Archive | Dermatologie RSS feed for this section

Alerte! ALERTE!! Les aoûtats sont là!

7 Août

L’aoûtat (et non l’aoûtien, s’il vous plait m’sieurs dames; l’aoûtien, c’est autre chose, c’est ma BFF qui est dans le Sud de la France actuellement et que je déteste cordialement du fin fond de ma salle de consultation, par exemple) est un minuscule acarien qui possède un cycle de vie particulier.

L’adulte vit dans l’environnement, libre, il est carnassier et se nourrit majoritairement d’autres acariens. Ce n’est donc pas l’aoûtat adulte qui nous cause des soucis.

La femelle va pondre ses œufs de ces œufs sortiront des larves. Les larves attendront patiemment dans la végétation que s’approche leur cible…

Ce sont ces larves qui parasitent nos animaux domestiques (chiens, chats, rongeurs, oiseaux, …) mais aussi l’homme.

On rencontre ces parasites partout en France, en Europe, surtout dans les hautes herbes.

Elles iront se nicher dans des endroits chauds et humides de l’hôte, où la peau est fine (entre les doigts, dans les plis des oreilles, sur les paupières, …).

Elles se regroupent généralement en amas d’une bonne dizaine d’individus. Comme ces larves sont de couleur orangée, il est assez facile pour un œil avisé de les reconnaître. Elles forment des petites croûtes orangées dans les plis des oreilles, dans les plis des membres, entre les doigts et les coussinets ou au dessus des yeux de votre compagnon à 4 pattes.

Source : Wikipedia

Source : Wikipedia

Ces larves vont se nourrir de débris de peau et de sang. Puis, au bout de quelques jours, elles vont quitter leur hôte, se transformer en nymphe, puis en adulte, et le cycle recommence.

La saison de développement est d’avril à octobre, comme les tiques, avec un pic de développement en août, comme son nom l’indique (c’est bien fait n’est-il pas?).

Nous sommes donc en plein dedans! Et comme il fait chaud, après une période un peu humide, les aoûtats pullulent!

Les lésions causées par les aoûtats sont bénignes mais sa morsure est excessivement prurigineuse et nos animaux domestiques peuvent souffrir d’infections bactériennes cutanées secondaires à ces démangeaisons intenses.

 

La prévention des infestations consiste à appliquer un antiparasitaire externe sur tout l’animal en insistant sur les zones à risque.

Malheureusement, il n’y a pas de produit miracle. On peut appliquer en répulsif du Frontline® spray sur le chien et le chat, ou du Defendog® chez le chien, en respectant les doses prescrites du nombre de vaporisations en fonction du poids corporel et en le vaporisant également bien sur les pattes, en frottant à l’aide d’un gant derrière les oreilles aussi.

D’autres produits efficaces pour les chiens dont le shampoing Pulvex® (à ne pas utiliser chez les chats!!), à utiliser comme un shampoing classique, si ce n’est qu’on va le laisser agir 5-10 minutes avant de rincer. Il faudra recommencer le shampoing toutes les 2 à 4 semaines.

pulvex-shamp200-ml

Attention à l’utilisation de ces différents produits chez les jeunes animaux! Lisez attentivement la notice et en cas de doute, demandez conseil à votre vétérinaire.

Lorsque votre animal est infesté et se gratte, il faudra consulter votre vétérinaire qui vous prescrira très certainement des anti-inflammatoires et anti-prurigineux puissants (souvent des corticoïdes), ainsi qu’un traitement en spray ou shampoing pour éliminer les parasites.

Publicités

Le crochet o’Tom : il vous le faut!

19 Mai

Qui ne connait pas encore ce petit ustensile « magique » : le crochet O’Tom®? Levez les doigts!

Aucune honte à ne pas connaitre cela mais quand vous aurez compris son utilité, amis des chiens et chats, vous ne pourrez plus vous en passer!

Kesako?

Il s’agit d’un petit outil bien utile pour éliminer de manière radicale les tiques de votre chat et de votre chien (ou de votre ornithorynque domestique, … ou de votre fiston mais là … gloups, ça m’amuse moins tout d’un coup!)

