Archive | Reproduction RSS feed for this section

La cryptorchidie chez nos carnivores domestiques

6 Sep

La cryptorchidie … kesako? (à part un mot à 1000 points bien placé sur un mot compte triple au Scrabble?)

La cryptorchidie (du grec « crypto » : caché et « orchid » : testicule) (oui, je vous instruis aujourd’hui!), ou ectopie testiculaire, est l’absence de l’un ou des deux testicules dans le scrotum (dans les bourses).

Chez les mâles, donc! (restons logiques!)

Anatomie génitale "normale". Copyright : Hill's atlas

Anatomie génitale « normale ». Copyright : Hill’s atlas

On parle aussi de monorchidie lorsqu’uniquement l’un des deux testicules est absent, l’autre étant à sa place, dans l’une des deux bourses.

Le chien ou le chat (ou l’homme, hein! c’est une anomalie qui existe chez nous aussi) n’a donc qu’un ou pas du tout de testicules?

Non, pas tout à fait. En fait le ou les testicules absent(s) ne sont généralement pas situés au bon endroit. Ils se trouvent soit dans l’abdomen, soit dans le creux de l’aine, soit sont sous la peau près du scrotum.

Ectopie testiculaire (testicule intra abdominal). Copyright Lifelearn Inc.

Ectopie testiculaire (testicule intra abdominal). Copyright Lifelearn Inc.

C’est une anomalie génétique. Héréditaire, donc. C’est même un vice rédhibitoire! Un mâle présentant cette affection sera donc prié de passer son tour pour une saillie. Car les chiots issus de cette portée risquent d’en être atteints également. De plus, ces animaux présentent souvent des troubles de la reproduction et sont même souvent stériles.

Quel est le risque?

Outre le fait de transférer cette anomalie génétique de portées en portées, c’est surtout un risque pour la santé du chien qui présente cette affection!

Le chien cryptorchide ou monorchide risque de développer à la longue un cancer testiculaire ou prostatique. Pourquoi? On estime que c’est parce que le ou les testicules en intra abdominal seront hyper productifs en testostérone car lovés bien au chaud dans l’abdomen ou sous la peau du chien. Alors que normalement, la température dans le scrotum est moins élevée car le testicule est « externe ». Cette température plus élevée entrainera un « fonctionnement » excessif de la glande (oui, les testicules sont des glandes, d’où l’expression « avoir les glandes ») , et donc une hyper production hormonale. C’est la raison pour laquelle les chiens présentant cette affection ont tendance à avoir un comportement sexuel très exacerbé.

Cet emballement du fonctionnement testiculaire peut donc entraîner des modifications tissulaires et donc des cancers. De même qu’une hypersécrétion de testostérone peut engendrer une hyperstimulation de la prostate et induire des hyperplasies, prostatites, cancers prostatiques, …

Le testicule intra abdominal (à la longue) va s’hypertrophier et risque également des torsions testiculaires intra abdominales… Aïe! Aïe! Aïe!!

Donc, on fait quoi?

Il est donc vivement conseillé de faire castrer les chiens présentant une ectopie testiculaire. Et on castre complètement! C’est à dire qu’on n’enlève pas uniquement le testicule mal placé!

« On m’a parlé d’un traitement pour faire « descendre » les testicules, c’est quoi? »

Il est effectivement décrit un traitement injectable hormonal, qui est cependant assez controversé.

En réalité, à la naissance, les testicules de nos carnivores domestiques mâles se situent dans l’abdomen et ils migreront ensuite progressivement vers les bourses. A l’âge de 2-3 mois, les testicules doivent avoir pris leur place, et ne doivent plus en bouger. On ne peut donc pas affirmer avant l’âge de 2-3 mois qu’un chiot ou qu’un chaton présente une ectopie testiculaire (d’où l’aberration du vice rédhibitoire à l’achat …bref …).

On peut donc tenter un traitement hormonal afin de faire descendre le ou les testicule(s) chez le jeune animal. Il s’agit d’injections (réalisées donc par le vétérinaire) que l’on fera chez l’animal pré pubère et que l’on initiera avant l’âge de 3 mois. Ce traitement est controversé car :

– il ne marchera qu’une fois sur deux

– il n’empêche pas le fait que cet animal (si ses testicules finissent par migrer grâce au traitement) doit être retiré du circuit de reproduction.

 

Voilà! Vous avez d’autres questions??

———————————————–

Petit aparté pour Jennifer :

La cicatrice d’une castration pour ectopie testiculaire est toujours plus grande que pour une castration « classique ». En effet, il nous faut aller chercher le testicule intra abdominal qui peut se situer sur tout le trajet entre le rein (là où il se loge durant toute la vie fœtale du chiot) et le trajet inguinal (situé en regard de l’aine). L’incision est donc plus en avant et plus grande que pour une castration sur un chien présentant ses deux testicules normalement situés.

Rassurez vous : personnellement, si j’avais un chiot de 6 mois présentant une cryptorchidie, je l’aurais castré à cet âge là!

Par contre, il est certain que je préviens les maîtres de ces chiens que la cicatrice sera plus conséquente…

 

Comment « sexer » une portée de hamsters?

