Archive | Comportement RSS feed for this section

Le B.A.-BA de l’éducation du chiot : la propreté

14 Jan

Lupin, mon éternel chien d’amour, j’avais oublié à quel point l’apprentissage de la propreté était chi***!! 

Lola nous en fait bien voir, tu sais! 

Enfin, elle est arrivée chez nous dimanche dernier et elle a déjà assimilé la laisse et compris que les pipis, c’était dehors. Mais bon, les cacas, c’est généralement sur le circuit de voiture de notre grand garçon, dans le salon, qu’elle les pose…

Je pense que je manque juste de patience parce qu’on est sur la bonne voie à à peine 9 semaines … Surtout que Lola vient d’un élevage familial où les chiots faisaient leurs besoins à l’intérieur, dans de la litière, et que nous devons donc tout reprendre à zéro!
 

3615 code tête d’innocente , bonjouuuur

 

Combien de mes clients me disent (sans oser trop l’avouer) que leur chien est malpropre, même à l’âge adulte? Pipis, cacas, … l’un ou l’autre, voire l’un ET l’autre, … encore et toujours à l’intérieur! Que ce soit sur une alèse dans un coin de la cuisine ou un peu partout dans l’appartement, c’est un réel problème au quotidien.

Voici une méthode infaillible pour parvenir à ses fins! Testée et approuvée depuis 4 jours avec Miss Tête de Mule!

Une des principales causes de malpropreté du chiot (et du chien adulte par la suite!) est que cet apprentissage est régulièrement commencé trop tard : les maîtres refusent de sortir leur chiot avant la fin des vaccinations, sous prétexte du risque de transmissions de maladie. GRAVE ERREUR! C’est une idée non fondée. Et la majeure partie des vétérinaires ne la prônent plus du tout de nos jours. En effet, les maîtres du chiot sortent, eux, et peuvent tout aussi bien être porteurs de virus et les ramener à la maison. Ce n’est donc pas en gardant votre chiot à l’intérieur jusqu’à la fin de ses vaccins qu’il sera protégé ! Bien évidemment, essayez de l’emmener faire ses besoins dans des endroits le plus propre possible et non là où des centaines de chiens au mètre carré font quotidiennement leurs besoins.

A partir de quand?

Commencez l’apprentissage de la propreté dès l’âge de 7-8 semaines quand le chiot arrive chez vous (au moment de sa primo-vaccination). Il est certain qu’à cet âge là, sa continence sera limitée. Il y aura régulièrement des accidents. Mais à l’âge de 4 mois, ses sphincters seront suffisamment compétents pour qu’il vous demande de sortir. Et lorsqu’il demandera, cela signifiera que la propreté est acquise !
 

Comment procéder ?

Sortez votre chiot le plus souvent possible, en laisse. Évidemment, au départ, les sortie seront plus basées sur l’apprentissage de l’extérieur et du collier et de la laisse qu’autre chose… Le chiot se pose, assis, et n’ose pas avancer. Accroupissez vous devant lui, à environ 1 mètre de distance et appelez le de votre voix la plus gnagnan possible, et dans les tonalités aiguës (« ouiiiiiii viennnnns Lolaaa! C’est bieeeennnnnn!! ») : le but étant de mettre le chiot en confiance (et de passer pour une débile profonde aux yeux de vos voisins).

N’imaginez pas apprendre la propreté à votre chiot en le laissant se soulager à sa guise dans votre jardin car le réel apprentissage nécessite une participation active de votre part, et vous allez rapidement comprendre pourquoi.

Il est tout à fait illusoire de demander à un chiot de moins de 4 mois de se contenir plus de 6 heures d’affilée. Sortez le donc au minimum 4-5 fois par jour avant cet âge. Plus, c’est encore mieux !

Après chaque émission d’urines ou de matières fécales, félicitez-le systématiquement et immédiatement (caresses, friandise, ton de la voix, les aigus, le gnagnan, toussa, cfr ci-dessus, …).

Si un accident survient et que le chiot fait ses besoins à l’intérieur, vous ne pouvez le gronder que si vous le prenez sur le fait. Si c’est le cas, verbalisez un « Non ! » (ton plutôt sec et dans les graves, tel un aboiement) afin d’interrompre l’émission en cours et sortez le immédiatement pour ensuite le féliciter lorsqu’il aura fait dehors.

Si vous ne le surprenez pas « entrain de faire » … c’est trop tard ! Cela ne sert plus à rien de le gronder, ni de lui « mettre le nez dedans ».
Si vous rentrez chez vous et que le chien s’est soulagé en votre absence, la seule chose à faire est de l’isoler dans une autre pièce et de nettoyer … sans le gronder.
Car si vous le grondez sans l’avoir pris sur le fait, il comprendra que vous le grondez d’avoir fait ses besoins, certes, mais n’associera pas cela avec le fait de les avoir faits à l’intérieur. Il n’osera donc plus faire ses besoins en votre présence de peur de vous déplaire (et donc, ne fera plus rien à vos côtés lorsque vous le sortez). Il ira donc se cacher (derrière le canapé, sous une commode, derrière les rideaux, …) pour se soulager, voire se mettra à devenir coprophage (manger ses selles) afin de faire disparaître « l’objet du délit ».
 

Et si je lui apprends à faire sur un journal?

La méthode dite « du journal » peut encore être décrite car elle va dans le même sens que celle précédemment expliquée, tout en rajoutant une étape.
A savoir que l’on récompense le chiot qui fait ses besoins sur un journal (ou une alèse), de manière immédiate et systématique.
Le journal sera petit à petit ramené vers la porte d’entrée de l’appartement, pour ensuite être supprimé. Le chiot pleurera donc à la porte pour exprimer son envie de sortir. Une fois que ce comportement est acquis, on apprend au chiot à faire dehors sur le journal pour petit à petit lui apprendre à faire dehors tout court, sans journal.
Le « risque » de cette méthode est que le chien soit définitivement conditionné au journal, ou à faire ses besoins à l’intérieur à l’endroit où était placé le journal.

Pour Lola, par exemple, nous utilisons la méthode du « dehors uniquement autorisé » parce que selon moi, l’autoriser à faire sur un journal dedans, c’est l’autoriser à faire quand même dedans!
Voilà! La suite de nos aventures au prochain article! :)
 

« Mon chien n’obéit pas », un livre approuvé par Vet and the City

30 Oct

Gérard Muller est vétérinaire. Il est comportementaliste diplômé des Ecoles Vétérinaires françaises et diplomate et « full member » du ECVB-CA (European College of Veterinary Behaviorists for Companion Animals, autrement dit : il est spécialiste européen des troubles du comportement des animaux de compagnie). Il est aussi président d’honneur de Zoopsy.