Je n’ai pas d’actions chez O’Tom mais pour avoir vu des clients essayer de retirer sans succès (voire en agravant les choses) les tiques de leur animal avec leurs doigts ou une pince à épiler, je ne peux que vous recommander de vous en fournir!

Ce crochet permet d’enlever très facilement les tiques sans risquer de laisser la tête de la tique dans la peau de votre animal, ce qui arrive trop souvent lorsqu’on tente cette opération avec une pince à épiler. En effet, la tique se fixe dans la peau de l’animal en s’y « vissant ». Pour l’enlever, il faut donc la « dévisser »!

Je m’explique, Maryse …

otom

Une boî-boîte O’Tom contiendra systématiquement deux crochets de tailles différentes pour vous permettre de retirer les tiques de tout gabarit.

Mode d’emploi :

1. Choisir la taille du crochet : le petit crochet pour les petites tiques et le grand … pour les grandes! Jusque là, tout va bien!

otom

2. Engagez le crochet entre la peau de l’animal et la tique, en prenant la tête de la tique entre les deux « bras de levier » du crochet

3. Soulevez très lègèrement le crochet par rapport à la peau de l’animal et tournez le comme si vous « dévissiez » la tique

4. La tique se détache d’elle même au bout de 2 ou 3 tours!

Et si vous n’avez pas tout compris, voici la méthode en vidéo …

Âmes sensibles, regardez quand même! … mais allez vomir ailleurs, vous serez mignons! Merci! :-)

La démodécie canine

4 Nov

Un peu de sérieux aujourd’hui… Je vais vous parler de dermatologie canine en ce mardi de novembre…

 

Démodécie canine? Késako?

La démodécie canine est une maladie parasitaire. Elle est due à la prolifération anormale d’un petit acarien (Demodex canis). Quand je dis « prolifération anormale », vous comprenez déjà par là que cette petite bêbête est en fait naturellement et classiquement présente sur la peau du chien (dans les follicules pileux et les glandes sébacées).

Chez un chien « normal », dont le système immunitaire est « en pleine forme », la multiplication de ce parasite est contrôlée et il ne pose aucun problème. Or, parfois, le système de protection naturelle ne joue pas son rôle et ces parasites vont pulluler. Résultat : inflammation cutanée, chute de poils, surinfections bactériennes et prurit (démangeaisons) à gogo!

Dans le tableau que je viens de vous peindre à l’instant : vous comprenez d’ores et déjà que la démodécie canine n’est pas contagieuse, qu’elle ne se transmets pas de chien à chien. Le parasite est là, chez tous les chiens (la mère les transmets à ses chiots dans les premiers jours de vie). Et certains rares chiens développeront la maladie.

Quels chiens? Et dans quelles circonstances?

La démodécie canine s’observe principalement chez de jeunes chiens (moins d’1 an). On pense qu’il s’agit d’une cause génétique : certains chiens possèdent une anomalie génétique qui les empêchent de contrôler le développement des parasites. Les chiots d’une même portée peuvent donc déclarer la maladie et il est donc vivement déconseillé de faire se reproduire ces lignées de chiens, porteurs d’une « tare » génétique. Toutes les races de chiens peuvent développer une démodécie mais on observe plus de cas décrits dans les races suivantes : Bouledogue anglais et français, Boston Terrier, Carlin, American Staff Terrier, Sharpei, matin de Naples, Boxer, et Dogue mais aussi Bouvier Bernois, Jack Russel, Scottish Terrier, Cavalier King Charles, Yorkshire, Whippet, Shi Tzu, …

Lorsque la démodécie se déclare chez un animal adulte, il faut rechercher une cause immunitaire : maladie hormonale, traitement immunosuppresseur médicamenteux de longue durée, …

Quels sont les symptômes de la démodécie canine?

Le parasite se multipliant dans les follicules pileux, il va entrainer la chute des poils. On observera donc des dépilations, un peu partout sur le corps ou en spots. Les lésions s’observent surtout sur la tête et les membres (surtout les antérieurs). Les lésions peuvent ensuite se surinfecter et devenir très conséquentes, pouvant même parfois entrainer la mort du chien (septicémie).

