Archives de Tag: ectopie testiculaire

La cryptorchidie chez nos carnivores domestiques

6 sept

La cryptorchidie … kesako? (à part un mot à 1000 points bien placé sur un mot compte triple au Scrabble?)

La cryptorchidie (du grec "crypto" : caché et "orchid" : testicule) (oui, je vous instruis aujourd’hui!), ou ectopie testiculaire, est l’absence de l’un ou des deux testicules dans le scrotum (dans les bourses).

Chez les mâles, donc! (restons logiques!)

Anatomie génitale "normale". Copyright : Hill's atlas

Anatomie génitale "normale". Copyright : Hill’s atlas

On parle aussi de monorchidie lorsqu’uniquement l’un des deux testicules est absent, l’autre étant à sa place, dans l’une des deux bourses.

Le chien ou le chat (ou l’homme, hein! c’est une anomalie qui existe chez nous aussi) n’a donc qu’un ou pas du tout de testicules?

Non, pas tout à fait. En fait le ou les testicules absent(s) ne sont généralement pas situés au bon endroit. Ils se trouvent soit dans l’abdomen, soit dans le creux de l’aine, soit sont sous la peau près du scrotum.

Ectopie testiculaire (testicule intra abdominal). Copyright Lifelearn Inc.

Ectopie testiculaire (testicule intra abdominal). Copyright Lifelearn Inc.

C’est une anomalie génétique. Héréditaire, donc. C’est même un vice rédhibitoire! Un mâle présentant cette affection sera donc prié de passer son tour pour une saillie. Car les chiots issus de cette portée risquent d’en être atteints également. De plus, ces animaux présentent souvent des troubles de la reproduction et sont même souvent stériles.

Quel est le risque?

Outre le fait de transférer cette anomalie génétique de portées en portées, c’est surtout un risque pour la santé du chien qui présente cette affection!

Le chien cryptorchide ou monorchide risque de développer à la longue un cancer testiculaire ou prostatique. Pourquoi? On estime que c’est parce que le ou les testicules en intra abdominal seront hyper productifs en testostérone car lovés bien au chaud dans l’abdomen ou sous la peau du chien. Alors que normalement, la température dans le scrotum est moins élevée car le testicule est "externe". Cette température plus élevée entrainera un "fonctionnement" excessif de la glande (oui, les testicules sont des glandes, d’où l’expression "avoir les glandes") , et donc une hyper production hormonale. C’est la raison pour laquelle les chiens présentant cette affection ont tendance à avoir un comportement sexuel très exacerbé.

Cet emballement du fonctionnement testiculaire peut donc entraîner des modifications tissulaires et donc des cancers. De même qu’une hypersécrétion de testostérone peut engendrer une hyperstimulation de la prostate et induire des hyperplasies, prostatites, cancers prostatiques, …

Le testicule intra abdominal (à la longue) va s’hypertrophier et risque également des torsions testiculaires intra abdominales… Aïe! Aïe! Aïe!!

Donc, on fait quoi?

Il est donc vivement conseillé de faire castrer les chiens présentant une ectopie testiculaire. Et on castre complètement! C’est à dire qu’on n’enlève pas uniquement le testicule mal placé!

"On m’a parlé d’un traitement pour faire "descendre" les testicules, c’est quoi?"

Il est effectivement décrit un traitement injectable hormonal, qui est cependant assez controversé.

En réalité, à la naissance, les testicules de nos carnivores domestiques mâles se situent dans l’abdomen et ils migreront ensuite progressivement vers les bourses. A l’âge de 2-3 mois, les testicules doivent avoir pris leur place, et ne doivent plus en bouger. On ne peut donc pas affirmer avant l’âge de 2-3 mois qu’un chiot ou qu’un chaton présente une ectopie testiculaire (d’où l’aberration du vice rédhibitoire à l’achat …bref …).

On peut donc tenter un traitement hormonal afin de faire descendre le ou les testicule(s) chez le jeune animal. Il s’agit d’injections (réalisées donc par le vétérinaire) que l’on fera chez l’animal pré pubère et que l’on initiera avant l’âge de 3 mois. Ce traitement est controversé car :

- il ne marchera qu’une fois sur deux

- il n’empêche pas le fait que cet animal (si ses testicules finissent par migrer grâce au traitement) doit être retiré du circuit de reproduction.

 

Voilà! Vous avez d’autres questions??

