Archive | Digestif RSS feed for this section

Attention au chocolat!

17 Avr

Il y a toujours un prétexte à chaque période de l’année pour se gaver de cochonneries. Nous sommes aux portes du week-end de Pâques et qui dit Pâques dit envie irrésistible pour ma pomme : le chocolat!

En bonne belge qui se respecte, je suis déjà fan de chocolat à la base, mais alors les oeufs de Pâques, je n’y résiste pas!

oeufs

Si ce n’est pas bon pour notre ligne à nous, pour nos chiens et chats, c’est carrément TOXIQUE. Mais toxique dans le sens : toxique comme de l’arsenic ou de l’antigel, … TOXIQUE, quoi!

Combien de cas d’intoxications voyons nous défiler en consultation, nous, vétos, aux alentours des fêtes de Pâques? … « trop! »

C’est la théobromine (molécule présente dans le chocolat) qui est responsable de la toxicité de cette friandise chez nos carnivores domestiques. Cette molécule s’apparente à la caféine et est plus concentrée dans le chocolat noir que dans le chocolat au lait. Mais le chocolat au lait étant plus riche en matières grasses, il fait tout autant de dégâts sur la santé de nos compagnons. Donc pas de blabla ni de « on-dit » : le chocolat au lait n’est pas plus permis que le chocolat noir!

Choco

Les chiens sont hypersensibles à la théobromine parce qu’ils métabolisent très lentement cette molécule et, par conséquent, elle reste près de 3x plus longtemps dans leur sang que chez l’homme.

La dose toxique de théobromine est d’environ 240 à 500 mg par kg de poids corporel de chien. Sachant que le chocolat noir contient environ 15 mg de théobromine par gramme, un chien de gabarit moyen (10 kg) doit ingérer un peu moins d’une tablette de chocolat noir pour atteindre une dose mortelle.

Mortelle, oui.

Il existe également une toxicité cardiaque accumulative de cette molécule : si le chien mange régulièrement du chocolat à petite dose, il risque de développer une insuffisance cardiaque. Il ne faut donc jamais donner de chocolat à un chien comme récompense et ce, même en très petite quantité! (… hein mamie?)

Les chiens de races Boxer, Bouledogue, … (les “brachycéphales”) sont plus sensibles à cette toxicité que les autres, sans doute à cause de leur prédisposition aux anomalies cardio-respiratoires.

 

Quels sont les symptômes d’une intoxication?

Les symptômes apparaissent quelques heures après l’ingestion du chocolat (4 à 6h après) et la mort peut survenir 12 à 24h après.

Les premiers symptômes sont généralement digestifs. La théobromine augmente la quantité des sécrétions de l’estomac, qui provoqueront vomissements et diarrhées. L’acidité gastrique peut augmenter de telle manière qu’elle crée des ulcères.

Les autres symptômes sont les suivants :

– le chien présente une soif exacerbée,

– il urine en quantité abondante, parfois sans pouvoir se retenir (à cause de l’effet diurétique de la théobromine),

– il est très agité (augmentation de la fréquence cardiaque et extra-systoles), parfois il passe d’un état agité à un état de grande faiblesse,

– sa respiration s’accélère, il halète et est essoufflé,

– il est irritable et nerveux (stimulation du système nerveux central), il souffre d’insomnie, peut présenter des spasmes musculaires, allant parfois jusqu’à des convulsions et pouvant mener au coma et la mort par arrêt cardio-respiratoire.

 

Que faire en cas d’absorption accidentelle de chocolat par votre chien?

Vous l’aurez compris : en cas d’ingestion de chocolat par votre chien, rendez vous sans tarder chez votre vétérinaire.

Il n’existe malheureusement pas d’antidote de la théobromine. Le traitement est souvent très difficile car les symptômes apparaissent plusieurs heures après l’ingestion et il est souvent trop tard pour envisager un lavage d’estomac.

Si vous arrivez chez votre vétérinaire rapidement après l’absorption, il fera certainement vomir votre chien, le mettra sous perfusion et l’hospitalisera afin de contrôler l’éventuelle apparition de symptômes tardifs.

 

toxic

 

Moralité :

Ne donnez JAMAIS de chocolat à votre chien, même en très petite quantité. Ce n’est vraiment pas un service que vous lui rendez en l’habituant à recevoir un petit carré journalier. Il y a bien d’autres friandises à lui donner, sans porter préjudice à sa santé.

Ne laissez jamais de boite de chocolats à sa portée. Et en cas d’ingestion accidentelle, filez dare-dare chez votre véto!

 

La phytothérapie, oui, j’y crois! [ Cadeau inside ]

30 Nov

Je vous ai déjà parlé de phytothérapie et je sais que vous aimez les méthodes « naturelles » de soins pour vos animaux de compagnie.

Je vous ai également déjà parlé de ma consœur et désormais amie, le Docteur Céline Gastinel-Moussour, qui a développé une gamme phyto en collaboration avec les laboratoires Leaf Care. C’est également elle qui m’avait invité dans son émission « Au bonheur des Animaux » sur idFM 98,0FM, Radio Enghien.

Je vous rappelle que la gamme de compléments alimentaires Leaf care :

– se présente sous forme de friandises adaptées au goût du chien (pour la gamme chien) et au goût très délicat du chat (pour la gamme chat).

