Archive | Digestif RSS feed for this section

Les dangers des fêtes de fin d’année

23 Déc

Attention, article prévention ici!

Les fêtes de fin d’année, c’est (pour moi hein) essentiellement la joie de se retrouver en famille (pour Noël) et entre amis (pour le réveillon de la Nouvelle Année). Et autant éviter de devoir courir aux urgences avec Sultan ou Moustache. Entre les supermarchés, les centres commerciaux bondés, c’est suffisamment le rush comme ça!

Alors … prévention … prévention!

Voici quelques plantes/objets à mettre hors de portée de nos chiens et chats pour éviter la galère (pour la galère avec la belle mère, c’est autre chose, là je ne pourrai pas vous aider, ce n’est pas de mon ressort).

Le sapin

Tout d’abord : les épines de sapin ou d’épicéa, si elles sont ingérées, peuvent être très irritantes pour l’estomac de votre chien ou de votre chat.

N’oubliez pas que votre sapin doit être le plus stable possible afin d’éviter les catastrophes avec des chats ou des chiens acrobates. Fixer votre sapin sur un socle, et n’hésitez pas à fixer le sapin en l’attachant sur plusieurs points (à un mur, au plafond, …).

Evitez les boules en verre. C’est plus sûr. Rapport aux chats qui font une fixette dessus et risquent bien de se blesser.

Evitez les guirlandes fines, type guirlandes cheveux d’anges, qui peuvent être ingérées par votre chat et créer des occlusions intestinales. Idem avec les ficelles des emballages cadeaux. A éviter aussi.

Débranchez les guirlandes électriques lumineuses quand vous allez dormir ou que vous quittez votre appartement. Risques d’électrocution et d’incendies!

Gui, Houx, Roses de Noël (Poinsettia), lierre, l’if = plantes toxiques!

Le gui et le houx, ainsi que leurs baies sont très toxiques. Leur ingestion induit salivation, diarrhée, vomissements et troubles nerveux. Le gui induit aussi des troubles cardiaques. En cas d’ingestion d’une forte dose et si on ne traite pas rapidement, cette intoxication peut causer la mort de l’animal. Alors on met tout cela hors de portée!

L’if est hyper toxique (peut être présent dans les couronnes de Noël) : en cas d’ingestion importante, la mort est subite et foudroyante. Un chien de 10 kg peut mourir s’il ingère 80 grammes d’if.

La Rose de Noël est irritante pour la peau et les muqueuses et pour l’estomac. Risque de vomissements et de diarrhée aussi, donc.

Attention, aliments interdits!

Je ne le dirai jamais assez mais autant limiter la ration alimentaire de nos chiens et nos chats à leur stricte habitude. Changer radicalement son alimentation et lui donner des restes de table alors qu’il n’en a pas l’habitude, c’est la diarrhée assurée pour le lendemain.

Mais certains aliments sont à éviter absolument :

– le chocolat (cfr article précédent),

– les marrons (châtaignes) qui causent des troubles digestifs (à cause des tanins qu’ils contiennent) et risquent des causer des occlusions,

– l’alcool (benh oui) : rincez bien vos verres à l’eau après la fête si vous ne rangez pas tout tout de suite car la plupart des boissons alcoolisées sont sucrées et attirent donc les papilles de nos chiens et chats (ces filous!),

– les os de volaille (poulet, canard, oie ou dinde), qui cassent en formant des petites pointes qui risquent de causer des occlusions voire des perforations digestives),

– les oignons, les échalotes, l’ail : attention, aliments interdits : peuvent causer des anémies,

– les aliments trop salés (saumon fumé, charcuterie, …) peuvent induire des troubles digestifs (vomissements, diarrhée, soif intense, …) et nerveux (excitation, convulsions, coma, voire mort),

– le café : la caféine est nocive pour les reins, le système nerveux et le coeur de nos compagnons (vomissements, hyper excitation, convulsions, tachycardie, oedème pulmonaire, …),

– … J’en oublie très certainement mais l’essentiel est là.