Comment savoir si mon chien est atteint d’une démodécie canine?

En cas de lésion dermato, il faut bien évidemment prendre rendez vous avec son vétérinaire! Celui ci effectuera probablement des raclages ou des biopsies cutanées afin de visualiser une prolifération anormale du parasite.

Le demodex est un acarien assez typique : on a tendance à dire qu’il ressemble à un petit crocodile…

Demodex canis (source Wikipedia)

Demodex canis (source Wikipedia)

Est-il possible de guérir mon chien?

Votre vétérinaire choisira un traitement adapté en fonction du cas clinique précis de votre chien. Il n’y a donc pas un seul traitement universel. Il se basera sur l’étendue des lésions (démodécie généralisée ou localisée) de la localisation de ces mêmes lésions, de l’état clinique de votre chien, ainsi que de sa taille, son poids, … Il tiendra également compte du fait qu’l y ait ou non des surinfections bactériennes.
Quoi qu’il en soit, la durée du traitement est longue! Toujours!! Au minimum 4 mois de traitement! Autant le savoir dès le départ…
Le traitement comprendra certainement un médicament anti démodécique sous forme de pipettes spot-on, et/ou d’une solution à diluer dans l’eau et à appliquer sur tout le chien et/ou de comprimés.
Il est possible aussi que votre vétérinaire prescrive à votre chien des antibiotiques s’il y a surinfection, voire des traitements locaux comme des désinfectants sous forme de bains ou de shampooings.
Il est absolument indispensable de suivre le traitement à la lettre et d’effectuer régulièrement des visites de contrôle (à minima tous les mois) auprès de son vétérinaire.
Chez les chiens adultes présentant de la démodécie, il faudra bien sûr rechercher et traiter la cause primaire responsable du désordre immunitaire (diabète, cushing, cancer, …) en plus du traitement anti démodécique!

 

 

Des capuchons en caoutchouc pour griffes de chats

17 Oct

Le dégriffage est interdit en France depuis belle lurette (plus de 10 ans). La loi française considère à juste titre le dégriffage des chats comme une mutilation.

Certains chats d’intérieur nous mènent la vie dure en détruisant mobilier, rideaux et canapés à grands coups de griffades répétitives. Certains chats sont également des spécialistes de l’automutilation : ils s’ennuient ou présentent une maladie chronique de la peau et se grattent à gogo. Le carcan (mais siii, la collerette de la honte!) constitue parfois l’unique solution pour des chats qui se grattent les oreilles mais lorsque le grattage concerne une zone autre que la tête, c’est souvent la galère pour éviter qu’ils se blessent!

La coupe régulière des griffes ou leur limage constitue une solution moyennement efficace selon les chats (les griffes repoussent vite et cela ne suffit parfois pas).

Je vous annonce d’ailleurs à cette occasion un tuto de coupe de griffes de chats dans les jours qui viennent! (Merci à Doctissimo Vidéos pour cette sympathique collaboration!)

J’ai trouvé une solution pour vous : les protège-griffes!

TADAAAAAM!

Kesako?

Les protège-griffes nous viennent tout droit des « Sta’zunis ».

Vous en trouverez de la marque originale, « Soft Claws, disponible chez e-dgriffe » , mais ils existent aussi sous d’autres noms de marques, tout aussi efficaces (« Griffe Masquée » , par exemple. Distribué entre autre par Centravet pour nous, vétos. Confrère, consœur, ne me remercie pas, ça fait zizir de te donner mes filons).

Ils se présentent sous la forme de petits capuchons en plastique souple destinés à recouvrir les griffes des chats (et même des chiens, lapins, furets, iguanes, …!). Ils sont recommandés par de nombreux vétérinaires et associations de protection des animaux car ils n’atteignent d’aucune manière la qualité de vie du chat. Ils sont discrets, totalement inoffensifs, sans danger et non toxiques, autant pour l’animal que pour les enfants. Si par malheur un protège-griffe était avalé, il passerait tout simplement dans le système digestif et serait éliminé « naturellement », si je puis dire… La colle est aussi sans danger pour l’animal.

