Archive | Cobaye RSS feed for this section

Un animal pour mon enfant?

4 Avr

Etant maman de deux petits garçons (un de 3 ans et un mini pouce de un mois et demi), je m’émerveille chaque jour de voir à quel point la présence de notre fidèle compagnon canin (Lupin, dit Lulu, le seul, l’unique!) apporte à mon fils ainé.

295765_262442813796940_535651621_n

Hier matin, en bonne maman de nouveau né, je regardais (d’un oeil) l’émission Les Maternelles, sur France 5. La chroniqueuse Carole Tolila y parlait des poissons rouges and co, et ça m’a inspiré cet article…

Les Maternelles, émission du 03/04/2014, à partir de 52:32

On le sait depuis longtemps, l’animal est un support formidable favorisant le développement psycho-moteur du jeune enfant.

Avant l’âge de 6 mois, il est certain que cette présence ne fera pas de différence. Mon tout petit n’a bien évidemment aucune interaction avec Lupin, le tout jeune enfant ne se rend pas bien compte de ce qui l’entoure. Il y a par contre des études qui prouvent que les enfants nés dans des familles qui ont des animaux ont un système immunitaire plus compétent.

A partir de l’âge de 7-8 mois, l’enfant commence à prendre conscience du milieu extérieur. Il passe d’ailleurs à cet âge par la phase d’angoisse de perte de sa mère, et la présence stable d’un animal pourra favoriser son sentiment de sécurité. A cet âge, le bébé est déjà capable de faire la distinction entre l’animal vivant et ses animaux en peluche, et entre l’animal et les adultes de la famille.

Dès ses 7-8 mois, effectivement, mon fils ainé suivait le chien du regard partout dans l’appartement, le regardait jouer avec ses propres jouets, le regardait manger dans sa gamelle, le regardait dormir, il le regardait courir devant lui en promenade, quand lui était dans sa poussette. L’animal amuse l’enfant, l’enfant lui sourit, il agite ses petits bras, éclate même de rire en le voyant …

 

J’ai lu des textes à ce sujet, et j’ai découvert que dès l’âge de 1 à 2 ans, l’enfant va voir dans l’animal un confident, un support émotionnel, affectif. L’animal constitue un partenaire social sur qui l’enfant peut compter et qui va favoriser son ouverture sur le monde extérieur.

Petit à petit, le jeune enfant va apprendre grâce à l’animal (qui constitue un modèle psychique et anatomique), les « choses de la vie » : le jeu, la propreté, la sexualité, la reproduction, la naissance, la maladie, la mort, …

Vers l’âge de 3 ans, l’enfant va s’identifier à l’animal. On le voit souvent, l’enfant se met à 4 pattes et « joue au chien », comme il « jouera au bébé », à la « maman et au papa », … A travers ces jeux d’identification, de comparaison des similitudes et des différences, on sait que l’enfant crée sa propre personnalité.

Par après, l’animal deviendra pour l’enfant un confident, un « ami ». Avec papa et maman il faut parler, dire les choses. Avec son animal, l’enfant ne doit même pas parler, il « comprend ».

C’est généralement entre 6 et 12 ans que l’enfant réclamera un animal à ses parents. Cette demande est motivée par un sentiment intérieur de désir d’appartenance et de dépendance. Etre utile et indispensable à un être, soigner et se confier, … C’est tout un processus de renforcement d’estime de soi, de confiance et de reconnaissance de compétence.

Le langage et l’imaginaire d’un enfant s’enrichissent et se développent grâce à la présence d’un animal. Un enfant parle distinctement à son animal, choisit son vocabulaire, … Les dessins qu’il fait de son chien ou de son chat sont plus précis, plus soignées et détaillés que ses autres dessins…

Il est prouvé que les enfants qui ont grandi avec des animaux sont des enfants plus stables sur le plan émotionnel.

Un animal de compagnie est donc un réel plus pour un enfant, quand on peut se le permettre. Car un animal, c’est aussi des contraintes au jour le jour.

Un animal, oui. Dans de mauvaises conditions, non!

Dans nos appartements parisiens, ce n’est pas toujours possible. Il faut alors y renoncer et expliquer à l’enfant. Refuser, c’est aussi lui apprendre ses responsabilités vis à vis d’un animal. Sinon, vous pouvez peut être envisager d’avoir à la maison un animal autre qu’un chien ou un chat? Hamster, lapin, cochon d’Inde, poisson rouge, oiseau …

1932463_684937454880805_24448391_n

On me demande souvent quel animal choisir pour quel âge? C’est assez compliqué de répondre à cette question… Mais en gros, je peux vous dire :

– Avant l’âge de 6 ans, à part un chien ou un chat, il n’y aura pas d’interaction. Les poissons d’aquarium auront un effet apaisant et d’éveil de la curiosité des plus petits. Mais l’enfant sera bien trop jeune pour pouvoir manipuler correctement et avec douceur un rongeur. Le chien ou le chat restent donc les animaux de choix avec, bien sûr, les consignes de sécurité adaptées : « on ne laisse jamais un enfant seul avec un chien ou un chat« , etc…

– Après 6 ans, on reste toujours fidèle au chien et au chat et on peut éventuellement commencer à faire confiance à l’enfant pour manipuler un cochon d’inde, un hamster ou un lapin nain avec délicatesse.

Je ne conseille par contre pas du tout le furet comme animal domestique pour un enfant, quel que soit son âge.