– a été formulée par une vétérinaire praticienne, à savoir Céline Gastinel-Moussour (qui utilise les plantes dans sa pratique quotidienne), et elle contient des extraits de plantes qui ont fait la preuve de leur efficacité depuis des années.

logo

La présentation est particulièrement appréciée :

– 75 % des chats prennent spontanément les produits de la gamme

– 98 % des chiens les adorent

– Pour les plus récalcitrants il est facile d’écraser chaque « boulette » avec 1 ou 2 millilitre d’eau tiède pour donner le produit à la pipette directement dans la bouche.

Les produits de la gamme :

gamme

–  INTESTICALM : solution naturelle pour le bien-être digestif ( pré et pro biotiques )

–  VERMICROC : (le seul – pardon Céline – auquel je n’adhère pas trop … mais il en faut!) : vermifuge naturel ( gentiane, papaye, graine de courge )

–  PHYTAPAISE : pour un chien ou un chat détendu sans médicaments ( passiflore et pavot de Californie ) … cela fait maintenant plusieurs mois que je le teste sur les animaux de ma clientèle et je dois dire que c’est mon chouchou dans la gamme. Il fait des « miracles » sur les chats anxieux (qui développent des cystites idiopathiques, du marquage urinaire, des agressions d’anxiété, …)

–  CROC AND GO : une solution complète pour les articulations et les muscles

– CANIPEPS : solution de soutien du métabolisme, drainage en douceur de l’organisme du chien, mon deuxième « chouchou » de la gamme, avec le Felipeps

–  FELIPEPS : solution de soutien métabolique et de drainage adaptée au chat

J’adhère totalement à cette gamme phyto car :

Elle affiche une volonté d’utiliser des extraits de plantes et des produits naturels rigoureusement sélectionnés qui ont fait leurs preuves depuis des années.

Elle fait le choix de préserver les réserves de la terre :

–         Aucune espèce de plante menacée par les récoltes

–         Le choix de plantes cultivées de façon respectueuse et naturellement présentes en quantité dans le monde

–         Des omégas 3 issus d’une production par des algues cultivées pour ne pas épuiser les océans, tout en évitant les polluants

–         La spiruline est cultivée

Chaque solution a été testée et approuvée par les principaux intéressés : les chiens et les chats !

Avec l’aide de vétérinaires, d’éleveurs et d’amoureux de chats et de chiens qui ont contrôlé sur le terrain l’efficacité pendant deux années avant la sortie de la gamme.

S’il est bien clair que vous ne soignerez pas l’abcès de votre chien ou le cancer de la vessie de votre chat avec de la phytothérapie, il me semble cependant judicieux de ne pas tourner le dos (en médecine humaine comme en médecine vétérinaire) aux médecines alternatives. La phyto en médecine vétérinaire est pour moi une excellente alternative, de la médecine douce quand on ne doit pas nécessairement sortir l’artillerie lourde. Ou de l’adjuvant (c’est à dire que la phyto va seconder le traitement de médecine dite « classique »).

En cette période de crise, nous avons tous envie de bien-être et de solutions naturelles  pour nos chats et nos chiens, mais nous les voulons à un prix raisonnable. C’est un choix délibéré de Leaf Care de contenir les coûts tout en exigeant une très haute qualité.

Enfin et surtout selon moi : la naissance des produits est le fruit d’échanges qui s’inscrivent dans une démarche globale de prise en charge de la bonne santé du chien et du chat.

La réflexion sur le bien-être du chien et du chat ne s’est pas limitée aux produits de la gamme et c’est pour cette raison qu’une maison d’édition ( le Pré du Plain : www.lepreduplain.com ) s’associe au projet pour pour partager les connaissances en publiant une collection de livres :

pré du plain

« Le B.A.-BA  des plantes pour mon chien » et « Le B.A.-BA des plantes pour mon chat » ont tout d’abord été écrits par Céline et édités. Mais la gamme complète est désormais disponible : « Le B.A.-BA des plantes pour mon furet« , « mon lapin » et « mon cheval« !

CELINE

La collection, résolument pratique et richement illustrée, est vendue au prix très attractif de 5 euros par livre (qui font chacun une soixantaine de pages!).

Je précise que je n’ai aucune action chez Leaf Care et que je ne parle de cette gamme que parce que c’est de la parapharmacie (donc, des compléments alimentaires, et donc que j’ai le droit de le faire) et enfin et surtout parce que je crois en ce qu’à développé Céline, qui est une vraie professionnelle et une passionnée!

Pour tous ceux que la phyto intéresse, je vous invite vivement à lire ses livres : « Phytothérapie et soins naturels pour mon chat » et « Des plantes et des soins naturels pour mon animal de compagnie « .

Céline nous fait aujourd’hui un très grand plaisir : elle propose à deux d’entre vous de gagner la gamme complète de ces petits guides. Chaque gagnant se verra donc envoyer les 5 exemplaires : « chien, chat, furet, lapin et cheval ». Un joli cadeau à mettre sous le sapin, non?

Pour tenter de gagner, c’est très simple : publiez ci dessous un commentaire en expliquant pourquoi vous voulez remporter ces guides, et un tirage au sort désignera les deux gagnants. Vous avez jusqu’au samedi 14 décembre, minuit, pour participer!

Bonne chance!

Edit du 17 décembre 2013 : AD THE WINNERS ARE … 

(suite à l’absence de réponse des deux gagnantes originelles, j’ai procédé à un 2ème tirage au sort via randomizer)

 Alise (a.mon****@hotmail.fr) et Manaudier Jennifer (lasaw****@hotmail.fr) !!! Félicitations et merci à toutes et tous de votre intérêt et de votre participation !

