Archive | NAC (Nouveaux Animaux de Compagnie) RSS feed for this section

Un animal pour mon enfant?

4 Avr

Etant maman de deux petits garçons (un de 3 ans et un mini pouce de un mois et demi), je m’émerveille chaque jour de voir à quel point la présence de notre fidèle compagnon canin (Lupin, dit Lulu, le seul, l’unique!) apporte à mon fils ainé.

295765_262442813796940_535651621_n

Hier matin, en bonne maman de nouveau né, je regardais (d’un oeil) l’émission Les Maternelles, sur France 5. La chroniqueuse Carole Tolila y parlait des poissons rouges and co, et ça m’a inspiré cet article…

Les Maternelles, émission du 03/04/2014, à partir de 52:32

On le sait depuis longtemps, l’animal est un support formidable favorisant le développement psycho-moteur du jeune enfant.

Avant l’âge de 6 mois, il est certain que cette présence ne fera pas de différence. Mon tout petit n’a bien évidemment aucune interaction avec Lupin, le tout jeune enfant ne se rend pas bien compte de ce qui l’entoure. Il y a par contre des études qui prouvent que les enfants nés dans des familles qui ont des animaux ont un système immunitaire plus compétent.

A partir de l’âge de 7-8 mois, l’enfant commence à prendre conscience du milieu extérieur. Il passe d’ailleurs à cet âge par la phase d’angoisse de perte de sa mère, et la présence stable d’un animal pourra favoriser son sentiment de sécurité. A cet âge, le bébé est déjà capable de faire la distinction entre l’animal vivant et ses animaux en peluche, et entre l’animal et les adultes de la famille.

Dès ses 7-8 mois, effectivement, mon fils ainé suivait le chien du regard partout dans l’appartement, le regardait jouer avec ses propres jouets, le regardait manger dans sa gamelle, le regardait dormir, il le regardait courir devant lui en promenade, quand lui était dans sa poussette. L’animal amuse l’enfant, l’enfant lui sourit, il agite ses petits bras, éclate même de rire en le voyant …

 

J’ai lu des textes à ce sujet, et j’ai découvert que dès l’âge de 1 à 2 ans, l’enfant va voir dans l’animal un confident, un support émotionnel, affectif. L’animal constitue un partenaire social sur qui l’enfant peut compter et qui va favoriser son ouverture sur le monde extérieur.

Petit à petit, le jeune enfant va apprendre grâce à l’animal (qui constitue un modèle psychique et anatomique), les « choses de la vie » : le jeu, la propreté, la sexualité, la reproduction, la naissance, la maladie, la mort, …

Vers l’âge de 3 ans, l’enfant va s’identifier à l’animal. On le voit souvent, l’enfant se met à 4 pattes et « joue au chien », comme il « jouera au bébé », à la « maman et au papa », … A travers ces jeux d’identification, de comparaison des similitudes et des différences, on sait que l’enfant crée sa propre personnalité.

Par après, l’animal deviendra pour l’enfant un confident, un « ami ». Avec papa et maman il faut parler, dire les choses. Avec son animal, l’enfant ne doit même pas parler, il « comprend ».

C’est généralement entre 6 et 12 ans que l’enfant réclamera un animal à ses parents. Cette demande est motivée par un sentiment intérieur de désir d’appartenance et de dépendance. Etre utile et indispensable à un être, soigner et se confier, … C’est tout un processus de renforcement d’estime de soi, de confiance et de reconnaissance de compétence.

Le langage et l’imaginaire d’un enfant s’enrichissent et se développent grâce à la présence d’un animal. Un enfant parle distinctement à son animal, choisit son vocabulaire, … Les dessins qu’il fait de son chien ou de son chat sont plus précis, plus soignées et détaillés que ses autres dessins…

Il est prouvé que les enfants qui ont grandi avec des animaux sont des enfants plus stables sur le plan émotionnel.

Un animal de compagnie est donc un réel plus pour un enfant, quand on peut se le permettre. Car un animal, c’est aussi des contraintes au jour le jour.

Un animal, oui. Dans de mauvaises conditions, non!

Dans nos appartements parisiens, ce n’est pas toujours possible. Il faut alors y renoncer et expliquer à l’enfant. Refuser, c’est aussi lui apprendre ses responsabilités vis à vis d’un animal. Sinon, vous pouvez peut être envisager d’avoir à la maison un animal autre qu’un chien ou un chat? Hamster, lapin, cochon d’Inde, poisson rouge, oiseau …

1932463_684937454880805_24448391_n

On me demande souvent quel animal choisir pour quel âge? C’est assez compliqué de répondre à cette question… Mais en gros, je peux vous dire :

– Avant l’âge de 6 ans, à part un chien ou un chat, il n’y aura pas d’interaction. Les poissons d’aquarium auront un effet apaisant et d’éveil de la curiosité des plus petits. Mais l’enfant sera bien trop jeune pour pouvoir manipuler correctement et avec douceur un rongeur. Le chien ou le chat restent donc les animaux de choix avec, bien sûr, les consignes de sécurité adaptées : « on ne laisse jamais un enfant seul avec un chien ou un chat« , etc…

– Après 6 ans, on reste toujours fidèle au chien et au chat et on peut éventuellement commencer à faire confiance à l’enfant pour manipuler un cochon d’inde, un hamster ou un lapin nain avec délicatesse.

Je ne conseille par contre pas du tout le furet comme animal domestique pour un enfant, quel que soit son âge.

Et surtout : en tant que parent, sachez bien que la resposabilité de l’animal vous appartient À VOUS! Et n’imaginez pas une seule seconde que c’est votre enfant qui va s’occuper à 100% de son animal. On adopte un animal pour apprendre à l’enfant certaines valeurs mais notre responsabilité à nous est d’assurer non seulement la sécurité de nos enfants mais aussi le bien être de l’animal en question. Car comment sensibiliser notre enfant au respect de l’Être si nous ne nous plions pas nous même à ces règles de base?