10 Avr

Les consultations se suivent et ne se ressemblent pas toujours…

La semaine dernière, j’ai été amenée à déterminer le sexe d’une portée de hamsters nains afin d’éviter qu’ils ne se reproduisent entre eux.

Du coup, je vous explique ici le B.A.-BA pour déterminer le sexe d’un hamster.

(évidemment, pour des hamsters russes de 4 semaines, il faut presque s’armer d’une loupe!)

Pour déterminer donc le sexe d’un hamster, il ne suffit pas (non) de le leur demander gentiment. Il faut bien sûr aller examiner attentivement les orifices génitaux situés … sous le hamster … ou la hamster (communément appellée hamster-dame, bien sûr, comme tout le monde le sait … huhu ^^).

Première opération périlleuse, donc : retourner le hamster … et l’immobiliser retourné.

Il faut donc calmement le placer dans la paume de la main, son dos contre la paume, en le retenant doucement autour du thorax par l’index et le pouce. Il est également possible (si il remue vraiment trop) de le soulever délicatement par la peau du cou. C’est d’ailleurs la seule et unique manière de ne pas se faire « avoir » si le hamster mord et n’est pas apprivoisé. Bref, l’essentiel est de faire cela avec beaucoup de calme et de douceur. Au plus on s’énerve, au plus le hamster va se débattre.

Le Docteur Vet and the City porte à son poignet droit un bracelet manchette "Simply Taggada" (Anne, ça fera douze mille milliards de dollars pour la pub. Cordialement. Bien à toi)

Le Docteur Vet and the City porte à son poignet droit un bracelet manchette « Simply Taggada »
(Anne, ça fera douze mille milliards de dollars pour la pub. Cordialement. Bien à toi)

Il faut ensuite comparer la distance entre l’anus (juste sous la queue) et les organes génitaux.

Pour toutes les races de hamsters (doré, russe, de roborovski, …), la règle est la même : chez la femelle, la distance ano-génitale est plus courte que chez le mâle.

Vers un mois : les testicules sont visibles chez le mâle (mais pas toujours : chez le hamster russe et de roborovski, bon amusement!), ce qui fait que l’extrémité de la queue a un aspect plus pointu chez le mâle que chez la femelle.

Chez les races naines (hamster russe, de roborovski, …), le mâle présente une glande odorante au niveau de l’ombilic (autrement appelé le « nombril » lol) et les mâles présenteront donc une coloration jaunâtre-brunâtre des poils, voire une petite croûte dans cette zone. Chez les femelles, par contre, latéralement de part et d’autre de l’abdomen, on observera des mamelles. Les mâles aussi ont des mamelles (oui, comme « chez nous », si si, réfléchissez bien … voilà vous y êtes) mais elles sont nettement moins bien visibles.

Evidemment, vous voulez un dessin … hein?

Il est beau mon dessin, il est BEAU !!

Il est beau mon dessin, il est BEAU !!

Le meilleur conseil que je puisse vous donner si vous voulez vous lancer dans un sexage de portée de hamster est de comparer les individus entre eux! Il faudra peut être faire plusieurs tentatives.

En tous les cas, au delà de l’âge de 4-6 semaines, si vous n’avez pas réussi à déterminer le sexe de chaque individu de votre portée avec certitude … méfiez vous!! Et surtout, en cas de doute, n’hésitez pas à demander conseil à un véto ou l’une de ses assistantes!

Comment déterminer le sexe de chatons nouveau-nés?

27 Mar

Déterminer le sexe d’un chaton est parfois une aventure périlleuse !

Je vous prierais de constater tout d’abord que la présence de tétons ne signifie pas que vous êtes en présence d’une femelle (si vous en doutez, merci de vous rappeler que les messieurs en ont également, des tétons !). Vous n’imaginez pas le nombre de clients qui nous regardent d’un air halluciné lorsqu’on leur parle de tétons chez leur chien ou leur chat mâle…

Bref…

A la naissance, les mâles et les femelles présentent, juste sous la queue, deux orifices semblables : l’orifice anal et l’orifice urinaire (pénis chez le mâle et vulve chez la femelle).

Chez le mâle, la distance entre ces deux orifices est plus grande que chez la femelle. Evidemment, il est plus aisé de faire le sexage en comparant les chatons d’une même portée !

Le premier ou la première qui se fiche de mon mirifique dessin ... ça va très mal se passer! ;)

Le premier ou la première qui se fiche de mon mirifique dessin … ça va très mal se passer! ;)

Chez le mâle, la distance entre ces deux orifices est de l’ordre de 1,2 à 1,4cm, alors que chez la femelle elle sera de l’ordre de 0,5cm.

L’orifice génital de la femelle se présente plus sous la forme d’une fente verticale alors que chez le mâle il sera plus circulaire.

Dès l’âge de 5-6 semaines, les testicules seront visibles chez le mâle et vous pourrez commencer à les palper sous la peau.

F et M 2

Petit « truc » également : si le chaton présente une robe de couleur « écaille de tortue » (tricolore), c’est (presque) certain qu’il s’agisse d’une femelle ! En effet, la couleur « écaille de tortue » nécessite – pour s’exprimer – la présence de deux chromosomes X … Et je vous rappelle que femelle = XX et mâle = XY, chez les chats, comme chez nous!

