Tag Archives: chien

Comment nettoyer les oreilles d’un chien?

24 Juil

J’ai eu la chance de pouvoir enfin réaliser les vidéos – tutos dont je vous parle depuis des mois en étant contactée par l’équipe de Doctissimo.

Doctissimo et votre vétérinaire blogueuse préférée ont donc réalisé pour l’instant une dizaine de vidéos éducatives autour des soins du chien (le chat suivra!).

La première de ces vidéos, la voici : « Comment nettoyer les oreilles de votre chien? »

A vos commentaires!!!

Bientôt le 14 juillet (tagada tsoin tsoin!) … et la phobie des feux d’artifice et autres pétards!

10 Juil

HAAAAA! Le 14 juillet! La fête nationale, le défilé sur les Champs (certainement sous la flotte, hein, Monsieur Hollande! prévoyez un parapluie, cette année!), le bal des pompiers, …

 

Mais BONJOUR, hot fireman!! Fait chaud tout d'un coup, non?

Mais BONJOUR, hot fireman!! Fait chaud tout d’un coup, non?

 

Si 14 juillet est synonyme de fête et de jour férié pour nous (est ce qu’il ne tombe pas tout pile poil bien cette année, ce lundi férié?), ce n’est souvent pas le cas pour nos carnivores domestiques. Les pétards, les feux d’artifice sont souvent, pour eux, synonyme de cauchemar!

Certains chiens gèrent très bien la situation (Lupin, le mien, par exemple, s’en fiche éperdument), mais d’autres vivent cela très très mal. Le chien tremble, gémit, aboie, se cache, urine, défèque, bref : c’est la cata, c’est la catastrophe!

On le sait, nous, vétos : chaque année, de nombreux clients prennent les devants en nous demandant conseil.

Cette phobie peut être d’origine génétique (certaines races de chiens sont plus « peureuses » que d’autres), soit liée à un syndrome de privation (aucun contact avec ce genre de bruit dans sa jeunesse), soit causée par une mauvaise expérience (chien ayant subi l’explosion d’un pétard trop près de lui par exemple).

 

Que faire pour aider votre compagnon?

En s’y prenant longtemps à l’avance, on peut aider son chien en l’habituant petit à petit aux bruits du feu d’artifice. Il existe des CD de sons pré enregistrés, que l’on va faire écouter chez soi, chaque jour à son chien, en augmentant petit à petit le son. Le petit « truc » c’est de jouer avec son chien pendant cette période d’adaptation, histoire de le faire « penser à autre chose ». Au bout d’environ deux semaines, vous constaterez que votre chien tolère nettement mieux ces sons.

 

Oui, tu es bien mignone, Madame Vet and the City, mais la-dite date cauchemar, c’est dans quelques jours … alors que faire?

 

– Déjà, ne changez pas vous même de comportement. Si vous commencez à le câliner, à vouloir le rassurer, le prendre dans vos bras, il pensera que cela vous fait peur à vous aussi et cela décuplera son angoisse. Restez indifférent au bruit.

 

– Avant le début du feu d’artifice, fermez les volets ou les rideaux. En effet, la vue des pétards lumineux associée au bruit peut augmenter la crainte de votre chien

 

Distrayez votre animal pendant le feu d’artifice : jouez avec lui, faites le s’asseoir, se coucher, lancez lui sa balle, … et récompensez le régulièrement et même à chaque fois qu’un pétard éclate. Il associera petit à petit le bruit du pétard à une récompense et donc à un événement agréable plutôt qu’à quelque chose de désagréable.

 

– Vous pouvez utiliser des méthodes douces pour calmer votre chien tels que le collier Adaptil ou le diffuseur Adaptil (anciennement « DAP », en vente chez votre vétérinaire). Il s’agit de phéromones apaisantes, que vous brancherez déjà plusieurs heures voire même plusieurs jours avant l’événement stressant.

Il existe aussi des solutions de phytothérapie, comme le Phytapaise chat ou chien de chez Leaf Care, mis au point par ma chère consœur, Céline Gastinel Moussour.

L’homéopathie peut aussi aider. Chez Boiron ou TVM, je ne peux que vous recommander le Nervosyl, le PVB Sédatif Nerveux ou l’Homeocalm.

Les fleurs de Bach peuvent également s’avérer efficaces. J’ai déjà écrit un article à ce sujet : ICI.

 

– Et si tout cela ne suffit pas, votre vétérinaire pourra vous prescrire un anxiolytique à donner de manière très ponctuelle à votre chien.

 

– Si l’anxiété de votre chien est très handicapante : n’oubliez pas qu’il existe des vétérinaires comportementalistes qui pourront vous aider et surtout aider votre chien à calmer ses angoisses et éviter qu’elles ne se généralisent.

 

14-juillet

 

BONNE FÊTE NATIONALE A TOUS ET A TOUTES!

 

L’hypothyroïdie canine

16 Mai

Article écrit (enfin!) pour Eyba … et Delphine. Bonne continuation au Canada! :-)

——-

La thyroïde est une glande située de part et d’autre et en partie haute de la trachée chez nos carnivores domestiques (chez nous aussi, hein, mais je me contente de parler de ce que je connais).

thyroide

Cette glande thyroïde sécrète des hormones thyroïdiennes : la T4 (en majeure partie) et la T3 (ainsi que la calcitonine).