Et en cas de doute, sachez que partout en France, le meilleur ami de votre compagnon reste (après vous, bien sûr), son vétérinaire. Et je suis certaine qu’il existe un service d’urgences vétérinaires qui se fera un devoir de vous rassurer par téléphone ou de vous recevoir si vous avez le moindre doute concernant un risque pour la santé de votre Loulou.

Sur Paris, et dans toutes les grandes villes, il existe plusieurs services d’urgences vétérinaires à domicile. N’oubliez pas que ces vétos sont là, pour vous, et que même si c’est leur boulot, ils font ça le plus souvent par vocation et par altruisme que par besoin, … alors, accueillez les chez vous avec tous les honneurs qu’on leur doit. Personnellement, je les admire et leur tire mon chapeau!

Joyeuses fêtes à toutes et à tous!

Mais oui vous avez droit à votre gif animé de toute bôôôté! C'est Noël, voyons!

Le chocolat est TOXIQUE pour nos compagnons domestiques

21 Déc

Ce n’est pas une légende : le chocolat est très toxique pour les canidés. Combien de cas d’intoxications voyons nous défiler aux alentours des fêtes de fin d’année? …trop!

C’est la théobromine (molécule présente dans le chocolat) qui est responsable de la toxicité de cette friandise chez nos carnivores domestiques. Cette molécule s’apparente à la caféine et est plus concentrée dans le chocolat noir que dans le chocolat au lait. Mais le chocolat au lait étant plus riche en matières grasses, il fait tout autant de dégâts sur la santé de nos compagnons. Donc pas de blabla légendaire : le chocolat au lait n’est pas plus permis que le chocolat noir!

Les chiens sont hypersensibles à la théobromine parce qu’ils métabolisent très lentement cette substance et, par conséquent, elle reste près de 3x plus longtemps dans leur sang que chez l’homme.

La dose toxique de théobromine est d’environ 240 à 500 mg par kg de poids corporel de chien. Sachant que le chocolat noir contient environ 15 mg de théobromine par gramme,  un chien de gabarit moyen (10 kg) doit ingérer un peu moins d’une tablette de chocolat noir pour atteindre une dose mortelle.

Il existe également une toxicité cardiaque accumulative de cette molécule : si le chien mange régulièrement du chocolat à petite dose, il risque de développer une insuffisance cardiaque.

Il ne faut donc jamais donner de chocolat à un chien comme récompense et ce, même en très petite quantité!

 

Les chiens de races Boxer, Bouledogue, … (les “brachycéphales”) sont plus sensibles à cette toxicité que les autres, sans doute à cause de leur prédisposition aux anomalies cardio-respiratoires.

 

 

Quels sont les symptômes d’une intoxication?

Les symptômes apparaissent quelques heures après l’ingestion du chocolat (4 à 6h après) et la mort peut survenir 12 à 24h après.

Les premiers symptômes sont généralement digestifs. La théobromine augmente la quantité des sécrétions de l’estomac, qui provoqueront vomissements et diarrhées. L’acidité gastrique peut augmenter de telle manière qu’elle crée des ulcères.

Les autres symptômes sont les suivants :

– le chien présente une soif exacerbée,

– il urine en quantité abondante, parfois sans pouvoir se retenir (à cause de l’effet diurétique de la théobromine),

– il est très agité (augmentation de la fréquence cardiaque et extra-systoles), parfois il passe d’un état agité à un état de grande faiblesse,

– sa respiration s’accélère, il halète et est essoufflé,

– il est irritable et nerveux (stimulation du système nerveux central), il souffre d’insomnie, peut présenter des spasmes musculaires, allant parfois jusqu’à des convulsions et pouvant mener au coma et la mort par arrêt cardio-respiratoire.

 

Que faire en cas d’absorption accidentelle de chocolat par votre chien?