Gérard Muller est également vétérinaire « généraliste » : il pratique quotidiennement la médecine et la chirurgie des animaux de compagnie.

Cette « double casquette » lui permet de jongler entre la médecine classique et la médecine comportementale, ce qui fait de lui quelqu’un de très pédagogue et proche des gens.

Je le connais bien : il a été mon employeur à Lille durant deux années. J’ai eu la chance d’apprendre tout ce que je sais du comportement animal à ses côtés. Je peux donc vous le présenter et vous conseiller son dernier opus en toute connaissance de cause.

(J’en profite d’ailleurs pour lui faire un coucou, faire un calin à You2, et embrasser ses supers ASV, Sandrine et Estelle, avec qui j’ai adoré travailler!)

 

Son dernier ouvrage, le voici, le voilà :

 

mon chien

 

Votre chien fait la sourde oreille lorsque vous le sifflez ? Il confond paillasson et urinoir ? Il délaisse son panier au profit du canapé ? Il a pris l’habitude de quémander à table même lorsque vous recevez des amis ?

Le sommaire du livre :

1. Mon chien n’est toujours pas propre
2. Mon chien comprend tout mais n’obéit jamais
3. Mon chien a des résultats faibles
4. Mon chien ne revient pas quand on le rappelle
5. Mon chien se met en danger
6. Mon chien a pris le leadership à la maison
7. Mon chien est hyperactif
8. Mon vieux chien fait la sourde oreille

 

Bref : des conseils et des principes à suivre pour obtenir l’obéissance de son chien. Des clés pour décrypter ce qui se passe dans sa tête lorsqu’il désobéit et des « trucs et astuces » accessibles pour obtenir un comportement parfait ou presque … digne d’un Lupin! ;-)

 

Prix de vente conseillé : 10€, dans toutes les librairies en ligne : Fnac, Furet du Nord, Amazon, etc

Des capuchons en caoutchouc pour griffes de chats

17 Oct

Le dégriffage est interdit en France depuis belle lurette (plus de 10 ans). La loi française considère à juste titre le dégriffage des chats comme une mutilation.

Certains chats d’intérieur nous mènent la vie dure en détruisant mobilier, rideaux et canapés à grands coups de griffades répétitives. Certains chats sont également des spécialistes de l’automutilation : ils s’ennuient ou présentent une maladie chronique de la peau et se grattent à gogo. Le carcan (mais siii, la collerette de la honte!) constitue parfois l’unique solution pour des chats qui se grattent les oreilles mais lorsque le grattage concerne une zone autre que la tête, c’est souvent la galère pour éviter qu’ils se blessent!

La coupe régulière des griffes ou leur limage constitue une solution moyennement efficace selon les chats (les griffes repoussent vite et cela ne suffit parfois pas).

Je vous annonce d’ailleurs à cette occasion un tuto de coupe de griffes de chats dans les jours qui viennent! (Merci à Doctissimo Vidéos pour cette sympathique collaboration!)

J’ai trouvé une solution pour vous : les protège-griffes!

TADAAAAAM!

Kesako?

Les protège-griffes nous viennent tout droit des « Sta’zunis ».

Vous en trouverez de la marque originale, « Soft Claws, disponible chez e-dgriffe » , mais ils existent aussi sous d’autres noms de marques, tout aussi efficaces (« Griffe Masquée » , par exemple. Distribué entre autre par Centravet pour nous, vétos. Confrère, consœur, ne me remercie pas, ça fait zizir de te donner mes filons).

Ils se présentent sous la forme de petits capuchons en plastique souple destinés à recouvrir les griffes des chats (et même des chiens, lapins, furets, iguanes, …!). Ils sont recommandés par de nombreux vétérinaires et associations de protection des animaux car ils n’atteignent d’aucune manière la qualité de vie du chat. Ils sont discrets, totalement inoffensifs, sans danger et non toxiques, autant pour l’animal que pour les enfants. Si par malheur un protège-griffe était avalé, il passerait tout simplement dans le système digestif et serait éliminé « naturellement », si je puis dire… La colle est aussi sans danger pour l’animal.

Ils n’engendrent aucune gêne physique pour l’animal et tombent naturellement au bout de 4 à 6 semaines (2 à 3 semaines pour les chatons dont les griffes poussent plus vite).

Grace à ces « prothèses », vous protégez votre mobilier et les membres de votre famille des griffades de votre petit félin préféré.

Les protège-griffes sont disponibles en plusieurs tailles (kitten, small, medium ou large) et en plusieurs couleurs (transparent, noir, ou « bariolé »). Demandez conseil à votre vétérinaire qui pourra vous fournir ces protège-griffes et même les poser sur les griffes de votre chat. Mais vous pouvez vous lancer vous même dans l’aventure!

Marche à suivre :

– Il « suffit » de couper dans un premier temps les griffes.

– Etendez bien la dernière phalange de chaque doigt en pressant l’articulation 2-3 phalangienne entre votre pouce et votre index.

– Appliquer ensuite chaque protège griffe sur chaque griffe à l’aide d’une colle spéciale non toxique (colle chirurgicale, fournie avec chaque kit).

– Après quelques minutes de pose, votre chat peut vivre sa vie de tous les jours! (et vous avez le droit de respirer!)

Voilà! Simple comme bonjour!

Alors? Ca intéresse qui?

Bientôt le 14 juillet (tagada tsoin tsoin!) … et la phobie des feux d’artifice et autres pétards!

10 Juil

HAAAAA! Le 14 juillet! La fête nationale, le défilé sur les Champs (certainement sous la flotte, hein, Monsieur Hollande! prévoyez un parapluie, cette année!), le bal des pompiers, …

 

Mais BONJOUR, hot fireman!! Fait chaud tout d'un coup, non?

Mais BONJOUR, hot fireman!! Fait chaud tout d’un coup, non?

 

Si 14 juillet est synonyme de fête et de jour férié pour nous (est ce qu’il ne tombe pas tout pile poil bien cette année, ce lundi férié?), ce n’est souvent pas le cas pour nos carnivores domestiques. Les pétards, les feux d’artifice sont souvent, pour eux, synonyme de cauchemar!