Ces hormones thyroïdiennes ont pour rôle de stimuler le métabolisme:

  • elles participent à la production et au renouvellement des poils, de la peau
  • elles participent au transit digestif et à la digestion
  • elles régulent la température corporelle, en permettant au corps de produire de la chaleur
  • elles stimulent les mécanismes de défense
  • elles jouent un rôle important dans la croissance (croissance osseuse entre autres)
  • elles régulent la quantité de calcium dans le sang
  • elles stimulent le rythme cardiaque et la pression artérielle
  • … et bien d’autres choses encore!

Vous le comprenez donc, les hormones thyroïdiennes sont – en gros, hein ! – le bouton « ON » du moteur de l’organisme.

L’hypothyroïdie est une maladie hormonale relativement fréquente chez le chien (alors que chez le chat, c’est l’HYPERthyroïdie que l’on rencontre fréquemment).

Qui dit « hypo » dit « pas assez ». La glande thyroïde ne fonctionne pas ou mal et ne produit plus suffisamment d’hormones thyroïdiennes : le bouton « ON » est hors service et l’organisme fonctionne donc au ralenti.

 

A quoi est ce du ?

La plupart du temps, il s’agit d’une cause immunitaire. C’est-à-dire que l’organisme du chien va produire des anticorps qui vont détruire lentement la glande thyroïdienne. Les cellules sécrétantes étant détruites, il y a moins d’hormones sécrétées.

Parfois, cette maladie est congénitale, c’est-à-dire que la glande se développe mal dès la naissance ou alors que la glande se développe bien mais ne sécrète pas assez.

La majeure partie des cas d’hypothyroïdie s’observent sur un adulte d’âge moyen à âgé.

Le diagnostic n’est pas toujours évident car le propriétaire de l’animal peut croire que la baisse de forme de son animal est simplement liée au fait qu’il vieillit. Alors que lorsqu’on aura diagnostiqué une hypothyroïdie et traité l’animal, il retrouve en règle générale une deuxième jeunesse !

 

Quels sont les symptômes de l’hypothyroïdie ?

Baisse de forme, faiblesse, prise de poids de l’animal (sans augmentation de la prise alimentaire), troubles de la reproduction (baisse de fertilité), troubles du comportement, difficultés respiratoires, pertes de poils (souvent par plaques et très localisées), sensibilité exacerbée au froid … chacun de ces symptômes doit être signalé à votre vétérinaire.

On rencontre cette maladie dans toutes les races de chiens mais plus souvent chez les Cockers, Labradors, Golden Retrievers, Teckels, Dobermans, Pinschers, …

 

Comment faire le diagnostic de cette maladie ?

… En vous rendant chez votre vétérinaire, bien sûr !

Après avoir examiné votre animal, ce dernier réalisera probablement des examens complémentaires comme :

  • un bilan sanguin (numération formule, biochimie sanguine, …)
  • une analyse urinaire
  • un dosage sanguin des hormones thyroïdiennes
  • un test sanguin thyroïdien

 

Est-ce que cela se soigne ?

La bonne nouvelle, c’est que l’hypothyroïdie se soigne, et plutôt assez bien et facilement. Et que l’espérance de vie d’un chien bien traité est la même que celle d’un chien « normal ».

Bien sûr, la glande reste malade mais il « suffit » de traiter votre chien avec un complément hormonal thyroïdien pour qu’il retrouve une seconde jeunesse en à peine une semaine ou que les autres soucis (troubles dermatos, du comportement, de la reproduction, …) se régulent (en quelques mois).

Le « hic » est qu’il s’agit du coup le plus souvent d’un traitement à vie et que des contrôles sanguins réguliers sont à prévoir (deux fois par an en général).

Après avoir commencé un traitement (comprimés oraux), votre vétérinaire vous demandera très certainement de revenir au bout d’un mois afin d’évaluer l’état clinique de votre chien et de doser à nouveau le taux hormonal (prise de sang).

 

 

Le Paracetamol pour votre animal, c’est non! non! NON!!!

29 Avr

Le Paracétamol (ou acétaminophène) est un principe actif médicamenteux classique en médecine humaine. On le retrouve dans plusieurs médicaments bien connus pour nous dont – entre autres – classés par ordre alphabétique : Actifed®, Dafalgan®, Diantalvic®, Doliprane®, Efferalgan®, Fervex®, Panadol®…

doliprane

 

Le Paracétamol est en fait un « anti inflammatoire », antidouleur, antipyrétique (contre la fièvre) très usité en humaine … et à éviter ABSOLUMENT chez nos animaux domestiques!!

On est pourtant tenté de leur donner « comme pour nous » en cas de douleur, de fièvre, de boiterie, … On croit bien faire, mais le Paracétamol est très dangereux pour leur santé. Il s’agit parfois d’une ingestion accidentelle : le chien a mâchonné une plaquette de médicaments mal rangée…

Si chez nous cette molécule est très bien supportée (on donne même du Paracétamol aux femmes enceintes et aux très jeunes enfants), chez le chien, le chat et les NAC’s, il n’en est pas de même!

Si l’on peut éventuellement et sous certaines conditions l’utiliser à très faibles doses chez le chien et sous conseil strict d’un vétérinaire, son utilisation chez le chat et les NAC’s est tout à fait contre-indiquée!

Si cette molécule est très toxique pour eux, c’est parce que nos compagnons poilus ne possèdent pas (ou très peu) l’enzyme (la glucuronyl transférase) nécessaire à la transformation du Paracétamol en métabolites inactifs.

Le Paracétamol sera très toxique pour les cellules du foie qui ne pourront le dégrader, mais également pour les globules rouges qui ne pourront plus transporter correctement l’oxygène. Cette intoxication causera donc un empoisonnement et une asphyxie.