Effet garanti quand vous débarquez chez des amis et que vous leur pariez un billet de 100 que leur chat est une fifille avant même de l’avoir approché!

La castration chez le chien mâle

8 Mar

En ce jour de la femme, de quoi pouvais-je vous parler d’autre que de la castraton du chien mâle, hein? ;-)

(Rhooooo, ça va hein!)

Je sais que le sujet de la stérilisation des animaux m’attire toujours les foudres de certains lecteurs. De nombreux propriétaires de chiens refusent catégoriquement de faire castrer leur chien en affirmant que c’est une mutilation inutile. Ils ont peur également que leur chien change une fois castré.

Je comprends ce refus et cette crainte. Mais je ne cautionne pas. Je suis véto avant tout et je vous relate ici des faits scientifiques (sur un ton léger, on avait compris!).

Alors, rentrons dans le vif du sujet…

Les beaux jours ne sont pas loin (si si, je vous jure!), les abeilles préparent leurs petites ailes et sont sur les starting blocks … les chiennes seront bientôt de retour en chaleurs … et les chiens mâles entiers vont se réveiller!

Le chien mâle entier (non castré) est plus fugueur en période de chaleurs des femelles. En plus de ce comportement, le chien est plus irritable, bagarreur avec les autres mâles, et vous obéira moins qu’avant : il passe ses sorties à renifler partout, le nez collé au bitume.

J’affirme haut et fort (pas taper, merci) que le mieux pour la santé d’un chien mâle non reproducteur est de le faire castrer. L’idéal étant de faire opérer le chien avant la puberté, c’est-à-dire entre 6 et 8 mois chez les petites races et vers 8 – 10 mois chez les grandes races.

Pour les chiens de première catégorie, j’en profiter pour vous rappeler que c’est tout simplement obligatoire (loi du 6 Janvier 1999).

 

Pourquoi est-ce mieux pour la santé du chien?

Outre les « problèmes » précités liés au comportement (fugues, bagarres, agressivité interspécifique, …), il y a surtout des problèmes de santé qui peuvent être épargnés à un chien si on le fait stériliser.

Il est relativement fréquent chez le vieux chien mâle non castré de voir apparaître des tumeurs testiculaires. Ces tumeurs (qui peuvent être bénignes ou malignes) ne se développeront évidemment pas chez un chien mâle castré, puisque je vous rappelle que la castration dont je vous parle ici est une castration chirurgicale consistant à l’ablation de testicules.

J’en profite pour dire que d’autres techniques existent (vasectomie = ligature ou résection du canal déférent) mais cette technique, si elle rend le chien stérile, ne change en rien le fait qu’il reste sous imprégnation hormonale et donc n’apportera aucun bénéfice sur la santé du chien.

Si le chien est cryptorchide ou monorchide (c’est à dire si il présente les deux ou un seul testicule intra-abdominal), il est même plus que vivement conseillé de le faire stériliser car le risque de développer une tumeur testiculaire est décuplé. En effet, les testicules se trouvant dans l’abdomen seront surstimulés par le fait d’y être bien au chaud et sécréteront plus de testostérone, ce qui induira un surplus de « travail » pour les cellules et donc un risque accru de développer des tumeurs. De plus, comme l’ectopie testiculaire est héréditaire, il est plus que conseillé de ne surtout pas faire se reproduire ces chiens. Et re-de plus, c’est un vice rédhibitoire!

Le chien mâle non castré présente également fréquemment des maladies de la prostate : hyperplasie bénigne, kystes, abcès, prostatites, tumeurs, …

L’hyperplasie bénigne est probablement la plus fréquente mais si elle est n’est pas maligne, elle n’en n’est pas moins à prendre au sérieux. Car elle entraine:

–  des troubles de la défécation (en effet, la prostate est située anatomiquement juste en dessous du colon distal, et si elle grossit, elle pousse le colon vers le haut, ce qui entraine une constipation « mécanique »)

– des troubles urinaires : cystites, difficultés à uriner (car la prostate entourre l’urètre)

– douleurs diffuses liées à la pression de la prostate sur les organes environnants

De plus, la castration limite le risque d’abcès des glandes anales, de développement de tumeurs péri-anales et de hernie périnéale.

Et puis, bien évidemment, faire castrer son chien l’empêche de se reproduire. Exit le risque de portée indésirée!

 

Les vraies/fausses idées concernant la castration :

Oui, faire castrer son chien diminue les besoins énergétiques de son métabolisme et le rend moins actif. Il y a donc un risque de prise de poids si vous laissez les choses aller. Si vous faites attention à son alimentation (c’est à dire si vous diminuez légèrement les quantités journalière ou – mieux – que vous lui donnez un aliment spécifique pour chien castré) et que vous le maintenez actif, la prise de poids sera négligeable.

Oui, les chiens castrés vivent statistiquement plus longtemps. Car, par définition ce sont des chiens médicalisés, parce qu’ils sont plus calmes, et sont moins prédisposés aux maladies précitées.

Non, faire castrer un chien avant l’âge de sa puberté ne l’empêchera pas de grandir. La croissance sera au contraire plus longue et plus harmonieuse.

 

… D’autres questions?