Et surtout : en tant que parent, sachez bien que la resposabilité de l’animal vous appartient À VOUS! Et n’imaginez pas une seule seconde que c’est votre enfant qui va s’occuper à 100% de son animal. On adopte un animal pour apprendre à l’enfant certaines valeurs mais notre responsabilité à nous est d’assurer non seulement la sécurité de nos enfants mais aussi le bien être de l’animal en question. Car comment sensibiliser notre enfant au respect de l’Être si nous ne nous plions pas nous même à ces règles de base?

 

Pour lutter contre l’ennui des animaux citadins : le Pipolino, l’Aikiou (et leurs semblables)

27 Jan

Les animaux qui vivent en appartement ont des avantages par rapport à ceux qui vivent à l’extérieur : beaucoup moins de risques d’accidents, de blessures, d’empoisonnements, de maladies transmissibles par des congénères ou par des parasites. En revanche, n’ayant pas la chance de pouvoir utiliser leurs capacités physiques pour parcourir la nature et utiliser leurs qualités de prédateur, beaucoup d’entre eux deviennent sédentaires, ce qui génère des problèmes de santé et de comportement.

Les risques liés à la sédentarité :

  • Embonpoint, obésité, maladies métaboliques
  • Ennui, dépression, maladies comportementales (vomissements par boulimie, dermatite de léchage, agressivité, cystite idiopathique,…)
  • Amyotrophie, ankylose

En procurant aux animaux d’appartement un exercice physique suffisant, pluriquotidien, correspondant à leur instinct de prédateur, on leur apporte alors les avantages sans les inconvénients des chats vivant à l’extérieur, permettant ainsi de diminuer le risque de maladies et d’augmenter leur espérance de vie.

Et pour cela, j’ai plusieurs solutions pour vous…

Le Pipolino est un distributeur mobile de croquettes pour chats (mais aussi pour chiens, pour NAC, et chevaux, disponible dans d’autres tailles adaptées!).

Ce distributeur peut vous sembler n’être qu’un simple gadget mais je vous assure qu’il s’agit d’un accessoire indispensable pour le chat d’intérieur que constitue la majorité de nos minets parigots.

Qu’est ce donc?

Il s’agit donc d’un distributeur de croquettes sous forme de cylindre, que votre chat va faire rouler lui même sur le sol afin d’en faire tomber des croquettes une par une sur le sol. Le Pipolino est donc un distributeur de croquettes mais également un accessoire de « fitness » qui fera faire de l’exercice aux chats sédentaires, un jeu qui réveille l’instinct de chasse et un anti stress très efficace!

Le PIPOLINO n’est pas seulement un JOUET que le chat a plaisir à faire rouler, mais également une CACHETTE dont il essaie d’extraire les croquettes quand il a faim, comme s’il chassait des souris d’un fagot ou d’un tas de feuilles.
Cet acte de chasse, correspondant à ses capacités innées de prédateur, apportera à votre chat BIEN-ETRE, MINCEUR et SANTE.

Le principe est simple, suivez la démo en vidéo! :

LES AVANTAGES DU PIPOLINO

– Pour le chat d’appartement :

* ANTI-STRESS : les chats utilisateurs peuvent « se défouler » sur leur proie quand ils le souhaitent
* ANTI-OBESITE : les chats peuvent satisfaire leur gourmandise et brûler simultanément les calories excédentaires
* AIDE AU TRAITEMENT DES PATHOLOGIES COMPORTEMENTALES : les chats d’appartement oublient, en utilisant le Pipolino, le manque de stimuli de leur environnement
* ANTI-VIEILISSEMENT : l’activité sportive induite permet aux chats de maintenir longtemps leur condition physique et réduit les risques de formation de calculs urinaires

– Pour son maître :

* Facile d’emploi et d’entretien (réglages très faciles)
* Adaptable à toutes les tailles et formes de croquettes pour chats
* Economique (pas de piles et meilleure conservation des croquettes)
* Pratique (une minute tous les 3 à 5 jours pour le remplir de croquettes)
* Robuste
* Respectueux du mobilier
* Silencieux (bandes de roulement en caoutchouc)
* Esthétique … depuis peu! Il existe en bariolé, en rose et fuschia et en tout blanc, plus passe partout!

Je parle du Pipolino pour chats mais il est également disponible en différentes tailles adaptées aux chevaux, aux chiens, et aux NAC’s.

Le Pipolino taille S est particulièrement adapté aux lapins, furets, cobayes et petits rongeurs.

Il permet aux NAC (comme pour aux chats) d’augmenter leur activité physique quotidienne, ce qui diminue le risque de développer des maladies liées au stress inhérent à la vie en captivité.

Vous placez donc les croquettes ou aliments dans le Pipolino et votre NAC devra le faire tourner et rouler sur le sol afin de faire tomber son alimentation par les trous percés dans le tube central. Vous pouvez régler le débit de distribution des aliments en réglant la taille des trous.

Cette augmentation d’activité afin de s’assurer une prise alimentaire régulière a plusieurs buts :

– Lutte contre l’ennui

– Anti-stress

– Renforcement de l’immunité

– L’animal s’apprivoise plus rapidement

– Diminution du risque d’absorption de corps étrangers

– Augmentation de l’activité physique, d’où : diminution du risque d’arthrose, d’ankylose, prévention de l’obésité, renforcement musculaire

– L’animal mange moins vite, ce qui permet de diminuer la fréquence des troubles digestifs (type diarrhée ou constipation)

– Diminution du risque de tumeur surrénalienne chez le furet

Pour commander le Pipolino, passez commande chez votre vétérinaire ou sur le site internet officiel de la marque (www.pipolino.eu).