Vous l’aurez compris : en cas d’ingestion de chocolat par votre chien, rendez vous sans tarder chez votre vétérinaire.

Il n’existe malheureusement pas d’antidote de la théobromine. Le traitement est souvent très difficile car les symptômes apparaissent plusieurs heures après l’ingestion et il est souvent trop tard pour envisager un lavage d’estomac.

Si vous arrivez chez votre vétérinaire rapidement après l’absorption, il fera certainement vomir votre chien, le mettra sous perfusion et l’hospitalisera afin de contrôler l’éventuelle apparition de symptômes tardifs.

 

Moralité :

Ne donnez JAMAIS de chocolat à votre chien, même en très petite quantité. Ce n’est vraiment pas un service que vous lui rendez en l’habituant à recevoir un petit carré journalier. Il y a bien d’autres friandises à lui donner, sans porter préjudice à sa santé.

Ne laissez jamais de boite de chocolats à sa portée. Et en cas d’ingestion accidentelle, filez dare-dare chez votre véto!

La coprophagie chez le chien

22 Sep

Après un sujet sur le mal des transports et les vomissements, quoi de plus normal et sympathique qu’un sujet sur … les matières fécales??

 

La coprophagie, kesako?

Alors, j’ouvre mon dictionnaire et je trouve « Coprophagie, définition : fait de manger des matières fécales ».

Le chien mange soit ses excréments, soit ceux des autres chiens, soit les siens et ceux des autres chiens (qu’importe l’origine, pourvu que ce soit délectable!).

Ce comportement, disons le tout de suite, est anormal.

On peut incriminer beaucoup de raisons à ce comportement, et je lis et j’entends souvent plein de choses totalement erronée sur le sujet.

Il peut s’agir d’une carence vitaminée (en vitamine B généralement). C’est généralement le cas de chiens nourris avec des restes alimentaires.

La cause peut provenir de troubles parasitaires, induisant un syndrome de mal digestion/mal absorption. Il est donc important de vermifuger régulièrement son chien.

Il peut également s’agir de troubles digestifs primaires : de gastro entérites chroniques ou de défauts de sécrétions en enzymes pancréatiques.

Mais dans 90% des cas, et surtout en ville, avec des chiens bien médicalisés, suivis par un véto et bien nourris, la coprophagie est due à un trouble comportemental.

Si votre chien est coprophage, commencez par en parler à votre vétérinaire, et pensez à faire vérifier son état de santé. Si votre véto trouve un trouble de son état général, il vous prescrira peut être des examens complémentaires ou directement un traitement ou un changement alimentaire.

Mais très souvent, c’est d’un traitement comportemental dont il aura besoin.

Un chien qui mange ses selles est généralement un chien stressé, anxieux, nerveux, qui s’ennuie, qui sort peu, ou qui a été mal éduqué. Ces troubles peuvent engendrer de la coprophagie.

Un chien senior peut aussi devenir coprophage avec l’âge, alors qu’il était propre avant. Il s’agit dans ce cas là de troubles séniles, que l’on peut tenter de soigner avec des traitements médicamenteux adaptés.

Un jeune chien mal éduqué à la propreté pourra également devenir coprophage. Lorsque, par exemple, on ramasse directement les selles après leur émission sur le trottoir, en rue, le jeune chien peut considérer le fait que son maître ramasse ses crottes comme un jeu ou au contraire comme une punition et il tentera par tous les moyens de faire disparaître lui même ses selles. Et comme il ne peut pas lui même les ramasser avec un petit sac ;-) il ne trouvera que la solution de les avaler!

Je ne dis pas par là qu’il ne faut plus ramasser les crottes de son chien, hein! Les rues de Paris sont déjà assez immondes comme cela!