 

Le printemps … c’est le moment de faire vacciner votre lapin!

25 Mar

La vaccination des lapins de compagnie n’est pas une généralité, et c’est bien dommage pour eux.

Les NAC’s sont moins médicalisés que les chiens et les chats, cela va sans dire. Attention, je n’ai pas dit que vous, propriétaire d’un lapin, ne vous occupiez pas bien de votre compagnon. Je dis juste qu’il s’agit d’une constatation générale …

Et pourtant …

bugs

Les maladies contre lesquelles un lapin peut (doit?) être vacciné sont la myxomatose et la maladie hémorragique du lapin (V.H.D.).

Je vous conseille de faire vacciner votre lapin dans tous ces cas de figure :

– si votre lapin sort,

– s’il vit avec un chien ou un chat (qui peut lui transmettre des puces et/ou des tiques),

si vous vivez près d’un élevage de lapins, près d’une surface d’eau, dans une région à moustiques,

– si votre lapin mange du foin et des légumes/fruits.

Bref, vous reconnaîtrez quasi systématiquement le mode de vie de votre lapin dans l’un des cas précités.

Il n’y a que les lapins d’appartements qui n’en sortent jamais et qui sont nourris exclusivement aux mélanges de grains, qui ne doivent pas systématiquement être vaccinés. Mais ce type de détention et d’alimentation est plus que discutable car un lapin a besoin d’espace, adore gambader, et surtout, il DOIT être nourris avec des aliments frais.

Donc…

lapin

 

La myxomatose est une maladie virale excessivement contagieuse. Le lapin s’infecte soit par contact direct avec un lapin infecté (malade ou porteur sain de la maladie), soit par voie indirecte (par les puces, tiques, moustiques). C’est une maladie grave et mortelle. Un lapin atteint présentera les symptômes suivants : conjonctivite, écoulements oculaires, hyperthermie, abattement, anorexie, masses cutanées (=myxomes), infections et inflammations diverses telles que pneumonie, … Il est rare que l’on puisse sauver le lapin et si c’est le cas, il en garde fréquemment des séquelles.

La maladie hémorragique est également une maladie virale. Elle se transmet par contact direct (via un animal malade) ou par contact indirect (via des insectes, des plantes ou par vous et vos chaussures via les urines ou excréments d’animaux malades). C’est également une maladie très grave et rapidement mortelle. Les symptômes du VHD sont : hémorragies en tous genres (comme son nom l’indique) (nasales, buccales, digestives, mais aussi hémorragies internes), rhinites, troubles respiratoires, anorexie, abattement, convulsions, … Le traitement du VHD est illusoire car la mort est très rapide. C’est la raison pour laquelle cette maladie est souvent diagnostiquée en autopsie.

Quand et comment faire vacciner son lapin?

Pour faire vacciner son lapin, on prend rendez vous chez son vétérinaire bien sûr!

La vaccination est un acte médical et à ce titre il n’y a que les vétérinaires qui sont habilités à la faire. Un lapin sera vacciné dès son plus jeune âge, en tous cas dès l’âge de 6 semaines (si le lapin vit en milieu à risque, la vaccination est possible dès l’âge de 4 semaines). Une injection de rappel doit parfois être pratiquée un mois après cette première injection selon le vaccin et le protocole utilisé.

Ensuite, classiquement, on pratiquera une injection de rappel soit annuellement, soit tous les 6 mois, selon le protocole vaccinal qui sera déterminé avec votre vétérinaire. L’idéal étant de réaliser ces injections bi annuelles au printemps et en automne, car l’efficacité de l’un de ces protocoles de vaccination est optimale durant les 3-4 mois suivant l’injection. On réalise donc un vaccin au printemps pour être certain que le lapin soit bien protégé durant la période propice au développement des moustiques.

Si vous habitez une région à risque (Sud de la France) ou si vous y voyagez souvent avec votre lapin, il est même conseillé de faire une injection de rappel vaccinal tous les 4 mois (3x/an, donc) car on estime que le vaccin myxomateux n’est pas tout à fait efficace 6 mois durant.

Les effets secondaires possibles de la vaccination sont ceux de toute injection. Une réaction locale peut apparaître, à savoir une petite masse au site d’injection, qui disparaît généralement en quelques jours. Des réactions allergiques anaphylactiques peuvent également exister, mais c’est extrêmement rare (je n’en ai jamais vu chez un lapin), et malheureusement, c’est le lot de tout produit injectable!

Petite note supplémentaire : en parallèle de ces vaccins et compte tenu du mode de transmission des maladies précitées, on n’oublie pas de traiter régulièrement son lapin contre les puces/tiques/moustiques à l’aide d’un produit adapté! (disponible chez votre véto).

Pour lutter contre l’ennui des animaux citadins : le Pipolino, l’Aikiou (et leurs semblables)

27 Jan

Les animaux qui vivent en appartement ont des avantages par rapport à ceux qui vivent à l’extérieur : beaucoup moins de risques d’accidents, de blessures, d’empoisonnements, de maladies transmissibles par des congénères ou par des parasites. En revanche, n’ayant pas la chance de pouvoir utiliser leurs capacités physiques pour parcourir la nature et utiliser leurs qualités de prédateur, beaucoup d’entre eux deviennent sédentaires, ce qui génère des problèmes de santé et de comportement.

Les risques liés à la sédentarité :

  • Embonpoint, obésité, maladies métaboliques
  • Ennui, dépression, maladies comportementales (vomissements par boulimie, dermatite de léchage, agressivité, cystite idiopathique,…)
  • Amyotrophie, ankylose

En procurant aux animaux d’appartement un exercice physique suffisant, pluriquotidien, correspondant à leur instinct de prédateur, on leur apporte alors les avantages sans les inconvénients des chats vivant à l’extérieur, permettant ainsi de diminuer le risque de maladies et d’augmenter leur espérance de vie.