———————————————–

Petit aparté pour Jennifer :

La cicatrice d’une castration pour ectopie testiculaire est toujours plus grande que pour une castration "classique". En effet, il nous faut aller chercher le testicule intra abdominal qui peut se situer sur tout le trajet entre le rein (là où il se loge durant toute la vie fœtale du chiot) et le trajet inguinal (situé en regard de l’aine). L’incision est donc plus en avant et plus grande que pour une castration sur un chien présentant ses deux testicules normalement situés.

Rassurez vous : personnellement, si j’avais un chiot de 6 mois présentant une cryptorchidie, je l’aurais castré à cet âge là!

Par contre, il est certain que je préviens les maîtres de ces chiens que la cicatrice sera plus conséquente…

 

La castration chez le chien mâle

8 mar

En ce jour de la femme, de quoi pouvais-je vous parler d’autre que de la castraton du chien mâle, hein? ;-)

(Rhooooo, ça va hein!)

Je sais que le sujet de la stérilisation des animaux m’attire toujours les foudres de certains lecteurs. De nombreux propriétaires de chiens refusent catégoriquement de faire castrer leur chien en affirmant que c’est une mutilation inutile. Ils ont peur également que leur chien change une fois castré.

Je comprends ce refus et cette crainte. Mais je ne cautionne pas. Je suis véto avant tout et je vous relate ici des faits scientifiques (sur un ton léger, on avait compris!).

Alors, rentrons dans le vif du sujet…

Les beaux jours ne sont pas loin (si si, je vous jure!), les abeilles préparent leurs petites ailes et sont sur les starting blocks … les chiennes seront bientôt de retour en chaleurs … et les chiens mâles entiers vont se réveiller!

Le chien mâle entier (non castré) est plus fugueur en période de chaleurs des femelles. En plus de ce comportement, le chien est plus irritable, bagarreur avec les autres mâles, et vous obéira moins qu’avant : il passe ses sorties à renifler partout, le nez collé au bitume.

J’affirme haut et fort (pas taper, merci) que le mieux pour la santé d’un chien mâle non reproducteur est de le faire castrer. L’idéal étant de faire opérer le chien avant la puberté, c’est-à-dire entre 6 et 8 mois chez les petites races et vers 8 – 10 mois chez les grandes races.

Pour les chiens de première catégorie, j’en profiter pour vous rappeler que c’est tout simplement obligatoire (loi du 6 Janvier 1999).

 

Pourquoi est-ce mieux pour la santé du chien?

Outre les "problèmes" précités liés au comportement (fugues, bagarres, agressivité interspécifique, …), il y a surtout des problèmes de santé qui peuvent être épargnés à un chien si on le fait stériliser.

Il est relativement fréquent chez le vieux chien mâle non castré de voir apparaître des tumeurs testiculaires. Ces tumeurs (qui peuvent être bénignes ou malignes) ne se développeront évidemment pas chez un chien mâle castré, puisque je vous rappelle que la castration dont je vous parle ici est une castration chirurgicale consistant à l’ablation de testicules.

J’en profite pour dire que d’autres techniques existent (vasectomie = ligature ou résection du canal déférent) mais cette technique, si elle rend le chien stérile, ne change en rien le fait qu’il reste sous imprégnation hormonale et donc n’apportera aucun bénéfice sur la santé du chien.

Si le chien est cryptorchide ou monorchide (c’est à dire si il présente les deux ou un seul testicule intra-abdominal), il est même plus que vivement conseillé de le faire stériliser car le risque de développer une tumeur testiculaire est décuplé. En effet, les testicules se trouvant dans l’abdomen seront surstimulés par le fait d’y être bien au chaud et sécréteront plus de testostérone, ce qui induira un surplus de "travail" pour les cellules et donc un risque accru de développer des tumeurs. De plus, comme l’ectopie testiculaire est héréditaire, il est plus que conseillé de ne surtout pas faire se reproduire ces chiens. Et re-de plus, c’est un vice rédhibitoire!

Le chien mâle non castré présente également fréquemment des maladies de la prostate : hyperplasie bénigne, kystes, abcès, prostatites, tumeurs, …

L’hyperplasie bénigne est probablement la plus fréquente mais si elle est n’est pas maligne, elle n’en n’est pas moins à prendre au sérieux. Car elle entraine:

-  des troubles de la défécation (en effet, la prostate est située anatomiquement juste en dessous du colon distal, et si elle grossit, elle pousse le colon vers le haut, ce qui entraine une constipation "mécanique")

- des troubles urinaires : cystites, difficultés à uriner (car la prostate entourre l’urètre)

- douleurs diffuses liées à la pression de la prostate sur les organes environnants

De plus, la castration limite le risque d’abcès des glandes anales, de développement de tumeurs péri-anales et de hernie périnéale.

