Archive | Chat RSS feed for this section

Le Paracetamol pour votre animal, c’est non! non! NON!!!

29 Avr

Le Paracétamol (ou acétaminophène) est un principe actif médicamenteux classique en médecine humaine. On le retrouve dans plusieurs médicaments bien connus pour nous dont – entre autres – classés par ordre alphabétique : Actifed®, Dafalgan®, Diantalvic®, Doliprane®, Efferalgan®, Fervex®, Panadol®…

doliprane

 

Le Paracétamol est en fait un « anti inflammatoire », antidouleur, antipyrétique (contre la fièvre) très usité en humaine … et à éviter ABSOLUMENT chez nos animaux domestiques!!

On est pourtant tenté de leur donner « comme pour nous » en cas de douleur, de fièvre, de boiterie, … On croit bien faire, mais le Paracétamol est très dangereux pour leur santé. Il s’agit parfois d’une ingestion accidentelle : le chien a mâchonné une plaquette de médicaments mal rangée…

Si chez nous cette molécule est très bien supportée (on donne même du Paracétamol aux femmes enceintes et aux très jeunes enfants), chez le chien, le chat et les NAC’s, il n’en est pas de même!

Si l’on peut éventuellement et sous certaines conditions l’utiliser à très faibles doses chez le chien et sous conseil strict d’un vétérinaire, son utilisation chez le chat et les NAC’s est tout à fait contre-indiquée!

Si cette molécule est très toxique pour eux, c’est parce que nos compagnons poilus ne possèdent pas (ou très peu) l’enzyme (la glucuronyl transférase) nécessaire à la transformation du Paracétamol en métabolites inactifs.

Le Paracétamol sera très toxique pour les cellules du foie qui ne pourront le dégrader, mais également pour les globules rouges qui ne pourront plus transporter correctement l’oxygène. Cette intoxication causera donc un empoisonnement et une asphyxie.

Les symptômes apparaîtront après une prise répétée voire même après une prise unique et seront les suivants : dépression, apathie, augmentation de la fréquence respiratoire, difficultés respiratoires, cyanose (muqueuses bleues), ictère (muqueuses jaunes), vomissements, hypothermie, muqueuses qui deviennent plus sombres, œdèmes, nécrose hépatique, coma et enfin mort.

Si une dose importante de Paracétamol est administrée, on peut voir apparaître une toxicité rénale.

Le traitement de l’intoxication au Paracétamol doit être commencé le plus rapidement possible après son ingestion.

Le vétérinaire fera vomir l’animal s’il en est encore temps (dans l’heure après l’ingestion).

Ensuite il commencera un traitement pour neutraliser le contenu intestinal (charbon actif), pour protéger la fonction hépatique et pour favoriser les fonctions respiratoires et circulatoires (oxygénothérapie, mise sous perfusion, transfusion, …).

Il lui administrera également très certainement un traitement spécifique en intra-veineux en plus des perfusions.

Le pronostic d’une intoxication au Paracétamol est toujours réservé. La mort peut survenir en 24 à 48h. Si l’animal est dans le coma, la mort est inéluctable.

Il se peut que votre vétérinaire doive hospitaliser plusieurs jours votre animal pour contrôler tous les effets secondaires négatifs de cette intoxication. Malheureusement, si il y a eu une nécrose du foie, votre animal en gardera des séquelles plus ou moins graves.

ALORS, RÉPÉTEZ APRÈS MOI : « LE PARACÉTAMOL, C’EST NON! NON!! NON!!! »

Un animal pour mon enfant?

4 Avr

Etant maman de deux petits garçons (un de 3 ans et un mini pouce de un mois et demi), je m’émerveille chaque jour de voir à quel point la présence de notre fidèle compagnon canin (Lupin, dit Lulu, le seul, l’unique!) apporte à mon fils ainé.

295765_262442813796940_535651621_n

Hier matin, en bonne maman de nouveau né, je regardais (d’un oeil) l’émission Les Maternelles, sur France 5. La chroniqueuse Carole Tolila y parlait des poissons rouges and co, et ça m’a inspiré cet article…

Les Maternelles, émission du 03/04/2014, à partir de 52:32

On le sait depuis longtemps, l’animal est un support formidable favorisant le développement psycho-moteur du jeune enfant.

Avant l’âge de 6 mois, il est certain que cette présence ne fera pas de différence. Mon tout petit n’a bien évidemment aucune interaction avec Lupin, le tout jeune enfant ne se rend pas bien compte de ce qui l’entoure. Il y a par contre des études qui prouvent que les enfants nés dans des familles qui ont des animaux ont un système immunitaire plus compétent.

A partir de l’âge de 7-8 mois, l’enfant commence à prendre conscience du milieu extérieur. Il passe d’ailleurs à cet âge par la phase d’angoisse de perte de sa mère, et la présence stable d’un animal pourra favoriser son sentiment de sécurité. A cet âge, le bébé est déjà capable de faire la distinction entre l’animal vivant et ses animaux en peluche, et entre l’animal et les adultes de la famille.