Et pour cela, j’ai plusieurs solutions pour vous…

Le Pipolino est un distributeur mobile de croquettes pour chats (mais aussi pour chiens, pour NAC, et chevaux, disponible dans d’autres tailles adaptées!).

Ce distributeur peut vous sembler n’être qu’un simple gadget mais je vous assure qu’il s’agit d’un accessoire indispensable pour le chat d’intérieur que constitue la majorité de nos minets parigots.

Qu’est ce donc?

Il s’agit donc d’un distributeur de croquettes sous forme de cylindre, que votre chat va faire rouler lui même sur le sol afin d’en faire tomber des croquettes une par une sur le sol. Le Pipolino est donc un distributeur de croquettes mais également un accessoire de « fitness » qui fera faire de l’exercice aux chats sédentaires, un jeu qui réveille l’instinct de chasse et un anti stress très efficace!

Le PIPOLINO n’est pas seulement un JOUET que le chat a plaisir à faire rouler, mais également une CACHETTE dont il essaie d’extraire les croquettes quand il a faim, comme s’il chassait des souris d’un fagot ou d’un tas de feuilles.
Cet acte de chasse, correspondant à ses capacités innées de prédateur, apportera à votre chat BIEN-ETRE, MINCEUR et SANTE.

Le principe est simple, suivez la démo en vidéo! :

LES AVANTAGES DU PIPOLINO

– Pour le chat d’appartement :

* ANTI-STRESS : les chats utilisateurs peuvent « se défouler » sur leur proie quand ils le souhaitent
* ANTI-OBESITE : les chats peuvent satisfaire leur gourmandise et brûler simultanément les calories excédentaires
* AIDE AU TRAITEMENT DES PATHOLOGIES COMPORTEMENTALES : les chats d’appartement oublient, en utilisant le Pipolino, le manque de stimuli de leur environnement
* ANTI-VIEILISSEMENT : l’activité sportive induite permet aux chats de maintenir longtemps leur condition physique et réduit les risques de formation de calculs urinaires

– Pour son maître :

* Facile d’emploi et d’entretien (réglages très faciles)
* Adaptable à toutes les tailles et formes de croquettes pour chats
* Economique (pas de piles et meilleure conservation des croquettes)
* Pratique (une minute tous les 3 à 5 jours pour le remplir de croquettes)
* Robuste
* Respectueux du mobilier
* Silencieux (bandes de roulement en caoutchouc)
* Esthétique … depuis peu! Il existe en bariolé, en rose et fuschia et en tout blanc, plus passe partout!

Je parle du Pipolino pour chats mais il est également disponible en différentes tailles adaptées aux chevaux, aux chiens, et aux NAC’s.

Le Pipolino taille S est particulièrement adapté aux lapins, furets, cobayes et petits rongeurs.

Il permet aux NAC (comme pour aux chats) d’augmenter leur activité physique quotidienne, ce qui diminue le risque de développer des maladies liées au stress inhérent à la vie en captivité.

Vous placez donc les croquettes ou aliments dans le Pipolino et votre NAC devra le faire tourner et rouler sur le sol afin de faire tomber son alimentation par les trous percés dans le tube central. Vous pouvez régler le débit de distribution des aliments en réglant la taille des trous.

Cette augmentation d’activité afin de s’assurer une prise alimentaire régulière a plusieurs buts :

– Lutte contre l’ennui

– Anti-stress

– Renforcement de l’immunité

– L’animal s’apprivoise plus rapidement

– Diminution du risque d’absorption de corps étrangers

– Augmentation de l’activité physique, d’où : diminution du risque d’arthrose, d’ankylose, prévention de l’obésité, renforcement musculaire

– L’animal mange moins vite, ce qui permet de diminuer la fréquence des troubles digestifs (type diarrhée ou constipation)

– Diminution du risque de tumeur surrénalienne chez le furet

Pour commander le Pipolino, passez commande chez votre vétérinaire ou sur le site internet officiel de la marque (www.pipolino.eu).

 

Vous pouvez également utiliser d’autres stystèmes d’alimentation par distributeurs de croquettes interactifs, comme le Aikiou pour chiens : le principe est le même : rendre les croquettes plus difficile d’accès et augmenter le temps de la prise alimentaire tout en mettant des croquettes à disposition tout au long de la journée.

La plupart des chiens urbains manquent eux aussi d’activité. Pour s’adapter, ils développent des comportements gênants, comme détruire, uriner, vocaliser, agresser … ou déprimer (et sont alors moins actifs).

L’activité autour de l’aliment est celle qui les satisfait le plus : chercher l’aliment, ronger…

Le bol Aïkiou (se prononce comme l’acronyme anglais qui correspond à IQ) a été conçu pour corriger cette situation de « sédentarité alimentaire ». La nourriture est cachée dans les nombreux compartiments du bol : pour y accéder, votre chien doit faire glisser les portes pour les ouvrir ou faire tourner la roue centrale.

Quelles sont les motivations pour adopter ce système de distribution d’aliments?

Le bol Aïkiou :

Une vidéo de démonstration? Certes! :

Il existe en bleu, en rose ou en vert, et est disponible sur le site www.aikiou.com/fr. Il est très résistant, facile à laver, et adhère très bien au sol grâce à ses pieds en caoutchouc anti-dérapant.

Un autre système tout aussi efficace, pour chats, c’est le Aikiou Stimulo. Il s’agit ici aussi d’une gamelle interactive pour chat. Votre chat, cette feignasse, devra aller chercher les croquettes dans les différents tubes du plat, une à une, à l’aide de ses pattes.