Ils n’engendrent aucune gêne physique pour l’animal et tombent naturellement au bout de 4 à 6 semaines (2 à 3 semaines pour les chatons dont les griffes poussent plus vite).

Grace à ces « prothèses », vous protégez votre mobilier et les membres de votre famille des griffades de votre petit félin préféré.

Les protège-griffes sont disponibles en plusieurs tailles (kitten, small, medium ou large) et en plusieurs couleurs (transparent, noir, ou « bariolé »). Demandez conseil à votre vétérinaire qui pourra vous fournir ces protège-griffes et même les poser sur les griffes de votre chat. Mais vous pouvez vous lancer vous même dans l’aventure!

Marche à suivre :

– Il « suffit » de couper dans un premier temps les griffes.

– Etendez bien la dernière phalange de chaque doigt en pressant l’articulation 2-3 phalangienne entre votre pouce et votre index.

– Appliquer ensuite chaque protège griffe sur chaque griffe à l’aide d’une colle spéciale non toxique (colle chirurgicale, fournie avec chaque kit).

– Après quelques minutes de pose, votre chat peut vivre sa vie de tous les jours! (et vous avez le droit de respirer!)

Voilà! Simple comme bonjour!

Alors? Ca intéresse qui?

L’hypothyroïdie canine

16 Mai

Article écrit (enfin!) pour Eyba … et Delphine. Bonne continuation au Canada! :-)

——-

La thyroïde est une glande située de part et d’autre et en partie haute de la trachée chez nos carnivores domestiques (chez nous aussi, hein, mais je me contente de parler de ce que je connais).

thyroide

Cette glande thyroïde sécrète des hormones thyroïdiennes : la T4 (en majeure partie) et la T3 (ainsi que la calcitonine).

Ces hormones thyroïdiennes ont pour rôle de stimuler le métabolisme:

  • elles participent à la production et au renouvellement des poils, de la peau
  • elles participent au transit digestif et à la digestion
  • elles régulent la température corporelle, en permettant au corps de produire de la chaleur
  • elles stimulent les mécanismes de défense
  • elles jouent un rôle important dans la croissance (croissance osseuse entre autres)
  • elles régulent la quantité de calcium dans le sang
  • elles stimulent le rythme cardiaque et la pression artérielle
  • … et bien d’autres choses encore!

Vous le comprenez donc, les hormones thyroïdiennes sont – en gros, hein ! – le bouton « ON » du moteur de l’organisme.

L’hypothyroïdie est une maladie hormonale relativement fréquente chez le chien (alors que chez le chat, c’est l’HYPERthyroïdie que l’on rencontre fréquemment).

Qui dit « hypo » dit « pas assez ». La glande thyroïde ne fonctionne pas ou mal et ne produit plus suffisamment d’hormones thyroïdiennes : le bouton « ON » est hors service et l’organisme fonctionne donc au ralenti.

 

A quoi est ce du ?

La plupart du temps, il s’agit d’une cause immunitaire. C’est-à-dire que l’organisme du chien va produire des anticorps qui vont détruire lentement la glande thyroïdienne. Les cellules sécrétantes étant détruites, il y a moins d’hormones sécrétées.

Parfois, cette maladie est congénitale, c’est-à-dire que la glande se développe mal dès la naissance ou alors que la glande se développe bien mais ne sécrète pas assez.

La majeure partie des cas d’hypothyroïdie s’observent sur un adulte d’âge moyen à âgé.

Le diagnostic n’est pas toujours évident car le propriétaire de l’animal peut croire que la baisse de forme de son animal est simplement liée au fait qu’il vieillit. Alors que lorsqu’on aura diagnostiqué une hypothyroïdie et traité l’animal, il retrouve en règle générale une deuxième jeunesse !

 

Quels sont les symptômes de l’hypothyroïdie ?

Baisse de forme, faiblesse, prise de poids de l’animal (sans augmentation de la prise alimentaire), troubles de la reproduction (baisse de fertilité), troubles du comportement, difficultés respiratoires, pertes de poils (souvent par plaques et très localisées), sensibilité exacerbée au froid … chacun de ces symptômes doit être signalé à votre vétérinaire.