Les symptômes apparaîtront après une prise répétée voire même après une prise unique et seront les suivants : dépression, apathie, augmentation de la fréquence respiratoire, difficultés respiratoires, cyanose (muqueuses bleues), ictère (muqueuses jaunes), vomissements, hypothermie, muqueuses qui deviennent plus sombres, œdèmes, nécrose hépatique, coma et enfin mort.

Si une dose importante de Paracétamol est administrée, on peut voir apparaître une toxicité rénale.

Le traitement de l’intoxication au Paracétamol doit être commencé le plus rapidement possible après son ingestion.

Le vétérinaire fera vomir l’animal s’il en est encore temps (dans l’heure après l’ingestion).

Ensuite il commencera un traitement pour neutraliser le contenu intestinal (charbon actif), pour protéger la fonction hépatique et pour favoriser les fonctions respiratoires et circulatoires (oxygénothérapie, mise sous perfusion, transfusion, …).

Il lui administrera également très certainement un traitement spécifique en intra-veineux en plus des perfusions.

Le pronostic d’une intoxication au Paracétamol est toujours réservé. La mort peut survenir en 24 à 48h. Si l’animal est dans le coma, la mort est inéluctable.

Il se peut que votre vétérinaire doive hospitaliser plusieurs jours votre animal pour contrôler tous les effets secondaires négatifs de cette intoxication. Malheureusement, si il y a eu une nécrose du foie, votre animal en gardera des séquelles plus ou moins graves.

ALORS, RÉPÉTEZ APRÈS MOI : « LE PARACÉTAMOL, C’EST NON! NON!! NON!!! »

Attention au chocolat!

17 Avr

Il y a toujours un prétexte à chaque période de l’année pour se gaver de cochonneries. Nous sommes aux portes du week-end de Pâques et qui dit Pâques dit envie irrésistible pour ma pomme : le chocolat!

En bonne belge qui se respecte, je suis déjà fan de chocolat à la base, mais alors les oeufs de Pâques, je n’y résiste pas!

oeufs

Si ce n’est pas bon pour notre ligne à nous, pour nos chiens et chats, c’est carrément TOXIQUE. Mais toxique dans le sens : toxique comme de l’arsenic ou de l’antigel, … TOXIQUE, quoi!

Combien de cas d’intoxications voyons nous défiler en consultation, nous, vétos, aux alentours des fêtes de Pâques? … « trop! »

C’est la théobromine (molécule présente dans le chocolat) qui est responsable de la toxicité de cette friandise chez nos carnivores domestiques. Cette molécule s’apparente à la caféine et est plus concentrée dans le chocolat noir que dans le chocolat au lait. Mais le chocolat au lait étant plus riche en matières grasses, il fait tout autant de dégâts sur la santé de nos compagnons. Donc pas de blabla ni de « on-dit » : le chocolat au lait n’est pas plus permis que le chocolat noir!

Choco

Les chiens sont hypersensibles à la théobromine parce qu’ils métabolisent très lentement cette molécule et, par conséquent, elle reste près de 3x plus longtemps dans leur sang que chez l’homme.

La dose toxique de théobromine est d’environ 240 à 500 mg par kg de poids corporel de chien. Sachant que le chocolat noir contient environ 15 mg de théobromine par gramme, un chien de gabarit moyen (10 kg) doit ingérer un peu moins d’une tablette de chocolat noir pour atteindre une dose mortelle.

Mortelle, oui.

Il existe également une toxicité cardiaque accumulative de cette molécule : si le chien mange régulièrement du chocolat à petite dose, il risque de développer une insuffisance cardiaque. Il ne faut donc jamais donner de chocolat à un chien comme récompense et ce, même en très petite quantité! (… hein mamie?)

Les chiens de races Boxer, Bouledogue, … (les “brachycéphales”) sont plus sensibles à cette toxicité que les autres, sans doute à cause de leur prédisposition aux anomalies cardio-respiratoires.

 

Quels sont les symptômes d’une intoxication?

Les symptômes apparaissent quelques heures après l’ingestion du chocolat (4 à 6h après) et la mort peut survenir 12 à 24h après.

Les premiers symptômes sont généralement digestifs. La théobromine augmente la quantité des sécrétions de l’estomac, qui provoqueront vomissements et diarrhées. L’acidité gastrique peut augmenter de telle manière qu’elle crée des ulcères.

Les autres symptômes sont les suivants :

– le chien présente une soif exacerbée,

– il urine en quantité abondante, parfois sans pouvoir se retenir (à cause de l’effet diurétique de la théobromine),

– il est très agité (augmentation de la fréquence cardiaque et extra-systoles), parfois il passe d’un état agité à un état de grande faiblesse,

– sa respiration s’accélère, il halète et est essoufflé,

– il est irritable et nerveux (stimulation du système nerveux central), il souffre d’insomnie, peut présenter des spasmes musculaires, allant parfois jusqu’à des convulsions et pouvant mener au coma et la mort par arrêt cardio-respiratoire.

 

Que faire en cas d’absorption accidentelle de chocolat par votre chien?

Vous l’aurez compris : en cas d’ingestion de chocolat par votre chien, rendez vous sans tarder chez votre vétérinaire.

Il n’existe malheureusement pas d’antidote de la théobromine. Le traitement est souvent très difficile car les symptômes apparaissent plusieurs heures après l’ingestion et il est souvent trop tard pour envisager un lavage d’estomac.

