Tag Archives: coprophagie

La coprophagie chez le chien

27 Nov

La coprophagie, qu’est ce que c’est dites donc voir?

Alors … je tape dans mon wiktionnaire et je trouve « Coprophagie, définition : fait de manger des matières fécales ».

… Sympa, non?

Je vais donc vous parler de coprophagie chez le chien (et parce que ce comportement n’existe pas que chez le chien, je vous interdit de taper « coprophagie » sur Google images, sous peine de vive douleur gastrique suivie de vidange immédiate … bref, passons!).

Cette vilaine et très désagréable habitude peut se présenter sous deux (voire trois) formes : le chien mange :

– soit ses excréments,

– soit ceux des autres chiens,

– soit les siens et ceux des autres chiens (qu’importe l’origine, pourvu que ce soit délectable!).

Disons le tout de suite : ce comportement est tout à fait anormal. On peut incriminer beaucoup de raisons, et je lis et j’entends souvent plein de choses totalement fausses sur le sujet.

Il peut s’agir d’une carence vitaminée (en vitamine B généralement). C’est généralement le cas de chiens nourris avec des restes alimentaires. C’est donc très rare que ce soit lié à des carences.

La cause peut provenir de troubles parasitaires, induisant un syndrome de mal digestion/mal absorption. Il est donc important de vermifuger régulièrement son chien.

Il peut également s’agir de troubles digestifs primaires : de gastro entérites chroniques ou de défauts de sécrétions en enzymes pancréatiques.

Mais dans 90% des cas, et surtout en ville, avec des chiens bien médicalisés, suivis par un véto et bien nourris, la coprophagie est due à un trouble comportemental!!!

Si votre chien est coprophage, commencez par en parler à votre vétérinaire, et pensez à faire vérifier son état de santé. Si votre véto trouve un trouble de son état général, il vous prescrira peut être des examens complémentaires ou directement un traitement ou un changement alimentaire.

Mais très souvent, c’est d’un traitement comportemental dont il aura besoin.

Un chien qui mange ses selles est généralement un chien stressé, anxieux, nerveux, qui s’ennuie, qui sort peu, ou qui a été mal éduqué. Ces troubles peuvent engendrer de la coprophagie.

Un chien senior peut aussi devenir coprophage avec l’âge, alors qu’il était propre avant. Il s’agit dans ce cas là de troubles séniles, que l’on peut tenter de soigner avec des traitements médicamenteux adaptés.

Un jeune chien mal éduqué à la propreté pourra également devenir coprophage. Lorsque, par exemple, on ramasse directement les selles après leur émission sur le trottoir, en rue, le jeune chien peut considérer le fait que son maître ramasse ses crottes comme un jeu ou au contraire comme une punition et il tentera par tous les moyens de faire disparaître lui même ses selles. Et comme il ne peut pas lui même les ramasser avec un petit sac ;-) il ne trouvera que la solution de les avaler!

Je ne dis pas par là qu’il ne faut plus ramasser les crottes de son chien, hein! Les rues de Paris sont déjà assez immondes comme cela! Je dis juste qu’il ne faut pas se ruer sur les crottes du chien dès qu’il les a émises pour les ramasser dans le cas d’un chien coprophage. Il faut lui laisser le temps de faire toute sa petite sérénade-caca, c’est à dire qu’on le laisse tranquille et on évite de tirer sur la laisse dès qu’il commence son rituel : « je renifle partout, je repère THE PLACE TO SHIT, je tourne en rond pour trouver ma position, je m’accroupis, je fais ma crotte, je me redresse, je me retourne pour admirer-comment-qu’elle-est-trop-belle, je la renifle, je me re-redresse, je me re-retourne, je la re-renifle, … puis je passe à autre chose« . C’est après tout ce petit rituel qu’on a le droit de ramasser. Pas avant.

Pour faciliter les choses sur un chien coprophage, il existe des additifs alimentaires (sous forme de spray ou de poudre) à rajouter à l’aliment de votre chien qui donneront un goût désagréable à ses propres selles (NDLR : ou, plus désagréable que désagréable, donc, car on se demande bien ce qu’ils peuvent trouver de goûtu là dedans!) mais évidemment cette solution ne peut s’envisager que si le chien ne mange que ses propres excréments, ou alors vous devrez approvisionner les maîtres de tous les chiens du quartier, ce qui semble peu concevable.