Certains chiens gèrent très bien la situation (Lupin, le mien, par exemple, s’en fiche éperdument), mais d’autres vivent cela très très mal. Le chien tremble, gémit, aboie, se cache, urine, défèque, bref : c’est la cata, c’est la catastrophe!

On le sait, nous, vétos : chaque année, de nombreux clients prennent les devants en nous demandant conseil.

Cette phobie peut être d’origine génétique (certaines races de chiens sont plus « peureuses » que d’autres), soit liée à un syndrome de privation (aucun contact avec ce genre de bruit dans sa jeunesse), soit causée par une mauvaise expérience (chien ayant subi l’explosion d’un pétard trop près de lui par exemple).

 

Que faire pour aider votre compagnon?

En s’y prenant longtemps à l’avance, on peut aider son chien en l’habituant petit à petit aux bruits du feu d’artifice. Il existe des CD de sons pré enregistrés, que l’on va faire écouter chez soi, chaque jour à son chien, en augmentant petit à petit le son. Le petit « truc » c’est de jouer avec son chien pendant cette période d’adaptation, histoire de le faire « penser à autre chose ». Au bout d’environ deux semaines, vous constaterez que votre chien tolère nettement mieux ces sons.

 

Oui, tu es bien mignone, Madame Vet and the City, mais la-dite date cauchemar, c’est dans quelques jours … alors que faire?

 

– Déjà, ne changez pas vous même de comportement. Si vous commencez à le câliner, à vouloir le rassurer, le prendre dans vos bras, il pensera que cela vous fait peur à vous aussi et cela décuplera son angoisse. Restez indifférent au bruit.

 

– Avant le début du feu d’artifice, fermez les volets ou les rideaux. En effet, la vue des pétards lumineux associée au bruit peut augmenter la crainte de votre chien

 

Distrayez votre animal pendant le feu d’artifice : jouez avec lui, faites le s’asseoir, se coucher, lancez lui sa balle, … et récompensez le régulièrement et même à chaque fois qu’un pétard éclate. Il associera petit à petit le bruit du pétard à une récompense et donc à un événement agréable plutôt qu’à quelque chose de désagréable.

 

– Vous pouvez utiliser des méthodes douces pour calmer votre chien tels que le collier Adaptil ou le diffuseur Adaptil (anciennement « DAP », en vente chez votre vétérinaire). Il s’agit de phéromones apaisantes, que vous brancherez déjà plusieurs heures voire même plusieurs jours avant l’événement stressant.

Il existe aussi des solutions de phytothérapie, comme le Phytapaise chat ou chien de chez Leaf Care, mis au point par ma chère consœur, Céline Gastinel Moussour.

L’homéopathie peut aussi aider. Chez Boiron ou TVM, je ne peux que vous recommander le Nervosyl, le PVB Sédatif Nerveux ou l’Homeocalm.

Les fleurs de Bach peuvent également s’avérer efficaces. J’ai déjà écrit un article à ce sujet : ICI.

 

– Et si tout cela ne suffit pas, votre vétérinaire pourra vous prescrire un anxiolytique à donner de manière très ponctuelle à votre chien.

 

– Si l’anxiété de votre chien est très handicapante : n’oubliez pas qu’il existe des vétérinaires comportementalistes qui pourront vous aider et surtout aider votre chien à calmer ses angoisses et éviter qu’elles ne se généralisent.

 

14-juillet

 

BONNE FÊTE NATIONALE A TOUS ET A TOUTES!

 

L’hypothyroïdie canine

16 Mai

Article écrit (enfin!) pour Eyba … et Delphine. Bonne continuation au Canada! :-)

——-

La thyroïde est une glande située de part et d’autre et en partie haute de la trachée chez nos carnivores domestiques (chez nous aussi, hein, mais je me contente de parler de ce que je connais).

thyroide

Cette glande thyroïde sécrète des hormones thyroïdiennes : la T4 (en majeure partie) et la T3 (ainsi que la calcitonine).

Ces hormones thyroïdiennes ont pour rôle de stimuler le métabolisme:

  • elles participent à la production et au renouvellement des poils, de la peau
  • elles participent au transit digestif et à la digestion
  • elles régulent la température corporelle, en permettant au corps de produire de la chaleur
  • elles stimulent les mécanismes de défense
  • elles jouent un rôle important dans la croissance (croissance osseuse entre autres)
  • elles régulent la quantité de calcium dans le sang
  • elles stimulent le rythme cardiaque et la pression artérielle
  • … et bien d’autres choses encore!

Vous le comprenez donc, les hormones thyroïdiennes sont – en gros, hein ! – le bouton « ON » du moteur de l’organisme.

L’hypothyroïdie est une maladie hormonale relativement fréquente chez le chien (alors que chez le chat, c’est l’HYPERthyroïdie que l’on rencontre fréquemment).

Qui dit « hypo » dit « pas assez ». La glande thyroïde ne fonctionne pas ou mal et ne produit plus suffisamment d’hormones thyroïdiennes : le bouton « ON » est hors service et l’organisme fonctionne donc au ralenti.

 

A quoi est ce du ?

La plupart du temps, il s’agit d’une cause immunitaire. C’est-à-dire que l’organisme du chien va produire des anticorps qui vont détruire lentement la glande thyroïdienne. Les cellules sécrétantes étant détruites, il y a moins d’hormones sécrétées.

Parfois, cette maladie est congénitale, c’est-à-dire que la glande se développe mal dès la naissance ou alors que la glande se développe bien mais ne sécrète pas assez.

La majeure partie des cas d’hypothyroïdie s’observent sur un adulte d’âge moyen à âgé.

Le diagnostic n’est pas toujours évident car le propriétaire de l’animal peut croire que la baisse de forme de son animal est simplement liée au fait qu’il vieillit. Alors que lorsqu’on aura diagnostiqué une hypothyroïdie et traité l’animal, il retrouve en règle générale une deuxième jeunesse !

 

Quels sont les symptômes de l’hypothyroïdie ?

Baisse de forme, faiblesse, prise de poids de l’animal (sans augmentation de la prise alimentaire), troubles de la reproduction (baisse de fertilité), troubles du comportement, difficultés respiratoires, pertes de poils (souvent par plaques et très localisées), sensibilité exacerbée au froid … chacun de ces symptômes doit être signalé à votre vétérinaire.

On rencontre cette maladie dans toutes les races de chiens mais plus souvent chez les Cockers, Labradors, Golden Retrievers, Teckels, Dobermans, Pinschers, …

 

Comment faire le diagnostic de cette maladie ?