Si vous arrivez chez votre vétérinaire rapidement après l’absorption, il fera certainement vomir votre chien, le mettra sous perfusion et l’hospitalisera afin de contrôler l’éventuelle apparition de symptômes tardifs.

 

toxic

 

Moralité :

Ne donnez JAMAIS de chocolat à votre chien, même en très petite quantité. Ce n’est vraiment pas un service que vous lui rendez en l’habituant à recevoir un petit carré journalier. Il y a bien d’autres friandises à lui donner, sans porter préjudice à sa santé.

Ne laissez jamais de boite de chocolats à sa portée. Et en cas d’ingestion accidentelle, filez dare-dare chez votre véto!

 

All I want for Christmas is … to warn you of the danger

4 Déc

Voilà MA chanson de Noël … celle que je fredonne sans cesse en ces périodes de fêtes de fin d’année … (bien que je DETESTE Miss Carey, c’est épidermique!)

Pour que ces périodes de fêtes et de joies en famille ne soient que fêtes et joies, justement, voici mes petits conseils de prévention, histoire d’éviter de se retrouver aux urgences avec votre compagnon et de bousiller le repos-du-guerrier bien mérité de votre véto préféré(e) (ne me remerciez pas, c’est un article 100% égoïste).

Alors … on fait gaffe à quoi??

 

Le sapin!

« Mon beau sapiiiiinnnnn, roiiiiiii des occlusioooooonnnns… »

Les épines de sapin ou d’épicéa, si elles sont ingérées, peuvent être très irritantes pour l’estomac de votre chien ou de votre chat.

N’oubliez pas que votre sapin doit être le plus stable possible afin d’éviter les catastrophes avec des chats ou des chiens acrobates. Fixer votre sapin sur un socle, et n’hésitez pas à fixer le sapin en l’attachant sur plusieurs points (à un mur, au plafond, …).

Evitez les boules en verre. C’est plus sûr. Rapport aux chats qui font une fixette dessus et risquent bien de se blesser.

Evitez les guirlandes fines, type guirlandes cheveux d’anges, qui peuvent être ingérées par votre chat et créer des occlusions intestinales. Idem avec les ficelles des emballages cadeaux. A éviter aussi. L’ingestion de ces « corps étrangers linéaires » est excessivement dangereuse.

Débranchez les guirlandes électriques lumineuses quand vous allez dormir ou que vous quittez votre appartement. Risques d’électrocution et d’incendies!

OUI on peut avoir un chien et/ou un chat et investir dans un conifère décoratif … mais on fait attention! Sapin, guirlandes, boules décoratives, … Si votre animal est du genre à tout mâchonner, évitez!

Et évitez aussi la neige artificielle. Son ingestion est bien sûr toxique.

Un sapin, oui, mais dans le doute, on interdit l’accès de la pièce où il se trouve quand on n’est pas là pour surveiller.

 

Le chocolat!

Le chocolat, pour nos animaux, c’est extrêmement toxique!

C’est la théobromine (molécule présente dans le chocolat) qui est responsable de la toxicité de cette friandise chez nos carnivores domestiques. Cette molécule s’apparente à la caféine et est plus concentrée dans le chocolat noir que dans le chocolat au lait. Mais le chocolat au lait étant plus riche en matières grasses, il fait tout autant de dégâts sur la santé de nos compagnons. Donc pas de blabla légendaire : le chocolat au lait n’est pas plus permis que le chocolat noir! Les chiens sont hypersensibles à la théobromine parce qu’ils métabolisent très lentement cette substance et, par conséquent, elle reste près de 3x plus longtemps dans leur sang que chez l’homme.

La dose toxique de théobromine est d’environ 240 à 500 mg par kg de poids corporel de chien. Sachant que le chocolat noir contient environ 15 mg de théobromine par gramme,  un chien de gabarit moyen (10 kg) doit ingérer un peu moins d’une tablette de chocolat noir pour atteindre une dose mortelle.

Il existe également une toxicité cardiaque accumulative de cette molécule : si le chien mange régulièrement du chocolat à petite dose, il risque de développer une insuffisance cardiaque. Il ne faut donc jamais donner de chocolat à un chien comme récompense et ce, même en très petite quantité!

Les chiens de races Boxer, Bouledogue, … (les “brachycéphales”) sont plus sensibles à cette toxicité que les autres, sans doute à cause de leur prédisposition aux anomalies cardio-respiratoires.

 

L’alcool!

Si pour nous, les boissons alcoolisées couleront à flots durant les fêtes (à boire avec modération, bien sûr!) … (mais c’est qui, ce « modération »?), redoublez de vigilance, surtout pour les chiens (pour les chats aussi mais ils ont quand même moins tendance à lécher n’importe quoi). Rincez bien vos verres à l’eau après la fête si vous ne rangez pas tout tout de suite car la plupart des boissons alcoolisées sont sucrées et attirent donc les papilles de nos petits filous.

 

Les marrons!

Les marrons sont en fait des châtaignes … et sont à éviter absolument chez nos animaux (à cause des tanins qu’ils contiennent). Ils sont à l’origine de crampes abdominales, de vomissements, de diarrhées, … et d’occlusions si avalés tels quels. A éviter, donc.

 

Les os de volaille!

Les os de poulet, canard, oie ou dinde cassent en formant des petites pointes et risquent, si elles sont machonnées, de causer des occlusions voire des perforations digestives.  

 

Les oignons, les échalotes et l’ail! 

Attention, ce sont des aliments interdits à nos animaux. Ils sont toxiques et peuvent causer des anémies mortelles.

 

Les aliments trop salés!