 

 

 

Pourquoi faire stériliser mon chat?

6 Fév

La stérilisation du chat ou de la chatte consiste en une intervention chirurgicale destinée à l’empécher de se reproduire.

 

– La stérilisation du mâle (ou castration) se réalise par ablation des testicules. C’est une opération peu invasive, externe, réalisée sous anesthésie générale. La convalescence dure généralement 1 jour tout au plus

– La stérilisation de la femelle (ovariectomie ou ovariohystérectomie) consiste en l’ablation des ovaires (avec ou sans abaltion de l’utérus) sous anesthésie générale. L’intervention est un peu plus invasive que chez le mâle dans la mesure où c’est une opération intra-abdominale. La convalescence est donc un peu plus longue (1 à 2 jours pour une ovariectomie; 3 à 4 jours pour une ovariohystérectomie)

Ceci dit, en règle générale, le lendemain de la stérilisation, mâles et femelles se portent à merveille et rentrent à la maison le soir même de l’intervention!

Ce billet ne concerne bien évidemment pas les animaux destinés à la reproduction … merci de bien vouloir le noter! ;-)

Je vous dirai tout d’abord que la vieille croyance qui dit que « faire-au-moins-avoir-une-portée-à-sa-chatte-est-mieux-pour-elle » est totalement fausse!! Si vous ne voulez pas de chatons, mieux vaut, pour la santé de votre chatte, qu’elle soit stérilisée. Vous allez comprendre pourquoi…

Beaucoup de propriétaires, par anthropomorphisme (c’est à dire qu’ils se mettent à la place de leur animal), hésitent à faire stériliser leur chat : ils n’en voient pas l’intérêt ou considèrent cette opération comme une mutilation…

Pourquoi donc votre vétérinaire vous conseille la stérilisation?

Tout simplement parce que faire stériliser son animal présente de nombreux intérêts : pour nous, mais surtout pour eux!

Ethiquement parlant, d’abord! La stérilisation limite la surpopulation féline et les portées indésirables. Faire faire des chatons à son chat est une chose … caser les 5, 6, 7, 8 (?) chatons qui en résulteront en est une autre! Il n’est pas chose aisée de placer ces petites boules de poils chez des personnes de confiance, et vivre avec 8 chats dans un 60m2 parisien n’est pas vraiment raisonnable!

Chez les mâles, la stérilisation avant la puberté (entre 6 et 8 mois d’âge) permet d’éviter certains comportement gênants : griffades, marquages urinaires, urines odorantes des mâles non castrés… Un chat castré est également un chat plus calme et plus affectueux.

Chez les femelles, la stérilisation évite les chaleurs. La chatte stérilisée n’aura donc plus de comportement de miaulements intempestifs, fugues, marquages urinaires, frottements, …

Stériliser votre chat accroit également statistiquement son espérance de vie. Effectivement, les animaux stérilisés n’éprouvent plus le besoin de chercher de partenaires, ce qui réduit considérablement leur périmètre d’action. On observe ainsi une forte diminution des risques de bagarres (morsures et griffures entre animaux qui évoluent souvent en abcès), d’accidents routiers, de parasitage (puces, tiques, aoûtats) et de contamination par des virus mortels (PIF, FIV, leucose, typhus etc.). De plus, les femelles ne subissent plus les variations hormonales incessantes dues à leurs périodes de chaleurs. Une chatte stérilisée avant ses premières chaleurs (vers 6-8 mois) présente un risque quasi nul de développement de tumeurs mammaires. La stérilisation rend quasi nulle également le risque d’infection utérine (métrite).

Le seul point « négatif » de la stérilisation réside dans le fait qu’un chat stérilisé est prédisposé à la prise de poids et à la formation de cristaux urinaires. Ce point peut entièrement être rayé en nourrissant votre chat après la stérilisation avec une alimentation adaptée pour chat stérilisé, en vente chez votre vétérinaire ou en animalerie spécialisée. En plus d’être une alimentation allégée prévenant la prise pondérale, elle est sélectionnée pour minimiser le risque de formation de cristaux urinaires. Votre vétérinaire vous conseillera volontiers l’aliment le plus adapté à votre chat (croquettes, barquettes et/ou sachets fraicheurs).

 

Voilà! Qui doute encore?

La pilule contraceptive pour chatte, c’est le MAL!

22 Août

Voilà. Le titre se suffit à lui même, non?

Bon, ok, je vais développer…

 

La pilule pour chatte est une méthode de contraception qui a été (trop) longtemps utilisée dans les ères lointaines et sombres de la médecine vétérinaire ancestrale… C’est encore bien trop souvent utilisé à l’heure actuelle et c’est désolant car les effets secondaires néfastes sont fréquents voire quasi systématiques.

La pilule pour chatte est donc un tout petit comprimé de progestagènes, qu’il faut donner (selon les indications de la firme pharmaceutiques) tous les 15 jours ou tous les 7 jours, en respectant méticuleusement ce délai, et aussi longtemps que l’on désire prévenir les chaleurs.