… En vous rendant chez votre vétérinaire, bien sûr !

Après avoir examiné votre animal, ce dernier réalisera probablement des examens complémentaires comme :

  • un bilan sanguin (numération formule, biochimie sanguine, …)
  • une analyse urinaire
  • un dosage sanguin des hormones thyroïdiennes
  • un test sanguin thyroïdien

 

Est-ce que cela se soigne ?

La bonne nouvelle, c’est que l’hypothyroïdie se soigne, et plutôt assez bien et facilement. Et que l’espérance de vie d’un chien bien traité est la même que celle d’un chien « normal ».

Bien sûr, la glande reste malade mais il « suffit » de traiter votre chien avec un complément hormonal thyroïdien pour qu’il retrouve une seconde jeunesse en à peine une semaine ou que les autres soucis (troubles dermatos, du comportement, de la reproduction, …) se régulent (en quelques mois).

Le « hic » est qu’il s’agit du coup le plus souvent d’un traitement à vie et que des contrôles sanguins réguliers sont à prévoir (deux fois par an en général).

Après avoir commencé un traitement (comprimés oraux), votre vétérinaire vous demandera très certainement de revenir au bout d’un mois afin d’évaluer l’état clinique de votre chien et de doser à nouveau le taux hormonal (prise de sang).

 

 

Pour lutter contre l’ennui des animaux citadins : le Pipolino, l’Aikiou (et leurs semblables)

27 Jan

Les animaux qui vivent en appartement ont des avantages par rapport à ceux qui vivent à l’extérieur : beaucoup moins de risques d’accidents, de blessures, d’empoisonnements, de maladies transmissibles par des congénères ou par des parasites. En revanche, n’ayant pas la chance de pouvoir utiliser leurs capacités physiques pour parcourir la nature et utiliser leurs qualités de prédateur, beaucoup d’entre eux deviennent sédentaires, ce qui génère des problèmes de santé et de comportement.

Les risques liés à la sédentarité :

  • Embonpoint, obésité, maladies métaboliques
  • Ennui, dépression, maladies comportementales (vomissements par boulimie, dermatite de léchage, agressivité, cystite idiopathique,…)
  • Amyotrophie, ankylose

En procurant aux animaux d’appartement un exercice physique suffisant, pluriquotidien, correspondant à leur instinct de prédateur, on leur apporte alors les avantages sans les inconvénients des chats vivant à l’extérieur, permettant ainsi de diminuer le risque de maladies et d’augmenter leur espérance de vie.

Et pour cela, j’ai plusieurs solutions pour vous…

Le Pipolino est un distributeur mobile de croquettes pour chats (mais aussi pour chiens, pour NAC, et chevaux, disponible dans d’autres tailles adaptées!).

Ce distributeur peut vous sembler n’être qu’un simple gadget mais je vous assure qu’il s’agit d’un accessoire indispensable pour le chat d’intérieur que constitue la majorité de nos minets parigots.

Qu’est ce donc?

Il s’agit donc d’un distributeur de croquettes sous forme de cylindre, que votre chat va faire rouler lui même sur le sol afin d’en faire tomber des croquettes une par une sur le sol. Le Pipolino est donc un distributeur de croquettes mais également un accessoire de « fitness » qui fera faire de l’exercice aux chats sédentaires, un jeu qui réveille l’instinct de chasse et un anti stress très efficace!

Le PIPOLINO n’est pas seulement un JOUET que le chat a plaisir à faire rouler, mais également une CACHETTE dont il essaie d’extraire les croquettes quand il a faim, comme s’il chassait des souris d’un fagot ou d’un tas de feuilles.
Cet acte de chasse, correspondant à ses capacités innées de prédateur, apportera à votre chat BIEN-ETRE, MINCEUR et SANTE.

Le principe est simple, suivez la démo en vidéo! :

LES AVANTAGES DU PIPOLINO

– Pour le chat d’appartement :

* ANTI-STRESS : les chats utilisateurs peuvent « se défouler » sur leur proie quand ils le souhaitent
* ANTI-OBESITE : les chats peuvent satisfaire leur gourmandise et brûler simultanément les calories excédentaires
* AIDE AU TRAITEMENT DES PATHOLOGIES COMPORTEMENTALES : les chats d’appartement oublient, en utilisant le Pipolino, le manque de stimuli de leur environnement
* ANTI-VIEILISSEMENT : l’activité sportive induite permet aux chats de maintenir longtemps leur condition physique et réduit les risques de formation de calculs urinaires

– Pour son maître :

* Facile d’emploi et d’entretien (réglages très faciles)
* Adaptable à toutes les tailles et formes de croquettes pour chats
* Economique (pas de piles et meilleure conservation des croquettes)
* Pratique (une minute tous les 3 à 5 jours pour le remplir de croquettes)
* Robuste
* Respectueux du mobilier
* Silencieux (bandes de roulement en caoutchouc)
* Esthétique … depuis peu! Il existe en bariolé, en rose et fuschia et en tout blanc, plus passe partout!

Je parle du Pipolino pour chats mais il est également disponible en différentes tailles adaptées aux chevaux, aux chiens, et aux NAC’s.

Le Pipolino taille S est particulièrement adapté aux lapins, furets, cobayes et petits rongeurs.

Il permet aux NAC (comme pour aux chats) d’augmenter leur activité physique quotidienne, ce qui diminue le risque de développer des maladies liées au stress inhérent à la vie en captivité.

Vous placez donc les croquettes ou aliments dans le Pipolino et votre NAC devra le faire tourner et rouler sur le sol afin de faire tomber son alimentation par les trous percés dans le tube central. Vous pouvez régler le débit de distribution des aliments en réglant la taille des trous.

Cette augmentation d’activité afin de s’assurer une prise alimentaire régulière a plusieurs buts :

– Lutte contre l’ennui

– Anti-stress

– Renforcement de l’immunité

– L’animal s’apprivoise plus rapidement

– Diminution du risque d’absorption de corps étrangers

– Augmentation de l’activité physique, d’où : diminution du risque d’arthrose, d’ankylose, prévention de l’obésité, renforcement musculaire

– L’animal mange moins vite, ce qui permet de diminuer la fréquence des troubles digestifs (type diarrhée ou constipation)

– Diminution du risque de tumeur surrénalienne chez le furet

Pour commander le Pipolino, passez commande chez votre vétérinaire ou sur le site internet officiel de la marque (www.pipolino.eu).