Merci de bien vouloir m’envoyer vos coordonnées (nom complet et adresse postale) par mail à vetandthecity(AT)gmail(POINT)com

Le hoquet chez le chien

14 Juin

Voici l’une des questions qui m’ont été posées (en l’occurrence par Miss Lyly de Frimoussedog) dans le cadre du concours pour gagner des goodies Vet and the City :

 

Qu’est ce que le hoquet chez le chien?

Le hoquet, chez le chien, comme chez l’homme, est une contraction spasmodique du diaphragme (la paroi musculeuse qui sépare le thorax de l’abdomen), suivie d’une fermeture brutale de la glotte. L’air rapidement inhalé lors de la contraction du diaphragme est alors bloqué net au niveau de la glotte et des cordes vocales et cet arrêt provoque le petit bruit caractéristique du hoquet (… hic! hic!).

 

Hips!

 

Quelle en est la cause?

Dans la très grande majorité des cas, on ne sait pas d’où vient le hoquet, et il est totalement bénin (dans plus de 90% des cas).

(Voilà … merci bien … bonsoir!)

Ce que l’on peut dire c’est que le hoquet est très fréquent chez les jeunes animaux. Les chiots peuvent même comme les humains avoir le hoquet en intra-utéro, c’est à dire quand il sont encore dans le ventre de leur mère. On pense que ce serait lié à la maturation du système nerveux.

 

Source : Hill's Atlas

Source : Hill’s Atlas

Mais il existe aussi quelques causes connues du hoquet, comme :

– le hoquet secondaire à un repas : l’estomac, dilaté, « gênerait » le diaphragme via le nerf phrénique (oui, je me la pète un peu là : les plus courageux iront voir ce que c’est, ça ne sert à rien de rentrer dans les détails ici!)

– l’aérophagie

– des stimulations nerveuses par des substances irritantes, ou des boissons ou aliments trop chauds ou trop froids

– l’insuffisance rénale

– un épanchement thoracique

– la gestation

– le postopératoire d’une chirurgie abdominale

– des affections de l’estomac, des intestins, du foie, de l’œsophage, … : inflammation ou tumeurs, …

– un parasitisme digestif

– du stress, l’excitation, de fortes émotions, …

 

… Je vous fous la trouille, hein??? ;-)

Mais non! Rassurez vous …

Si le hoquet peut être l’un des symptômes de l’une des pathologies précitées, il n’apparaitra certainement pas tout seul! Face à un jeune animal en pleine santé, qui joue, mange bien, grandit bien, … et présente quelques crises de hoquet sporadiques : aucune raison de s’inquiéter!

L’insuffisance rénale par exemple : en plus de l’éventuel hoquet, l’animal sera apathique, anorexique, présentera des vomissements réguliers, augmentera sa prise de boisson, … bref : vous le présenterez à votre vétérinaire pour d’autres raisons que son hoquet!

L’épanchement thoracique se traduira, en plus du hoquet possible, par des difficultés respiratoires, des syncopes, de l’abattement, …

Les affections digestives diverses : idem! Vous présenterez votre animal à votre vétérinaire pour autre chose de plus inquiétant que son hoquet car il présentera de la diarrhée, des vomissements, ne mangera plus, etc…

Pas de raison de paniquer, donc, si votre animal est en forme et bien suivi!

 

Je fais quoi si mon chien a le hoquet?

Dans un premier temps : rien! Si votre animal est en bonne santé, le hoquet s’arrêtera spontanément au bout de quelques minutes, voire de quelques secondes.

Pour mettre fin au hoquet si la crise dure trop longtemps (c’est à dire au delà de 2 heures), il faut, théoriquement stopper les contractions involontaires du diaphragme… Compliqué à réaliser dès lors que ce phénomène est, par définition, involontaire!

On peut donc tenter des remèdes de grand mère, dont aucun d’entre eux n’a prouvé son efficacité scientifique.

Si, chez l’homme, on conseille de boire un grand verre d’eau ou de prendre une grande inspiration et d’arrêter de respirer, c’est dans le but de provoquer un arrêt momentané de la respiration, de faire monter le taux de CO2 dans le sang et de tendre le diaphragme à son maximum. Idem quand on conseille chez l’homme de faire le poirier ou de « boire un verre d’eau à l’envers » : le but est de comprimer le diaphragme par le poids des organes abdominaux.

Chez le chien … bon amusement!

Comme le hoquet peut être généré par du stress, de l’excitation et si votre animal est nerveux au moment de sa crise : tentez de l’apaiser en lui massant doucement la poitrine et isolez le au calme dans une pièce sombre.

Si les crises de hoquet sont fréquentes chez votre animal après les repas, c’est qu’il mange probablement trop ou trop vite. Fractionnez les repas (3 à 4 fois par jour) et tentez de le nourrir en hauteur (la gamelle placée sur une marche d’escalier par exemple) et de ralentir sa prise alimentaire à l’aide d’une gamelle anti-glouton. Les reliefs dans cette gamelle le forceront à manger plus lentement.

gamelle

Vous pouvez tout à fait « fabriquer » une telle gamelle en plaçant de gros cailloux (voire même de petites briques) dans la gamelle classique de votre chien. Attention : gros caillou = caillou d’une taille supérieure à celle de la mâchoire de votre chien! Il ne faut pas que les cailloux puissent être ingérés par votre chien bien évidemment!