Le saumon fumé, la charcuterie, … peuvent induire des troubles digestifs (vomissements, diarrhée, soif intense, …) et nerveux (excitation, convulsions, coma, voire mort). A éviter, donc, également!

 

Le café!

La caféine est très nocive pour les reins, le système nerveux et le cœur de nos compagnons (vomissements, hyper excitation, convulsions, tachycardie, oedème pulmonaire, …).

 

L’antigel!

L’antigel (ou éthylène glycol) est à mettre hors de portée de nos animaux de compagnie. Ces intoxications concernent surtout le chien, parfois le chat.

On estime que l’animal doit en boire 4 à 5 millilitres par kilos chez le chien et 1 à 2 millilitres par kilo chez le chat pour en avaler une dose mortelle. Mais le problème est que l’antigel a un goût sucré, ce qui le rend très appétant, et ce qui fait que nos compagnons peuvent en boire spontanément d’importantes quantités.

Les symptômes d’une intoxication à l’éthylène glycol sont les suivants :

Les premiers symptômes peuvent apparaître au bout d’une demi heure. Mais vous pouvez ne rien observer pendant plusieurs heures. Oui, c’est traître… Les animaux peuvent sembler mieux cliniquement puis se re dégrader rapidement au bout de 72 heures.

Troubles digestifs : l’animal peut se mettre à vomir, à présenter de la diarrhée, ou à boire de grandes quantités d’eau

Troubles nerveux : « état d’ébriété », tremblements, troubles de la démarche, convulsions, coma

Troubles cardiaques et/ou respiratoires : augmentation de la fréquence cardiaque et respiratoire, halètement. Puis ralentissement de ces fréquences.

Troubles urinaires : augmentation de la fréquence des mictions urinaires, puis blocage urinaire et/ou sang dans les urines

L’action toxique de l’éthylène glycol s’exerce directement sur le cerveau. Il est ensuite dégradé en d’autres molécules, qui, elles vont être toxiques pour le muscle cardiaque et les reins.  Des précipités vont se former dans les reins, provoquer une néphrite aiguë, et vont endommager les reins de manière irréversible.

Moralité : rendez inaccessibles à vos animaux domestiques les flacons contenant de l’éthylène glycol (et, en général, tous les produits chimiques et ménagers) en les enfermant dans des placards fermés à clé ou en hauteur!!!

 

Les plantes ornementales!

Le gui et le houx, ainsi que leurs baies sont très toxiques. Leur ingestion induit salivation, diarrhée, vomissements et troubles nerveux. Le gui induit aussi des troubles cardiaques. En cas d’ingestion d’une forte dose et si on ne traite pas rapidement, cette intoxication peut causer la mort de l’animal. Donc même si cette plante est sensée porter bonheur lorsqu’on s’embrasse sous elle aux 12 coups de minuit, on met tout cela hors de portée! O Source : Wikipedia

L’if est HYPER toxique (peut être présent dans les couronnes de Noël) : en cas d’ingestion importante, la mort est subite et foudroyante. Un chien de 10 kg peut mourir s’il ingère 80 grammes d’if.

Source : Wikipedia

La Rose de Noël est irritante pour la peau et les muqueuses et pour l’estomac. Risque de vomissements et de diarrhée.

rose de noel

 

Donc : Noël, oui! Mais en ces périodes à risque, on redouble de vigilance…

Je vous souhaite à toutes et tous de belles fêtes de fin d’année! Profitez bien de ces moments entourés de tous ceux qui vous sont chers. Et n’hésitez pas à poster vos plus belles photos sur la page Facebook!

Lupin ferait n'importe quoi pour attirer l'attention du Père Noel...

La coprophagie chez le chien

27 Nov

La coprophagie, qu’est ce que c’est dites donc voir?

Alors … je tape dans mon wiktionnaire et je trouve « Coprophagie, définition : fait de manger des matières fécales ».

… Sympa, non?

Je vais donc vous parler de coprophagie chez le chien (et parce que ce comportement n’existe pas que chez le chien, je vous interdit de taper « coprophagie » sur Google images, sous peine de vive douleur gastrique suivie de vidange immédiate … bref, passons!).

Cette vilaine et très désagréable habitude peut se présenter sous deux (voire trois) formes : le chien mange :

– soit ses excréments,

– soit ceux des autres chiens,

– soit les siens et ceux des autres chiens (qu’importe l’origine, pourvu que ce soit délectable!).

Disons le tout de suite : ce comportement est tout à fait anormal. On peut incriminer beaucoup de raisons, et je lis et j’entends souvent plein de choses totalement fausses sur le sujet.

Il peut s’agir d’une carence vitaminée (en vitamine B généralement). C’est généralement le cas de chiens nourris avec des restes alimentaires. C’est donc très rare que ce soit lié à des carences.

La cause peut provenir de troubles parasitaires, induisant un syndrome de mal digestion/mal absorption. Il est donc important de vermifuger régulièrement son chien.

Il peut également s’agir de troubles digestifs primaires : de gastro entérites chroniques ou de défauts de sécrétions en enzymes pancréatiques.

Mais dans 90% des cas, et surtout en ville, avec des chiens bien médicalisés, suivis par un véto et bien nourris, la coprophagie est due à un trouble comportemental!!!

Si votre chien est coprophage, commencez par en parler à votre vétérinaire, et pensez à faire vérifier son état de santé. Si votre véto trouve un trouble de son état général, il vous prescrira peut être des examens complémentaires ou directement un traitement ou un changement alimentaire.

