Tag Archives: castration

La castration chez le chien mâle

8 Mar

En ce jour de la femme, de quoi pouvais-je vous parler d’autre que de la castraton du chien mâle, hein? ;-)

(Rhooooo, ça va hein!)

Je sais que le sujet de la stérilisation des animaux m’attire toujours les foudres de certains lecteurs. De nombreux propriétaires de chiens refusent catégoriquement de faire castrer leur chien en affirmant que c’est une mutilation inutile. Ils ont peur également que leur chien change une fois castré.

Je comprends ce refus et cette crainte. Mais je ne cautionne pas. Je suis véto avant tout et je vous relate ici des faits scientifiques (sur un ton léger, on avait compris!).

Alors, rentrons dans le vif du sujet…

Les beaux jours ne sont pas loin (si si, je vous jure!), les abeilles préparent leurs petites ailes et sont sur les starting blocks … les chiennes seront bientôt de retour en chaleurs … et les chiens mâles entiers vont se réveiller!

Le chien mâle entier (non castré) est plus fugueur en période de chaleurs des femelles. En plus de ce comportement, le chien est plus irritable, bagarreur avec les autres mâles, et vous obéira moins qu’avant : il passe ses sorties à renifler partout, le nez collé au bitume.

J’affirme haut et fort (pas taper, merci) que le mieux pour la santé d’un chien mâle non reproducteur est de le faire castrer. L’idéal étant de faire opérer le chien avant la puberté, c’est-à-dire entre 6 et 8 mois chez les petites races et vers 8 – 10 mois chez les grandes races.

Pour les chiens de première catégorie, j’en profiter pour vous rappeler que c’est tout simplement obligatoire (loi du 6 Janvier 1999).

 

Pourquoi est-ce mieux pour la santé du chien?

Outre les « problèmes » précités liés au comportement (fugues, bagarres, agressivité interspécifique, …), il y a surtout des problèmes de santé qui peuvent être épargnés à un chien si on le fait stériliser.

Il est relativement fréquent chez le vieux chien mâle non castré de voir apparaître des tumeurs testiculaires. Ces tumeurs (qui peuvent être bénignes ou malignes) ne se développeront évidemment pas chez un chien mâle castré, puisque je vous rappelle que la castration dont je vous parle ici est une castration chirurgicale consistant à l’ablation de testicules.

J’en profite pour dire que d’autres techniques existent (vasectomie = ligature ou résection du canal déférent) mais cette technique, si elle rend le chien stérile, ne change en rien le fait qu’il reste sous imprégnation hormonale et donc n’apportera aucun bénéfice sur la santé du chien.

Si le chien est cryptorchide ou monorchide (c’est à dire si il présente les deux ou un seul testicule intra-abdominal), il est même plus que vivement conseillé de le faire stériliser car le risque de développer une tumeur testiculaire est décuplé. En effet, les testicules se trouvant dans l’abdomen seront surstimulés par le fait d’y être bien au chaud et sécréteront plus de testostérone, ce qui induira un surplus de « travail » pour les cellules et donc un risque accru de développer des tumeurs. De plus, comme l’ectopie testiculaire est héréditaire, il est plus que conseillé de ne surtout pas faire se reproduire ces chiens. Et re-de plus, c’est un vice rédhibitoire!

Le chien mâle non castré présente également fréquemment des maladies de la prostate : hyperplasie bénigne, kystes, abcès, prostatites, tumeurs, …

L’hyperplasie bénigne est probablement la plus fréquente mais si elle est n’est pas maligne, elle n’en n’est pas moins à prendre au sérieux. Car elle entraine:

–  des troubles de la défécation (en effet, la prostate est située anatomiquement juste en dessous du colon distal, et si elle grossit, elle pousse le colon vers le haut, ce qui entraine une constipation « mécanique »)

– des troubles urinaires : cystites, difficultés à uriner (car la prostate entourre l’urètre)

– douleurs diffuses liées à la pression de la prostate sur les organes environnants

De plus, la castration limite le risque d’abcès des glandes anales, de développement de tumeurs péri-anales et de hernie périnéale.

Et puis, bien évidemment, faire castrer son chien l’empêche de se reproduire. Exit le risque de portée indésirée!

 

Les vraies/fausses idées concernant la castration :

Oui, faire castrer son chien diminue les besoins énergétiques de son métabolisme et le rend moins actif. Il y a donc un risque de prise de poids si vous laissez les choses aller. Si vous faites attention à son alimentation (c’est à dire si vous diminuez légèrement les quantités journalière ou – mieux – que vous lui donnez un aliment spécifique pour chien castré) et que vous le maintenez actif, la prise de poids sera négligeable.