Une visite chez votre vétérinaire s’impose par contre si votre chien présente une crise de hoquet durant plus de 24 heures … ou si il présente d’autres symptômes, cela va de soi!

 

 

 

La période de la mue, une période à risque pour les lapins

24 Avr

Le début du printemps (qui arrive un peu tard cette année) annonce le début de la mue chez tous nos animaux domestiques.

Qui dit mue dit perte de poils > ingestion de poils et risques divers.

L’occlusion est une des pathologies digestives les plus fréquentes chez le lapin.

Le plus souvent, le blocage se situe au niveau de l’estomac, mais peut aussi se localiser dans l’intestin grêle, au niveau de l’anus, ou de toute autre portion du tube digestif.

Elle résulte généralement d’un blocage du transit digestif par des boules de poils (ou des corps étrangers ou des tumeurs).

Les boules de poils sont la raison la plus fréquente d’occlusion digestive. Lors de la mue, le lapin avale de grosses quantités de poils en faisant sa toilette.

Les poils se mélangent au contenu de l’estomac et durcissent  pour former de grosses boules de poils qu’on appelle aussi “trichobézoards” (à défaut d’être un mot courant, ça fait érudit, et vous ferez des points au Scrabble!).

Le problème c’est que cette boule très dure (qui se localise le plus souvent dans l’estomac) obstrue le passage des aliments et le transit est alors complètement bloqué.

Les symptômes d’obstruction digestive sont les suivants :

– Le lapin mange de moins en moins et finit par ne plus manger

– Les crottes sont de plus en plus petites et sèches, elles sont de plus en plus rares avant de disparaître

– Le lapin est moins actif, voire carrément prostré et en hypothermie

Dans tous les cas d’occlusion, il s’agit d’une réelle urgence!

Je vais vous donner quelques conseils mais qui ne se substitueront jamais à une visite et une consultation rapide chez votre vétérinaire car il n’y a que lui qui pourra définir la cause de l’occlusion et surtout sa localisation (par palpation de l’abdomen de votre lapin, voire en réalisant une radio et/ou une échographie de son abdomen).

Que faut-il faire en attendant la visite chez votre vétérinaire?

1. Il faut s’assurer que votre lapin ne se déshydrate pas. En effet, en cessant de manger, il diminue aussi ses apports en eau. N’hésitez pas à le forcer à boire à l’aide d’une petite seringue. Un lapin doit boire 70ml d’eau par kilo de poids corporel et par jour. Apportez lui cette quantité d’eau répartie en une dizaine de fois sur la journée. Par exemple, si votre lapin pèse 500 grammes, il lui faut donc 35ml d’eau par jour. Vous lui donnerez donc à boire à la seringue (sans l’aiguille, bien sûr!) 10 fois 3,5ml d’eau sur une journée.

2. Donnez de l’ananas frais à manger à votre lapin. S’il refuse de manger, faites lui boire du jus d’ananas frais. Pas de jus pasteurisé. L’ananas frais contient des enzymes qui détruiront petit à petit certains composants des boules de poils et les feront se désintégrer.

3. Vous pouvez lui donner de très petites quantités d‘huile de paraffine, que vous trouverez pure en pharmacie ou en gel chez votre vétérinaire. Ne donnez pas d’autre huile que l’huile de paraffine à votre lapin! Pas d’huile d’olive ou autre! Toute autre huile que l’huile de paraffine est très mal tolérée par le lapin et peut induire des pancréatites. Et même avec l’huile de paraffine, soyez très vigilant et demandez au préalable l’aval de votre vétérinaire. En règle générale, on donne à boire au lapin 1 à 2ml de paraffine pure matin et soir, à l’aide d’une petite seringue, pendant maximum 3 jours. L’huile de paraffine restant à 100% dans le tube digestif (car elle n’est pas digérée ni absorbée), elle fera “glisser” en douceur les boules de poils si elles ne sont pas trop volumineuses.

4. Il faut absolument éviter qu’un lapin ne jeûne trop longtemps. Nourrissez également de force votre lapin avec des compotes de fruits sans sucres ajoutés, des soupes de légumes verts (soupes fraîches ou en brique) ou des petits pots fruits et légumes pour bébés. Evitez par contre les petits pots ou les soupes à base de pommes de terre. Ceci dit, si la boule de poils est de taille trop importante, elle bloquera totalement le transit, et comme le lapin est une espèce qui ne vomit pas, les aliments risquent de s’accumuler dans l’estomac. D’où la nécessité absolue de la consultation chez votre vétérinaire!

En plus de cela, votre vétérinaire pourra vous prescrire des médicaments (antispasmodiques digestifs, antibiotiques dans les cas de risques d’entérotoxémies liées au blocage du transit, …). Et parfois, si la boule est trop grosse (ou si on a attendu trop longtemps avant de consulter!), il n’y aura que la chirurgie qui sera efficace pour la déloger.

Il est donc très important de brosser régulièrement votre lapin en période de mue, surtout si c’est une race à longs poils.

Tous à vos brosses et peignes, donc! Une fois par jour en période de mue est un strict minimum!

De la phyto pour nos animaux

26 Mar

Aujourd’hui, je voudrais vous parler de phytothérapie.

Tout d’abord parce que je sais que vous aimez les méthodes naturelles de soins pour vos animaux de compagnie.