 

 

Les raisons qui poussent les gens à faire prendre la pilule à leur chatte sont que, de un, il s’agit d’une stérilisation temporaire (donc si un jour ils ont envie de se retrouver à la tête d’une famille nombreuse de chatons et de galérer pour les placer, théoriquement, voui voui, c’est possible), et deuxièmement c’est parce que cette pilule prévient voire même stoppe les chaleurs débutante d’une chatte.

Houlalaaa, grave erreur, mes amis!

Où est le problème?

Le problème c’est qu’une chatte n’est pas comme une femme, que son cycle hormonal n’est pas du tout le même. Dans sa fréquence, son mode de régulation, …

Bref, une femme qui prend la pilule, ok (quoique même chez nous, c’est controversé), une chatte : NAN! Personellement, j’avais déjà du mal à me rappeler de prendre ma pilule tous les matins, alors je me vois mal penser à filer sa pilule à mon chat tous les 7 ou tous les 15 jours. Parce que si vous zappez un jour, paf! ça ne loupe pas chez la chatte : retour des chaleurs en fanfare! En plus, c’est moyennement efficace. Combien de cas ais je entendu de chattes qui ont toujours leurs chaleurs et qui du coup se retrouvaient gestantes sous pilule alors que les gens respectaient scrupuleusement les fréquences d’administration?

 

 

En plus de ce « petit » détail, qui peut sembler un banal manque d’organisation flagrant chez votre véto blogueuse préférée, les progestagènes contenus dans la pilule induisent des hyperplasies glandulo kystiques de l’utérus avec gros, gros, GROS risque de développer une métrite (= pyomètre = présence de pus dans l’utérus). De plus, les chattes sous progestagènes oraux développent également des hyperplasies des glandes mammaires, et sont donc sujettes aux tumeurs mammaires.

La pilule contraceptive prédispose également au diabète et bousille généralement totalement le cycle reproducteur des chattes, ce qui risque fort bien de les rendre totalement infertiles ultérieurement.

 

« Comment fait on alors? », me direz vous. Mais je vais vous répondre!

Pour une chatte de repro : on la garde entière, on ne la stérilise pas et on subit en gardant son calme ses sauts d’humeurs et ses miaulements intempestifs lors de ses chaleurs (voire éventuellement on lui fait mettre un implant mais je l’écris en tout petit pour ne pas trop attirer l’attention dessus et j’en parlerai utlérieurement).

Et pour les autres, TOUTES les autres, on prend rendez vous chez son vétérinaire chéri, et on les fait stériliser dès l’âge de 6 mois! On dépose sa chatte un matin, on la récupère le soir, on retire les fils 10 jours plus tard et fini! a plus de problème! risque de tumeurs mammaires et d’infection utérine réduit à néant! Elle est pas belle, la vie?

 

Et sinon, oui, j’entends les petits perturbateurs, là, dans le fond : « et les injections contraceptives??? ».

Effectivement, il existe des injections, à réaliser tous les 4 à 6 mois chez son vétérinaire, qui arrêtent les chaleurs. Eh bien pour moi, c’est non. J’ai des confrères/consoeurs qui le font quand même et qui font signer aux propriétaires de la chatte un document d’avis éclairé comme quoi ils les ont mis en garde sur les effets secondaires et ça calme assez rapidement. Je pourrais peut être un jour en faire de même, mais je pense que je ne dois pas avoir eu une seule demande d’injection de la sorte depuis plusieurs années (mes clients sont formidables!).

 

Voilà, alors, qui utilise la pilule contraceptive pour sa chatte? Levez le doigt n’ayez pas honte, je suis certaine que c’est uniquement par manque d’information. Mais maintenant que vous savez, vous arrêtez cette saloperie illico, d’accord?

Merci pour Minette!

 

 

La Stérilisation = La Solution!

1 Déc

Faites stériliser votre chat ou votre chatte si vous ne voulez pas qu’il ou elle fasse de portées!

Tout réside dans cette phrase.

Si vous ne destinez pas votre chat ou votre chatte à la reproduction : le/la faire stériliser, c’est mieux pour sa santé!

Une vieille croyance dit que « faire-au-moins-avoir-une-portée-à-sa-chatte-est-mieux-pour-elle ». C’est totalement faux. Si vous ne voulez pas de chatons, mieux vaut, pour la santé de votre chatte, qu’elle soit stérilisée.

Beaucoup de propriétaires, par anthropomorphisme, hésitent à faire stériliser leur chat : ils n’en voient pas l’intérêt ou considèrent cette opération comme une mutilation…

Or, votre véto vous conseille cette opération… Pourquoi?

Tout simplement parce que faire stériliser son animal présente de nombreux intérêts : pour nous, mais surtout pour eux!

1- Ethiquement parlant, d’abord!

La stérilisation limite la surpopulation féline et les portées indésirables. Faire faire des chatons à son chat est une chose … caser les 5, 6, 7, 8 (?) chatons qui en résulteront en est une autre! Il n’est pas chose aisée de placer ces petites boules de poils chez des personnes de confiance, et vivre avec 8 chats dans un 60m2 parisien n’est pas vraiment raisonnable!

2- Chez les mâles, la stérilisation avant la puberté (entre 6 et 8 mois d’âge) permet d’éviter certains comportements gênants : griffades, marquages urinaires, urines odorantes des mâles non castrés… Un chat ou une chatte castré(e) est également un chat plus calme et plus affectueux.