Et là vous me dites (parce que je vous entends râler d’ici!) : Le Pipolino? l’Aikiou? Tout cela vous semble trop cher? Votre chien ou chat n’y comprend rien? Fait la grêve de la faim? Ces gadgets le stressent plus qu’autre chose?

Si je trouve tous ces distributeurs de croquettes excellents et adaptés à la grande majorité des animaux, j’ai quand même une astuce pour tous les récalcitrants : le PARPAING EN CIMENT!

Moins cher et tout aussi efficace, vous pouvez tout simplement acheter un parpaing en ciment dans tout bon magasin de bricolage qui se respecte et y disposer sa ration quotidienne en croquette dans les différents compartiments : gloutonnerie assurément et efficacement calmée!

 

Voilà, vous l’aurez compris : le but est tout simple : il faut fractionner les repas, augmenter le temps de prise du repas et stimuler l’animal physiquement et « intellectuellement ». 

 

 

La phytothérapie, oui, j’y crois! [ Cadeau inside ]

30 Nov

Je vous ai déjà parlé de phytothérapie et je sais que vous aimez les méthodes « naturelles » de soins pour vos animaux de compagnie.

Je vous ai également déjà parlé de ma consœur et désormais amie, le Docteur Céline Gastinel-Moussour, qui a développé une gamme phyto en collaboration avec les laboratoires Leaf Care. C’est également elle qui m’avait invité dans son émission « Au bonheur des Animaux » sur idFM 98,0FM, Radio Enghien.

Je vous rappelle que la gamme de compléments alimentaires Leaf care :

– se présente sous forme de friandises adaptées au goût du chien (pour la gamme chien) et au goût très délicat du chat (pour la gamme chat).

– a été formulée par une vétérinaire praticienne, à savoir Céline Gastinel-Moussour (qui utilise les plantes dans sa pratique quotidienne), et elle contient des extraits de plantes qui ont fait la preuve de leur efficacité depuis des années.

logo

La présentation est particulièrement appréciée :

– 75 % des chats prennent spontanément les produits de la gamme

– 98 % des chiens les adorent

– Pour les plus récalcitrants il est facile d’écraser chaque « boulette » avec 1 ou 2 millilitre d’eau tiède pour donner le produit à la pipette directement dans la bouche.

Les produits de la gamme :

gamme

–  INTESTICALM : solution naturelle pour le bien-être digestif ( pré et pro biotiques )

–  VERMICROC : (le seul – pardon Céline – auquel je n’adhère pas trop … mais il en faut!) : vermifuge naturel ( gentiane, papaye, graine de courge )

–  PHYTAPAISE : pour un chien ou un chat détendu sans médicaments ( passiflore et pavot de Californie ) … cela fait maintenant plusieurs mois que je le teste sur les animaux de ma clientèle et je dois dire que c’est mon chouchou dans la gamme. Il fait des « miracles » sur les chats anxieux (qui développent des cystites idiopathiques, du marquage urinaire, des agressions d’anxiété, …)

–  CROC AND GO : une solution complète pour les articulations et les muscles

– CANIPEPS : solution de soutien du métabolisme, drainage en douceur de l’organisme du chien, mon deuxième « chouchou » de la gamme, avec le Felipeps

–  FELIPEPS : solution de soutien métabolique et de drainage adaptée au chat

J’adhère totalement à cette gamme phyto car :

Elle affiche une volonté d’utiliser des extraits de plantes et des produits naturels rigoureusement sélectionnés qui ont fait leurs preuves depuis des années.

Elle fait le choix de préserver les réserves de la terre :

–         Aucune espèce de plante menacée par les récoltes

–         Le choix de plantes cultivées de façon respectueuse et naturellement présentes en quantité dans le monde

–         Des omégas 3 issus d’une production par des algues cultivées pour ne pas épuiser les océans, tout en évitant les polluants

–         La spiruline est cultivée

Chaque solution a été testée et approuvée par les principaux intéressés : les chiens et les chats !

Avec l’aide de vétérinaires, d’éleveurs et d’amoureux de chats et de chiens qui ont contrôlé sur le terrain l’efficacité pendant deux années avant la sortie de la gamme.

S’il est bien clair que vous ne soignerez pas l’abcès de votre chien ou le cancer de la vessie de votre chat avec de la phytothérapie, il me semble cependant judicieux de ne pas tourner le dos (en médecine humaine comme en médecine vétérinaire) aux médecines alternatives. La phyto en médecine vétérinaire est pour moi une excellente alternative, de la médecine douce quand on ne doit pas nécessairement sortir l’artillerie lourde. Ou de l’adjuvant (c’est à dire que la phyto va seconder le traitement de médecine dite « classique »).

En cette période de crise, nous avons tous envie de bien-être et de solutions naturelles  pour nos chats et nos chiens, mais nous les voulons à un prix raisonnable. C’est un choix délibéré de Leaf Care de contenir les coûts tout en exigeant une très haute qualité.

Enfin et surtout selon moi : la naissance des produits est le fruit d’échanges qui s’inscrivent dans une démarche globale de prise en charge de la bonne santé du chien et du chat.

La réflexion sur le bien-être du chien et du chat ne s’est pas limitée aux produits de la gamme et c’est pour cette raison qu’une maison d’édition ( le Pré du Plain : www.lepreduplain.com ) s’associe au projet pour pour partager les connaissances en publiant une collection de livres :

pré du plain

« Le B.A.-BA  des plantes pour mon chien » et « Le B.A.-BA des plantes pour mon chat » ont tout d’abord été écrits par Céline et édités. Mais la gamme complète est désormais disponible : « Le B.A.-BA des plantes pour mon furet« , « mon lapin » et « mon cheval« !

CELINE

La collection, résolument pratique et richement illustrée, est vendue au prix très attractif de 5 euros par livre (qui font chacun une soixantaine de pages!).