Et ensuite parce que cette nouvelle gamme (Leaf Care) a été formulée et développée par quelqu’un que je considère désormais comme une amie, à savoir Céline Gastinel-Moussour, la consoeur que j’ai rencontrée à l’occasion de l’émission « Au bonheur des Animaux » sur idFM 98,0FM, Radio Enghien.

 

portrait1

 

La gamme de compléments alimentaires Leaf care est résolument novatrice pour deux raisons :

– elle se présente sous forme de friandises adaptées au goût du chien (pour la gamme chien) et au goût très délicat du chat (pour la gamme chat).

– elle a été formulée par une vétérinaire praticienne, à savoir Céline Gastinel-Moussour (qui utilise les plantes dans sa pratique quotidienne), et elle contient des extraits de plantes qui ont fait la preuve de leur efficacité depuis des années.

logo

 

La présentation est particulièrement appréciée :

– 75 % des chats prennent spontanément les produits de la gamme

– 98 % des chiens les adorent

– Pour les plus récalcitrants il est facile d’écraser chaque « boulette » avec 1 ou 2 millilitre d’eau tiède pour donner le produit à la pipette directement dans la bouche.

 

Les produits de la gamme :

gamme

–  INTESTICALM : solution naturelle pour le bien-être digestif ( pré et probiotiques )

–  VERMICROC : (le seul – pardon Céline – sur lequel je n’adhère pas trop … mais il en faut!) : vermifuge naturel ( gentiane, papaye, graine de courge )

–  PHYTAPAISE : pour un chien ou un chat détendu sans médicaments ( passiflore et pavot de Californie )

–  CROC AND GO : une solution complète pour les articulations et les muscles

– CANIPEPS : solution de soutien du métabolisme, drainage en douceur de l’organisme du chien

–  FELIPEPS : solution de soutien métabolique et de drainage adaptée au chat

 

J’adhère totalement à cette gamme phyto car :

Elle affiche une volonté d’utiliser des extraits de plantes et des produits naturels rigoureusement sélectionnés qui ont fait leurs preuves depuis des années.

Elle fait le choix de préserver les réserves de la terre :

–         Aucune espèce de plante menacée par les récoltes

–         Le choix de plantes cultivées de façon respectueuse et naturellement présentes en quantité dans le monde

–         Des omégas 3 issus d’une production par des algues cultivées pour ne pas épuiser les océans, tout en évitant les polluants

–         La spiruline est cultivée

 

Chaque solution a été testée et approuvée par les principaux intéressés : les chiens et les chats !

Avec l’aide de vétérinaires, d’éleveurs et d’amoureux de chats et de chiens qui ont contrôlé sur le terrain l’efficacité pendant deux années avant la sortie de la gamme.

En cette période de crise, nous avons tous envie de bien-être et de solutions naturelles  pour nos chats et nos chiens, mais nous les voulons à un prix raisonnable. C’est un choix délibéré de Leaf Care de contenir les coûts tout en exigeant une très haute qualité.

 

Enfin et surtout selon moi : la naissance des produits est le fruit d’échanges qui s’inscrivent dans une démarche globale de prise en charge de la bonne santé du chien et du chat.

La réflexion sur le bien-être du chien et du chat ne s’est pas limitée aux produits de la gamme et c’est pour cette raison qu’une maison d’édition ( le Pré du Plain : www.lepreduplain.com ) s’associe au projet pour pour partager les connaissances en publiant une collection de livres :

« Le B.A.-BA  des plantes pour mon chien » et « Le B.A.-BA des plantes pour mon chat » sont tout fraîchement sortis et édités.

 

couvPlantesChien

couvPlantesChats

 

A paraître : le même type de guide pour le furet, le lapin et le cheval!

La collection, résolument pratique et richement illustrée, est vendue au prix très attractif de 5 euros par livre (qui font chacun une soixantaine de pages!). Elle se déclinera sous peu en anglais.

 

Je précise que je n’ai aucune action chez Leaf Care et que je ne parle de cette gamme que parce que c’est de la parapharmacie (donc, des compléments alimentaires, et donc que j’ai le droit de le faire) et enfin et surtout parce que je crois en ce qu’à développé Céline, qui est une vraie professionnelle et une passionnée!

Pour tous ceux que la phyto intéresse, je vous invite vivement à lire ses livres : « Phytothérapie et soins naturels pour mon chat » et « Des plantes et des soins naturels pour mon animal de compagnie « .

Pourquoi ne faut-il pas donner de lait à son chat?

5 Mar

Hommage et condoléances au transit du chat Japonien de Sonia

Vous avez tous certainement déjà entendu qu’il vaut mieux ne pas donner de lait classique de vache à son chat…

C’est tout à fait vrai. Mais pourquoi?

Tout d’abord, chez le jeune chaton, le lait de vache n’est pas conseillé car il n’est pas adapté à ses besoins nutritionnels. Il est trop peu énergétique et moins riche en protéines que le lait de chatte. Il est aussi trop riche en lactose. Si vous voulez donner du lait à votre jeune chaton, il n’y a que le lait maternisé pour chaton qui lui convienne, au biberon ou à laper directement dans une gamelle. Ce lait en poudre (à réhydrater) est disponible chez votre vétérinaire.

Moooooohh! #TroChoupi

 

Chez le chat plus âgé, le lait de vache est tout simplement à proscrire car il ne le digère pas.

Pourquoi?

En grandissant, le chat perd sa capacité à digérer le lactose du lait, car il ne synthétise plus l’enzyme lui permettant sa dégradation (la lactase). Le lait de vache, bien qu’apprécié par un grand nombre de chats, entraînera de la diarrhée et d’autres troubles digestifs.