 

Vous pouvez également utiliser d’autres stystèmes d’alimentation par distributeurs de croquettes interactifs, comme le Aikiou pour chiens : le principe est le même : rendre les croquettes plus difficile d’accès et augmenter le temps de la prise alimentaire tout en mettant des croquettes à disposition tout au long de la journée.

La plupart des chiens urbains manquent eux aussi d’activité. Pour s’adapter, ils développent des comportements gênants, comme détruire, uriner, vocaliser, agresser … ou déprimer (et sont alors moins actifs).

L’activité autour de l’aliment est celle qui les satisfait le plus : chercher l’aliment, ronger…

Le bol Aïkiou (se prononce comme l’acronyme anglais qui correspond à IQ) a été conçu pour corriger cette situation de « sédentarité alimentaire ». La nourriture est cachée dans les nombreux compartiments du bol : pour y accéder, votre chien doit faire glisser les portes pour les ouvrir ou faire tourner la roue centrale.

Quelles sont les motivations pour adopter ce système de distribution d’aliments?

Le bol Aïkiou :

Une vidéo de démonstration? Certes! :

Il existe en bleu, en rose ou en vert, et est disponible sur le site www.aikiou.com/fr. Il est très résistant, facile à laver, et adhère très bien au sol grâce à ses pieds en caoutchouc anti-dérapant.

Un autre système tout aussi efficace, pour chats, c’est le Aikiou Stimulo. Il s’agit ici aussi d’une gamelle interactive pour chat. Votre chat, cette feignasse, devra aller chercher les croquettes dans les différents tubes du plat, une à une, à l’aide de ses pattes.

Et là vous me dites (parce que je vous entends râler d’ici!) : Le Pipolino? l’Aikiou? Tout cela vous semble trop cher? Votre chien ou chat n’y comprend rien? Fait la grêve de la faim? Ces gadgets le stressent plus qu’autre chose?

Si je trouve tous ces distributeurs de croquettes excellents et adaptés à la grande majorité des animaux, j’ai quand même une astuce pour tous les récalcitrants : le PARPAING EN CIMENT!

Moins cher et tout aussi efficace, vous pouvez tout simplement acheter un parpaing en ciment dans tout bon magasin de bricolage qui se respecte et y disposer sa ration quotidienne en croquette dans les différents compartiments : gloutonnerie assurément et efficacement calmée!

 

Voilà, vous l’aurez compris : le but est tout simple : il faut fractionner les repas, augmenter le temps de prise du repas et stimuler l’animal physiquement et « intellectuellement ». 

 

 

La première radio entièrement dédiée à la santé animale!

18 Juin

Bayer Santé Animale a tout récemment lancé la première web-radio totalement dédiée à la santé et au bien-être des animaux de compagnie.

Le nom de cette radio : Radio Santé Animale!

rsa

Entre les plages musicales, l’auditeur est invité à suivre des conseils pratiques, éducatifs, d’alimentation, d’hygiène, de reproduction… pour son animal de compagnie. Y est également abordée toute l’actualité médicale vétérinaire.

Cette radio bénéficie d’une diffusion via différents canaux :

– Via le site internet : http://www.radio-sante-animale.fr/

– Via une application Smartphones et tablettes

– Via les réseaux sociaux et sites partenaires

radio santé animale

L’idée est brillante, surtout que la radio diffuse 24h/24 et que le programme musical est de qualité! Une initiative que je vous invite à suivre!

Le crochet o’Tom … l’outil trop pra-tique pour les dompteurs de tiques!

16 Mar

A l’approche du printemps, je me sens dans la quasi obligation de vous parler d’un petit ustensile « magique » : le crochet O’Tom®.

Il s’agit d’un petit outil bien utile pour éliminer de manière radicale les tiques de votre chat et de votre chien (ou de votre Koala apprivoisé, ou de votre ornithorynque domestique, … ou de votre fiston mais là … gloups, ça m’amuse moins tout d’un coup!)

Je n’ai pas d’actions chez O’Tom mais pour avoir vu des clients essayer de retirer sans succès (voire en agravant les choses) les tiques de leur animal avec leurs doigts ou une pince à épiler, je ne peux que vous recommander de vous en fournir!

Ce crochet permet d’enlever très facilement les tiques sans risquer de laisser la tête de la tique dans la peau de votre animal, ce qui arrive trop souvent lorsqu’on tente cette opération avec une pince à épiler. En effet, la tique se fixe dans la peau de l’animal en s’y « vissant ». Pour l’enlever, il faut donc la « dévisser »!

Je m’explique, Maryse …

otom

C’est pas mimi toutes ces couleurs flashy?

Une boî-boîte O’Tom contiendra systématiquement deux crochets de tailles différentes pour vous permettre de retirer les tiques de tout gabarit.

Mode d’emploi :

1. Choisir la taille du crochet : le petit crochet pour les petites tiques et le grand … pour les grandes! Jusque là, tout va bien!