Je précise que je n’ai aucune action chez Leaf Care et que je ne parle de cette gamme que parce que c’est de la parapharmacie (donc, des compléments alimentaires, et donc que j’ai le droit de le faire) et enfin et surtout parce que je crois en ce qu’à développé Céline, qui est une vraie professionnelle et une passionnée!

Pour tous ceux que la phyto intéresse, je vous invite vivement à lire ses livres : « Phytothérapie et soins naturels pour mon chat » et « Des plantes et des soins naturels pour mon animal de compagnie « .

Céline nous fait aujourd’hui un très grand plaisir : elle propose à deux d’entre vous de gagner la gamme complète de ces petits guides. Chaque gagnant se verra donc envoyer les 5 exemplaires : « chien, chat, furet, lapin et cheval ». Un joli cadeau à mettre sous le sapin, non?

Pour tenter de gagner, c’est très simple : publiez ci dessous un commentaire en expliquant pourquoi vous voulez remporter ces guides, et un tirage au sort désignera les deux gagnants. Vous avez jusqu’au samedi 14 décembre, minuit, pour participer!

Bonne chance!

Edit du 17 décembre 2013 : AD THE WINNERS ARE … 

(suite à l’absence de réponse des deux gagnantes originelles, j’ai procédé à un 2ème tirage au sort via randomizer)

 Alise (a.mon****@hotmail.fr) et Manaudier Jennifer (lasaw****@hotmail.fr) !!! Félicitations et merci à toutes et tous de votre intérêt et de votre participation !

Merci de bien vouloir m’envoyer vos coordonnées (nom complet et adresse postale) par mail à vetandthecity(AT)gmail(POINT)com

Transporter son animal dans Paris

15 Oct

Vous voulez vous déplacer dans Paris avec votre animal de compagnie … BON AMUSEMENT! ;-)

Evidemment, tant que possible, je vous conseille de vous rendre chez votre véto de quartier à pied ou en voiture.

Mais parfois, c’est impossible … alors voici les règles à suivre!

Copyright "Colonel Moutarde"

Copyright « Colonel Moutarde »

Dans le RER :

Les chats, NAC’s et petits chiens peuvent à priori voyager gratuitement dans un contenant (sac entièrement fermé) mais il n’y a rien d’écrit noir sur blanc.

Les chiens voyageant « hors sac », par contre, doivent tous être muselés et tenus en laisse. Vous devez également payer pour votre chien voyageant en laisse un billet seconde classe demi tarif.

Dans le bus et le métro :

Ne sont admis dans les bus et les métros que les chiens et chats de petite taille à condition qu’ils voyagent dans un panier, un sac ou dans une cage correctement fermée et ne dépassant pas 0,45 m. Ces animaux ne doivent pas pouvoir salir ou incommoder les autres voyageurs.

Sont également admis, bien sûr, les chiens guides d’aveugles tenus par un harnais et accompagnant soit un aveugle titulaire d’une carte d’invalidité portant la mention « cécité » et d’une étoile verte, soit un moniteur possédant la carte d’identité du chien. Idem pour le RER pour ces chiens là, d’ailleurs.

Dans les taxis :

Attention! Tous les taxis n’acceptent pas la présence d’animaux à bord de leur véhicule!

Lors de votre appel pour réserver votre taxi, vérifiez donc que la compagnie accepte les animaux (sous peine de vous voir refuser la course!). Précisez la taille, l’espèce de votre compagnon et s’il est dans un contenant ou non.

Certaines sociétés se sont spécialisées dans le déplacement d’animaux de compagnie, avec ou sans leur propriétaire, dans un contenant ou non. Ces différentes sociétés ne fonctionnent pas comme des taxis que l’on appelle à n’importe quelle heure de la journée ou de la nuit et qui rappliquent dans le quart d’heure… Pensez donc à les réserver suffisamment à l’avance! Je vous cite, par exemple Taxi Canine : tel : 01.45.85.12.74 ou 06.60.50.12.74 ou à Animal’ Taxi : 06.87.63.99.07 … mais il en existe d’autres!

Note :

Les chiens de 1ère catégorie sont tout bonnement interdits dans les transports en commun et les chiens de 2ème catégorie doivent d’office être attachés et muselés!

La première radio entièrement dédiée à la santé animale!

18 Juin

Bayer Santé Animale a tout récemment lancé la première web-radio totalement dédiée à la santé et au bien-être des animaux de compagnie.

Le nom de cette radio : Radio Santé Animale!

rsa

Entre les plages musicales, l’auditeur est invité à suivre des conseils pratiques, éducatifs, d’alimentation, d’hygiène, de reproduction… pour son animal de compagnie. Y est également abordée toute l’actualité médicale vétérinaire.

Cette radio bénéficie d’une diffusion via différents canaux :

– Via le site internet : http://www.radio-sante-animale.fr/

– Via une application Smartphones et tablettes

– Via les réseaux sociaux et sites partenaires

radio santé animale

L’idée est brillante, surtout que la radio diffuse 24h/24 et que le programme musical est de qualité! Une initiative que je vous invite à suivre!

Comment « sexer » une portée de hamsters?

10 Avr

Les consultations se suivent et ne se ressemblent pas toujours…

La semaine dernière, j’ai été amenée à déterminer le sexe d’une portée de hamsters nains afin d’éviter qu’ils ne se reproduisent entre eux.

Du coup, je vous explique ici le B.A.-BA pour déterminer le sexe d’un hamster.

(évidemment, pour des hamsters russes de 4 semaines, il faut presque s’armer d’une loupe!)

Pour déterminer donc le sexe d’un hamster, il ne suffit pas (non) de le leur demander gentiment. Il faut bien sûr aller examiner attentivement les orifices génitaux situés … sous le hamster … ou la hamster (communément appellée hamster-dame, bien sûr, comme tout le monde le sait … huhu ^^).