Mieux vaut leur donner de l’eau et uniquement de l’eau et ce, dès le départ. Et ne pas les habituer à boire autre chose.

Si votre chat est réellement un fanatique du lait, il existe dans le commerce des laits spécifiques pour chat, qui ne contiennent pas de lactose, et que certains félins apprécient. Mais il s’agit plus d’une gourmandise que d’un réel besoin nutritif, et l’apport calorique généré par l’ingestion de cette « boisson » doit être pris en compte pour adapter sa ration alimentaire de croquettes ou d’aliments humides à la baisse.

Vous pouvez en dernier recours tester le lait sans lactose coupé à l’eau si c’est la seule façon de le faire boire. Ce sera toujours mieux que du lait de vache classique dilué.

Règle d’or, donc : de l’eau et rien que de l’eau!!!

Le mal des transports

11 Juil

Le mal des transports est malheureusement assez fréquent chez le chien comme chez le chat. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est PÉNIBLE, autant pour l’animal que pour son maître.

 

Illustration : Pfizer : http://www.chien-malade-en-voiture.fr

 

 

Quelle en est la cause?

On ne connaît pas la cause réelle du mal des transports mais ce que l’on peut affirmer avec certitude c’est que le stress y est pour beaucoup.

On peut aussi incriminer une désynchronisation entre ce qui est vu et les mouvements perçus par l’animal. La voiture tangue, et stimule une zone du cerveau qui provoquera une sensation de nausée, puis des vomissements.

 

Quels en sont les symptômes?

Le chien va manifester primairement son mal des transports par une salivation excessive. Il sera agité, anxieux. Il peut se mettre à gémir, voire à aboyer. Il tremble, halète beaucoup. Et enfin, il se mettra à vomir, voire même à uriner et déféquer … Joie! Les vacances commencent bien, dans la bonne humeur et l’allégresse!

Le chat lui aussi peut souffrir de mal des transports. Les symptômes sont sensiblement les mêmes que pour le chien (si ce n’est pour les aboiements. De ce côté là, normalement, vous êtes tranquille … huhu!).

Un animal n’est pas un autre. Tous présenteront différentes formes de mal des transports.

Mais ce qui est sûr c’est qu’au fur et à mesure, ils vont être de plus en plus rapidement malade car ils vont anticiper et se mettront déjà dans un état de stress dès leur entrée dans la voiture.

 

Que faire pour atténuer ce mal des transports?

Tout d’abord, voyagez dans le calme. Bannissez le CD de Joe Dassin à fond les ballons, donc. Et baillonnez vos enfants une bonne fois pour toute (ça vous fait un bon prétexte, vous en rêviez non?)!

(rhoooo, ça va, c’est pour rire!)

Le chien (ou le chat) sait qu’il va être malade dès qu’il monte en voiture. N’en rajoutez donc pas une couche. Ne le sur couvez pas non plus, car vous risquez d’accentuer son stress si vous même êtes anxieux pour lui. Le mieux est de faire comme si de rien n’était.

Si votre chien/votre chat est jeune : habituez le petit à petit à la voiture! Augmentez graduellement la durée des trajets.

Faites voyager votre chien de préférence aux pieds du passager avant. Certains chiens se sentent mieux dans le coffre, séparés de la voiture à l’aide d’une grille ou d’un filet. D’autres se sentiront mieux sur la banquette arrière. Faites des essais.

Parfois, il suffit de changer la place du chien dans la voiture pour qu’il supporte mieux les trajets.

Le chat, quand à lui, doit voyager dans sa cage. Et le mieux, c’est de poser la cage sur la banquette arrière. Il existe également pour le chat des sprays de phéromones apaisantes à pulvériser quelques temps avant le départ dans sa cage de transport afin de le rendre plus zen. Vous trouverez ces sprays chez votre vétérinaire ou en « parapharmacies vétérinaires » spécialisées.

Entrouvrez les vitres pour amener un peu d’air frais à votre compagnon. Ne fumez pas dans votre véhicule (c’est mauvais pour vous aussi, hein!!).

Et arrêtez vous régulièrement pour le faire se dégourdir les pattes et boire un peu d’eau.

Et, bien sûr, évitez de lui donner à manger juste avant le départ!

Et si malgré tous ces bons conseils, vous ne vous en sortez toujours pas, parlez en à votre vétérinaire. Il existe à présent des médicaments que vous pouvez donner à votre compagnon une bonne heure avant le départ, et qui ne les assomment pas comme les anti-émétiques qui existaient avant et qui les rendaient KO pour le restant de la journée.

 

Pour que désormais, les départs en vacances, ce soit plutôt comme ceci :

 

Les vermifuges pour chiens

11 Avr

Vermifuger son chien, on l’oublie souvent, est un acte de protection au même titre que les vaccinations.

En vermifugeant votre toutou, vous le protégez lui, et vous protégez ceux qui l’entourent (vous, vos enfants, les autres animaux de la maison, …).

Les vers intestinaux sont des parasites qui vivent dans les intestins de votre chien. On ne les voit que très rarement, lors d’infestations massives, car les adultes restent dans les intestins, et il n’y a que les oeufs et les formes larvaires invisibles à l’oeil nu qui sont éliminés dans les selles.

 

Toxocara canis, ascaris du chien. Source : Wikipedia.
... Et bon appétit bien sûr!