On rencontre cette maladie dans toutes les races de chiens mais plus souvent chez les Cockers, Labradors, Golden Retrievers, Teckels, Dobermans, Pinschers, …

 

Comment faire le diagnostic de cette maladie ?

… En vous rendant chez votre vétérinaire, bien sûr !

Après avoir examiné votre animal, ce dernier réalisera probablement des examens complémentaires comme :

  • un bilan sanguin (numération formule, biochimie sanguine, …)
  • une analyse urinaire
  • un dosage sanguin des hormones thyroïdiennes
  • un test sanguin thyroïdien

 

Est-ce que cela se soigne ?

La bonne nouvelle, c’est que l’hypothyroïdie se soigne, et plutôt assez bien et facilement. Et que l’espérance de vie d’un chien bien traité est la même que celle d’un chien « normal ».

Bien sûr, la glande reste malade mais il « suffit » de traiter votre chien avec un complément hormonal thyroïdien pour qu’il retrouve une seconde jeunesse en à peine une semaine ou que les autres soucis (troubles dermatos, du comportement, de la reproduction, …) se régulent (en quelques mois).

Le « hic » est qu’il s’agit du coup le plus souvent d’un traitement à vie et que des contrôles sanguins réguliers sont à prévoir (deux fois par an en général).

Après avoir commencé un traitement (comprimés oraux), votre vétérinaire vous demandera très certainement de revenir au bout d’un mois afin d’évaluer l’état clinique de votre chien et de doser à nouveau le taux hormonal (prise de sang).

 

 

Alerte aux aoûtats!

2 Août

L’aoûtat (et non l’aoûtien, s’il vous plait m’sieurs dames; l’aoûtien, c’est autre chose, c’est moi par exemple, là, et jusqu’au 19 août!!) est un minuscule acarien qui possède un cycle de vie particulier.

L’adulte vit dans l’environnement, libre, il est carnassier et se nourrit majoritairement d’autres acariens. Ce n’est donc pas l’aoûtat adulte qui nous cause des soucis.

La femelle va pondre ses oeufs et en sortiront des larves. Les larves attendront patiemment dans la végétation que s’approche leur cible. Ce sont ces larves qui parasitent nos animaux domestiques (chiens, chats, rongeurs, oiseaux, …) mais aussi l’homme.

On rencontre ces parasites partout en France, en Europe, surtout dans les hautes herbes.

Elles iront se nicher dans des endroits chauds et humides de l’hôte, où la peau est fine (entre les doigts, dans les plis des oreilles, sur les paupières, …).

Elles se regroupent généralement en amas d’une bonne dizaine d’individus. Comme ces larves sont de couleur orangée, il est assez facile pour un oeil avisé de les reconnaître. Elles forment des petites croûtes orangées dans les plis des oreilles, dans les plis des membres, entre les doigts et les coussinets ou au dessus des yeux de votre compagnon à 4 pattes.

Ces larves vont se nourrir de débris de peau et de sang. Puis, au bout de quelques jours, elles vont quitter leur hôte, se transformer en nymphe, puis en adulte, et le cycle recommence.

La saison de développement est d’avril à octobre, comme les tiques, avec un pic de développement en août, comme son nom l’indique (c’est bien fait n’est-il pas?).

Nous sommes donc en plein dedans! Et comme il fait chaud, après une période humide d’orages, les aoûtats pullulent!

Les lésions causées par les aoûtats sont bénignes mais sa morsure est excessivement prurigineuse et nos animaux domestiques peuvent souffrir d’infections bactériennes cutanées secondaires à ces démangeaisons intenses.

 

La prévention des infestations consiste à appliquer un antiparasitaire externe sur tout l’animal en insistant sur les zones à risque. Malheureusement, il n’y a pas de produit miracle. On peut appliquer en répulsif du Frontline® spray sur le chien et le chat, ou du Defendog® chez le chien, en respectant les doses prescrites du nombre de vaporisations en fonction du poids corporel et en le vaporisant également bien sur les pattes, en frottant à l’aide d’un gant derrière les oreilles aussi.