Il existe des additifs alimentaires (sous forme de spray ou de poudre) à rajouter à l’aliment de votre chien qui donneront un goût désagréable à ses propres selles (NDLR : ou, plus désagréable que désagréable, donc, car on se demande bien ce qu’ils peuvent trouver de goûtu là dedans!) mais évidemment cette solution ne peut s’envisager que si le chien ne mange que ses propres excréments, ou alors vous devrez approvisionner les maîtres de tous les chiens du quartier, ce qui semble peu concevable.

Quoi qu’il en soit, ces additifs ne sont pas une solution en soi car la coprophagie justifie à elle seule une consultation chez le vétérinaire. Car soit votre chien souffre d’un problème de santé, soit il souffre d’un trouble comportemental qui ne va aller qu’en s’aggravant si vous ne faites rien.

Le mal des transports

19 Sep

Depuis la rentrée, vous n’aspirez qu’à vos weekends pour revivre à l’air pur et fuir la foule des rues de Paris.

On est vendredi soir, vous bouclez votre semaine, vous embarquez homme (ou femme, c’est selon), enfants et clébard, et partez illico direction votre maison de campagne. Les enfants sont fatigués (donc surexcités, c’est synonyme dans le dico de la-progéniture-mode-d’emploi) de leur semaine d’école. Vous, n’en parlons pas : la semaine a été une course permanente, la routine quoi! Mais le weekend est là, devant vous. En plus, Evelyne Dheliat a promis des éclaircies et une température compatible avec un weekend détente digne de ce nom. C’est parti : en voiture, Simone! Les enfants se chamaillent à l’arrière, vous respirez un bon coup, rien ne viendra perturber votre joie devant ces 48h de détente bien méritées. Vous augmentez le son de la sono de votre voiture afin de masquer leurs hurlements (bande son : Joe Dassin. Oui, le weekend, c’est Joe Dassin. C’est comme ça). Vous quittez le périph’ le coeur léger, amoureux de votre conjoint comme jamais.

Les enfants hurlent de plus belle à l’arrière. Et s’agitent. Vous augmentez encore plus le son de la sono. Joe est votre allier, vous n’entendez plus que lui. Ca s’agite de plus belle derrière vous. Une odeur suspecte vous titille les narines…

Vous regardez dans votre rétroviseur. Et là … C’est le drame!!

Sultan vient de repeindre littéralement tout l’arrière de votre voiture, progéniture comprise! Les enfants ont bien tenté de vous faire signe depuis une demi heure qu’il y avait un problème avec le chien qui nécessitait un arrêt urgent mais là, c’est trop tard. Votre weekend commence mal! Très mal!

(pas mal cette petite intro non?)

—————————————————————

Le mal des transports est relativement fréquent chez le chien comme le chat. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est pénible, autant pour l’animal que pour son maître.

Quelle en est la cause?

On ne connaît pas la cause réelle du mal des transports mais ce que l’on peut affirmer avec certitude c’est que le stress y est pour beaucoup. De plus, une désynchronisation entre ce qui est vu et les mouvements perçus par l’animal vont intervenir dans le processus. La voiture tangue, et stimule une zone du cerveau qui provoquera une sensation de nausée, puis des vomissements.

Quels en sont les symptômes?

Le chien va manifester son mal des transports par une salivation excessive. Il sera agité, anxieux. Il peut se mettre à gémir, voire à aboyer. Il tremble, halète beaucoup. Et enfin, se mettra à vomir, voire même à uriner et déféquer… Joie!

Le chat également peut souffrir de mal des transports. Les symptômes sont sensiblement les mêmes que pour le chien (si ce n’est pour les aboiements. De ce côté là, normalement, vous êtes tranquille).

Un animal n’est pas un autre. Tous présenteront différentes formes de mal des transports. Mais ce qui est sûr c’est qu’au fur et à mesure, ils vont être de plus en plus rapidement malade car se mettront déjà dans un état de stress dès leur entrée dans la voiture.

Que faire pour atténuer ce mal des transports?