 

Il existe différentes formules pour vermifuger votre chien : sous forme de pâte orale, de comprimés, de pipettes spot-on, …

Ces différentes formes n’ont pas toujours le même spectre d’action (elles vermifugeront plus ou moins complètement votre chien contre tels ou tels vers). Votre vétérinaire vous conseillera celui qui sera le plus adapté en fonction du mode d’administration que vous désirez.

Quel est le protocole idéal de vermifugation?

Le chiot sera vermifugé dès 10 jours avec un produit adapté à son jeune âge. Ensuite, l’idéal est de vermifuger un chiot tous les 15 jours jusqu’à son sevrage (à l’age de 2 mois), et ensuite : tous les mois jusqu’à l’âge de 6 mois.

Au delà de 6 mois, et durant tout l’âge adulte, on vermifugera idéalement son chien 4 fois par an (à chaque sainson son vermifuge).

Attention : le vermifuge est une « purge », c’est à dire qu’il n’a aucune rémanence. Une fois vermifugé, l’animal peut se réinfester. On conseille donc parfois de vermifuger plus fréquement certains chiens particulièrement exposés (chiens de chasse, par exemple).

Si votre chien n’est pas vermifugé, il risque : des retards de croissance, des troubles digestifs (diarrhée, vomissements, ballonnements, douleurs digestives,…), de graves problèmes de santé (comme de l’anémie, une angiostrongylose ou une dirofilariose,…).

Egalement, si votre chien n’est pas vermifugé, il met en risque la famille qui l’entoure et surtout les enfants. En effet, certains vers digestifs du chien peuvent se transmettre à l’homme (echinococcus, toxocarose, larva migrans, …).

Pour le protéger et vous protéger : vermifugez-le très réguilèrement!

Pâques et le chocolat …

4 Avr

Il y a toujours un prétexte à chaque période de l’année pour se gaver de cochonneries. Pâques arrive bientôt et qui dit Pâques dit gros dossier et envie irrésistible pour ma pomme : les oeufs en chocolat!

En bonne belge qui se respecte, je suis déjà fan de chocolat à la base, mais alors les oeufs de Pâques, je n’y résiste pas! Mission impossible!

Si ce n’est pas bon pour notre ligne à nous, pour nos chiens et chats, c’est carrément TOXIQUE.

Mais toxique dans le sens : toxique comme de l’arsenic ou du houx, …

TOXIQUE, quoi!

 

 

Combien de cas d’intoxications voyons nous défiler en consultation, nous, vétos, aux alentours des fêtes dePâques? … trop!

C’est la théobromine (molécule présente dans le chocolat) qui est responsable de la toxicité de cette friandise chez nos carnivores domestiques. Cette molécule s’apparente à la caféine et est plus concentrée dans le chocolat noir que dans le chocolat au lait. Mais le chocolat au lait étant plus riche en matières grasses, il fait tout autant de dégâts sur la santé de nos compagnons. Donc pas de blabla légendaire : le chocolat au lait n’est pas plus permis que le chocolat noir!

Les chiens sont hypersensibles à la théobromine parce qu’ils métabolisent très lentement cette substance et, par conséquent, elle reste près de 3x plus longtemps dans leur sang que chez l’homme.

La dose toxique de théobromine est d’environ 240 à 500 mg par kg de poids corporel de chien. Sachant que le chocolat noir contient environ 15 mg de théobromine par gramme,  un chien de gabarit moyen (10 kg) doit ingérer un peu moins d’une tablette de chocolat noir pour atteindre une dose mortelle.

Mortelle, oui.

Il existe également une toxicité cardiaque accumulative de cette molécule : si le chien mange régulièrement du chocolat à petite dose, il risque de développer une insuffisance cardiaque.

Il ne faut donc jamais donner de chocolat à un chien comme récompense et ce, même en très petite quantité!

Les chiens de races Boxer, Bouledogue, … (les “brachycéphales”) sont plus sensibles à cette toxicité que les autres, sans doute à cause de leur prédisposition aux anomalies cardio-respiratoires.

 

Quels sont les symptômes d’une intoxication?

Les symptômes apparaissent quelques heures après l’ingestion du chocolat (4 à 6h après) et la mort peut survenir 12 à 24h après.

Les premiers symptômes sont généralement digestifs. La théobromine augmente la quantité des sécrétions de l’estomac, qui provoqueront vomissements et diarrhées. L’acidité gastrique peut augmenter de telle manière qu’elle crée des ulcères.

Les autres symptômes sont les suivants :

– le chien présente une soif exacerbée,

– il urine en quantité abondante, parfois sans pouvoir se retenir (à cause de l’effet diurétique de la théobromine),

– il est très agité (augmentation de la fréquence cardiaque et extra-systoles), parfois il passe d’un état agité à un état de grande faiblesse,

– sa respiration s’accélère, il halète et est essoufflé,

– il est irritable et nerveux (stimulation du système nerveux central), il souffre d’insomnie, peut présenter des spasmes musculaires, allant parfois jusqu’à des convulsions et pouvant mener au coma et la mort par arrêt cardio-respiratoire.

Que faire en cas d’absorption accidentelle de chocolat par votre chien?

Vous l’aurez compris : en cas d’ingestion de chocolat par votre chien, rendez vous sans tarder chez votre vétérinaire.

Il n’existe malheureusement pas d’antidote de la théobromine. Le traitement est souvent très difficile car les symptômes apparaissent plusieurs heures après l’ingestion et il est souvent trop tard pour envisager un lavage d’estomac.