3- Chez les femelles, la stérilisation avorte les chaleurs. La chatte stérilisée n’aura donc plus de comportement de miaulements intempestifs, fugues, marquages urinaires, frottements, …

4- Stériliser votre chat accroît également statistiquement son espérance de vie. Effectivement, les animaux stérilisés n’éprouvent plus le besoin de chercher de partenaires, ce qui réduit considérablement leur périmètre d’action. On observe ainsi une forte diminution des risques de bagarres (morsures et griffures entre animaux qui évoluent souvent en abcès), d’accidents routiers, de parasitage (puces, tiques, aoûtats) et de contamination par des virus mortels (PIF, FIV, leucose, typhus etc.). De plus, les femelles ne subissent plus les variations hormonales incessantes dues à leurs périodes de chaleurs. Une chatte stérilisée avant ses premières chaleurs (vers 6-8 mois) présente un risque quasi nul de développement de tumeurs mammaires. La stérilisation rend nulle également le risque d’infection utérine (métrite).

5- Le seul point « négatif » de la stérilisation réside dans le fait qu’un chat stérilisé est prédisposé à la prise de poids et à la formation de cristaux urinaires. Ce point peut entièrement être rayé en nourrissant votre chat après la stérilisation avec une alimentation adaptée pour chat stérilisé, en vente chez votre vétérinaire. En plus d’être une alimentation allégée prévenant la prise pondérale, elle est sélectionnée pour minimiser le risque de formation de cristaux urinaires. Votre vétérinaire vous conseillera volontiers l’aliment le plus adapté à votre chat (croquettes, barquettes et/ou sachets fraîcheurs).

Alors … convaincu(e)s?

Fin janvier … bientôt le retour des chaleurs de votre chatte!

22 Jan

La chatte est une espèce dite « poly-oestridienne saisonnière » , c’est à dire qu’elle présente plusieurs phases cycliques de chaleurs mais durant une certaine partie de l’année : pour la plupart dès la fin de l’hiver, au printemps, et en été.

Le comportement d’œstrus (= chaleurs) apparaît même en l’absence de mâle. Dans nos régions d’Europe du Nord, le pic d’apparition des chaleurs se situe dès début février – mars (d’où un pic de naissances de chatons vers avril – mai).

En automne et au début de l’hiver, la plupart des chattes n’extériorisent aucun signe de chaleurs.

La situation est parfois différente chez les chattes vivant en appartement, sous éclairage constant. Mais la majeure partie des chattes sont sujettes à cette « règle » cyclique.

Le mâle quant à lui a un comportement sexuel continu. Il peut s’accoupler avec une femelle en chaleurs toute l’année. Sa libido est cependant augmentée dès le début de la période de jours croissants.

C’est donc en cette période actuelle de l’année que les chattes retournent en chaleurs. Nous sommes donc au bon moment pour les faire stériliser si vous ne désirez pas de portées de chatons, ou, tout simplement, si vous voulez éviter le comportement désagréable que peut avoir une petite chatte en période de chaleurs.

La chatte en chaleurs a un comportement bien caractéristique : elle s’aplatit sur le sol, creuse les lombes, patine avec les membres postérieurs. Si on la caresse à la base de la queue cela augmente ces mouvements de patinage. La femelle émet également des vocalises, se roule sur le sol et peut présenter du marquage urinaire.

Lors des chaleurs, le plus souvent, c’est l’accouplement qui déclenche l’ovulation. En l’absence d’accouplement (et donc d’ovulation), les chaleurs vont donc se succéder à des intervalles de 2 à 3 semaines. Elles durent en moyenne 5 à 6 jours.

Cela peut donc devenir très « casse-pied » à la longue pour nous et nos chattes d’intérieur. D’autant plus que ces poussées hormonales sans saillie ne sont pas bonnes pour la santé de votre chatte.

Sachez donc qu’il est vivement conseillé de la faire stériliser le plus tôt possible dans sa vie. L’idéal étant de le faire avant ses premières chaleurs. En effet, il est désormais bien prouvé qu’une chatte n’ayant jamais été sous l’influence fluctuante des hormones sexuelles ne présentera pas de tumeurs mammaires, infections des voies génitales (métrites – pyomètres), …

Pensez donc à la faire stériliser dès maintenant … parlez en à votre vétérinaire!

La gestation et la mise bas chez la chienne

29 Avr

Tout d’abord, je répondrai à la question la plus fréquente en consultation, à savoir la durée de la gestation de la chienne. Elle est comprise entre 61 et 63 jours entre l’ovulation et la mise bas. Si l’on n’a pas réalisé de suivi pré-accouplement chez son vétérinaire, on ne connaîtra pas exactement la date de l’ovulation. La durée apparente (intervalle accouplement-mise bas) de la gestation est comprise entre 57 et 70 jours.

Il faut bien réfléchir avant de faire reproduire sa chienne, car la chienne et ses chiots demanderont beaucoup d’investissements! N’oubliez pas qu’une portée de chiots peut aller jusque 12 (15!) individus selon les espèces. Soyez donc certain de votre décision avant de vous lancer.

