injection, qui disparaît généralement en quelques jours. Des réactions allergiques anaphylactiques peuvent également exister, mais c’est extrêmement rare (je n’en ai jamais vu chez un lapin), et malheureusement, c’est le lot de tout produit injectable!

Petite note supplémentaire : en parallèle de ces vaccins et compte tenu du mode de transmission des maladies précitées, on n’oublie pas de traiter régulièrement son lapin contre les puces/tiques/moustiques à l’aide d’un produit adapté (disponible chez votre véto).

Voyager avec un NAC

21 Juil

Les NAC’s (lapins, furets, cochons d’Inde, hamsters, …) sont devenus depuis plusieurs années des animaux de compagnie fidèles et aimés au même titre que les plus classiques chiens et chats.

Il va dès lors de soi pour certains d’entre vous que si vous partez en vacances, c’est avec eux!

Pourquoi n'aurais-je pas droit à mes vacances moi aussi? Le bikini me sied à merveille!

 

 

Voici quelques conseils pour vous aider :

  1. Sachez tout d’abord que les NAC’s sont de petits animaux sensibles aux stress et aux changements. Lors du voyage, essayez de les maintenir quoi qu’il arrive dans une ambiance la plus calme possible, et recouvrez sa cage de transport d’un drap léger afin qu’il ne soit pas stressé par ce qui se passe à l’extérieur
  2. Faites voyager systématiquement votre compagnon dans une petite cage de transport et pas en liberté
  3. Attention aux coups de chaleur et aux courant d’air! Si vous voyagez en voiture, évitez de brancher la climatisation trop fort. Si il fait trop chaud, l’idéal est d’envelopper la cage de transport contenant votre NAC dans un linge humide
  4. Prévoyez de l’eau et un peu de nourriture. Une friandise, un légume riche en eau, comme du concombre par exemple
  5. Si vous voyagez en avion, renseignez vous bien à l’avance quant à la législation de la compagnie aérienne (certaines espèces sont acceptées, d’autres pas, dimensions de la cage de transport, …) et du pays de destination. Normalement, un NAC pesant moins de 5kg, il pourra voyager dans l’avion avec vous dans sa cage de transport
Pour les voyages à l’étranger, renseignez vous sur la législation du pays de destination!

Dans certains pays étrangers, voyager avec un rongeur est interdit car ces petits animaux y sont considérés comme des nuisibles…

Renseignez vous donc au préalable auprès de l’ambassade du pays concerné.

En Europe, les furets sont soumis à la même législation que les chiens et les chats : ils doivent être identifiés par puce électronique et être vaccinés contre la rage. De plus, ils doivent avoir un passeport européen.

Pour les furets, attention à la législation de certains pays européens nordiques (comme l’Islande) qui interdisent cette race sur leur territoire! Et attention aux conditions d’importation dans les pays anglo-saxons!

 

Certains pays exigent un certificat sanitaire d’importation, d’autres pas, … Ce n’est donc pas chose aisée que de voyager avec son NAC mais c’est possible alors pour éviter toute surprise de dernière minute, n’oubliez pas de prendre toutes les informations longtemps à l’avance!

 

Ciel! Un lapin en monokini!

 

L’occlusion digestive chez le lapin

25 Fév

L’occlusion digestive du lapin est une des pathologies digestives les plus fréquentes de cette race.

Le plus souvent, le blocage se situe au niveau de l’estomac, mais peut aussi se localiser dans l’intestin grêle, au niveau de l’anus, ou de toute autre portion du tube digestif.

Elle résulte généralement d’un blocage du transit digestif par des boules de poils, des corps étrangers ou des tumeurs.

Les boules de poils sont la raison la plus fréquente d’occlusion digestive. Lors de la mue, le lapin avale de grosses quantités de poils en faisant sa toilette.