Si vous arrivez chez votre vétérinaire rapidement après l’absorption, il fera certainement vomir votre chien, le mettra sous perfusion et l’hospitalisera afin de contrôler l’éventuelle apparition de symptômes tardifs.

Moralité :

Ne donnez JAMAIS de chocolat à votre chien, même en très petite quantité. Ce n’est vraiment pas un service que vous lui rendez en l’habituant à recevoir un petit carré journalier. Il y a bien d’autres friandises à lui donner, sans porter préjudice à sa santé.

Ne laissez jamais de boite de chocolats à sa portée. Et en cas d’ingestion accidentelle, filez dare-dare chez votre véto!

Période de mue, période à risque chez les lapins!

5 Mar

Le début du printemps annonce le début de la mue chez tous nos animaux domestiques.

Qui dit mue dit perte de poils, ingestion de poils et risques divers.

L’occlusion est une des pathologies digestives les plus fréquentes chez le lapin.

Le plus souvent, le blocage se situe au niveau de l’estomac, mais peut aussi se localiser dans l’intestin grêle, au niveau de l’anus, ou de toute autre portion du tube digestif.

Elle résulte généralement d’un blocage du transit digestif par des boules de poils (ou des corps étrangers ou des tumeurs).

Les boules de poils sont la raison la plus fréquente d’occlusion digestive. Lors de la mue, le lapin avale de grosses quantités de poils en faisant sa toilette.

 

Les poils se mélangent au contenu de l’estomac et durcissent  pour former de grosses boules de poils qu’on appelle aussi “trichobézoards” (à défaut d’être un mot courant, ça fait érudit, et vous ferez des points au Scrabble!).

 

 

Le problème c’est que cette boule très dure (qui se localise le plus souvent dans l’estomac) obstrue le passage des aliments et le transit est alors complètement bloqué.

Les symptômes d’obstruction digestive sont les suivants :

– Le lapin mange de moins en moins et finit par ne plus manger

– Les crottes sont de plus en plus petites et sèches, elles sont de plus en plus rares avant de disparaître

– Le lapin est moins actif, voire carrément prostré et en hypothermie

 

Dans tous les cas d’occlusion, il s’agit d’une réelle urgence.

Je vais vous donner quelques conseils mais qui ne se substitueront jamais à une visite et une consultation rapide chez votre vétérinaire car il n’y a que lui qui pourra définir la cause de l’occlusion et surtout sa localisation (par palpation de l’abdomen de votre lapin, voire en réalisant une radio et/ou une échographie de son abdomen).

Que faut-il faire en attendant la visite chez votre vétérinaire?

1. Il faut s’assurer que votre lapin ne se déshydrate pas. En effet, en cessant de manger, il diminue aussi ses apports en eau. N’hésitez pas à le forcer à boire à l’aide d’une petite seringue. Un lapin doit boire 70ml d’eau par kilo de poids corporel et par jour. Apportez lui cette quantité d’eau répartie en une dizaine de fois sur la journée. Par exemple, si votre lapin pèse 500 grammes, il lui faut donc 35ml d’eau par jour. Vous lui donnerez donc à boire à la seringue (sans l’aiguille, bien sûr!) 10 fois 3,5ml d’eau sur une journée.

2. Vous pouvez lui donner de l‘huile de paraffine, que vous trouverez pure en pharmacie ou en gel chez votre vétérinaire. Ne donnez pas d’autre huile que l’huile de paraffine à votre lapin! Pas d’huile d’olive ou autre! Toute autre huile que l’huile de paraffine est très mal tolérée par le lapin et peut induire des pancréatites. Et même avec l’huile de paraffine, soyez très vigilant et demandez l’aval de votre vétérinaire. En règle générale, on donne à boire au lapin 1,5 à 2,5ml de paraffine pure matin et soir, à l’aide d’une petite seringue, pendant maximum 3 jours. L’huile de paraffine restant à 100% dans le tube digestif (car elle n’est pas digérée ni absorbée), elle fera “glisser” en douceur les boules de poils si elles ne sont pas trop volumineuses.

3. Donnez de l’ananas frais à manger à votre lapin. S’il refuse de manger, faites lui boire du jus d’ananas frais. Pas de jus pasteurisé. L’ananas frais contient des enzymes qui détruiront petit à petit certains composants des boules de poils et les feront se désintégrer.

4. Il faut absolument éviter qu’un lapin ne jeûne trop longtemps. Nourrissez également de force votre lapin avec des compotes de fruits sans sucres ajoutés, des soupes de légumes verts (soupes fraîches ou en brique) ou des petits pots fruits et légumes pour bébés. Evitez par contre les petits pots ou les soupes à base de pommes de terre. Ceci dit, si la boule de poils est de taille trop importante, elle bloquera totalement le transit, et comme le lapin est une espèce qui ne vomit pas, les aliments risquent de s’accumuler dans l’estomac. D’où la nécessité absolue de la consultation chez votre vétérinaire!

En plus de cela, votre vétérinaire pourra vous prescrire des médicaments (antispasmodiques digestifs, antibiotiques dans les cas de risques d’entérotoxémies liées au blocage du transit, …). Et parfois, si la boule est trop grosse (ou si on a attendu trop longtemps avant de consulter!), il n’y aura que la chirurgie qui sera efficace pour la déloger.

Il est donc très important de brosser régulièrement votre lapin en période de mue, surtout si c’est une race à longs poils.

Tous à vos brosses et peignes, donc!