Quoi qu’il en soit, ces additifs ne sont pas une solution en soi car la coprophagie justifie à elle seule une consultation chez le vétérinaire.

Car soit votre chien souffre d’un problème de santé, soit il souffre d’un trouble comportemental qui ne va aller qu’en s’aggravant si vous ne faites rien.

A bon entendeur, donc…

Comment apprendre la propreté à mon chiot?

8 Nov

Combien de mes clients citadins me disent (sans oser trop l’avouer) que votre chien est malpropre, même à l’âge adulte? Pipis, cacas, … l’un ou l’autre, voire l’un et l’autre, … encore et toujours à l’intérieur! Que ce soit sur une alèse dans un coin de la cuisine ou un peu partout dans l’appartement, c’est un réel problème au quotidien.

Voici une méthode (quasi) infaillible pour parvenir à ses fins!

Une des principales causes de malpropreté du chiot (et du chien adulte par la suite!) est que cet apprentissage est régulièrement commencé trop tard. Les maîtres refusent de sortir leur chiot avant la fin des vaccinations, sous prétexte du risque de transmissions de maladie. C’est une idée non fondée. Et la majeure partie des vétérinaires ne la prônent plus du tout de nos jours. En effet, les maîtres du chiot sortent, eux, et peuvent tout aussi bien être porteurs de virus et les ramener à la maison.

Ce n’est donc pas en gardant votre chiot à l’intérieur jusqu’à la fin de ses vaccins qu’il sera protégé ! Bien évidemment, essayez de l’emmener faire ses besoins dans des endroits le plus propre possible et non là où des centaines de chiens au mètre carré font quotidiennement leurs besoins.

A partir de quand?

Commencez l’apprentissage de la propreté dès l’âge de 7-8 semaines quand le chiot arrive chez vous (au moment de sa primo-vaccination). Il est certain qu’à cet âge là, sa continence sera limitée. Il y aura régulièrement des accidents. Mais à l’âge de 4 mois, ses sphincters seront suffisamment compétents pour qu’il vous demande de sortir. Et lorsqu’il demandera, cela signifiera que la propreté est acquise !

 

 

Comment procéder ?

Sortez votre chiot le plus souvent possible, en laisse. N’imaginez pas apprendre la propreté à votre chiot en le laissant se soulager à sa guise dans votre jardin car le réel apprentissage nécessite une participation active de votre part, et vous allez rapidement comprendre pourquoi.

Il est tout à fait illusoire de demander à un chiot de moins de 4 mois de se contenir plus de 6 heures d’affilée. Sortez le donc au minimum 4-5 fois par jour avant cet âge. Plus, c’est encore mieux !

Après chaque émission d’urines ou de matières fécales, félicitez-le systématiquement et immédiatement (caresses, friandise, ton de la voix, …).

Si un accident survient et que le chiot fait ses besoins à l’intérieur, vous ne pouvez le gronder que si vous le prenez sur le fait. Si c’est le cas, verbalisez un « non ! » afin d’interrompre l’émission en cours et sortez le immédiatement pour ensuite le féliciter lorsqu’il aura fait dehors.

Si vous ne le surprenez pas « entrain de faire », c’est trop tard ! Cela ne sert plus à rien de le gronder, ni de lui « mettre le nez dedans ».

Si vous rentrez chez vous et que le chien s’est soulagé en votre absence, la seule chose à faire est de l’isoler dans une autre pièce et de nettoyer … sans le gronder.

Car si vous le grondez sans l’avoir pris sur le fait, il comprendra que vous le grondez d’avoir fait ses besoins, certes, mais n’associera pas cela avec le fait de les avoir faits à l’intérieur. Il n’osera donc plus faire ses besoins en votre présence de peur de vous déplaire (et donc, ne fera plus rien à vos côtés lorsque vous le sortez). Il ira donc se cacher (derrière le canapé, sous une commode, derrière les rideaux, …) pour se soulager, voire se mettra à devenir coprophage (manger ses selles) afin de faire disparaître « l’objet du délit ».

 

 

Et si je lui apprends à faire sur un journal?