 

Vous pouvez également utiliser d’autres stystèmes d’alimentation par distributeurs de croquettes interactifs, comme le Aikiou pour chiens : le principe est le même : rendre les croquettes plus difficile d’accès et augmenter le temps de la prise alimentaire tout en mettant des croquettes à disposition tout au long de la journée.

La plupart des chiens urbains manquent eux aussi d’activité. Pour s’adapter, ils développent des comportements gênants, comme détruire, uriner, vocaliser, agresser … ou déprimer (et sont alors moins actifs).

L’activité autour de l’aliment est celle qui les satisfait le plus : chercher l’aliment, ronger…

Le bol Aïkiou (se prononce comme l’acronyme anglais qui correspond à IQ) a été conçu pour corriger cette situation de « sédentarité alimentaire ». La nourriture est cachée dans les nombreux compartiments du bol : pour y accéder, votre chien doit faire glisser les portes pour les ouvrir ou faire tourner la roue centrale.

Quelles sont les motivations pour adopter ce système de distribution d’aliments?

Le bol Aïkiou :

Une vidéo de démonstration? Certes! :

Il existe en bleu, en rose ou en vert, et est disponible sur le site www.aikiou.com/fr. Il est très résistant, facile à laver, et adhère très bien au sol grâce à ses pieds en caoutchouc anti-dérapant.

Un autre système tout aussi efficace, pour chats, c’est le Aikiou Stimulo. Il s’agit ici aussi d’une gamelle interactive pour chat. Votre chat, cette feignasse, devra aller chercher les croquettes dans les différents tubes du plat, une à une, à l’aide de ses pattes.

Et là vous me dites (parce que je vous entends râler d’ici!) : Le Pipolino? l’Aikiou? Tout cela vous semble trop cher? Votre chien ou chat n’y comprend rien? Fait la grêve de la faim? Ces gadgets le stressent plus qu’autre chose?

Si je trouve tous ces distributeurs de croquettes excellents et adaptés à la grande majorité des animaux, j’ai quand même une astuce pour tous les récalcitrants : le PARPAING EN CIMENT!

Moins cher et tout aussi efficace, vous pouvez tout simplement acheter un parpaing en ciment dans tout bon magasin de bricolage qui se respecte et y disposer sa ration quotidienne en croquette dans les différents compartiments : gloutonnerie assurément et efficacement calmée!

 

Voilà, vous l’aurez compris : le but est tout simple : il faut fractionner les repas, augmenter le temps de prise du repas et stimuler l’animal physiquement et « intellectuellement ». 

 

 

La phéromonothérapie chez le chat (concours Feliway inside!)

8 Jan

Avant de parler des phéromones et du Feliway® à proprement parler, nous allons prendre un petit cours de biologie!

Si! Si! C’est très utile, ne râlez pas, on s’accroche! Sinon vous n’allez pas comprendre en quoi ce produit est une réelle petite révolution dans le traitement de nombreux troubles comportementaux du chat.

C’est parti!

Les phéromones sont des substances chimiques émises par la plupart des animaux et par certains végétaux. Elles agissent comme des messagers entre les individus d’une même espèce. Extrêmement actives, il n’en faut qu’une minuscule quantité, si bien qu’elles peuvent être détectées ou même transportées à plusieurs kilomètres. Chez les mammifères et les reptiles, les phéromones sont détectées par l’organe voméro-nasal (situé dans le fond du nez), tandis que les insectes utilisent généralement leurs antennes.

Le terme de phéromones a été défini par le biochimiste allemand Peter Karlson et l’entomologiste suisse Martin Lüscher en 1959 à partir des racines grecques :

  • pherein (transporter) et
  • hormon (exciter)

Les phéromones furent donc définies comme : « des substances sécrétées par des individus et qui, reçues par d’autres individus de la même espèce, provoquent une réaction spécifique, un comportement ou une modification biologique « .

Tout le monde suit?? OK? … Je continue!

Il existe différentes sortes de phéromones : les phéromones de territoire, de trace, d’alarme, sexuelles, d’attirement, d’apaisement, …

Le chat, en tout bon mammifère qu’il est, sécrète plusieurs types de phéromones :

  1. de manière active via le marquage urinaire, les frottements de sa face sur des individus ou des surfaces (via des glandes faciales), les griffades (via les glandes podales), les vidanges de ses glandes anales (lors d’un stress)
  2. de manière passive lors de la marche (il laisse des phéromones de passage via ses glandes podales), ou par une imprégnation de son odeur corporelle globale lors de contact physique prolongé

Héééé oui, quand votre chat se frotte à vous, c’est essentiellement pour laisser sur vous des phéromones faciales de reconnaissance et d’apaisement. Allons, … ne soyez ni déçus, ni vexés! ;-)

frotte

Copyright photo : Feliway©

Vous comprenez donc que certaines phéromones agissent comme un signal d’alarme, tandis que d’autres jouent le rôle de signaux d’apaisement.

Et le Feliway® alors? … J’y viens!

Le Feliway est une phéromone de synthèse qui code la fraction faciale féline F3. Cette fraction F3 est sécrétée naturellement par le chat pour marquer certaines zones de son territoire lorsqu’il y frotte sa tête.

Ainsi, il semble organiser son environnement en établissant une distinction entre les objets « connus » et « inconnus ». De même, l’analogue chimique de synthèse de la fraction F3 (le-dit Feliway®) est utilisé pour gérer de nombreuses situations de stress chez le chat.

Il a été prouvé par les vétérinaires comportementalistes que les phéromones de synthèse F3 sont efficaces pour gérer le stress, l’anxiété, le marquage urinaire, les griffades, la perte d’appétit et la perte d’intérêt du chat pour les interactions avec les humains. Il est important également de signaler l’absence totale d’effets secondaires de ce principe actif.

griffes

Copyright photo : Feliway©

Cage

Copyright photo : Feliway©

Copyright photo : Feliway©

Copyright photo : Feliway©

Le Feliway® est disponible sous deux formes : en spray ou en diffuseur électrique. Les deux formes présentent la même efficacité mais sont prévues pour des usages différents afin de prendre en charge différentes situations de stress chez le chat.

Le diffuseur s’utilise comme un diffuseur anti-moustique, en le branchant 24h sur 24 dans une prise électrique. Il couvre une surface de 70m2 et sera efficace durant 4 semaines. Il faut rajouter autant de diffuseurs que nécessaire dans tout l’environnement du chat.