Mais très souvent, c’est d’un traitement comportemental dont il aura besoin.

Un chien qui mange ses selles est généralement un chien stressé, anxieux, nerveux, qui s’ennuie, qui sort peu, ou qui a été mal éduqué. Ces troubles peuvent engendrer de la coprophagie.

Un chien senior peut aussi devenir coprophage avec l’âge, alors qu’il était propre avant. Il s’agit dans ce cas là de troubles séniles, que l’on peut tenter de soigner avec des traitements médicamenteux adaptés.

Un jeune chien mal éduqué à la propreté pourra également devenir coprophage. Lorsque, par exemple, on ramasse directement les selles après leur émission sur le trottoir, en rue, le jeune chien peut considérer le fait que son maître ramasse ses crottes comme un jeu ou au contraire comme une punition et il tentera par tous les moyens de faire disparaître lui même ses selles. Et comme il ne peut pas lui même les ramasser avec un petit sac ;-) il ne trouvera que la solution de les avaler!

Je ne dis pas par là qu’il ne faut plus ramasser les crottes de son chien, hein! Les rues de Paris sont déjà assez immondes comme cela! Je dis juste qu’il ne faut pas se ruer sur les crottes du chien dès qu’il les a émises pour les ramasser dans le cas d’un chien coprophage. Il faut lui laisser le temps de faire toute sa petite sérénade-caca, c’est à dire qu’on le laisse tranquille et on évite de tirer sur la laisse dès qu’il commence son rituel : « je renifle partout, je repère THE PLACE TO SHIT, je tourne en rond pour trouver ma position, je m’accroupis, je fais ma crotte, je me redresse, je me retourne pour admirer-comment-qu’elle-est-trop-belle, je la renifle, je me re-redresse, je me re-retourne, je la re-renifle, … puis je passe à autre chose« . C’est après tout ce petit rituel qu’on a le droit de ramasser. Pas avant.

Pour faciliter les choses sur un chien coprophage, il existe des additifs alimentaires (sous forme de spray ou de poudre) à rajouter à l’aliment de votre chien qui donneront un goût désagréable à ses propres selles (NDLR : ou, plus désagréable que désagréable, donc, car on se demande bien ce qu’ils peuvent trouver de goûtu là dedans!) mais évidemment cette solution ne peut s’envisager que si le chien ne mange que ses propres excréments, ou alors vous devrez approvisionner les maîtres de tous les chiens du quartier, ce qui semble peu concevable.

Quoi qu’il en soit, ces additifs ne sont pas une solution en soi car la coprophagie justifie à elle seule une consultation chez le vétérinaire.

Car soit votre chien souffre d’un problème de santé, soit il souffre d’un trouble comportemental qui ne va aller qu’en s’aggravant si vous ne faites rien.

A bon entendeur, donc…

Un cas de rage animale à Argenteuil dans le Val d’Oise – Recherche des personnes et animaux en contact … Ou : « de l’utilité de faire vacciner son animal SYSTEMATIQUEMENT contre la rage »

1 Nov

Je relaie ici un message important, de santé publique, du ministère de l’agriculture…

Cas de rage animale dans le Val d’Oise – Recherche des personnes et animaux en contact

31/10/2013

Ministère des affaires sociales et de la santé – Direction générale de la santé

Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt – Direction générale de l’alimentation

L’Institut Pasteur a confirmé le 31 octobre 2013 un cas de rage chez un chaton trouvé le 25 octobre 2013, rue Marguerite à ARGENTEUIL. L’animal est décédé le 28 octobre 2013. Il s’agit d’un chaton d’environ 2 mois tricolore : blanc, noir et fauve (cf. photo).

chaton rage

Une enquête épidémiologique a été engagée afin d’identifier et prendre en charge les personnes qui auraient pu entrer en contact avec ce chaton entre le 8 octobre et le 28 octobre inclus. Cette période correspond à la période pendant laquelle il a pu transmettre la maladie.

Cinq personnes ayant été en contact avec le chaton ont déjà été identifiées. Elles ont été prises en charge et dirigées vers un centre antirabique pour recevoir un traitement préventif.

Les personnes

  • qui auraient été mordues, griffées, égratignées, ou léchées sur une muqueuse (bouche, yeux…) ou sur une peau lésée par ce chaton
  • ou dont l’animal aurait été en contact avec ce chaton,

entre le 8 octobre et le 28 octobre 2013 inclus doivent appeler rapidement le 08 11 00 06 95

Numéro local accessible entre 10H00 et 18H00 heures à partir du 1er novembre 2013

De même, toute personne qui aurait des informations à donner au sujet de ce chaton ou de son éventuel propriétaire est invitée à contacter ce numéro.

Il est extrêmement important de pouvoir retrouver toutes les personnes, notamment le propriétaire, ou les animaux ayant été en contact avec ce chaton, la mère et les autres chatons de la portée. La France étant indemne de rage depuis 2001, ce chaton ou là mère ont été importés d’un autre pays, non indemne.

La rage, une maladie qu’il faut traiter rapidement

La rage est une maladie mortelle si elle n’est pas traitée à temps. Elle est transmissible pendant environ 15 jours avant l’apparition des premiers symptômes de la maladie chez l’animal.

Chez l’homme, le traitement préventif de la rage humaine, administré après le contact avec l’animal porteur, mais avant l’apparition des symptômes, est très efficace.