Et puis, bien évidemment, faire castrer son chien l’empêche de se reproduire. Exit le risque de portée indésirée!

 

Les vraies/fausses idées concernant la castration :

Oui, faire castrer son chien diminue les besoins énergétiques de son métabolisme et le rend moins actif. Il y a donc un risque de prise de poids si vous laissez les choses aller. Si vous faites attention à son alimentation (c’est à dire si vous diminuez légèrement les quantités journalière ou – mieux – que vous lui donnez un aliment spécifique pour chien castré) et que vous le maintenez actif, la prise de poids sera négligeable.

Oui, les chiens castrés vivent statistiquement plus longtemps. Car, par définition ce sont des chiens médicalisés, parce qu’ils sont plus calmes, et sont moins prédisposés aux maladies précitées.

Non, faire castrer un chien avant l’âge de sa puberté ne l’empêchera pas de grandir. La croissance sera au contraire plus longue et plus harmonieuse.

 

… D’autres questions?

 

 

 

Les vices rédhibitoires à l’achat d’un chien

16 jan

Comme pour les chats, la loi du 22 juin 1989 définit des maladies contagieuses et pathologies héréditaires considérées chez un chien comme vices rédhibitoires. Ces maladies/pathologies sont au nombre de 6 pour le chien.

Il s’agit :

Pour les maladies contagieuses : de la maladie de Carré, de l’hépatite contagieuse (hépatite de Rubarth) et de la parvovirose.

Pour les pathologies héréditaires : de la dysplasie de la hanche, de l’ectopie testiculaire pour les animaux de plus de 6 mois (testicule non descendu dans les bourses du scrotum), et de l’atrophie rétinienne.

La loi protège donc l’acheteur d’un chien qui présenterait une de ces pathologies lors de son achat auprès d’un éleveur ou d’une animalerie, sauf si un document signalant cette pathologie est signé par les deux parties lors de la vente de l’animal.

Comme pour les vices rédhibitoires du chat (article ICI), la loi impose certains délais légaux spécifiques à chaque maladie. Et comme chez le chat, la loi prévoit un remboursement du chiot contre sa restitution (sauf en cas de mort du chiot, évidemment) et non un remboursement des frais vétérinaires! Si le chiot décède l’acheteur aura intérêt à avoir porté plainte dans les délais légaux, et il devra prouver que le chien est bien mort d’une de ces maladies.

Revenons sur chacune de ces pathologies …

La maladie de Carré

C'est fin comme humour, non?

La maladie de Carré est une maladie virale contagieuse qui peut entraîner des symptômes divers : digestifs, respiratoires et nerveux essentiellement. C’est une maladie très grave, potentiellement mortelle. Le chien qui en guérit garde fréquemment des séquelles. Si le chiot est vendu porteur de la maladie et la développe ultérieurement, il faudra prouver que le chien a été vendu malade par l’éleveur et que c’est chez lui qu’il a contracté la maladie.

Les délais imposés par la loi sont de 8 jours après l’achat du chiot pour que le vétérinaire rédige un certificat de suspicion et ensuite de 30 jours de délai pour porter plainte en rédhibition (ramené à 15 jours après la mort si l’animal décède ou est euthanasié).

L’hépatite contagieuse

Maladie plus rare que la maladie de Carré. Elle est mortelle sous sa forme aiguë et laisse des séquelles (destruction progressive du foie) dans sa forme chronique. Les symptômes de la maladie sont essentiellement digestifs : vomissements, diarrhées, crampes abdominales, …

Le délai de suspicion imposé par la loi est de 6 jours pour cette maladie, et le délai en rédhibition est de 30 jours (15 jours si l’animal meurt).

La parvovirose

Maladie virale extrêmement grave et mortelle, très contagieuse. Elle occasionne des vomissements et des diarrhées hémorragiques fulgurantes qui déshydratent et affaiblissent le chiot jusqu’à la mort.

Le délai de suspicion imposé par la loi est de 5 jours pour cette maladie et le délai en rédhibition est de 30 jours (15 jours si le chiot meurt).