Copyright photo : Feliway©

Copyright photo : Feliway©

Il sera utilisé lors de marquage urinaire ou de griffades, dans la pièce marquée par le chat.

Et également lors de manque d’appétit, de prostration, de diminution des jeux et des contacts, dans la pièce fréquentée préférentiellement par le chat.

Ils sera également utilisé dans un environnement potentiellement stressant car nouveau pour le chat : dans la nouvelle demeure en cas de déménagement, dans l’appartement habituel lors de l’introduction d’un nouvel animal ou d’un nouvel individu (un bébé nouveau né par exemple) sur le territoire du chat ou lors de travaux, …

Le spray quant à lui sera utilisé en vaporisant la solution à 10 cm de l’objet. Attention à bien vaporiser à distance de l’objet en question, sans le mouiller directement car il risquerait d’être taché. Non pas que le Feliway® fasse des taches sur les tissus (c’est faux! vous pouvez l’utiliser sans crainte) mais parce que le chat pourra croire qu’un chat (ou lui-même) a déjà marqué cet endroit et il risquerait de rafraîchir le spot par un marquage urinaire. Et là, c’est le serpent qui se mord la queue!

Copyright photo : Feliway©

Copyright photo : Feliway©

Le spray est utilisé dans les cas suivant :

  • sur les spots urinaires : 1 pulvérisation
  • sur les griffades : recouvrir toute la surface griffée (c’est-à-dire 4 à 6 pulvérisations)
  • dans la cage de transport : 8 pulvérisations (les angles et sans oublier le coussin ou la couverture du sol)
  • sur les objets saillants de la pièce : 1 seule pulvérisation à 20 cm du sol

Le Feliway® sous ces deux formes est bien évidemment disponible dans tous les réseaux spécialisés et chez votre vétérinaire!

Et là, je remercie Feliway Conseil qui m’a contacté via Twitter pour vous proposer un petit concours à la clé en marge de cet article. Il y a 5 lots à gagner. Chaque lot sera composé d’un spray de Feliway, ainsi que d’un sympathique petit jeu des 7 familles. Un joli cadeau en ce début de 2014, non?

Je vous demanderais donc en qulques mots de m’expliquer les bêtises ou le stress de votre ou de vos chats et en quoi le Feliway pourrait selon vous l’aider au quotidien. Vous avez jusqu’au dimanche 19 Janvier 2014, minuit, pour participer!

N’hésitez pas à liker la page Facebook Feliway et/ou à suivre Feliway Conseil sur Twitter . Ils sont très actifs et se feront un plaisir de répondre à toutes vos questions!

Et pour le site internet d’info sur le Feliway, c’est par ici !

Copyright photo : Feliway©

Copyright photo : Feliway©

Bonne chance!

Note : Cet article n’est pas un article sponsorisé!

 

EDIT du 20 janvier 2014 :

Randomizer a parlé :

phéromones

 

Les 5 lecteurs qui remportent ce concours sont donc :

 

– Adeline (commentaire du 8 janvier 2014 à 14:04)

– LEA (commentaire du 8 janvier 2014 à 20:23)

– Chouane Lou (commentaire du 9 janvier 2014 à 00:09)

– hubler (commentaire du 12 janvier à 09:13)

– LoutrePoilue (commentaire du 17 janvier 2014 à 23:08)

 

Merci à toutes et tous de votre participation et BRAVO au cinq gagnants! Merci de m’envoyer rapidement votre adresse postale par mail à vetandthecity(AT)gmail(POINT)com afin que l’on puisse vous envoyer vos lots…

La phytothérapie, oui, j’y crois! [ Cadeau inside ]

30 Nov

Je vous ai déjà parlé de phytothérapie et je sais que vous aimez les méthodes « naturelles » de soins pour vos animaux de compagnie.

Je vous ai également déjà parlé de ma consœur et désormais amie, le Docteur Céline Gastinel-Moussour, qui a développé une gamme phyto en collaboration avec les laboratoires Leaf Care. C’est également elle qui m’avait invité dans son émission « Au bonheur des Animaux » sur idFM 98,0FM, Radio Enghien.

Je vous rappelle que la gamme de compléments alimentaires Leaf care :

– se présente sous forme de friandises adaptées au goût du chien (pour la gamme chien) et au goût très délicat du chat (pour la gamme chat).

– a été formulée par une vétérinaire praticienne, à savoir Céline Gastinel-Moussour (qui utilise les plantes dans sa pratique quotidienne), et elle contient des extraits de plantes qui ont fait la preuve de leur efficacité depuis des années.

logo

La présentation est particulièrement appréciée :

– 75 % des chats prennent spontanément les produits de la gamme

– 98 % des chiens les adorent

– Pour les plus récalcitrants il est facile d’écraser chaque « boulette » avec 1 ou 2 millilitre d’eau tiède pour donner le produit à la pipette directement dans la bouche.

Les produits de la gamme :

gamme

–  INTESTICALM : solution naturelle pour le bien-être digestif ( pré et pro biotiques )

–  VERMICROC : (le seul – pardon Céline – auquel je n’adhère pas trop … mais il en faut!) : vermifuge naturel ( gentiane, papaye, graine de courge )

–  PHYTAPAISE : pour un chien ou un chat détendu sans médicaments ( passiflore et pavot de Californie ) … cela fait maintenant plusieurs mois que je le teste sur les animaux de ma clientèle et je dois dire que c’est mon chouchou dans la gamme. Il fait des « miracles » sur les chats anxieux (qui développent des cystites idiopathiques, du marquage urinaire, des agressions d’anxiété, …)

–  CROC AND GO : une solution complète pour les articulations et les muscles

– CANIPEPS : solution de soutien du métabolisme, drainage en douceur de l’organisme du chien, mon deuxième « chouchou » de la gamme, avec le Felipeps

–  FELIPEPS : solution de soutien métabolique et de drainage adaptée au chat

J’adhère totalement à cette gamme phyto car :

Elle affiche une volonté d’utiliser des extraits de plantes et des produits naturels rigoureusement sélectionnés qui ont fait leurs preuves depuis des années.

Elle fait le choix de préserver les réserves de la terre :

–         Aucune espèce de plante menacée par les récoltes

–         Le choix de plantes cultivées de façon respectueuse et naturellement présentes en quantité dans le monde

–         Des omégas 3 issus d’une production par des algues cultivées pour ne pas épuiser les océans, tout en évitant les polluants

–         La spiruline est cultivée

Chaque solution a été testée et approuvée par les principaux intéressés : les chiens et les chats !