Oui, les chiens castrés vivent statistiquement plus longtemps. Car, par définition ce sont des chiens médicalisés, parce qu’ils sont plus calmes, et sont moins prédisposés aux maladies précitées.

Non, faire castrer un chien avant l’âge de sa puberté ne l’empêchera pas de grandir. La croissance sera au contraire plus longue et plus harmonieuse.

 

… D’autres questions?

 

 

 

Pourquoi faire stériliser mon chat?

6 Fév

La stérilisation du chat ou de la chatte consiste en une intervention chirurgicale destinée à l’empécher de se reproduire.

 

– La stérilisation du mâle (ou castration) se réalise par ablation des testicules. C’est une opération peu invasive, externe, réalisée sous anesthésie générale. La convalescence dure généralement 1 jour tout au plus

– La stérilisation de la femelle (ovariectomie ou ovariohystérectomie) consiste en l’ablation des ovaires (avec ou sans abaltion de l’utérus) sous anesthésie générale. L’intervention est un peu plus invasive que chez le mâle dans la mesure où c’est une opération intra-abdominale. La convalescence est donc un peu plus longue (1 à 2 jours pour une ovariectomie; 3 à 4 jours pour une ovariohystérectomie)

Ceci dit, en règle générale, le lendemain de la stérilisation, mâles et femelles se portent à merveille et rentrent à la maison le soir même de l’intervention!

Ce billet ne concerne bien évidemment pas les animaux destinés à la reproduction … merci de bien vouloir le noter! ;-)

Je vous dirai tout d’abord que la vieille croyance qui dit que « faire-au-moins-avoir-une-portée-à-sa-chatte-est-mieux-pour-elle » est totalement fausse!! Si vous ne voulez pas de chatons, mieux vaut, pour la santé de votre chatte, qu’elle soit stérilisée. Vous allez comprendre pourquoi…

Beaucoup de propriétaires, par anthropomorphisme (c’est à dire qu’ils se mettent à la place de leur animal), hésitent à faire stériliser leur chat : ils n’en voient pas l’intérêt ou considèrent cette opération comme une mutilation…

Pourquoi donc votre vétérinaire vous conseille la stérilisation?

Tout simplement parce que faire stériliser son animal présente de nombreux intérêts : pour nous, mais surtout pour eux!

Ethiquement parlant, d’abord! La stérilisation limite la surpopulation féline et les portées indésirables. Faire faire des chatons à son chat est une chose … caser les 5, 6, 7, 8 (?) chatons qui en résulteront en est une autre! Il n’est pas chose aisée de placer ces petites boules de poils chez des personnes de confiance, et vivre avec 8 chats dans un 60m2 parisien n’est pas vraiment raisonnable!

Chez les mâles, la stérilisation avant la puberté (entre 6 et 8 mois d’âge) permet d’éviter certains comportement gênants : griffades, marquages urinaires, urines odorantes des mâles non castrés… Un chat castré est également un chat plus calme et plus affectueux.

Chez les femelles, la stérilisation évite les chaleurs. La chatte stérilisée n’aura donc plus de comportement de miaulements intempestifs, fugues, marquages urinaires, frottements, …

Stériliser votre chat accroit également statistiquement son espérance de vie. Effectivement, les animaux stérilisés n’éprouvent plus le besoin de chercher de partenaires, ce qui réduit considérablement leur périmètre d’action. On observe ainsi une forte diminution des risques de bagarres (morsures et griffures entre animaux qui évoluent souvent en abcès), d’accidents routiers, de parasitage (puces, tiques, aoûtats) et de contamination par des virus mortels (PIF, FIV, leucose, typhus etc.). De plus, les femelles ne subissent plus les variations hormonales incessantes dues à leurs périodes de chaleurs. Une chatte stérilisée avant ses premières chaleurs (vers 6-8 mois) présente un risque quasi nul de développement de tumeurs mammaires. La stérilisation rend quasi nulle également le risque d’infection utérine (métrite).

Le seul point « négatif » de la stérilisation réside dans le fait qu’un chat stérilisé est prédisposé à la prise de poids et à la formation de cristaux urinaires. Ce point peut entièrement être rayé en nourrissant votre chat après la stérilisation avec une alimentation adaptée pour chat stérilisé, en vente chez votre vétérinaire ou en animalerie spécialisée. En plus d’être une alimentation allégée prévenant la prise pondérale, elle est sélectionnée pour minimiser le risque de formation de cristaux urinaires. Votre vétérinaire vous conseillera volontiers l’aliment le plus adapté à votre chat (croquettes, barquettes et/ou sachets fraicheurs).

 

Voilà! Qui doute encore?

Le chat parisien, un chat d’intérieur : quels soins doit-on lui prodiguer?