Tout d’abord, voyagez dans le calme. Bannissez le CD de Joe Dassin à fond les ballons, donc. Et expliquez aux enfants la situation. Le chien (ou le chat) sait qu’il va être malade dès qu’il monte en voiture. N’en rajoutez donc pas une couche. Ne le sur couvez pas non plus, car vous risquez d’accentuer son stress si vous même êtes anxieux pour lui. Le mieux est de faire comme si de rien n’était.

Si votre chien est jeune : habituez le petit à petit à la voiture! Augmentez graduellement la durée des trajets.

Faites voyager votre chien de préférence aux pieds du passager avant. Certains chiens se sentent mieux dans le coffre, séparé de la voiture à l’aide d’une grille ou d’un filet. D’autres se sentiront mieux sur la banquette arrière. Faites des essais. Parfois, il suffit de changer la place du chien dans la voiture pour qu’il supporte mieux les trajets.

Le chat, quand à lui, doit voyager dans sa cage. Et le mieux, c’est de poser la cage sur la banquette arrière.

Entrouvrez les vitres pour amener un peu d’air frais à votre compagnon. Ne fumez pas dans votre véhicule (c’est mauvais pour vous aussi, d’ailleurs, hein!! Elles sont où, vos bonnes résolutions du nouvel an?). Et arrêtez vous régulièrement pour le faire se dégourdir les pattes et boire un peu d’eau.

Et, bien sûr, évitez de lui donner à manger juste avant le départ!

Et si malgré tous ces bons conseils, vous ne vous en sortez toujours pas, parlez en à votre vétérinaire. Il existe à présent des médicaments que vous pouvez donner à votre compagnon une bonne heure avant le départ, et qui ne les assomment pas comme les anti-émétiques qui existaient avant et qui les rendaient KO pour le restant de la journée.

Pour que désormais, les départs en weekend, ce soit plutôt comme ceci :

Illustrations : Source : Pfizer (www.chien-malade-en-voiture.fr)

Le syndrome de dilatation / torsion d’estomac (SDTE) chez le chien

1 Sep

Le syndrome de dilatation torsion d’estomac est une urgence bien connue généralement des propriétaires de chiens de grandes races.

Il s’agit en fait d’un gonflement subit de l’estomac par des liquides et du gaz. L’estomac peut, suite à cette dilatation, se tordre. Si c’est le cas, le pronostic est très réservé et il faut se rendre de toute urgence chez votre vétérinaire.

 

 

Pourquoi est-ce grave?

Comme l’estomac est tordu sur son axe, le chien ne peut pas vomir (expulser le contenu de l’estomac dans l’oesophage) et de même, le contenu de l’estomac ne peut plus être évacué vers le duodenum. Le problème ne peut donc pas se résoudre tout seul.

En plus, quand l’estomac est tordu, ce sont aussi tous les vaisseaux sanguins qui irriguent l’estomac et les intestins qui seront tordus, limitant la vascularisation de ces différents organes et entraînant des ischémies voire des nécroses.

Comme le retour veineux de ces différents organes n’est plus correctement assuré, l’animal va rentrer petit à petit en état de choc. Des troubles cardiovasculaires importants compliqueront le tableau. L’état de choc s’aggravera jusqu’à la mort du chien.

 

Pourquoi l’estomac décide-t-il de se dilater et de se tordre?

On ne connaît pas réellement la cause du SDTE. Mais une chose est certaine, c’est que plusieurs dénominateurs communs peuvent être cités :