Rappel de recommandations importantes

  • Tout chien ou chat ou autre carnivore ayant mordu ou griffé une personne, doit être présenté à un vétérinaire par son propriétaire dans les 24 heures suivant la blessure. L’animal fait l’objet d’une surveillance sanitaire par le vétérinaire pendant 15 jours ;
  • en cas de morsure, il faut immédiatement nettoyer la plaie avec de l’eau et du savon, rincer abondamment et appliquer une solution antiseptique. Il est indispensable de consulter rapidement un médecin, qui pourra selon le contexte orienter la personne mordue vers un centre antirabique ;
  • il ne faut pas manipuler les animaux sauvages ou errants surtout lorsqu’ils sont trouvés malades ou blessés.

Contact presse Préfecture du Val d’Oise : 06 80 28 62 40.

Pour plus d’informations :

http://www.val-doise.gouv.fr/

http://agriculture.gouv.fr/rage,993

http://www.sante.gouv.fr/rage-somma…

___________________________________________________________________________

L’occasion pour moi de vous rappeler la législation en vigueur…

Je me permets de rappeler à chacun d’entre vous l’utilité de l’identification et du vaccin rage.

Oui, effectivement, la rage ne court pas les rues en France, ça se saurait si c’était le cas. Mais lors de l’émergence d’un cas de rage importé d’un pays étranger, avec un peu de malchance, si votre animal a été en contact avec le cas suspect et qu’il n’est pas identifié ni vacciné, la législation oblige son euthanasie. Alors qu’il sera simplement surveillé si il l’est.

A bon entendeur, donc…

Ce cas permet également de rappeler que les formalités douanières d’importation d’animaux ne sont pas inutiles et faites uniquement pour vous enquiquiner, loin de là!

Pour importer un chat, un furet ou un chien en France depuis un pays non-indemne de rage (d’où proviendrait très probabelement ce chaton), cet animal doit être identifié, vacciné contre la rage, et doit subir une prise de sang de recherche d’anticorps contre la rage par un laboratoire d’Etat agréé, prouvant un taux suffisant justifiant sa vaccination correcte.

Alors oui, bien sûr, si vous voyagez à l’étranger avec votre compagnon, vous savez que vous devez le faire vacciner contre la rage. Le passeport, la puce électronique, tout ça, vous le savez.

Mais si votre animal vit tranquillement dans votre appartement, vous vous dites que question rage, vous êtes plutôt peinard. Et vous n’avez pas vraiment tort, …SAUF QUE! …

La France est indemne de rage vulpine (de renard) depuis 1998. Et de rage canine depuis 2001. C’est à dire qu’aucun cas de rage franco-français n’y a été déclaré depuis ces dates.

Oh oui, il y a bien quelques cas sporadiques qui affolent la presse. Mais il s’agit à chaque fois de cas de rage d’animaux importés de l’étranger. Comme ce dernier cas en Vendée, dont je vous avais parlé ici et de ce chiot ramené du Maroc dontje vous avais aussi parlé .

Rapport World Health Organization 2012 : risque de rage en fonction des pays

Alors pourquoi faire vacciner son animal contre la rage s’il n’y a plus de rage en France?? 

Je reprends donc l’un des derniers cas de rage canine sporadique en France : de ce chiot ramené du Maroc en Vendée en août 2011.

Le chiot importé de l’étranger et porteur de la rage a été diagnostiqué rapidement par un vétérinaire.

Les personnes ayant été en contact avec cet animal ont toutes été traitées préventivement. Car le vaccin contre la rage est préventif mais aussi curatif si il est pratiqué précocement après la morsure ou le léchage d’une plaie ouverte par un animal enragé.

Les animaux ayant été en contact avec l’animal enragé ont été divisé en deux groupes : ceux vaccinés (et identifiés) et ceux non vaccinés contre la rage. Les animaux vaccinés (et identifiés, par tatouage ou puce électronique) ont été placé sous surveillance vétérinaire. Une fois l’épidémiosurveillance assurée, ces animaux ont continué leur petite vie comme si rien ne s’était passé.

Les animaux non vaccinés (ou non identifiés) … ont été tout simplement euthanasiés!

En France, en matière de santé publique, on applique la technique du risque zéro. Et je pense sincèrement qu’il s’agit de la bonne formule.

Vous l’aurez donc compris, vacciner votre chien, votre chat ou votre furet contre la rage sert tout simplement à le protéger. Et à vous protéger vous et votre entourage.

Donc même si votre chien, votre chat, ou votre furet vit dans notre belle ville et qu’il ne quitte jamais Paris, « on ne sait jamais »!

Le B.A.-BA est donc celui ci : chien, chat, furet, même combat! :

– On le fait identifier (car si il n’est pas identifié et qu’il a été en contact avec un animal importé suspect de rage et qu’il n’est pas identifié, il sera aussi euthanasié) par microchip (le tatouage, c’est so 2012 : totalement révolu)

– Votre vétérinaire vous fournit un passeport pour votre animal (car vous l’avez fait identifier)

– On le fait vacciner contre la rage (et contre toutes les autres maladies dont la prophylaxie peut être assurée par leur vaccination) et le vétérinaire l’annote dans le passeport

Voici en lien, la page internet du Ministère de la Santé qui explique les différentes modalités à remplir pour l’importation d’animaux depuis des pays extérieurs à l’Union Européenne : ICI.

Transporter son animal dans Paris

15 Oct

Vous voulez vous déplacer dans Paris avec votre animal de compagnie … BON AMUSEMENT! ;-)

Evidemment, tant que possible, je vous conseille de vous rendre chez votre véto de quartier à pied ou en voiture.

Mais parfois, c’est impossible … alors voici les règles à suivre!