8 Mar

« Mon chat ne sort jamais, Docteur, donc, non, je ne le fais pas vacciner car ça ne sert à rien » … « et je ne le vermifuge jamais, non plus » … « mais non, vu qu’il ne sort pas, il ne risque rien« , …

C’est de plus en plus rare mais j’entends encore ce type de discours.

Sous prétexte que le chat parisien, chat 100% d’appartement (mi-tête de lit, mi-canapé) ne sorte pas, on s’imagine parfois qu’il ne nécessite aucun soin de santé.

C’est faux!

Enfin, ce serait vrai pour un chat vivant sous cloche, mais là nous parlons d’un chat, qui ne sort pas, certes, qui n’est pas en contact direct avec d’autres animaux, re-certes, mais vous, vous sortez et vous rentrez chez vous, vous ouvrez vos fenêtres, parfois (enfin j’espère)…

Bref, votre chat peut quand même être en danger.

 

Quels soins doit-on prodiguer à un chat d’appartement, qui ne sort jamais de chez lui? Voilà la qestion à laquelle je vais tenter de répondre dans cet article.

L’IDENTIFICATION

Alors, tout d’abord, un chat, même un chat qui ne sort jamais doit être identifié (puce électronique de préférence, ou tatouage).

Pourquoi? Hé bien tout simplement parce que c’est obligatoire. Et qu’en suite : identifier votre animal, c’est le protéger. Car si votre chat échappait par malheur à votre attention, se faufilait en dehors de votre appartement, et qu’il était ramassé par la fourrière, il pourrait être considéré comme un chat errant et être euthanasié.

Suite à l’identification de votre animal, votre vétérinaire vous remettra un passeport européen, qui est, en quelque sorte, le document officiel de votre chat.

LES VACCINS ET TESTS SANGUINS

Je conseille généralement à mes clients de faire tester leur chat FIV et FeLV. Pour se faire, le vétérinaire réalise une prise de sang et fera (en règle générale) un test directement à la clinique ou via un laboratoire extérieur.

Il faut ensuite faire vacciner votre chat (dès l’âge de 2 mois et à tout âge pour un chat adulte). Le chat d’intérieur doit être vacciné contre le typhus et le coryza, même s’il ne sort jamais! Et même s’il ne rencontre jamais d’autres chats! En effet, ces virus sont transportés par voie aérogène, ou via vous, vos mains, vos chaussures, … sans contact direct avec un autre chat.

Je conseille également à mes clients de faire vacciner leur chat contre la rage, même s’il ne sort jamais.

Pourquoi? Alors là je vous renvoie à cet article que j’ai écrit précédemment et qui vous convaincra, je l’espère.

Le vaccin contre la leucose, si le chat ne sort pas et n’est jamais en contact avec d’autres chats peut clairement être mis de côté.

LES VERMIFUGES

Il faut ensuite vermifuger votre chat régulièrement, même s’il ne sort jamais.

Un chaton doit être vermifugé tous les mois jusqu’à l’âge de 6 mois. Et ensuite au minimum deux fois par an. Si le chat est en contact avec de jeunes enfants, on vermifugera le chat au minimum 4 fois par an.

LA STERILISATION

Un chat parisien, si vous ne le destinez pas à la reproduction, doit être stérilisé.

Les femelles non stérilisées ont très souvent un comportement de miaulements, de roulades, de marquage urinaire, de tentatives de fugues durant leurs périodes de chaleurs … peu compatible avec la vie en appartement. Alors qu’une femelle stérilisée aura un tempérament plus calme et sans « sauts d’humeur », beaucoup plus appréciable.

Avoir un chat mâle non castré en appartement est, selon moi, assez inenvisageable. Le mâle non castré développe une odeur corporelle et urinaire assez désagréable et prenante, ainsi qu’un comportement de griffades, de marquage urinaire intempestif, … peu agréable. Alors qu’un chat castré sera plus calme, plus affectueux, et surtout, n’urinera pas partout dans votre intérieur.

L’ALIMENTATION – LA GESTION DU SURPOIDS

Un chat d’intérieur est prédisposé à l’obésité de part sa sédentarité et un manque fréquent d’exercice. Le chat de ville mange plus que ses besoins journaliers car il peut parfois s’ennuyer.

Si votre chat a tendance à être « rondouillard », il existe chez votre véto, des aliments spécialement conçus pour la réduction pondérale de votre chat : ces aliments sont pauvres en calories, tout en comblant ses besoins nutritionnels journaliers. Vous pouvez également augmenter son exercice progressivement en le faisant jouer. Vous pouvez par exemple utiliser un laser (une sorte de petite lampe de poche que vous pouvez vous procurer en animalerie), dont il va s’amuser à courser le faisceau lumineux sur le sol. Vous pouvez également utiliser un Pipolino, ou un Aikiou comme distributeur de croquettes.