  • Le SDTE est plus fréquent chez les chiens de grandes races. Voire même les chiens de races dites « géantes », telles que : le Dogue Allemand (champion toutes catégories de la torsion d’estomac!), le lévrier Wolfhound, le Saint Bernard, le Bouvier Bernois et autres Bouviers, le Setter irlandais, le Boxer, le Labrador, le Golden Retriever, le Berger Allemand, le Doberman, … Attention cependant, les chiens de petites races ou de taille moyenne ne sont pas épargnés. J’ai déjà vu un cas de SDTE chez un Yorkshire quand j’étais stagiaire véto!!
  • Souvent, juste avant le début de la dilatation de l’estomac, les propriétaires relatent une prise de repas trop important en une seule fois. Il est donc important de donner plusieurs fois par jour (l’idéal étant 3x/jour) de petites quantités alimentaires à ces chiens de grandes races plutôt qu’un gros repas une seule fois par jour.
  • Une prise importante d’eau après un gros repas.
  • Un exercice violent juste après un repas. Il est donc important de ne pas laisser courir votre chien comme un fou après le repas.
  • On peut aussi incriminer un stress ponctuel, à l’origine d’une hyperventilation qui pourrait faire avaler beaucoup d’air au chien, comme un orage, un feu d’artifice, un changement brutal d’environnement, …
Quels sont les symptômes?
Les symptômes d’un SDTE sont les suivants :
– Ventre gonflé et douloureux
– Chien abattu
– Chien qui salive beaucoup, qui tente de vomir mais sans succès
– Chien qui respire rapidement
– Etat de choc, coma, …

Le SDTE est une urgence absolue, le pronostic vital étant engagé. Il convient de conduire le chien chez le vétérinaire au plus vite, la survie de l’animal étant une question d’heures voire de minutes!!

 

Quel est le traitement du SDTE?

Le seul et unique traitement du SDTE est un traitement chirurgical.

Le vétérinaire va hospitaliser votre chien, le mettre sous perfusion et tenter de contrôler l’état de choc et les troubles cardiovasculaires et métaboliques. Il va également tenter de sonder l’estomac de votre chien pour le décomprimer avant la chirurgie.

La chirurgie consiste en le replacement de l’estomac dans sa position physiologique (on « détord » l’estomac) et en la fixation de l’estomac à la paroi de l’abdomen afin de lui éviter de se tordre à nouveau (c’est ce qu’on appelle une gastropexie).

Après l’opération, le chien restera bien sûr hospitalisé chez le vétérinaire jusqu’à ce qu’il soit certain que toute complication soit écartée.

 

Vous l’aurez donc bien compris, le SDTE est une urgence vitale. Si vous avez le moindre doute de gonflement de l’abdomen sur votre chien (d’autant plus que c’est un chien de grande race), foncez dans un service d’urgences vétérinaires. Car si le pronostic d’un SDTE est toujours réservé, au plus rapidement on prend le cas en charge, au plus on a de chances de voir s’en sortir le chien!

Pourquoi vaut-il mieux ne pas donner de lait à son chat?

13 Oct

Vous avez tous certainement déjà entendu qu’il vaut mieux ne pas donner de lait classique de vache à son chat…

C’est tout à fait vrai. Mais pourquoi?

Tout d’abord, chez le jeune chaton, le lait de vache n’est pas conseillé car il n’est pas adapté à ses besoins nutritionnels. Il est trop peu énergétique et moins riche en protéines que le lait de chatte. Il est aussi trop riche en lactose. Si vous voulez donner du lait à votre jeune chaton, il n’y a que le lait maternisé pour chaton qui lui convienne, au biberon ou à laper directement dans une gamelle. Ce lait en poudre (à réhydrater) est disponible chez votre vétérinaire.

Chez le chat plus âgé, le lait de vache est tout simplement à proscrire car il ne le digère pas.

Pourquoi?

En grandissant, le chat perd sa capacité à digérer le lactose du lait, car il ne synthétise plus l’enzyme lui permettant sa dégradation (la lactase). Le lait de vache, bien qu’apprécié par un grand nombre de chats, entraînera de la diarrhée et d’autres troubles digestifs.

Mieux vaut leur donner de l’eau et uniquement de l’eau et ce, dès le départ. Et ne pas les habituer à boire autre chose.

Si votre chat est réellement un fanatique du lait, il existe dans le commerce des laits spécifiques pour chat, qui ne contiennent pas de lactose, et que certains félins apprécient. Mais il s’agit plus d’une gourmandise que d’un réel besoin nutritif, et l’apport calorique généré par l’ingestion de cette « boisson » doit être pris en compte pour adapter sa ration alimentaire de croquettes ou d’aliments humides à la baisse.