D’autres produits efficaces pour les chiens sont les shampoing Pulvex® et Ectoskin® (à ne pas utiliser chez les chats!!), à utiliser comme un shampoing classique, si ce n’est qu’on va le laisser agir 5-10 minutes avant de rincer. Il faudra recommencer le shampoing toutes les 2 à 4 semaines.

Attention à l’utilisation de ces différents produits chez les jeunes animaux! Lisez attentivement la notice et en cas de doute, demandez conseil à votre vétérinaire.

Lorsque votre animal est infesté et se gratte, il faudra consulter votre vétérinaire qui vous prescrira très certainement des anti-inflammatoires et anti-prurigineux puissants (souvent des corticoïdes), ainsi qu’un traitement en spray ou shampoing pour éliminer les parasites.

L’atopie chez le chien

8 Juin

L’ atopie est une maladie allergique cutanée. C’est d’ailleurs probablement l’une des maladies de peau les plus fréquentes dans l’espèce canine.

Elle se traduit (pendant les phases de crises) par du prurit (des démangeaisons), des irritations, des rougeurs excessives de la peau, de manière généralisée sur tout le corps du chien ou alors localisée (surtout dans des plis de peau et sur des zones de frottement). Ces symptômes sont parfois saisonniers, mais gnénéralement finissent à la longue par s’exprimer tout au long de l’année.

Le chien atopique peut commencer à présenter des symptômes dès l’âge de 6 mois. Mais on peut dire de manière générale que la maladie commence à s’exprimer à l’âge du « jeune adulte » (c’est à dire entre 6 mois et 3 ans). C’est une maladie héréditaire. Les chiens atopiques sont donc souvent issus de parents également atopiques. Il est dès lors bien évidemment conseillé de ne pas faire se reproduire les animaux présentant cette maladie.

 

ItchyDog

 

 

Quelle est l’origine de l’atopie?

Vous l’avez déjà compris : l’atopie est en fait une allergie.

Comme chez l’homme, l’atopie trouve son origine dans une hypersensibilité à un allergène extérieur. Mais, alors que chez l’homme, l’allergie s’exprimera plutôt par des symptômes ORL (nez qui coule, éternuements, yeux qui piquent, …), chez le chien, elle se traduira uniquement par des réactions cutanées.

Parmi les nombreux allergènes incriminés, on peut citer : la salive de puce, les acariens, les squames (débris de peau) humains ou d’autres animaux, les pollens, les graminées, les moisissures, certains composants alimentaires, …

 

Comment soigne-t-on l’atopie?

Tout d’abord, je pense qu’il est intéressant de dire que chaque atopique a son propre traitement. Certains chiens auront des symptômes modérés et ne feront que quelques crises ponctuelles par an… Ces chiens seront donc traités ponctuellement. Alors que d’autres présenteront des formes sévères, tout au long de l’année. Ces chiens là seront dès lors probablement traités à vie, et ce, afin d’éviter des complications (surinfections bactériennes, fongiques, parasitaires, …).

Deuxièmement, j’insiste vraiment sur le fait l’atopie ne se SOIGNE pas. Ce n’est pas comme une maladie bactérienne qu’on va éradiquer par des antibiotiques. L’atopie, on va pouvoir la soulager, mais on ne la guérira jamais puisqu’il s’agit d’une allergie.

… So what?

 

Le traitement « de fond » :

Le traitement de fond de l’atopie commence tout d’abord par un régime alimentaire spécifique hypoallergénique. Pourquoi? Parce que, d’abord, certains composants alimentaires peuvent être à l’origine des crises allergiques. Et ensuite parce que au fil du temps et de l’évolution de la maladie, les chiens peuvent devenir allergiques à d’autres allergènes.  Il existe des allergies croisées qui vont apparaitre au fil du temps. Un chien qui n’avait par exemple jamais présenté de symptômes d’allergies aux pollens de bouleaux ou aux protéines de bœuf alimentaires va soudainement en manifester. Il est donc très important de limiter au maximum dans l’environnement d’un chien atopique les autres causes possibles d’allergies.