Première opération périlleuse, donc : retourner le hamster … et l’immobiliser retourné.

Il faut donc calmement le placer dans la paume de la main, son dos contre la paume, en le retenant doucement autour du thorax par l’index et le pouce. Il est également possible (si il remue vraiment trop) de le soulever délicatement par la peau du cou. C’est d’ailleurs la seule et unique manière de ne pas se faire « avoir » si le hamster mord et n’est pas apprivoisé. Bref, l’essentiel est de faire cela avec beaucoup de calme et de douceur. Au plus on s’énerve, au plus le hamster va se débattre.

Le Docteur Vet and the City porte à son poignet droit un bracelet manchette "Simply Taggada" (Anne, ça fera douze mille milliards de dollars pour la pub. Cordialement. Bien à toi)

Le Docteur Vet and the City porte à son poignet droit un bracelet manchette « Simply Taggada »
(Anne, ça fera douze mille milliards de dollars pour la pub. Cordialement. Bien à toi)

Il faut ensuite comparer la distance entre l’anus (juste sous la queue) et les organes génitaux.

Pour toutes les races de hamsters (doré, russe, de roborovski, …), la règle est la même : chez la femelle, la distance ano-génitale est plus courte que chez le mâle.

Vers un mois : les testicules sont visibles chez le mâle (mais pas toujours : chez le hamster russe et de roborovski, bon amusement!), ce qui fait que l’extrémité de la queue a un aspect plus pointu chez le mâle que chez la femelle.

Chez les races naines (hamster russe, de roborovski, …), le mâle présente une glande odorante au niveau de l’ombilic (autrement appelé le « nombril » lol) et les mâles présenteront donc une coloration jaunâtre-brunâtre des poils, voire une petite croûte dans cette zone. Chez les femelles, par contre, latéralement de part et d’autre de l’abdomen, on observera des mamelles. Les mâles aussi ont des mamelles (oui, comme « chez nous », si si, réfléchissez bien … voilà vous y êtes) mais elles sont nettement moins bien visibles.

Evidemment, vous voulez un dessin … hein?

Il est beau mon dessin, il est BEAU !!

Il est beau mon dessin, il est BEAU !!

Le meilleur conseil que je puisse vous donner si vous voulez vous lancer dans un sexage de portée de hamster est de comparer les individus entre eux! Il faudra peut être faire plusieurs tentatives.

En tous les cas, au delà de l’âge de 4-6 semaines, si vous n’avez pas réussi à déterminer le sexe de chaque individu de votre portée avec certitude … méfiez vous!! Et surtout, en cas de doute, n’hésitez pas à demander conseil à un véto ou l’une de ses assistantes!

Comment couper les griffes de son chat / chien / lapin / … sans stress

28 Jan

Couper les griffes de son animal n’est pas salvateur que pour nos bras, nos jambes ou notre nouvel intérieur! Il en va souvent également du confort de notre compagnon…

Un arbre à chat ou un griffoir permettra déjà dans un premier temps qu’un chat « lime » ses griffes, mais parfois celà ne suffit pas.

Sortir régulièrement son chien, le laisser gratter le sol permet une usure progressive de ses ongles.

Des griffes trop longues peuvent créer un inconfort lors des déplacements, elles peuvent également se casser ou pousser tellement qu’elles se recourbent en s’incarnant dans un coussinet, générant douleur et infections.

 

Alors comment faire?

Tout d’abord, rassurez vous et sachez que c’est à 100% indolore. Comme couper nos ongles à nous.

Ensuite, essayez d’habituer votre animal à cette manipulation le plus jeune possible.

Enfin : équipez vous! Utilisez un coupe griffe spécifique, c’est à dire comme ceci :

Coupe griffes pour chats, NAC’s et petits chiens

Coupe griffes pour chats, NAC’s et petits chiens

Coupe ongles pour chien de taille moyenne à grande

Coupe ongles pour chien de taille moyenne à grande

Ces coupe ongles sont en vente dans les bonnes animaleries ou chez votre vétérinaire.

N’utilisez pas de ciseaux ou de coupe ongle « humain »… Pas adapté!

Placez votre animal sur une table ou sur vos genoux. S’il remue beaucoup, faites vous aider par quelqu’un qui le maintiendra en place pour vous faciliter la tâche.

Faites sortir les griffes en saisissant l’extrémité de la patte. Pressez délicatement la dernière phalange de la griffe à couper, entre le pouce (face supérieure de la griffe) et l’index (sous la griffe)… Comme ça :

 

Repérez un petit triangle rose à la base de l’ongle : il s’agit de la matrice de l’ongle (qui contient veine et nerfs) qu’il ne faut pas blesser en coupant l’ongle.

A l’aide de votre coupe griffe, coupez la partie translucide de l’ongle. Ne craignez rien, il ne sent absolument rien!

Essayez de couper tant que possible en formant un angle de 45° avec le sol quand la griffe est dans sa position physiologique (c’est à dire parallèle au sol et aux coussinets quand vous poussez la griffe en extension entre votre pouce et votre index).

Coupe de griffes de chat

chien coupe

Coupe de griffes de chien

Coupe de griffes de furet

Coupe de griffes de furet

Coupe de griffes de lapin

Coupe de griffes de lapin

Attention toutefois à ne pas toucher la partie rose. Vous pourriez provoquer un léger saignement et le blesser. Si c’est le cas, ça saigne mais ce n’est pas très grave, … respirez! et appliquez un coton imbibé avec de l’eau oxygénée à 10 %, jusqu’à l’arrêt du saignement.

Pour un chien qui a les ongles noirs et dont on ne voit pas la veine par transparence, c’est plus compliqué, je vous l’accorde. Mais on s’aide alors de points de repères.