Copyright "Colonel Moutarde"

Copyright « Colonel Moutarde »

Dans le RER :

Les chats, NAC’s et petits chiens peuvent à priori voyager gratuitement dans un contenant (sac entièrement fermé) mais il n’y a rien d’écrit noir sur blanc.

Les chiens voyageant « hors sac », par contre, doivent tous être muselés et tenus en laisse. Vous devez également payer pour votre chien voyageant en laisse un billet seconde classe demi tarif.

Dans le bus et le métro :

Ne sont admis dans les bus et les métros que les chiens et chats de petite taille à condition qu’ils voyagent dans un panier, un sac ou dans une cage correctement fermée et ne dépassant pas 0,45 m. Ces animaux ne doivent pas pouvoir salir ou incommoder les autres voyageurs.

Sont également admis, bien sûr, les chiens guides d’aveugles tenus par un harnais et accompagnant soit un aveugle titulaire d’une carte d’invalidité portant la mention « cécité » et d’une étoile verte, soit un moniteur possédant la carte d’identité du chien. Idem pour le RER pour ces chiens là, d’ailleurs.

Dans les taxis :

Attention! Tous les taxis n’acceptent pas la présence d’animaux à bord de leur véhicule!

Lors de votre appel pour réserver votre taxi, vérifiez donc que la compagnie accepte les animaux (sous peine de vous voir refuser la course!). Précisez la taille, l’espèce de votre compagnon et s’il est dans un contenant ou non.

Certaines sociétés se sont spécialisées dans le déplacement d’animaux de compagnie, avec ou sans leur propriétaire, dans un contenant ou non. Ces différentes sociétés ne fonctionnent pas comme des taxis que l’on appelle à n’importe quelle heure de la journée ou de la nuit et qui rappliquent dans le quart d’heure… Pensez donc à les réserver suffisamment à l’avance! Je vous cite, par exemple Taxi Canine : tel : 01.45.85.12.74 ou 06.60.50.12.74 ou à Animal’ Taxi : 06.87.63.99.07 … mais il en existe d’autres!

Note :

Les chiens de 1ère catégorie sont tout bonnement interdits dans les transports en commun et les chiens de 2ème catégorie doivent d’office être attachés et muselés!

Alerte aux aoûtats!

2 Août

L’aoûtat (et non l’aoûtien, s’il vous plait m’sieurs dames; l’aoûtien, c’est autre chose, c’est moi par exemple, là, et jusqu’au 19 août!!) est un minuscule acarien qui possède un cycle de vie particulier.

L’adulte vit dans l’environnement, libre, il est carnassier et se nourrit majoritairement d’autres acariens. Ce n’est donc pas l’aoûtat adulte qui nous cause des soucis.

La femelle va pondre ses oeufs et en sortiront des larves. Les larves attendront patiemment dans la végétation que s’approche leur cible. Ce sont ces larves qui parasitent nos animaux domestiques (chiens, chats, rongeurs, oiseaux, …) mais aussi l’homme.

On rencontre ces parasites partout en France, en Europe, surtout dans les hautes herbes.

Elles iront se nicher dans des endroits chauds et humides de l’hôte, où la peau est fine (entre les doigts, dans les plis des oreilles, sur les paupières, …).

Elles se regroupent généralement en amas d’une bonne dizaine d’individus. Comme ces larves sont de couleur orangée, il est assez facile pour un oeil avisé de les reconnaître. Elles forment des petites croûtes orangées dans les plis des oreilles, dans les plis des membres, entre les doigts et les coussinets ou au dessus des yeux de votre compagnon à 4 pattes.

Ces larves vont se nourrir de débris de peau et de sang. Puis, au bout de quelques jours, elles vont quitter leur hôte, se transformer en nymphe, puis en adulte, et le cycle recommence.

La saison de développement est d’avril à octobre, comme les tiques, avec un pic de développement en août, comme son nom l’indique (c’est bien fait n’est-il pas?).

Nous sommes donc en plein dedans! Et comme il fait chaud, après une période humide d’orages, les aoûtats pullulent!

Les lésions causées par les aoûtats sont bénignes mais sa morsure est excessivement prurigineuse et nos animaux domestiques peuvent souffrir d’infections bactériennes cutanées secondaires à ces démangeaisons intenses.

 

La prévention des infestations consiste à appliquer un antiparasitaire externe sur tout l’animal en insistant sur les zones à risque. Malheureusement, il n’y a pas de produit miracle. On peut appliquer en répulsif du Frontline® spray sur le chien et le chat, ou du Defendog® chez le chien, en respectant les doses prescrites du nombre de vaporisations en fonction du poids corporel et en le vaporisant également bien sur les pattes, en frottant à l’aide d’un gant derrière les oreilles aussi.

D’autres produits efficaces pour les chiens sont les shampoing Pulvex® et Ectoskin® (à ne pas utiliser chez les chats!!), à utiliser comme un shampoing classique, si ce n’est qu’on va le laisser agir 5-10 minutes avant de rincer. Il faudra recommencer le shampoing toutes les 2 à 4 semaines.

Attention à l’utilisation de ces différents produits chez les jeunes animaux! Lisez attentivement la notice et en cas de doute, demandez conseil à votre vétérinaire.

Lorsque votre animal est infesté et se gratte, il faudra consulter votre vétérinaire qui vous prescrira très certainement des anti-inflammatoires et anti-prurigineux puissants (souvent des corticoïdes), ainsi qu’un traitement en spray ou shampoing pour éliminer les parasites.