Les poils se mélangent au contenu de l’estomac et durcissent  pour former de grosses boules de poils qu’on appelle aussi « trichobézoards » (à défaut d’être un mot courant, ça fait érudit, et vous ferez des points au Scrabble!).

Le problème c’est que cette boule très dure (qui se localise le plus souvent dans l’estomac) obstrue le passage des aliments et le transit est alors complètement bloqué.

Les symptômes d’obstruction digestive sont les suivants :

– Le lapin mange de moins en moins et finit par ne plus manger
– Les crottes sont de plus en plus petites et sèches, elles sont de plus en plus rares avant de disparaître
– Le lapin est moins actif, voire carrément prostré et en hypothermie

Dans tous les cas d’occlusion, il s’agit d’une réelle urgence. Je vais vous donner quelques conseils mais qui ne se substitueront jamais à une visite et une consultation rapide chez votre vétérinaire car il n’y a que lui qui pourra définir la cause de l’occlusion et surtout sa localisation (par palpation de l’abdomen de votre lapin, voire en réalisant une radio et/ou une échographie de son abdomen).

Que faut-il faire en attendant la visite chez votre vétérinaire?

1. Il faut s’assurer que votre lapin ne se déshydrate pas. En effet, en cessant de manger, il diminue aussi ses apports en eau. N’hésitez pas à le forcer à boire à l’aide d’une petite seringue. Un lapin doit boire 70ml d’eau par kilo de poids corporel et par jour. Apportez lui cette quantité d’eau répartie en une dizaine de fois sur la journée. Par exemple, si votre lapin pèse 500 grammes, il lui faut donc 35ml d’eau par jour. Vous lui donnerez donc à boire à la seringue (sans l’aiguille, bien sûr!) 10 fois 3,5ml d’eau sur une journée.

2. Vous pouvez lui donner de l‘huile de paraffine, que vous trouverez pure en pharmacie ou en gel chez votre vétérinaire. Ne donnez pas d’autre huile que l’huile de paraffine à votre lapin! Pas d’huile d’olive ou autre! Toute autre huile que l’huile de paraffine est très mal tolérée par le lapin et peut induire des pancréatites. Et même avec l’huile de paraffine, soyez très vigilant et demandez l’aval de votre vétérinaire. En règle générale, on donne à boire au lapin 1,5 à 2,5ml de paraffine pure matin et soir, à l’aide d’une petite seringue, pendant maximum 3 jours. L’huile de paraffine restant à 100% dans le tube digestif (car elle n’est pas digérée ni absorbée), elle fera « glisser » en douceur les boules de poils si elles ne sont pas trop volumineuses.

3. Donnez de l’ananas frais à manger à votre lapin. S’il refuse de manger, faites lui boire du jus d’ananas frais. Pas de jus pasteurisé. L’ananas frais contient des enzymes qui détruiront petit à petit certains composants des boules de poils et les feront se désintégrer.

4. Il faut absolument éviter qu’un lapin ne jeûne trop longtemps. Nourrissez également de force votre lapin avec des compotes de fruits sans sucres ajoutés, des soupes de légumes verts (soupes fraîches ou en brique) ou des petits pots fruits et légumes pour bébés. Evitez par contre les petits pots ou les soupes à base de pommes de terre. Ceci dit, si la boule de poils est de taille trop importante, elle bloquera totalement le transit, et comme le lapin est une espèce qui ne vomit pas, les aliments risquent de s’accumuler dans l’estomac. D’où la nécessité absolue de la consultation chez votre vétérinaire!

En plus de cela, votre vétérinaire pourra vous prescrire des médicaments (antispasmodiques digestifs, antibiotiques dans les cas de risques d’entérotoxémies liées au blocage du transit, …). Et parfois, si la boule est trop grosse (ou si on a attendu trop longtemps avant de consulter!), il n’y aura que la chirurgie qui sera efficace pour la déloger!

Il est donc très important de brosser régulièrement votre lapin en période de mue, surtout si c’est une race à longs poils!