2. Engagez le crochet entre la peau de l’animal et la tique, en prenant la tête de la tique entre les deux « bras de levier » du crochet

3. Soulevez très lègèrement le crochet par rapport à la peau de l’animal et tournez le comme si vous « dévissiez » la tique

4. La tique se détache d’elle même ou bout de 2 ou 3 tours!

Et si vous n’avez pas tout compris, voici la méthode en video … Âmes sensibles, regardez quand même! … mais allez vomir ailleurs! Merci! :-)

Comment couper les griffes de son chat / chien / lapin / … sans stress

28 Jan

Couper les griffes de son animal n’est pas salvateur que pour nos bras, nos jambes ou notre nouvel intérieur! Il en va souvent également du confort de notre compagnon…

Un arbre à chat ou un griffoir permettra déjà dans un premier temps qu’un chat « lime » ses griffes, mais parfois celà ne suffit pas.

Sortir régulièrement son chien, le laisser gratter le sol permet une usure progressive de ses ongles.

Des griffes trop longues peuvent créer un inconfort lors des déplacements, elles peuvent également se casser ou pousser tellement qu’elles se recourbent en s’incarnant dans un coussinet, générant douleur et infections.

 

Alors comment faire?

Tout d’abord, rassurez vous et sachez que c’est à 100% indolore. Comme couper nos ongles à nous.

Ensuite, essayez d’habituer votre animal à cette manipulation le plus jeune possible.

Enfin : équipez vous! Utilisez un coupe griffe spécifique, c’est à dire comme ceci :

Coupe griffes pour chats, NAC’s et petits chiens

Coupe griffes pour chats, NAC’s et petits chiens

Coupe ongles pour chien de taille moyenne à grande

Coupe ongles pour chien de taille moyenne à grande

Ces coupe ongles sont en vente dans les bonnes animaleries ou chez votre vétérinaire.

N’utilisez pas de ciseaux ou de coupe ongle « humain »… Pas adapté!

Placez votre animal sur une table ou sur vos genoux. S’il remue beaucoup, faites vous aider par quelqu’un qui le maintiendra en place pour vous faciliter la tâche.

Faites sortir les griffes en saisissant l’extrémité de la patte. Pressez délicatement la dernière phalange de la griffe à couper, entre le pouce (face supérieure de la griffe) et l’index (sous la griffe)… Comme ça :

 

Repérez un petit triangle rose à la base de l’ongle : il s’agit de la matrice de l’ongle (qui contient veine et nerfs) qu’il ne faut pas blesser en coupant l’ongle.

A l’aide de votre coupe griffe, coupez la partie translucide de l’ongle. Ne craignez rien, il ne sent absolument rien!

Essayez de couper tant que possible en formant un angle de 45° avec le sol quand la griffe est dans sa position physiologique (c’est à dire parallèle au sol et aux coussinets quand vous poussez la griffe en extension entre votre pouce et votre index).

Coupe de griffes de chat

chien coupe

Coupe de griffes de chien

Coupe de griffes de furet

Coupe de griffes de furet

Coupe de griffes de lapin

Coupe de griffes de lapin

Attention toutefois à ne pas toucher la partie rose. Vous pourriez provoquer un léger saignement et le blesser. Si c’est le cas, ça saigne mais ce n’est pas très grave, … respirez! et appliquez un coton imbibé avec de l’eau oxygénée à 10 %, jusqu’à l’arrêt du saignement.

Pour un chien qui a les ongles noirs et dont on ne voit pas la veine par transparence, c’est plus compliqué, je vous l’accorde. Mais on s’aide alors de points de repères.

Etendez de manière maximale la griffe en pressant sur l’articulation griffe / phalange. On coupera tout ce qui dépasse d’une ligne imaginaire que l’on tracerait parallèlement et horizontalement au coussinet de l’ongle correspondant.

C’est à dire que sur ce cas précis, on couperait ici :

chien coupe

 

Coupez les ongles des pattes avant environ tous les mois et ceux des pattes de derrière environ tous les deux mois.

Et si vous ne vous en sentez toujours pas capable, demandez à votre vétérinaire ou à son assitante : je suis certaine qu’ils vous aideront avec le plus grand plaisir!

Les Assurances Santé pour chiens, chats et NAC’s

3 Oct

Je vous ai questionné à ce sujet hier soir sur la page Facebook du blog : « Avez vous souscrit à une assurance santé pour votre animal?
Si oui ou non : pourquoi? »

Ce qu’il en ressort :

 

 

Ceux et celles qui ont une assurance santé pour leur animal l’ont souvent prise :

– parce qu’ils/elles ont eu une mauvaise expérience : des antécédents médicaux de leur animal qui leur ont coûté cher (hernie discale, maladie dans le jeune âge, opérations coûteuses suite à un accident, maladie chronique nécessitant des frais réguliers, …)  et qui ne veulent pas avoir à faire face à cela une seconde fois

– pour avoir la sécurité que quoi qu’il arrive, ils/elles pourront faire face

– parce qu’ils/elles ont des gros chiens et sont conscients que les médicaments coûtent cher (par rapport à leur poids)

– ont des animaux qui sont suivis par une structure vétérinaire qui fait des facilités de paiement

 

Ceux et celles qui n’ont pas d’assurance santé pour leur animal n’en n’ont pas prise car :

– ils/elles ont plusieurs animaux et cela leur reviendrait trop cher

– ils/elles n’ont qu’un seul animal et pourront faire face sans assurance

– ils/elles disent que cela ne rembourse pas tout

– ils/elles préfèrent mettre eux même mensuellement de l’argent sur un compte d’épargne et piocher dedans si nécessaire

– ils/elles sont éleveurs et les assurances n’assurent pas leurs animaux

– ils/elles sont vétos, compagne/compagnon de véto ou ASV

 

——-

 

En Angleterre, faire assurer son animal de compagnie est presque aussi commun que d’assurer sa voiture ou son appartement.