Etendez de manière maximale la griffe en pressant sur l’articulation griffe / phalange. On coupera tout ce qui dépasse d’une ligne imaginaire que l’on tracerait parallèlement et horizontalement au coussinet de l’ongle correspondant.

C’est à dire que sur ce cas précis, on couperait ici :

chien coupe

 

Coupez les ongles des pattes avant environ tous les mois et ceux des pattes de derrière environ tous les deux mois.

Et si vous ne vous en sentez toujours pas capable, demandez à votre vétérinaire ou à son assitante : je suis certaine qu’ils vous aideront avec le plus grand plaisir!

Un implant pour stériliser mon furet / ma furette?

30 Oct

Je vous avais déjà parlé des effets néfastes du fait de garder une furette ou un furet non stérilisé ici.

Chez le furet et la furette, la puberté est atteinte vers l’âge de 6 mois. Elle s’accompagne du développement des glandes sébacées qui sont en fait des glandes lubrifiant les poils. Ce sont ces glandes (et non pas les glandes anales comme on peut souvent le croire) qui sont responsables de l’odeur forte du furet.

Si vous désirez éviter cette odeur, il est donc fortement conseillé de faire stériliser votre furet (mâle ou femelle) dès l’âge de la puberté.

Chez les femelles, les chaleurs induisent une forte augmentation d’oestrogènes (hormones sexuelles) dans le sang. Lors des chaleurs, la femelle sent plus fort, elle est agitée, voire agressive, et sa vulve est très tuméfiée. Si la femelle n’est pas fécondée, elle reste en chaleurs et ces fameux oestrogènes sont sécrétés en permanence. Ces hormones vont à la longue induire de manière quasi systématique ce que l’on appelle une aplasie médullaire, c’est à dire, une diminution de production par la moelle osseuse des différentes cellules sanguines. Cela induit donc des anémies sévères (diminution de la quantité de globules rouges), une production limitée de plaquettes et de globules blancs. La furette devient donc extrêmement faible et sensible aux infections bactériennes. L’aplasie médullaire est mortelle. Il faut donc absolument faire stériliser une femelle que vous ne présentez pas au mâle à chaque cycle de chaleurs!

Voici Sissi! (à dire 10x très vite en gobant 4 biscuits Petit Beurre)

 

Jusqu’il y a peu, la stérilisation chirurgicale était la seule possibilité de stérilisation des furets mâles et femelles.

Or, plus ou moins récemment, est apparu sur le marché des médicaments vétérinaires un implant sous cutané, qui peut constituer une alternative efficace à la chirurgie.

Explications…

L’implant de Suprelorin® (c’est son petit nom) est à la base un implant pour chien. On l’utilise en France hors AMM (autorisation de mise sur le marché) mais il est enregistré aux USA avec une AMM furet.

On implante donc le Suprelorin® 4,7mg, c’est à dire contenant 4,7mg de principe actif, à savoir l’acétate de desloréline, un analogue de synthèse de la GnRH.

Cette GnRH va généralement dans un premier temps et de manière transitoire augmenter la libération des hormones sexuels, pour ensuite éteindre cette sécrétion, ce qui induira une inhibition de la fonction reproductrice. Aussi bien chez le mâle que la femelle.

Le fait que les hormones sexuelles augmentent de manière transitoire jute après avoir placé l’implant explique que, dans les 15 jours après l’avoir posé, le mâle ou la femelle peut présenter une odeur corporelle plus importante, et la femelle peut présenter un oedème transitoire de la vulve, voire quelques écoulements. Le tout est de savoir que c’est normal. Votre vétérinaire vous en aura certainement informé. Cela dure en moyenne 15 jours pour s’arrêter complètement au bout de 3 semaines.

Les points importants à souligner sont que :

– cette inhibition de la reproduction par l’implant est réversible

– les études réalisées ne montrent que très peu d’effets secondaires

– l’implant peut être posé chez les mâles et les femelles, à n’importe quel stade du cycle sexuel, et ce, dès l’âge de 4-5 mois

En quoi consiste cet implant?

Il s’agit en fait d’une grosse injection sous cutanée avec une aiguille comparable à celle pour l’implantation de la puce électronique. Alors que la microchip sera, elle, placée de manière conventionnelle dans le cou, à gauche, l’implant sera en général placé au dessus du cou (entre les épaules), ou dans le cou à droite.

L’implant se place en simple consultation, sur un furet vigile, si il est calme et docile. On pourra éventuellement l’implanter sous tranquilisation flash gazeuse au masque chez un individu moins coopératif.

Quelle est la durée d’action de l’implant?

Les études ont montré que l’implant de Suprelorin® était efficace entre un et deux ans. En pratique, on réimplantera le mâle ou la femelle dès que l’odeur corporelle commence à se ressentir, que la vulve s’oedématie chez la femelle ou que les testicules réapparaissent dans le scrotum chez le mâle.

Aux USA, l’AMM indique que l’implant doit être réimplanté au bout d’un an.

Voilà, vous savez désormais plus ou moins tout sur cet implant. Je souligne une fois de plus que son utilisation se fait en France hors AMM chez le furet, et donc sous la responsabilité de votre vétérinaire.

Mais vous comprenez que l’implant est une alternative intéressante à la stérilisation chirurgicale définitive de votre animal, sachant que les furettes ne peuvent absolument pas être maintenue non stérilisées, sans être présentées au mâle à chaque période de chaleurs. Une saillie reste donc ultérieurement possible avec un implant, au bout de un à deux ans.

—-

Note post scriptum :

Une consoeur m’a fait remarquer que le Suprelorin avait obtenu une extension d’AMM pour sa forme dosée à 9,4mg pour le furet. C’est vrai! L’AMM concerne néanmoins les sujets mâles, dans le cadre d’une castration chimique réversible. L’utilisation de la forme dosée à 4,7mg et l’utilisation chez la furette reste donc une utilisation hors AMM…

Comment expliquer la mort de son animal de compagnie à un enfant?