La méthode dite « du journal » peut encore être décrite car elle va dans le même sens que celle précédemment expliquée, tout en rajoutant une étape.

A savoir que l’on récompense le chiot qui fait ses besoins sur un journal (ou une alèse), de manière immédiate et systématique.

Le journal sera petit à petit ramené vers la porte d’entrée de l’appartement, pour ensuite être supprimé. Le chiot pleurera donc à la porte pour exprimer son envie de sortir. Une fois que ce comportement est acquis, on apprend au chiot à faire dehors sur le journal pour petit à petit lui apprendre à faire dehors tout court, sans journal.

Le « risque » de cette méthode est que le chien soit définitivement conditionné au journal, ou à faire ses besoins à l’intérieur à l’endroit où était placé le journal.

 

GOOD DOG!! :-)

La coprophagie chez le chien

22 Sep

Après un sujet sur le mal des transports et les vomissements, quoi de plus normal et sympathique qu’un sujet sur … les matières fécales??

 

La coprophagie, kesako?

Alors, j’ouvre mon dictionnaire et je trouve « Coprophagie, définition : fait de manger des matières fécales ».

Le chien mange soit ses excréments, soit ceux des autres chiens, soit les siens et ceux des autres chiens (qu’importe l’origine, pourvu que ce soit délectable!).

Ce comportement, disons le tout de suite, est anormal.

On peut incriminer beaucoup de raisons à ce comportement, et je lis et j’entends souvent plein de choses totalement erronée sur le sujet.

Il peut s’agir d’une carence vitaminée (en vitamine B généralement). C’est généralement le cas de chiens nourris avec des restes alimentaires.

La cause peut provenir de troubles parasitaires, induisant un syndrome de mal digestion/mal absorption. Il est donc important de vermifuger régulièrement son chien.

Il peut également s’agir de troubles digestifs primaires : de gastro entérites chroniques ou de défauts de sécrétions en enzymes pancréatiques.

Mais dans 90% des cas, et surtout en ville, avec des chiens bien médicalisés, suivis par un véto et bien nourris, la coprophagie est due à un trouble comportemental.

Si votre chien est coprophage, commencez par en parler à votre vétérinaire, et pensez à faire vérifier son état de santé. Si votre véto trouve un trouble de son état général, il vous prescrira peut être des examens complémentaires ou directement un traitement ou un changement alimentaire.

Mais très souvent, c’est d’un traitement comportemental dont il aura besoin.

Un chien qui mange ses selles est généralement un chien stressé, anxieux, nerveux, qui s’ennuie, qui sort peu, ou qui a été mal éduqué. Ces troubles peuvent engendrer de la coprophagie.

Un chien senior peut aussi devenir coprophage avec l’âge, alors qu’il était propre avant. Il s’agit dans ce cas là de troubles séniles, que l’on peut tenter de soigner avec des traitements médicamenteux adaptés.

Un jeune chien mal éduqué à la propreté pourra également devenir coprophage. Lorsque, par exemple, on ramasse directement les selles après leur émission sur le trottoir, en rue, le jeune chien peut considérer le fait que son maître ramasse ses crottes comme un jeu ou au contraire comme une punition et il tentera par tous les moyens de faire disparaître lui même ses selles. Et comme il ne peut pas lui même les ramasser avec un petit sac ;-) il ne trouvera que la solution de les avaler!

Je ne dis pas par là qu’il ne faut plus ramasser les crottes de son chien, hein! Les rues de Paris sont déjà assez immondes comme cela!

Il existe des additifs alimentaires (sous forme de spray ou de poudre) à rajouter à l’aliment de votre chien qui donneront un goût désagréable à ses propres selles (NDLR : ou, plus désagréable que désagréable, donc, car on se demande bien ce qu’ils peuvent trouver de goûtu là dedans!) mais évidemment cette solution ne peut s’envisager que si le chien ne mange que ses propres excréments, ou alors vous devrez approvisionner les maîtres de tous les chiens du quartier, ce qui semble peu concevable.

Quoi qu’il en soit, ces additifs ne sont pas une solution en soi car la coprophagie justifie à elle seule une consultation chez le vétérinaire. Car soit votre chien souffre d’un problème de santé, soit il souffre d’un trouble comportemental qui ne va aller qu’en s’aggravant si vous ne faites rien.