Vous pouvez en dernier recours tester le lait sans lactose coupé à l’eau si c’est la seule façon de le faire boire. Ce sera toujours mieux que du lait de vache classique dilué.

Règle d’or, donc : de l’eau et rien que de l’eau!!!

Mon chien / Mon chat vomit … que faire?

23 Sep

La définition du vomissement est la suivante : « rejet actif par la bouche d’une partie du contenu de l’estomac » .

Cliniquement, on observe classiquement chez le chat et le chien 3 phases bien distinctes :

– une phase de nausée : hypersalivation, vocalises (le chat miaule « bizarrement »), léchage de babines

– une phase de haut-le-coeur ou haut-le-corps : le chien ou le chat « pompe » de l’air pour augmenter la pression thoracique afin de se préparer à l’expulsion du contenu gastrique

– la phase de vomissement proprement dite, avec expulsion du contenu de l’estomac

 

Le vomissement est un symptôme de multiples atteintes organiques.

Il peut être lié à une anomalie gastro-intestinale primitive (de l’oesophage, de l’estomac, des intestins) ou à une anomalie extra-digestive (reins, foie, encéphale,…).

Vous comprenez donc ici toute la complexité du diagnostic « à la maison » de la cause du vomissement et donc de son traitement (qui dépendra donc de la cause du vomissement et de l’organe touché).

Si votre chien ou votre chat est très âgé, s’il vomit énormément, ou s’il présente d’autres symptômes inquiétants (diarrhée profuse, abattement, fièvre, état général très altéré, …) : prenez rapidement rendez vous avec votre vétérinaire.

Si, par contre, malgré les vomissements, vous trouvez votre compagnon en forme, et qu’il ne présente pas d’autres symptômes : le mieux à faire est de laisser votre chien ou votre chat à jeun durant au moins 24heures. Laissez cependant de l’eau à sa disposition. Une fois ce délai passé, réalimentez le peu mais fréquemment (de très petites quantités 4 à 5 fois par jour) avec un aliment non gras, pendant 3 à 4 jours et ensuite repassez à son rythme habituel.

Si malgré cela, il continue de vomir : vous n’échapperez pas à la consultation car des médicaments devront plus que probablement lui être prescrits.

Les boules de poils

26 Fév

Les boules de poils posent problème chez nos chats domestiques tout au long de l’année. Le problème s’intensifie au moment des mues (au printemps et en automne). Les chats à poils longs (Persans et Sacrés de Birmanie par exemple) sont particulièrement exposés à ce phénomène.
Les chats qui vivent toute l’année à l’intérieur sont dérégulés par rapport à leurs périodes de mues : ils perdent leurs poils tout au long de l’année et d’autant plus au printemps et en automne.

Le chat passe de longues heures à prendre soin de son pelage et se toilette en se léchant sur l’ensemble du corps. La langue râpeuse du chat accroche les poils lors du léchage et votre animal n’a pas d’autre choix … que de les avaler!

Ces poils ne sont pas digérés, ils s’accumulent dans l’estomac, se mélangent à la salive, au mucus digestif et aux sécrétions gastriques et forment de grosses boules de poils également appelées « trichobézoards » (encore eux! décidément, merci Docteur House!).

Ces paquets de poils restent bloqués dans l’estomac car ils sont trop gros et trop indigestes pour passer dans les intestins. Ils entraînent des troubles digestifs divers tels que de l’anorexie, de la constipation, des régurgitations ou des vomissements réguliers.

Quand un chat vomit régulièrement tout en continuant à aller bien et à manger avec appétit, il faut s’assurer tout d’abord qu’il soit régulièrement vermifugé (deux fois par an pour un chat d’intérieur). Si c’est le cas, il faut ensuite envisager de l’aider à éliminer d’éventuelles boules de poils.