26 Oct

Je ne sais pas si c’est la Toussaint qui m’inspire mes articles cette semaine mais NON, promis, je ne suis pas d’humeur morbide. Et OUI je vais bien, très bien même! :-)

 

Alors : comment parler de la mort et l’expliquer à un enfant?

Je pense qu’il faut parler vrai. Même à un tout petit.

(« C’est un peu court jeune homme? » … OK … Je vais développer!)

 

La mort de l’animal de compagnie et sa perte constitue généralement le premier rapport d’un enfant avec la mort. Etant donné l’espérance de vie de nos animaux domestiques, il est probable que la mort de son animal soit son premier gros déchirement.

Ce qu’il en retiendra, il le généralisera plus tard sur la perte d’une personne chère, membre de la famille ou proche.

Il est donc très important de ne pas lui mentir et d’éviter de tourner autour du pot.

Quant on parle de la mort avec un enfant, selon moi, il est important d’utiliser les mots adéquats : mourir, mort, décès, décéder, euthanasie, … au lieu d’enrober le tout dans un flou artistique de mots ambigus.

Je ne parlerais pas personnellement d’endormir, de chien qui dort, de faire endormir, … Nombreux sont d’ailleurs les psychologues qui prônent le fait de ne pas utiliser ces termes afin d’éviter à l’enfant la peur d’aller se coucher, de voir se coucher ses proches … et de ne jamais se réveiller.

Je ne suis pas non plus pour le fait de dire à l’enfant que l’animal est parti ou s’est enfui. Comment comprendra-t-il, lui, que son ami, son confident, l’a laissé tomber?

Non, je pense qu’il faut parler vrai à un enfant, si petit soit-il.

 

Avant 2 ans, l’enfant ressentira le manque sans pouvoir l’expliquer. Il est très difficile d’expliquer clairement à un tout petit la mort de son chien ou de son chat. Si il se comporte différemment suite à ce décès, il est important de l’entourer et de lui parler. Je suis persuadée que mon petit bout de 22 mois comprend bien plus de choses que je ne l’imagine.

Entre 2 et 5 ans, les enfants ne comprennent pas que la mort est définitive. Il faut donc leur expliquer avec des mots justes. Il faudra peut être leur ré expliquer plusieurs fois, jusqu’à ce qu’ils soient en âge de comprendre que mort = pour toujours.

Après 7-8 ans par contre, l’enfant sait et comprend que la mort est irrévocable. Dès cet âge également, l’enfant est capable de comprendre qu’on a « fait euthanasier le chien parce qu’il souffrait trop ».

 

Votre vétérinaire peut vous aider à expliquer à l’enfant, si vous pensez ne pas y arriver.

 

Surtout, montrez votre propre chagrin, n’hésitez pas à pleurer devant lui et laissez le pleurer. Pleurer, c’est sain, c’est vrai.

Je conseille toujours aux familles de faire une sorte de petit cérémonial familial après la perte d’un animal. On se réunit, on parle de lui, on dit à quel point il nous manque, on évoque les beaux souvenirs et on sort son album de photos. On peut même décider de faire des dessins ensemble, de planter un arbre pour lui, bref, il y a plein de choses à faire. L’important est de marquer le coup et de ne pas cacher de choses à l’enfant ou de créer des tabous. Il faut également le pousser à s’exprimer et répondre à toutes ses questions et à toutes ses craintes. C’est une démarche très importante, car encore plus que pour vous, pour votre enfant, l’animal fait partie intégrante de sa famille. Et c’est une partie de son avenir émotionnel qui est en jeu lors de la perte de leur compagnon.

 

Et après?

Hé bien après, on écoute encore et toujours son enfant.

Il veut un autre chat là, maintenant, tout de suite? … On lui explique que, d’accord, on reprendra un petit compagnon mais qu’il faut être un peu patient, qu’on en accueillera un autre dans quelques mois, le temps de faire le deuil du précédent.

Il ne veut pas qu’on remplace son précédent compagnon qui, pour lui, est irremplaçable (aka la douleur est trop intense pour lui)? Alors on l’écoute et on respecte son choix. Il changera peut être (très certainement d’ailleurs!) d’avis avec le temps.

 

Je vous conseille ici quelques bouquins pour parler avec vos enfants de ce sujet assez difficile à évoquer, et que je trouve très bien faits :

 

« Au revoir blaireau » de Susan Varley. Editeur : Gallimard Jeunesse

Un livre qui parle de la mort de façon détournée, à partir de 5-6 ans.

« Un matin, les amis de Blaireau se rassemblent devant sa porte. Ils s’inquiètent parce que leur ami n’est pas sorti pour leur dire bonjour comme d’habitude. Le vieux Blaireau est mort, mais il existera toujours dans le cœur de ses amis, grâce aux souvenirs qu’il leur laisse. »

« Si on parlait de la mort » de Catherine Dolto. Editions Gallimard Jeunesse Giboulées

Rien à voir avec la mort d’un animal mais un grand classique sur la mort tout court. Dès 4 ans. Peut être un peu compliqué…

« C’est quoi la mort? » de Michel Piquemal et Thomas Baas. Editions Albin Michel Jeunesse.

« Piccolo a eu très peur. Il a cru que sa chatte Bergamote était morte. C’est l’occasion d’une discussion avec sa maman : où ira la chatte quand elle sera morte ? Est-ce que les parents sont éternels. Comment garder le souvenir de ceux qui ne sont plus ? »

Simple, direct, mais doux et délicatement amené, sans brusquer l’enfant. Dès 3-4 ans selon moi. Ce livre répond aux questions de base des jeunes enfants.