En France, des dizaines de compagnies d’assurances vous proposent une multitude de contrats adaptés à votre animal, sa race (chien, chat ET NAC, oui oui!), son mode de vie … mais aussi au budget des propriétaires.

Alors pourquoi n’est ce pas encore devenu un réflexe systématique chez nous?

 

Je suis d’accord avec vous : qui dit assurances … dit dépenses! En moyenne il faut compter entre 10 et 50 euros par mois par animal selon son espèce, son âge, son mode de vie, …

ATTENTION : les garanties couvertes sont très variables selon les compagnies, la nature, la race et l’age de votre animal et le contrat auquel vous souscrirez.

Dans la plupart des contrats d’Assurance Santé, les frais vétérinaires (opération, consultation, frais de garde en clinique vétérinaire pour animal malade ou accidenté), de pharmacie et d’analyses ainsi que le coût de l’hospitalisation sont pris en charge.

En fonction des formules, le remboursement portera sur l’ensemble des visites ou sur les dépenses liées à l’accident, souvent avec une franchise.

Peuvent être également remboursés selon la formule : le transport de l’animal en cas d’urgence, les examens radiologiques, échographiques, les vaccinations, la stérilisation (oui oui!), les frais de pensions en chenil, … mais également les frais d’euthanasie, d’incinération, …

 

Mon conseil si vous hésitez : faites faire des devis, étudiez les conditions et … comparez!

Renseignez vous également auprès de votre propre assureur qui vous assure pour votre voiture, votre logement, … (Generali, Europ Assistance, …) : peut-être propose-t-il également une assurance santé animale, qui pourrait déjà vous faire épargner des frais d’adhésion.

Il y a également des assureurs qui se sont spécialisé dans les soins de santé animaliers et qui ne font que ça, leurs formules sont parfois plus avantageuses car l’assurance se “démocratise” (SanteVet, Animal Santé, Bulle Bleue, …).

 

Alors est-ce réellement utile?

Comme toute assurance, au départ de la nouvelle vie avec votre animal, tout va bien.

Deux visites annuelles de routine par an à 40 euros, un rappel de vaccins annuels à 60 euros, tout celà est plus ou moins abordable!

Mais quand votre animal vieillit ou que survient un accident (fracture, corps étranger avalé, plaies, …) ou si votre animal souffre d’une affection chronique (cystite, arthropathie, …) les investissements financiers non prévus peuvent s’accumuler : 300 euros de radiographie, de frais d’analyses ou d’hospitalisation par-ci, 1000 euros pour une chirurgie orthopédique suite à une fracture par-là, … et là, celà semble déjà moins abordable!

L’assurance Santé – c’est certain! – constitue la meilleure façon de se préparer pour le coût de ces événements inattendus.

Elle permet de mieux gérer les imprévus et de se concentrer sur la santé de son animal et non de devoir refuser un traitement optimal à cause du coût des soins (et surtout en ces temps de crise économique)!

 

——

 

Vous avez aimé cet article? Merci de le « liker », de laisser un commentaire, ou de cliquer sur le logo des GBA 2012 pour m’apporter votre soutien!

 

Aaah AAaahh ATCHOUM!

12 Sep

Bon, depuis le temps qu’on se connait maintenant, il est grand temps que je vous fasse une confidence :

« Bonjour, je m’appelle Laurence, j’ai 33 ans, je suis vétérinaire, … et je suis allergique aux chats! »

Voilà.

C’est ballot hein?

;-)

Il est vrai qu’exercer mon métier quand on est allergique à ce point aux chats est un peu comme qui dirait pas de bol. J’ai toujours sur que j’étais allergique. Enfin … « toujours » … du moins depuis bien avant que je ne commence mes études. C’était mon métier, ma vocation, alors j’ai décidé de faire avec!

Je sais que certains d’entre vous le sont aussi alors qu’ils possèdent des animaux, et n’envisageraient pour rien au monde de se séparer de leur compagnon.

Alors voici un petit article dédié à mes « collègues de galère » …

 

 

On estime en France que près d’un foyer sur deux possède un animal de compagnie. Or, environ 3% des français seraient allergiques à un voire plusieurs espèces d’animaux domestiques.

Le chat est de loin l’espèce la plus « allergisante », représentant à elle seule près de 2/3 des allergies aux animaux de compagnie. En fait, l’allergène est une protéine que l’on retrouve sur les poils des chats (la protéine Fel d 1). Cette protéine est produite par la peau des chats, mais on la retrouve également dans la salive, les larmes, les squames cutanés (pellicules) et l’urine.

On se sensibilise généralement durant notre enfance, par contact direct ou indirect. Je m’explique. La protéine allergisante présente sur les poils des chats va se retrouver partout dans l’environnement du chat : sur les tapis, dans la literie, mais aussi sur les vêtements des habitants de la maisonnée. Un enfant peut donc par exemple ramener via ses vêtements l’allergène dans une salle de classe, et sensibiliser par là même un deuxième enfant, sans qu’il y ait de contact direct entre ce 2ème enfant et le chat.