LES SOINS DIVERS

Les chats à longs poils devront être brossés régulièrement, c’est à dire au moins une fois par jour, afin d’éviter les noeuds d’une part, et d’éviter d’autre part qu’ils n’ingèrent trop de poils.

Si le chat a tendance à vomir régulièrement des boules de poils qu’il n’arrive pas à digérer, on lui donnera des compléments alimentaires appétents sous forme de pâte orale (Catmalt®, Savorial®, …) qui favoriseront l’élimination des poils au fur et à mesure par les voies naturelles.

LA VISITE ANNUELLE CHEZ LE VETERINAIRE

Ensuite, comme on a bien appliqué tout ce que je viens de dire, et vu que le chat d’intérieur a bien mérité une visite annuelle de santé chez son vétérinaire préféré (ne fut ce que pour ses rappels de vaccins annuels), votre vétérinaire vous conseillera dans les soins supplémentaires à lui apporter : détartrage (en cas de présence de tartre associée ou non à de la gingivite), bilan sanguin (en cas de suspicion d’une maladie ou de routine chez le chat senior), analyses d’urine, …

 

Car ce n’est pas parce que un chat vit en intérieur qu’il doit être laissé pour compte!

Parce qu'il le VEAU bien!

Parce qu'il le VEAU bien!

La Stérilisation = La Solution!

1 Déc

Faites stériliser votre chat ou votre chatte si vous ne voulez pas qu’il ou elle fasse de portées!

Tout réside dans cette phrase.

Si vous ne destinez pas votre chat ou votre chatte à la reproduction : le/la faire stériliser, c’est mieux pour sa santé!

Une vieille croyance dit que « faire-au-moins-avoir-une-portée-à-sa-chatte-est-mieux-pour-elle ». C’est totalement faux. Si vous ne voulez pas de chatons, mieux vaut, pour la santé de votre chatte, qu’elle soit stérilisée.

Beaucoup de propriétaires, par anthropomorphisme, hésitent à faire stériliser leur chat : ils n’en voient pas l’intérêt ou considèrent cette opération comme une mutilation…

Or, votre véto vous conseille cette opération… Pourquoi?

Tout simplement parce que faire stériliser son animal présente de nombreux intérêts : pour nous, mais surtout pour eux!

1- Ethiquement parlant, d’abord!

La stérilisation limite la surpopulation féline et les portées indésirables. Faire faire des chatons à son chat est une chose … caser les 5, 6, 7, 8 (?) chatons qui en résulteront en est une autre! Il n’est pas chose aisée de placer ces petites boules de poils chez des personnes de confiance, et vivre avec 8 chats dans un 60m2 parisien n’est pas vraiment raisonnable!

2- Chez les mâles, la stérilisation avant la puberté (entre 6 et 8 mois d’âge) permet d’éviter certains comportements gênants : griffades, marquages urinaires, urines odorantes des mâles non castrés… Un chat ou une chatte castré(e) est également un chat plus calme et plus affectueux.

3- Chez les femelles, la stérilisation avorte les chaleurs. La chatte stérilisée n’aura donc plus de comportement de miaulements intempestifs, fugues, marquages urinaires, frottements, …

4- Stériliser votre chat accroît également statistiquement son espérance de vie. Effectivement, les animaux stérilisés n’éprouvent plus le besoin de chercher de partenaires, ce qui réduit considérablement leur périmètre d’action. On observe ainsi une forte diminution des risques de bagarres (morsures et griffures entre animaux qui évoluent souvent en abcès), d’accidents routiers, de parasitage (puces, tiques, aoûtats) et de contamination par des virus mortels (PIF, FIV, leucose, typhus etc.). De plus, les femelles ne subissent plus les variations hormonales incessantes dues à leurs périodes de chaleurs. Une chatte stérilisée avant ses premières chaleurs (vers 6-8 mois) présente un risque quasi nul de développement de tumeurs mammaires. La stérilisation rend nulle également le risque d’infection utérine (métrite).

5- Le seul point « négatif » de la stérilisation réside dans le fait qu’un chat stérilisé est prédisposé à la prise de poids et à la formation de cristaux urinaires. Ce point peut entièrement être rayé en nourrissant votre chat après la stérilisation avec une alimentation adaptée pour chat stérilisé, en vente chez votre vétérinaire. En plus d’être une alimentation allégée prévenant la prise pondérale, elle est sélectionnée pour minimiser le risque de formation de cristaux urinaires. Votre vétérinaire vous conseillera volontiers l’aliment le plus adapté à votre chat (croquettes, barquettes et/ou sachets fraîcheurs).

Alors … convaincu(e)s?