Quelles sont les solutions contre les boules de poils?

  1. Brossez réguilèrement votre chat, afin d’éliminer le surplus de poils et d’éviter qu’il les avale
  2. Donnez à votre chat une alimentation à base de croquettes destinées à éliminer les boules de poils (Hill’s hairball control®, par exemple).
  3. Vous pouvez également donner à votre chat des compléments alimentaires appétents sous forme de pâte orale (Catmalt®, Savorial®, …) qui favoriseront l’élimination des poils au fur et à mesure par les voies naturelles 

Fausses idées reçues :

  • donner du lait à boire à votre chat ne dissoudra pas les poils présents dans son estomac!
  • l’herbe à chat va l’aider à vomir mais ne protègera pas son estomac!
  • l’herbe à chat n’est pas un vermifuge!

Halte à la mauvaise haleine!

24 Fév

Avant de parler de solutions pour atténuer la mauvaise haleine de votre chat ou de votre chien, j’attire votre attention sur le fait que mes conseils sur ce blog ne vous dispensent en rien d’une visite chez votre vétérinaire.

La mauvaise haleine peut indiquer un problème de santé sérieux chez votre compagnon : infection buccale, troubles rénaux, troubles hépatiques, troubles gastriques, … et en cas de doute, seul votre vétérinaire pourra s’assurer de l’état de bonne santé de votre animal.

Dans la majorité des cas, la mauvaise haleine est due à des problèmes de tartre (plaque dentaire et prolifération bactérienne). Le seul moyen pour se débarrasser efficacement du tartre consiste en un détartrage puis à l’utilisation de traitements préventifs ralentissant l’apparition de la plaque dentaire. Vous pouvez éventuellement frotter les dents de votre chien une fois par semaine avec une compresse humide légèrement imbibée de bicarbonate de soude, afin de désintégrer le tartre déjà présent mais cette solution ne sera efficace que si votre chien présente très peu de tartre. Dans le cas de réelles plaques de tartre, la solution passe d’office par la case détartrage!

S’il n’est pas enlevé, le tartre peut occasionner des gingivites, déchaussements dentaires, des abcès dentaires, voire des infections généralisées secondaires à l’absorption sanguine des toxines bactériennes.

Une fois le tartre délogé par un bon détartrage, les moyens préventifs sont les suivants :

  1. Nourrir son animal avec des croquettes favorise l’abrasion dentaire et ralentira la formation du tartre par rapport à un animal nourrit avec des boites
  2. Il existe également des croquettes adaptées aux troubles bucco-dentaires, qui contiennent des enzymes qui agiront directement sur la plaque dentaire, du type Hill’s t/d® ou Royal Canin Dental®                                             
  3. Vous pouvez également brosser les dents de votre chien (de votre chat? … bravo si vous y arrivez!), mais il faudra l’habituer dès le plus jeune âge. A l’aide d’un dentifrice pour animaux et d’une brosse à dent ou d’un doigtier (en vente en animalerie ou chez votre vétérinaire)                                         
  4. Il existe des poudres enzymatiques à rajouter dans l’alimentation de votre chien ou de votre chat, qui ralentiront l’apparition de la plaque et masqueront la mauvaise haleine, par exemple la poudre Prozym®, en vente chez votre vétérinaire
  5. Vous pouvez également donner régulièrement à votre chien ou votre chat des lamelles enzymatiques à macher : elles décollent le tartre et désinfectent la bouche et les dents
  6. Enfin, vous pouvez également rajouter dans l’eau de boisson de votre chat ou de votre chien une solution désinfectante et anti-plaque dentaire, de type Vet-aquadent®, en vente chez votre vétérinaire                                                                     
  7. Les sprays et autres « gadgets » anti-mauvaise haleine ne sont quant à eux que des « cache misère » et ne servent qu’à masquer le problème d’odeur ponctuellement, sans en traiter la cause