Avec l’aide de vétérinaires, d’éleveurs et d’amoureux de chats et de chiens qui ont contrôlé sur le terrain l’efficacité pendant deux années avant la sortie de la gamme.

S’il est bien clair que vous ne soignerez pas l’abcès de votre chien ou le cancer de la vessie de votre chat avec de la phytothérapie, il me semble cependant judicieux de ne pas tourner le dos (en médecine humaine comme en médecine vétérinaire) aux médecines alternatives. La phyto en médecine vétérinaire est pour moi une excellente alternative, de la médecine douce quand on ne doit pas nécessairement sortir l’artillerie lourde. Ou de l’adjuvant (c’est à dire que la phyto va seconder le traitement de médecine dite « classique »).

En cette période de crise, nous avons tous envie de bien-être et de solutions naturelles  pour nos chats et nos chiens, mais nous les voulons à un prix raisonnable. C’est un choix délibéré de Leaf Care de contenir les coûts tout en exigeant une très haute qualité.

Enfin et surtout selon moi : la naissance des produits est le fruit d’échanges qui s’inscrivent dans une démarche globale de prise en charge de la bonne santé du chien et du chat.

La réflexion sur le bien-être du chien et du chat ne s’est pas limitée aux produits de la gamme et c’est pour cette raison qu’une maison d’édition ( le Pré du Plain : www.lepreduplain.com ) s’associe au projet pour pour partager les connaissances en publiant une collection de livres :

pré du plain

« Le B.A.-BA  des plantes pour mon chien » et « Le B.A.-BA des plantes pour mon chat » ont tout d’abord été écrits par Céline et édités. Mais la gamme complète est désormais disponible : « Le B.A.-BA des plantes pour mon furet« , « mon lapin » et « mon cheval« !

CELINE

La collection, résolument pratique et richement illustrée, est vendue au prix très attractif de 5 euros par livre (qui font chacun une soixantaine de pages!).

Je précise que je n’ai aucune action chez Leaf Care et que je ne parle de cette gamme que parce que c’est de la parapharmacie (donc, des compléments alimentaires, et donc que j’ai le droit de le faire) et enfin et surtout parce que je crois en ce qu’à développé Céline, qui est une vraie professionnelle et une passionnée!

Pour tous ceux que la phyto intéresse, je vous invite vivement à lire ses livres : « Phytothérapie et soins naturels pour mon chat » et « Des plantes et des soins naturels pour mon animal de compagnie « .

Céline nous fait aujourd’hui un très grand plaisir : elle propose à deux d’entre vous de gagner la gamme complète de ces petits guides. Chaque gagnant se verra donc envoyer les 5 exemplaires : « chien, chat, furet, lapin et cheval ». Un joli cadeau à mettre sous le sapin, non?

Pour tenter de gagner, c’est très simple : publiez ci dessous un commentaire en expliquant pourquoi vous voulez remporter ces guides, et un tirage au sort désignera les deux gagnants. Vous avez jusqu’au samedi 14 décembre, minuit, pour participer!

Bonne chance!

Edit du 17 décembre 2013 : AD THE WINNERS ARE … 

(suite à l’absence de réponse des deux gagnantes originelles, j’ai procédé à un 2ème tirage au sort via randomizer)

 Alise (a.mon****@hotmail.fr) et Manaudier Jennifer (lasaw****@hotmail.fr) !!! Félicitations et merci à toutes et tous de votre intérêt et de votre participation !

Merci de bien vouloir m’envoyer vos coordonnées (nom complet et adresse postale) par mail à vetandthecity(AT)gmail(POINT)com

La coprophagie chez le chien

27 Nov

La coprophagie, qu’est ce que c’est dites donc voir?

Alors … je tape dans mon wiktionnaire et je trouve « Coprophagie, définition : fait de manger des matières fécales ».

… Sympa, non?

Je vais donc vous parler de coprophagie chez le chien (et parce que ce comportement n’existe pas que chez le chien, je vous interdit de taper « coprophagie » sur Google images, sous peine de vive douleur gastrique suivie de vidange immédiate … bref, passons!).

Cette vilaine et très désagréable habitude peut se présenter sous deux (voire trois) formes : le chien mange :

– soit ses excréments,

– soit ceux des autres chiens,

– soit les siens et ceux des autres chiens (qu’importe l’origine, pourvu que ce soit délectable!).

Disons le tout de suite : ce comportement est tout à fait anormal. On peut incriminer beaucoup de raisons, et je lis et j’entends souvent plein de choses totalement fausses sur le sujet.

Il peut s’agir d’une carence vitaminée (en vitamine B généralement). C’est généralement le cas de chiens nourris avec des restes alimentaires. C’est donc très rare que ce soit lié à des carences.

La cause peut provenir de troubles parasitaires, induisant un syndrome de mal digestion/mal absorption. Il est donc important de vermifuger régulièrement son chien.

Il peut également s’agir de troubles digestifs primaires : de gastro entérites chroniques ou de défauts de sécrétions en enzymes pancréatiques.

Mais dans 90% des cas, et surtout en ville, avec des chiens bien médicalisés, suivis par un véto et bien nourris, la coprophagie est due à un trouble comportemental!!!

Si votre chien est coprophage, commencez par en parler à votre vétérinaire, et pensez à faire vérifier son état de santé. Si votre véto trouve un trouble de son état général, il vous prescrira peut être des examens complémentaires ou directement un traitement ou un changement alimentaire.

Mais très souvent, c’est d’un traitement comportemental dont il aura besoin.

Un chien qui mange ses selles est généralement un chien stressé, anxieux, nerveux, qui s’ennuie, qui sort peu, ou qui a été mal éduqué. Ces troubles peuvent engendrer de la coprophagie.

Un chien senior peut aussi devenir coprophage avec l’âge, alors qu’il était propre avant. Il s’agit dans ce cas là de troubles séniles, que l’on peut tenter de soigner avec des traitements médicamenteux adaptés.

Un jeune chien mal éduqué à la propreté pourra également devenir coprophage. Lorsque, par exemple, on ramasse directement les selles après leur émission sur le trottoir, en rue, le jeune chien peut considérer le fait que son maître ramasse ses crottes comme un jeu ou au contraire comme une punition et il tentera par tous les moyens de faire disparaître lui même ses selles. Et comme il ne peut pas lui même les ramasser avec un petit sac ;-) il ne trouvera que la solution de les avaler!