La dysplasie de la hanche

Cette pathologie est un vice rédhibitoire car c’est une anomalie héréditaire. C’est à dire que si l’éleveur est sérieux, il ne fera se reproduire entre eux que des chiens exempts de dysplasie de hanche. Si l’on croise entre eux des animaux dysplasiques, ils donneront une descendance dysplasique également. C’est donc une pathologie que l’on peut éviter dans son élevage en évinçant de la reproduction les animaux dysplasiques.

La dysplasie de la hanche est une anomalie de conformation de cette articulation qui entraîne de l’arthrose à plus ou moins long terme.

Le délai d’action en rédhibition est de 30 jours pour cette pathologie. MAIS la loi stipule que les clichés radiographiques des hanches pris avant l’âge de un an (pour autant que le chien ait été vendu par l’éleveur avant un an) peuvent être pris en considération.

Malheureusement, on arrive rarement à appliquer ce recours. Car les animaux présentent des symptômes tardifs de cette anomalie de conformation de la hanche. A un an, ils se débrouillent très bien et c’est vers l’âge moyen adulte que les symptômes apparaissent. En plus, comme le seul recours est, je le rappelle, le remboursement du prix d’achat du chien contre sa restitution … je vous vois mal échanger votre compagnon au bout de 2-3 ans de vie commune sous prétexte qu’il soit dysplasique.

L’atrophie rétinienne

Maladie héréditaire ou acquise (suite à une maladie de Carré par exemple), l’atrophie rétinienne est une anomalie de la rétine qui entraîne la cécité. La loi va couvrir uniquement la forme héréditaire progressive.

Le délai d’action en rédhibition étant d’un mois après l’achat, et les symptômes apparaissant en moyenne à l’âge adulte, le recours contre cette maladie est donc très rarement mis en pratique.

L’ectopie testiculaire

Par définition, l'ectopie testiculaire, y'a rien à voir! (vous ne pensiez pas sérieusement que j'allais vous faire un joli dessin comme celui des hanches et de l'oeil, si?)

L’ectopie testiculaire est donc, par définition, une maladie du jeune chien mâle (oui, benh, c’est logique non?), appelée également monorchidie (si uniquement l’un des deux testicules est descendu dans les bourses) ou cryptorchidie (si aucun des deux testicules n’est descendu dans les bourses). C’est également une maladie héréditaire.

Il faut savoir que lorsque le chiot est encore dans l’utérus de sa mère (l’homme aussi, c’est pareil!), ses testicules sont dans son abdomen, et ils vont migrer petit à petit dans les bourses. A la naissance, les chiots naissent en règle générale avec des testicules non palpables car encore dans leur abdomen. On ne pourra les palper que vers l’âge de 2-3 mois avec certitude, âge auquel un vétérinaire (ou vous, si vous avez du "doigté", si je puis dire) fera donc le diagnostic de mono ou de cryptorchidie.

La loi est très mal fichue sur ce vice là car il ne sera que difficilement applicable.

La loi considère l’ectopie testiculaire comme un vice rédhibitoire chez les animaux de plus de six mois. Or, comme le délai en rédhibition est de 30 jours après la vente, et que les chiots sont généralement achetés vers l’âge de 2-3 mois, … vous saisissez le hic! Le recours en justice dans ce cas ne serait possible que pour des chiens achetés après l’âge de 5 mois, ce qui est rarement le cas (et peu conseillé d’ailleurs).

——————————–

Vous saisissez donc l’intérêt d’effectuer une visite chez votre vétérinaire rapidement après l’achat de votre nouveau compagnon. Histoire d’être sûr qu’il soit en bonne santé, et histoire de réagir rapidement s’il s’avère porteur d’une de ces maladies. Ceci dit, je le re re re répète : le seul recours légal est un remboursement du prix d’achat du chiot contre sa restitution. Et non un remboursement des frais vétérinaires occasionnés. Vous pouvez cependant essayer de demander à l’éleveur une participation aux frais à l’amiable. Si c’est un éleveur sérieux et qu’il ne veut pas perdre sa réputation, il est possible qu’il accepte de vous aider. Mais dans ces cas là, mon expérience me dit que chez des éleveurs sérieux, on a rarement des problèmes. Et lorsqu’on achète un chien chez un éleveur ou dans une animalerie véreuse, on peut toujours se gratter pour obtenir le moindre centime de leur part!

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 203 followers