L’allergie aux chiens est également une allergie fréquente, mais moins que celle aux chats. C’est également une protéine présente sur les poils du chien qui est responsable de l’allergie.

On peut également être allergique aux NAC’s (lapin, hamster, cobaye, rat, …) et là, c’est souvent l’urine, plus que la salive et les poils qui est à l’origine de l’allergie.

On peut enfin être allergique aux oiseaux, aux chevaux, aux vaches, aux chèvres, aux moutons, … mais bon, là pour moi, ce serait moins gênant (quoi que, je fais de l’équitation aussi)!

 

Quels sont les symptomes de l’allergie?

Au contact avec l’animal allergisant, ou tout simplement en étant dans la même pièce (selon l’intensité de l’allergie), vos yeux et votre nez commencent à piquer, à chatouiller et à couler, suivi d’éternuements. C’est ce que l’on appelle la rhino conjonctivite allergique. Vous pouvez également développer une réaction cutanée de type eczéma ou urticaire.

Si le contact persiste, vous pouvez vous mettre à tousser, à respirer difficilement, voire faire une crise d’asthme. Et là, on ne parle plus d’allergie bénigne. Si ces symptomes apparaissent, c’est très sérieux et il faut absolument consulter un médecin pneumologue – allergologue!

Le médecin réalisera très certainement toute une batterie de tests cutanés, voire un examen sanguin afin de doser les immunoglobulines E spécifiques de l’allergie, afin de cibler au mieux ce à quoi vous êtes précisément allergique.

 

Ensuite … que faire?

S’il est certain que le meilleur traitement est la prévention (c’est à dire éviter d’être en contact avec l’espèce à laquelle vous êtes allergique), ce n’est pas toujours évident.

Je me vois mal ne soigner que les chiens. Et je vous vois mal abandonner Minou pour cette raison.

Il faut cependant prendre des précautions afin d’éviter d’en arriver à des crises asthmatiques.

Il vaut mieux éviter l’accès de la chambre à coucher à l’animal, ainsi que lui interdire d’aller sur les canapés. Il faut passer l’aspirateur le plus souvent possible, et partout. Il faut retirer les tapis et moquettes de son intérieur au profit de linos ou parquets bien plus facile à nettoyer, et laver fréquemment les sols, la literie, les rideaux, …

Idéalement, il faut laver son chien ou son chat une fois par semaine (avec un shampoing doux) et le brosser tous les jours à l’extérieur.

 

Lors des crises allergiques, votre médecin vous prescrira très certainement des anti histaminiques voire parfois même des corticoïdes oraux et/ou locaux (collyre, spray nasal, …).

Si ces différents traitements sont efficaces, il ne le sont que ponctuellement.

La désensibilisation est bien sûr le seul et unique traitement spécifique et à long terme. La désensibilisation consiste en l’administration régulière de doses croissantes de l’allergène, jusqu’à ce que l’organisme finisse par le tolérer et ne plus déclencher de réaction allergique.

Il faut absolument consulter un allergologue pour se faire désensibiliser, qui vous conseillera un traitement soit sous forme orale, soit par injections. Ce traitement n’est cependant pas toujours radical mais permet néanmoins d’atténuer les symptômes.

 

 

EDIT : Personnellement, je gère celà avec des anti histaminiques au printemps exclusivement (car j’ai la bonne idée d’être également allergique au pollen), et sinon je vis celà plus ou moins correctement en me lavant régulièrement les mains en consultation, en utilisant régulièrement un spray d’eau de mer, ainsi qu’un collyre de sérum physiologique et en ayant une hygiène irréprochable dans mes locaux (mais ça, ce n’est pas pour vous déplaire, non?) ;-)

 

 

Les crises convulsives chez nos animaux domestiques

25 Avr

Un chien, un chat, un furet, … leur organisme est à 100% semblable au notre.

C’est pourquoi, potentiellement, nos animaux domestiques peuvent souffrir de toutes les maladies dont nous pouvons souffrir nous.

Les crises convulsives ne sont pas rares chez nos compagnons à 4 pattes. Mais elles ne se traduisent pas toujours de manière très caractéristique.

Lors d’une crise généralisée, l’animal perd connaissance, « tombe » sur le côté, tous ses muscles se contractent en même temps : il convulse. Il peut aussi abboyer, « vocaliser », uriner, baver, déféquer en même temps. Cette crise est donc très impressionante. Au bout de quelques secondes (qui peuvent paraitre bien longues), voire au maximum quelques courtes minutes, les convulsions se calment, l’animal reprend connaissance. Votre compagnon peut sembler totalement déconnecté après sa crise, et son comportement sera ensuite très variable : allant de l’excitation extrême (il se déplace sans cesse) à l’abattement (il est totalement inactif).

Lors d’une crise convulsive partielle, on n’observe pas la crise dans son intégralité. L’animal peut simplement saliver, ou avoir des mouvements involontaires d’une seule patte, ou d’un seul groupe musculaire. Ces crise là ne sont donc pas facilement identifiables.

A quoi est-ce du?

La crise convulsive en tant que telle est déclenchée par une hyper-excitation (décharge électrique) d’une portion ou de la totalité des neurones (cellules nerveuses du cerveau).