Effectuez tout d’abord une visite chez votre vétérinaire avant la saillie. Il vérifiera la mise à jour des vaccins et des vermifuges de votre chienne (et du mâle!) et s’assurera de son bon état de santé.

Lorsque l’on désire faire reproduire sa chienne, après une saillie, le proriétaire désire tout naturellement savoir si sa chienne est gestante ou pas. Il faut tout d’abord savoir qu’il est très difficile d’affirmer quoi que ce soit avec certitude durant le premier mois de la grossesse d’une chienne.

Les différentes méthodes de diagnostic de gestation :

Parfois (mais celà reste rare), le comportement de la chienne sera modifié dès les premiers jours de la gestation : elle peut être plus calme, ou au contraire plus nerveuse, son appétit peut augmenter légèrement. Mais le plus souvent, on n’observe rien d’inhabituel. Le gonflement des mamelles n’apparait en général que une semaine avant la mise bas.

Le diagnostic de certitude le plus précoce est l’échographie. Votre vétérinaire peut la réaliser à partir de 21 jours après l’ovulation pour tenter de visualiser les ampoules foetales au sein de l’utérus.

Il pourra également, à partir du 25 ème jour, essayer de palper ces ampoules par voie transabdominale mais celà n’est pas toujours facile à réaliser, surtout si la chienne est tendue, stressée, ou un peu enveloppée…

Il existe également un test par prise de sang (dosage de la relaxine) réalisable à partir du 19 ème jour après l’ovulation mais optimal à partir du 25 ème jour.

A partir du 45 ème jour , il est possible de réaliser une radiographie de l’abdomen de la chienne. En effet, après 45 jours, le squelette des foetus s’est ossifié, et ils apparaitront donc sur la radiographies de manière précise, permettant ainsi de compter le nombre exact de chiots qui doivent naître.

L’alimentation de la chienne gestante sera inchangée jusqu’à la fin de la 5ème semaine de gestation, car ses besoins énergétiques journaliers n’augmenteront pas (car la croissance rapide des foetus intervient plus tardivement).

Par contre, à partir de la 6ème semaine, il convient d’augmenter la quantité des apports caloriques de 10% chaque semaine jusqu’à arriver à 50% d’augmentation par rapport à la ration habituelle. Vous demanderez pour ce faire conseil à votre vétérinaire, qui sera la personne la plus à même de lui établir sa ration. S’il faut éviter les carences, il faut également à tout prix éviter les excès et les déséquilibres alimentaires (excès en vitamine A, carence lipidique, excès protéique, carence en vitamine K, … sont toutes des anomalies de la ration alimentaire nocives pour la chienne et les chiots mais bien connues de votre véto).

Il conviendra également, en accord avec votre vétérinaire, d’administrer à la chienne un vermifuge 10 à 20 jours avant la mise bas.

Attention : de nombreuses substances médicamenteuses sont teratogènes, ou peuvent provoquer des avortements. N’administrez aucun médicament à une chienne gestante sans l’aval de votre vétérinaire!

Idéalement, une semaine avant la mise bas, on réalise une prise de sang afin de vérifier que la chienne ne soit pas prédisposée à certains troubles métaboliques (en dosant entre autre glucose et calcium).

Quelques étapes importantes de la gestation concernant le développement des chiots :

  • A 22 jours de gestation : les bourgeons des membres apparaissent
  • A 35 jours : les doigts et les organes génitaux sont différenciés, la minéralisation du squelette commence
  • A 40 jours : les griffes se forment
  • A 45 jours : la pigmentation se met en place, la minéralisation du squelette est visible sur une radiographie
  • A 53 jours : le corps est couvert de poils

Les différentes étapes de la mise bas :

Quelques jours avant la mise-bas, la chienne se met à fabriquer un nid, et elle s’isole. Les propriétaires qui connaissent bien leur chienne remarqueront facilement son changement de comportement. On peut également observer un écoulement clair, et la vulve est enflée.

Un autre signe facilement contrôlable est la chute de la température rectale: elle descend à 37-38°C (alors qu’elle est normalement de 38.5°C environ). Suite à cette chute de température, la mise-bas a lieu généralement sous 24 heures.

Le début du travail a une durée très varaible : il peut prendre entre 4 et 36h. L’utérus se contracte et le col se dilate. La chienne est agitée et se regarde le ventre.

Les chiots vont ensuite être explusés un à un, à intervalles plus ou moins réguliers (c’est très variable mais en général, toutes les demi-heures à toutes les heures). Les contractions s’intensifient. Les poches fœtales se percent et les premières eaux sont libérées. La chienne se lèche fréquemment la vulve.

Les petits peuvent sortir la tête ou le bassin en avant. Toute autre position est anormale et risque de conduire à un blocage.

Si les chiots sortent couverts de leur membrane foetale, la mère va les lécher et déchirer la membrane qui les entoure et les lécher afin qu’ils respirent.

Si elle ne le fait pas, vous devez le faire à sa place rapidement.
Si le chiot ne respire pas, il faut stimuler la respiration en frottant vigoureusement le chiot dans une serviette.

La chienne expulsera ensuite les annexes foetales (placenta, etc.), entre deux chiots, ou après les naissances suivantes.

