Archive | Respiratoire RSS feed for this section

Le hoquet chez le chien

14 Juin

Voici l’une des questions qui m’ont été posées (en l’occurrence par Miss Lyly de Frimoussedog) dans le cadre du concours pour gagner des goodies Vet and the City :

 

Qu’est ce que le hoquet chez le chien?

Le hoquet, chez le chien, comme chez l’homme, est une contraction spasmodique du diaphragme (la paroi musculeuse qui sépare le thorax de l’abdomen), suivie d’une fermeture brutale de la glotte. L’air rapidement inhalé lors de la contraction du diaphragme est alors bloqué net au niveau de la glotte et des cordes vocales et cet arrêt provoque le petit bruit caractéristique du hoquet (… hic! hic!).

 

Hips!

 

Quelle en est la cause?

Dans la très grande majorité des cas, on ne sait pas d’où vient le hoquet, et il est totalement bénin (dans plus de 90% des cas).

(Voilà … merci bien … bonsoir!)

Ce que l’on peut dire c’est que le hoquet est très fréquent chez les jeunes animaux. Les chiots peuvent même comme les humains avoir le hoquet en intra-utéro, c’est à dire quand il sont encore dans le ventre de leur mère. On pense que ce serait lié à la maturation du système nerveux.

 

Source : Hill's Atlas

Source : Hill’s Atlas

Mais il existe aussi quelques causes connues du hoquet, comme :

– le hoquet secondaire à un repas : l’estomac, dilaté, « gênerait » le diaphragme via le nerf phrénique (oui, je me la pète un peu là : les plus courageux iront voir ce que c’est, ça ne sert à rien de rentrer dans les détails ici!)

– l’aérophagie

– des stimulations nerveuses par des substances irritantes, ou des boissons ou aliments trop chauds ou trop froids

– l’insuffisance rénale

– un épanchement thoracique

– la gestation

– le postopératoire d’une chirurgie abdominale

– des affections de l’estomac, des intestins, du foie, de l’œsophage, … : inflammation ou tumeurs, …

– un parasitisme digestif

– du stress, l’excitation, de fortes émotions, …

 

… Je vous fous la trouille, hein??? ;-)

Mais non! Rassurez vous …

Si le hoquet peut être l’un des symptômes de l’une des pathologies précitées, il n’apparaitra certainement pas tout seul! Face à un jeune animal en pleine santé, qui joue, mange bien, grandit bien, … et présente quelques crises de hoquet sporadiques : aucune raison de s’inquiéter!

L’insuffisance rénale par exemple : en plus de l’éventuel hoquet, l’animal sera apathique, anorexique, présentera des vomissements réguliers, augmentera sa prise de boisson, … bref : vous le présenterez à votre vétérinaire pour d’autres raisons que son hoquet!

L’épanchement thoracique se traduira, en plus du hoquet possible, par des difficultés respiratoires, des syncopes, de l’abattement, …

Les affections digestives diverses : idem! Vous présenterez votre animal à votre vétérinaire pour autre chose de plus inquiétant que son hoquet car il présentera de la diarrhée, des vomissements, ne mangera plus, etc…

Pas de raison de paniquer, donc, si votre animal est en forme et bien suivi!

 

Je fais quoi si mon chien a le hoquet?

Dans un premier temps : rien! Si votre animal est en bonne santé, le hoquet s’arrêtera spontanément au bout de quelques minutes, voire de quelques secondes.

Pour mettre fin au hoquet si la crise dure trop longtemps (c’est à dire au delà de 2 heures), il faut, théoriquement stopper les contractions involontaires du diaphragme… Compliqué à réaliser dès lors que ce phénomène est, par définition, involontaire!

On peut donc tenter des remèdes de grand mère, dont aucun d’entre eux n’a prouvé son efficacité scientifique.

Si, chez l’homme, on conseille de boire un grand verre d’eau ou de prendre une grande inspiration et d’arrêter de respirer, c’est dans le but de provoquer un arrêt momentané de la respiration, de faire monter le taux de CO2 dans le sang et de tendre le diaphragme à son maximum. Idem quand on conseille chez l’homme de faire le poirier ou de « boire un verre d’eau à l’envers » : le but est de comprimer le diaphragme par le poids des organes abdominaux.

Chez le chien … bon amusement!

Comme le hoquet peut être généré par du stress, de l’excitation et si votre animal est nerveux au moment de sa crise : tentez de l’apaiser en lui massant doucement la poitrine et isolez le au calme dans une pièce sombre.