 

 

Cette décharge électrique anormale peut provenir :

– Soit d’une lésion primaire du tissu du cerveau. Lors d’un choc par exemple (traumatisme cranien), ou d’une hémorragie, ou lors d’un AVC (quand un vaisseau sanguin est obstrué). La lésion peut également provenir d’un phénomène infectieux/inflammatoire (encéphalite) ou d’une tumeur cérébrale.

– Soit d’une anomalie externe au tissu du cerveau, mais auquel le cerveau va répondre de manière secondaire. Lors d’une hypoglycémie par exemple. Le taux de sucre est trop bas, et le tissu cérébral est totalement sain, mais comme il a besoin de glucose pour fonctionner correctement, il entre en état de choc. On rencontre également ce type de crise convulsive lors d’un trouble hépatique (du foie) ou lors d’une intoxication.

– Soit il n’y a aucune anomalie au niveau du cerveau ou ailleurs, mais ce sont les cellules cérébrales elles mêmes qui sont trop réactives. On parle alors d’hyperexcitabilité des neurones, ou d’épileptie essentielle, ou d’épileptie idiopathique.

Mon animal convulse : que faire?

Une crise convulsive généralisée, cela ressemble à ça :

 

 

Oui, je sais, c’est un peu violent. Ce qu’il faut se dire déjà, c’est que le chien est totalement inconscient durant sa crise et qu’une crise n’est pas douloureuse pour l’animal.

Si votre animal convulse, gardez votre calme. Paniquer, cela ne sert à rien. Il ne faut surtout pas secouer votre chien pour tenter de le réveiller car cela risquerait d’amplifier la crise.

Le mieux à faire est … de ne rien faire. Cela peut paraitre bizarre mais c’est vrai. Si vous voulez aider votre animal, éteignez la lumière, ne criez pas, restez calme. Il faut au maximum éviter de le stimuler. La crise passera d’autant plus facilement que son système nerveux ne sera pas stimulé par autre chose.

Ne tentez pas non plus de lui sortir la langue. Car comme il est inconsicent et qu’il est pris de contractures musculaires involontaires, votre animal risque de vous mordre sans s’en rendre compte. De plus, cela ne sert à rien car lors d’une crise, votre animal ne risque pas (comme chez l’homme) de « s’étouffer avec sa langue ».

Une fois la crise passée et lorsque votre animal aura repris ses esprits, prenez rendez vous rapidement chez votre vétérinaire. En effet, il est indispensable de savoir pourquoi cette crise s’est produite. Et il faut éviter qu’une autre crise succède à la première. Pour se faire, votre véto administrera très certainement des anti-convulsivants à votre compagnon, l’examinera sous tous les angles, réalisera un examen neurologique approfondi et lui fera probablement des examens complémentaires (prise de sang et analyses diverses).

 

Du nouveau sur le site internet de la SNCF : réservez directement le billet de votre animal en même temps que le votre!

19 Jan

Le site de réservation en ligne de la SNCF a rajouté une nouvelle fonction qui devrait vous intéresser, chers lecteurs de mon coeur (je vous brosse dans le sens du poil aujourd’hui).

Sur www.voyages-sncf.com vous pouvez désormais réserver le billet de train de votre animal en même temps que le votre (dans le menu « recherche avancée »)!

Attention, cette réservation en ligne n’est possible que pour les trains TGV, Corail, Teoz, TER, Lunéa (train de nuit) et iDTGV.

Pour les TGV, Corail, Teoz, TER, Lunéa :

Sont autorisés à embarquer : les chiens muselés (si! si! … sans commentaire …), ainsi que les animaux domestiques de petite taille ne pesant pas plus de 6kg et convenablement enfermés dans un contenant.

Les animaux non-ressortissants de l’Union Européenne doivent être munis d’un passeport pour voyager au sein de l’Union Européenne.

Vous pouvez emmener jusqu’à 2 chiens ou 2 contenants maximum par passager.

Les tarifs :

Pour un chien (muselé!) accompagnant son propriétaire en dehors d’un sac de transport : réduction de 50% (calculée sur le prix plein tarif du billet 2ème classe même si vous voyagez en 1ère classe).

Pour un chien ou un animal de compagnie de petite taille (de poids inférieur à 6 kg) : transportez-le dans un sac ou un panier (« contenant ») dont les dimensions n’excèdent pas 45cm x 30cm x 25cm, et payez 6 €.

Pour vos voyages à bord de iDTGV

Votre animal de compagnie est de petite taille (poids inférieur à 6 kg) ? Le transport est gratuit s’il voyage dans un sac ou un panier dont les dimensions n’excèdent pas 45cm x 30cm x 25cm.

Dans les autres cas, il vous faudra payer un supplément animal de 35 €. Votre chien devra voyager attaché et porter une muselière.

Achat de votre billet :

Effectuez votre réservation sur www.voyages-sncf.com sans mentionner d’animal puis achetez votre supplément animal iDTGV dans « mes options de voyage » .

————————————————

Pour vos voyages à bord de Thalys (voyages vers la Belgique et les Pays-Bas) et TGV France- Italie

Les animaux domestiques peuvent voyager gratuitement dans un contenant dont les dimensions ne dépassent pas 55 x 30 x 30cm.

Les autres chiens ne sont admis dans les voitures que s’ils voyagent attachés ou muselés.

Si votre animal de petite taille ne dispose pas de contenant ou s’il pèse plus de 5 kilos (6 kilos pour les TGV France-Italie), vous devez vous acquitter d’un billet au tarif chien, soit 35% du tarif Hi-life en Comfort 2.