En plus de l’alimentation hypoallergénique, il est donc conseillé, lorsqu’on vit avec un chien atopique, de :

– Nettoyer régulièrement le panier du chien, laver fréquemment son coussin en machine, … Optez donc pour des coussins déhoussables et lavez même la mousse des coussins. Lorsque le coussin est trop vieux : jetez le et achetez en un nouveau!

– Laver très régulièrement le linge de votre literie, même si le chien ne dort pas sur votre lit.

– Investissez dans une machine qui filtre l’air ambiant de votre intérieur (anti-acariens, purificateur d’air, …). Voire même d’un combiné purificateur/déshumidificateur d’air (car l’humidité favorise la prolifération des moisissures, acariens et autres).

– Ne fumez pas dans votre intérieur (et puis ne fumez pas tout court, hein!)

– Faites régulièrement un shampoing à tous les animaux de la maison (même le chat qui n’est pas allergique et n’a rien demandé à personne). Pour le chien atopique, lavez le avec un shampoing doux hypoallergénique et antimicrobien (à la Chlorhexidine, par exemple). Pour les autres animaux de la maisonnée, lavez les aussi régulièrement pour éliminer un maximum de squames auxquels votre chien atopique pourrait aussi être allergique.

– Traitez régulièrement tous vos animaux contre les acariens à l’aide de pipettes spot on adaptées. Et traitez votre maison ou appartement tout aussi régulièrement à l’aide de sprays ou de foggers anti acariens.

– Traitez tous vos animaux tout le long de l’année contre les puces.

– Vermifugez régulièrement tous vos animaux.

 

Les traitements médicamenteux :

En plus de ces conseils de prévention (essentiels au traitement!), votre vétérinaire prescrira très certainement à votre chien des médicaments.

Le panel thérapeutique est divers … et dépend bien sûr de chaque individu. Pas de traitement universel, donc, mais un traitement au cas par cas!

LA SOLUTION consisterait bien sûr à ne pas mettre le chien en contact du ou des allergènes incriminés. Malheureusement, c’est souvent tout à fait impossible à faire. A moins de faire vivre son chien sous une cloche en verre…

On utilise donc souvent dans le traitement des crises d’atopie :

– des corticostéroïdes : qui ont un puissant effet antiprurigineux et anti inflammatoire. On les utilise ponctuellement car à long terme, leurs effets secondaires sont néfastes.

– des antibiotiques, antibactériens, antifongiques, antiseptiques (par voie générale et/ou locale) : afin de contrecarrer les surinfections fréquentes.

– des antihistaminiques

– de la cyclosporine qui calme (conjointement avec les corticostéroïdes) les réactions allergiques immunitaires mais qui (contrairement aux corticoïdes) peut être administrée à long terme. C’est un traitement très efficace … mais aussi assez onéreux.

– de l’interféron, par injections. C’est une approche nouvelle et prometteuse … mais également assez onéreuse.

– des compléments alimentaires comme les acides gras essentiels qui ont un effet anti inflammatoire naturel à long terme.

Votre vétérinaire vous proposera peut être également une désensibilisation par injections. Tous les chiens ne répondent pas de la même manière à ce type de traitement mais il vaut la peine d’être tenté. Il faut cependant précédemment réaliser un screening allergique pour identifier le ou les allergènes en cause. Et ensuite, il faudra faire faire par un laboratoire spécialisé une solution de désensibilisation spécifique et réaliser des injections régulières au chien, sur une période assez longue.

 

Et après?

Je le répète : sachez que lorsque votre chien est diagnostiqué atopique, ce n’est pas une maladie grave … mais c’est une maladie assez frustrante, car elle ne se soigne jamais totalement. Il est important d’être conscient que l’atopie est une maladie CHRONIQUE, que le chien restera atopique toute sa vie, et que cette maladie nécessite un traitement continu. Dès qu’on diminue la vigilance : BAM! le chien se re-gratte! Il faut donc que les maîtres de tels chiens en soient conscients, soient particulièrement assidus dans les traitements de fond, afin de limiter les crises allergiques. Il n’y a donc pas de traitement miracle à cette maladie mais avec de la volonté, de la ténacité et beaucoup de rigueur et de sérieux, le chien pourra confortablement être stabilisé.