Je ne dis pas par là qu’il ne faut plus ramasser les crottes de son chien, hein! Les rues de Paris sont déjà assez immondes comme cela! Je dis juste qu’il ne faut pas se ruer sur les crottes du chien dès qu’il les a émises pour les ramasser dans le cas d’un chien coprophage. Il faut lui laisser le temps de faire toute sa petite sérénade-caca, c’est à dire qu’on le laisse tranquille et on évite de tirer sur la laisse dès qu’il commence son rituel : « je renifle partout, je repère THE PLACE TO SHIT, je tourne en rond pour trouver ma position, je m’accroupis, je fais ma crotte, je me redresse, je me retourne pour admirer-comment-qu’elle-est-trop-belle, je la renifle, je me re-redresse, je me re-retourne, je la re-renifle, … puis je passe à autre chose« . C’est après tout ce petit rituel qu’on a le droit de ramasser. Pas avant.

Pour faciliter les choses sur un chien coprophage, il existe des additifs alimentaires (sous forme de spray ou de poudre) à rajouter à l’aliment de votre chien qui donneront un goût désagréable à ses propres selles (NDLR : ou, plus désagréable que désagréable, donc, car on se demande bien ce qu’ils peuvent trouver de goûtu là dedans!) mais évidemment cette solution ne peut s’envisager que si le chien ne mange que ses propres excréments, ou alors vous devrez approvisionner les maîtres de tous les chiens du quartier, ce qui semble peu concevable.

Quoi qu’il en soit, ces additifs ne sont pas une solution en soi car la coprophagie justifie à elle seule une consultation chez le vétérinaire.

Car soit votre chien souffre d’un problème de santé, soit il souffre d’un trouble comportemental qui ne va aller qu’en s’aggravant si vous ne faites rien.

A bon entendeur, donc…

De la phyto pour nos animaux

26 Mar

Aujourd’hui, je voudrais vous parler de phytothérapie.

Tout d’abord parce que je sais que vous aimez les méthodes naturelles de soins pour vos animaux de compagnie.

Et ensuite parce que cette nouvelle gamme (Leaf Care) a été formulée et développée par quelqu’un que je considère désormais comme une amie, à savoir Céline Gastinel-Moussour, la consoeur que j’ai rencontrée à l’occasion de l’émission « Au bonheur des Animaux » sur idFM 98,0FM, Radio Enghien.

 

portrait1

 

La gamme de compléments alimentaires Leaf care est résolument novatrice pour deux raisons :

– elle se présente sous forme de friandises adaptées au goût du chien (pour la gamme chien) et au goût très délicat du chat (pour la gamme chat).

– elle a été formulée par une vétérinaire praticienne, à savoir Céline Gastinel-Moussour (qui utilise les plantes dans sa pratique quotidienne), et elle contient des extraits de plantes qui ont fait la preuve de leur efficacité depuis des années.

logo

 

La présentation est particulièrement appréciée :

– 75 % des chats prennent spontanément les produits de la gamme

– 98 % des chiens les adorent

– Pour les plus récalcitrants il est facile d’écraser chaque « boulette » avec 1 ou 2 millilitre d’eau tiède pour donner le produit à la pipette directement dans la bouche.

 

Les produits de la gamme :

gamme

–  INTESTICALM : solution naturelle pour le bien-être digestif ( pré et probiotiques )

–  VERMICROC : (le seul – pardon Céline – sur lequel je n’adhère pas trop … mais il en faut!) : vermifuge naturel ( gentiane, papaye, graine de courge )

–  PHYTAPAISE : pour un chien ou un chat détendu sans médicaments ( passiflore et pavot de Californie )

–  CROC AND GO : une solution complète pour les articulations et les muscles

– CANIPEPS : solution de soutien du métabolisme, drainage en douceur de l’organisme du chien

–  FELIPEPS : solution de soutien métabolique et de drainage adaptée au chat

 

J’adhère totalement à cette gamme phyto car :

Elle affiche une volonté d’utiliser des extraits de plantes et des produits naturels rigoureusement sélectionnés qui ont fait leurs preuves depuis des années.

Elle fait le choix de préserver les réserves de la terre :

–         Aucune espèce de plante menacée par les récoltes

–         Le choix de plantes cultivées de façon respectueuse et naturellement présentes en quantité dans le monde

–         Des omégas 3 issus d’une production par des algues cultivées pour ne pas épuiser les océans, tout en évitant les polluants

–         La spiruline est cultivée

 

Chaque solution a été testée et approuvée par les principaux intéressés : les chiens et les chats !

Avec l’aide de vétérinaires, d’éleveurs et d’amoureux de chats et de chiens qui ont contrôlé sur le terrain l’efficacité pendant deux années avant la sortie de la gamme.

En cette période de crise, nous avons tous envie de bien-être et de solutions naturelles  pour nos chats et nos chiens, mais nous les voulons à un prix raisonnable. C’est un choix délibéré de Leaf Care de contenir les coûts tout en exigeant une très haute qualité.

 

Enfin et surtout selon moi : la naissance des produits est le fruit d’échanges qui s’inscrivent dans une démarche globale de prise en charge de la bonne santé du chien et du chat.

La réflexion sur le bien-être du chien et du chat ne s’est pas limitée aux produits de la gamme et c’est pour cette raison qu’une maison d’édition ( le Pré du Plain : www.lepreduplain.com ) s’associe au projet pour pour partager les connaissances en publiant une collection de livres :

« Le B.A.-BA  des plantes pour mon chien » et « Le B.A.-BA des plantes pour mon chat » sont tout fraîchement sortis et édités.

 

couvPlantesChien

couvPlantesChats

 

A paraître : le même type de guide pour le furet, le lapin et le cheval!

La collection, résolument pratique et richement illustrée, est vendue au prix très attractif de 5 euros par livre (qui font chacun une soixantaine de pages!). Elle se déclinera sous peu en anglais.

 

Je précise que je n’ai aucune action chez Leaf Care et que je ne parle de cette gamme que parce que c’est de la parapharmacie (donc, des compléments alimentaires, et donc que j’ai le droit de le faire) et enfin et surtout parce que je crois en ce qu’à développé Céline, qui est une vraie professionnelle et une passionnée!

Pour tous ceux que la phyto intéresse, je vous invite vivement à lire ses livres : « Phytothérapie et soins naturels pour mon chat » et « Des plantes et des soins naturels pour mon animal de compagnie « .