Si vous la laissez faire, la chienne mangera ces annexes. Il est préférable de ne pas intervenir et de la laisser les manger. Si la portée est trop importante, il ne faut toutefois pas la laisser tout manger, car elle risque de vomir ou d’avoir de la diarrhée.

A la fin de la mise bas, la chienne se relaxe et les chiots commencent à téter.

Il est absolument indispensable de placer votre chienne lors de la mise bas et jusqu’au moins au 10 ème jour de vie des chiots, dans une pièce chauffée à environ 25 degrés. Ils doivent être à l’abri des courant d’air et il est indispensable d’être irréprochable point de vue hygiène.

Votre chienne présentera des écoulements (de couleur rouge-brun et non odorants) tout à fait normaux après la mise-bas, durant 2 à 6 semaines.

Quand appeler le vétérinaire?

– Si la chienne fait des efforts de contractions durant plus d’une heure et qu’aucun chiot ne sort, il y a peut-être un chiot coincé.

– Si la chienne reste plus de deux heures sans présenter de contractions, alors que l’on sait qu’il reste des chiots.

– Si, après la mise bas, la chienne présente des écoulements odorants ou jaunâtres, verdâtres, accompagné d’une baisse de forme de la part de la chienne.

Faire stériliser mon chat … pourquoi?

22 Fév

La stérilisation du chat ou de la chatte consiste en une intervention chirurgicale destinée à l’empécher de se reproduire.

– La stérilisation du mâle (ou castration) se réalise par ablation des testicules. C’est une opération peu invasive, externe, réalisée sous anesthésie générale. La convalescence dure généralement 1 à 2 jours

– La stérilisation de la femelle (ovariectomie ou ovariohystérectomie) consiste en l’ablation des ovaires (avec ou sans abaltion de l’utérus) sous anesthésie générale. L’intervention est un peu plus invasive que chez le mâle dans la mesure où c’est une opération intra-abdominale. La convalescence est donc un peu plus longue (2 à 3 jours pour une ovariectomie; 3 à 4 jours pour une ovariohystérectomie)

Ceci dit, en règle générale, le lendemain de la stérilisation, mâles et femelles se portent à merveille et rentrent à la maison le soir même de l’intervention!

Ce billet ne concerne bien évidemment pas les animaux destinés à la reproduction!

Je vous dirai tout d’abord que la vieille croyance qui dit que « faire-au-moins-avoir-une-portée-à-sa-chatte-est-mieux-pour-elle » est totalement fausse. Si vous ne voulez pas de chatons, mieux vaut, pour la santé de votre chatte, qu’elle soit stérilisée. Vous allez comprendre pourquoi…

Beaucoup de propriétaires, par anthropomorphisme, hésitent à faire stériliser leur chat : ils n’en voient pas l’intérêt ou considèrent cette opération comme une mutilation… Pourquoi donc votre vétérinaire vous conseille la stérilisation?

Tout simplement parce que faire stériliser son animal présente de nombreux intérêts : pour nous, mais surtout pour eux!

  1. Ethiquement parlant, d’abord! La stérilisation limite la surpopulation féline et les portées indésirables. Faire faire des chatons à son chat est une chose … caser les 5, 6, 7, 8 (?) chatons qui en résulteront en est une autre! Il n’est pas chose aisée de placer ces petites boules de poils chez des personnes de confiance, et vivre avec 8 chats dans un 60m2 parisien n’est pas vraiment raisonnable!
  2. Chez les mâles, la stérilisation avant la puberté (entre 6 et 8 mois d’âge) permet d’éviter certains comportement gênants : griffades, marquages urinaires, urines odorantes des mâles non castrés… Un chat castré est également un chat plus calme et plus affectueux.
  3. Chez les femelles, la stérilisation avorte les chaleurs. La chatte stérilisée n’aura donc plus de comportement de miaulements intempestifs, fugues, marquages urinaires, frottements, …
  4. Stériliser votre chat accroit également statistiquement son espérance de vie. Effectivement, les animaux stérilisés n’éprouvent plus le besoin de chercher de partenaires, ce qui réduit considérablement leur périmètre d’action. On observe ainsi une forte diminution des risques de bagarres (morsures et griffures entre animaux qui évoluent souvent en abcès), d’accidents routiers, de parasitage (puces, tiques, aoûtats) et de contamination par des virus mortels (PIF, FIV, leucose, typhus etc.). De plus, les femelles ne subissent plus les variations hormonales incessantes dues à leurs périodes de chaleurs. Une chatte stérilisée avant ses premières chaleurs (vers 6-8 mois) présente un risque quasi nul de développement de tumeurs mammaires. La stérilisation rend nulle également le risque d’infection utérine (métrite).

Le seul point « négatif » de la stérilsation réside dans le fait qu’un chat stérilisé est prédisposé à la prise de poids et à la formation de cristaux urinaires. Ce point peut entièrement être rayé en nourrissant votre chat après la stérilisation avec une alimentation adaptée pour chat stérilisé, en vente chez votre vétérinaire. En plus d’être une alimentation allégée prévenant la prise pondérale, elle est sélectionnée pour minimiser le risque de formation de cristaux urinaires. Votre vétérinaire vous conseillera volontiers l’aliment le plus adapté à votre chat (croquettes, barquettes et/ou sachets fraicheurs).