Les chiens « guide d’aveugle » bénéficient bien sûr du transport gratuit.

Par contre, l’achat de votre billet Thalys et TGV France-Italie pour votre animal n’est possible que par téléphone ou auprès d’un vendeur en gare ou d’une boutique SNCF, alors que vous pouvez bien sûr réserver et payer vos billets à vous par internet.

A noter également que les animaux sont toujours interdits dans l’Eurostar (voyages vers l’Angleterre), mais il parait que c’est en voie de discussion…

Les dangers des fêtes de fin d’année

23 Déc

Attention, article prévention ici!

Les fêtes de fin d’année, c’est (pour moi hein) essentiellement la joie de se retrouver en famille (pour Noël) et entre amis (pour le réveillon de la Nouvelle Année). Et autant éviter de devoir courir aux urgences avec Sultan ou Moustache. Entre les supermarchés, les centres commerciaux bondés, c’est suffisamment le rush comme ça!

Alors … prévention … prévention!

Voici quelques plantes/objets à mettre hors de portée de nos chiens et chats pour éviter la galère (pour la galère avec la belle mère, c’est autre chose, là je ne pourrai pas vous aider, ce n’est pas de mon ressort).

Le sapin

Tout d’abord : les épines de sapin ou d’épicéa, si elles sont ingérées, peuvent être très irritantes pour l’estomac de votre chien ou de votre chat.

N’oubliez pas que votre sapin doit être le plus stable possible afin d’éviter les catastrophes avec des chats ou des chiens acrobates. Fixer votre sapin sur un socle, et n’hésitez pas à fixer le sapin en l’attachant sur plusieurs points (à un mur, au plafond, …).

Evitez les boules en verre. C’est plus sûr. Rapport aux chats qui font une fixette dessus et risquent bien de se blesser.

Evitez les guirlandes fines, type guirlandes cheveux d’anges, qui peuvent être ingérées par votre chat et créer des occlusions intestinales. Idem avec les ficelles des emballages cadeaux. A éviter aussi.

Débranchez les guirlandes électriques lumineuses quand vous allez dormir ou que vous quittez votre appartement. Risques d’électrocution et d’incendies!

Gui, Houx, Roses de Noël (Poinsettia), lierre, l’if = plantes toxiques!

Le gui et le houx, ainsi que leurs baies sont très toxiques. Leur ingestion induit salivation, diarrhée, vomissements et troubles nerveux. Le gui induit aussi des troubles cardiaques. En cas d’ingestion d’une forte dose et si on ne traite pas rapidement, cette intoxication peut causer la mort de l’animal. Alors on met tout cela hors de portée!

L’if est hyper toxique (peut être présent dans les couronnes de Noël) : en cas d’ingestion importante, la mort est subite et foudroyante. Un chien de 10 kg peut mourir s’il ingère 80 grammes d’if.

La Rose de Noël est irritante pour la peau et les muqueuses et pour l’estomac. Risque de vomissements et de diarrhée aussi, donc.

Attention, aliments interdits!

Je ne le dirai jamais assez mais autant limiter la ration alimentaire de nos chiens et nos chats à leur stricte habitude. Changer radicalement son alimentation et lui donner des restes de table alors qu’il n’en a pas l’habitude, c’est la diarrhée assurée pour le lendemain.

Mais certains aliments sont à éviter absolument :

– le chocolat (cfr article précédent),

– les marrons (châtaignes) qui causent des troubles digestifs (à cause des tanins qu’ils contiennent) et risquent des causer des occlusions,

– l’alcool (benh oui) : rincez bien vos verres à l’eau après la fête si vous ne rangez pas tout tout de suite car la plupart des boissons alcoolisées sont sucrées et attirent donc les papilles de nos chiens et chats (ces filous!),

– les os de volaille (poulet, canard, oie ou dinde), qui cassent en formant des petites pointes qui risquent de causer des occlusions voire des perforations digestives),

– les oignons, les échalotes, l’ail : attention, aliments interdits : peuvent causer des anémies,

– les aliments trop salés (saumon fumé, charcuterie, …) peuvent induire des troubles digestifs (vomissements, diarrhée, soif intense, …) et nerveux (excitation, convulsions, coma, voire mort),

– le café : la caféine est nocive pour les reins, le système nerveux et le coeur de nos compagnons (vomissements, hyper excitation, convulsions, tachycardie, oedème pulmonaire, …),

– … J’en oublie très certainement mais l’essentiel est là.

Et en cas de doute, sachez que partout en France, le meilleur ami de votre compagnon reste (après vous, bien sûr), son vétérinaire. Et je suis certaine qu’il existe un service d’urgences vétérinaires qui se fera un devoir de vous rassurer par téléphone ou de vous recevoir si vous avez le moindre doute concernant un risque pour la santé de votre Loulou.

Sur Paris, et dans toutes les grandes villes, il existe plusieurs services d’urgences vétérinaires à domicile. N’oubliez pas que ces vétos sont là, pour vous, et que même si c’est leur boulot, ils font ça le plus souvent par vocation et par altruisme que par besoin, … alors, accueillez les chez vous avec tous les honneurs qu’on leur doit. Personnellement, je les admire et leur tire mon chapeau!

Joyeuses fêtes à toutes et à tous!

Mais oui vous avez droit à votre gif animé de toute bôôôté! C'est Noël, voyons!