Si les crises de hoquet sont fréquentes chez votre animal après les repas, c’est qu’il mange probablement trop ou trop vite. Fractionnez les repas (3 à 4 fois par jour) et tentez de le nourrir en hauteur (la gamelle placée sur une marche d’escalier par exemple) et de ralentir sa prise alimentaire à l’aide d’une gamelle anti-glouton. Les reliefs dans cette gamelle le forceront à manger plus lentement.

gamelle

Vous pouvez tout à fait « fabriquer » une telle gamelle en plaçant de gros cailloux (voire même de petites briques) dans la gamelle classique de votre chien. Attention : gros caillou = caillou d’une taille supérieure à celle de la mâchoire de votre chien! Il ne faut pas que les cailloux puissent être ingérés par votre chien bien évidemment!

Une visite chez votre vétérinaire s’impose par contre si votre chien présente une crise de hoquet durant plus de 24 heures … ou si il présente d’autres symptômes, cela va de soi!

 

 

 

Le reverse sneezing ou éternuement inversé chez le chien

3 Jan

Le reverse sneezing (ou « éternuement inversé » ou « rétro-éternuement » ou encore « internuement ») est, chez le chien, un phénomène respiratoire qui se manifeste par une crise d’inspirations bryantes et difficiles.

Je vous en reparle aujourd’hui car j’ai eu 3 consultations pour cette raison depuis hier matin … ça a donc l’air de beaucoup vous perturber, cette affaire, en ce début 2013! ;-)

On vient nous consulter, nous autres vétos, parce que « le chien tousse », « fait de droles de bruits », « s’étouffe », … Le propriétaire est souvent très inquiet car les épisodes de reverse sneezing sont souvent assez impressionants!

Voici deux petites vidéos trouvées sur Youtube pour vous en faire une démonstration :

 

 

 

Il s’agit en fait d’un spasme du palais mou (voile du palais) souvent impressionnant mais généralement totalement bénin. Sauf si ces crises sont très fréquentes et/ou liées à de la toux, des syncopes ou des décharges nasales.

La crise dure généralement moins d’une minute, et le chien est tout à fait normal avant et après la crise.

On ne connait pas vraiment la cause de ce phénomène. Même si l’on sait que certaines races de chiens y sont prédisposées (les races brachycéphales, dont le voile du palais a souvent tendance à être trop long et peu mobile).

Les crises peuvent être déclenchées  :

– par un trouble allergique (présence de pollens ou de particules en suspension dans l’air qui vont « titiller » les voies respiratoires supérieures),

– par un état d’excitation du chien ou un passage de l’état de repos à l’état d’éveil,

– après avoir bu ou mangé,

– par rien du tout en particulier … et c’est le plus souvent le cas!

Pour stopper une crise, petit truc : il faut boucher la respiration du chien par le nez avec la main (momentanément hein! on est bien d’accord!) ou lui souffler légèrement sur le nez. En même temps, massez lui doucement la gorge. Cela fera déglutir le chien. Le voile du palais se replace enfin correctement et la crise passe.

Et surtout n’hésitez pas à consulter votre véto si ces crises sont très fréquentes. Car à force, elles peuvent induire une laryngite/trachéite chronique. Et là, il devient important de traiter!

Le reverse sneezing (ou éternuement inversé)

7 Juin

Le reverse sneezing (ou « éternuement inversé » ou « rétro-éternuement » ou encore « internuement ») est, chez le chien, un phénomène respiratoire qui se manifeste par une crise d’inspirations bryantes et difficiles.

Une démo?

Voilà, voilà :

 

 

Il s’agit en fait d’un spasme du palais mou (voile du palais) souvent impressionnant mais généralement totalement bénin. Sauf si ces crises sont très fréquentes et/ou liées à de la toux, des syncopes ou des décharges nasales.

 

Source : Hill’s Pet Nutrition, Atlas of Veterinary Clinical Anatomy

 

La crise dure généralement moins d’une minute, et le chien est tout à fait normal avant et après la crise.

On ne connait pas vraiment la cause de ce phénomène. Même si l’on sait que certaines races de chiens y sont prédisposées (les races brachycéphales, dont le voile du palais a souvent tendance à être trop long et peu mobile).

 

Les crises peuvent être déclenchées  :

– par un trouble allergique (présence de pollens ou de particules en suspension dans l’air qui vont « titiller » les voies respiratoires supérieures),

– par un état d’excitation du chien ou un passage de l’état de repos à l’état d’éveil,

– après avoir bu ou mangé,

– par rien du tout de particulier … et c’est le plus souvent le cas!

 

Pour stopper une crise, il faut boucher la respiration du chien par le nez avec la main (momentanément hein! on est bien d’accord!) ou lui souffler légèrement sur le nez. En même temps, massez lui doucement la gorge. Cela fera déglutir le chien. Le voile du palais se replace enfin correctement et la crise passe.

 

N’hésitez pas à consulter votre véto si ces crises sont très fréquentes. Car à force, elles peuvent induire une laryngite/trachéite chronique.