Dès ses 7-8 mois, effectivement, mon fils ainé suivait le chien du regard partout dans l’appartement, le regardait jouer avec ses propres jouets, le regardait manger dans sa gamelle, le regardait dormir, il le regardait courir devant lui en promenade, quand lui était dans sa poussette. L’animal amuse l’enfant, l’enfant lui sourit, il agite ses petits bras, éclate même de rire en le voyant …

 

J’ai lu des textes à ce sujet, et j’ai découvert que dès l’âge de 1 à 2 ans, l’enfant va voir dans l’animal un confident, un support émotionnel, affectif. L’animal constitue un partenaire social sur qui l’enfant peut compter et qui va favoriser son ouverture sur le monde extérieur.

Petit à petit, le jeune enfant va apprendre grâce à l’animal (qui constitue un modèle psychique et anatomique), les « choses de la vie » : le jeu, la propreté, la sexualité, la reproduction, la naissance, la maladie, la mort, …

Vers l’âge de 3 ans, l’enfant va s’identifier à l’animal. On le voit souvent, l’enfant se met à 4 pattes et « joue au chien », comme il « jouera au bébé », à la « maman et au papa », … A travers ces jeux d’identification, de comparaison des similitudes et des différences, on sait que l’enfant crée sa propre personnalité.

Par après, l’animal deviendra pour l’enfant un confident, un « ami ». Avec papa et maman il faut parler, dire les choses. Avec son animal, l’enfant ne doit même pas parler, il « comprend ».

C’est généralement entre 6 et 12 ans que l’enfant réclamera un animal à ses parents. Cette demande est motivée par un sentiment intérieur de désir d’appartenance et de dépendance. Etre utile et indispensable à un être, soigner et se confier, … C’est tout un processus de renforcement d’estime de soi, de confiance et de reconnaissance de compétence.

Le langage et l’imaginaire d’un enfant s’enrichissent et se développent grâce à la présence d’un animal. Un enfant parle distinctement à son animal, choisit son vocabulaire, … Les dessins qu’il fait de son chien ou de son chat sont plus précis, plus soignées et détaillés que ses autres dessins…

Il est prouvé que les enfants qui ont grandi avec des animaux sont des enfants plus stables sur le plan émotionnel.

Un animal de compagnie est donc un réel plus pour un enfant, quand on peut se le permettre. Car un animal, c’est aussi des contraintes au jour le jour.

Un animal, oui. Dans de mauvaises conditions, non!

Dans nos appartements parisiens, ce n’est pas toujours possible. Il faut alors y renoncer et expliquer à l’enfant. Refuser, c’est aussi lui apprendre ses responsabilités vis à vis d’un animal. Sinon, vous pouvez peut être envisager d’avoir à la maison un animal autre qu’un chien ou un chat? Hamster, lapin, cochon d’Inde, poisson rouge, oiseau …

1932463_684937454880805_24448391_n

On me demande souvent quel animal choisir pour quel âge? C’est assez compliqué de répondre à cette question… Mais en gros, je peux vous dire :

– Avant l’âge de 6 ans, à part un chien ou un chat, il n’y aura pas d’interaction. Les poissons d’aquarium auront un effet apaisant et d’éveil de la curiosité des plus petits. Mais l’enfant sera bien trop jeune pour pouvoir manipuler correctement et avec douceur un rongeur. Le chien ou le chat restent donc les animaux de choix avec, bien sûr, les consignes de sécurité adaptées : « on ne laisse jamais un enfant seul avec un chien ou un chat« , etc…

– Après 6 ans, on reste toujours fidèle au chien et au chat et on peut éventuellement commencer à faire confiance à l’enfant pour manipuler un cochon d’inde, un hamster ou un lapin nain avec délicatesse.

Je ne conseille par contre pas du tout le furet comme animal domestique pour un enfant, quel que soit son âge.

Et surtout : en tant que parent, sachez bien que la resposabilité de l’animal vous appartient À VOUS! Et n’imaginez pas une seule seconde que c’est votre enfant qui va s’occuper à 100% de son animal. On adopte un animal pour apprendre à l’enfant certaines valeurs mais notre responsabilité à nous est d’assurer non seulement la sécurité de nos enfants mais aussi le bien être de l’animal en question. Car comment sensibiliser notre enfant au respect de l’Être si nous ne nous plions pas nous même à ces règles de base?

 

Alerte aux chenilles processionnaires!

12 Mar

La chenille processionnaire (ou « chenille processionnaire du pin ») est un insecte des la famille des lépidoptères.

Source : Wikipedia

Source : Wikipedia

La chenille (tout le monde le sait, même les deux cancres du fond qui chahutent là…) est la larve du papillon processionnaire (c’est bien vu quand même, de lui avoir filé le même nom!), qui est un papillon de nuit (et non pas de lumière) (ça ne vous embête pas trop, les parenthèses et les commentaires à deux balles?).

On retrouvait ces chenilles essentiellement dans le sud de la France … mais ça c’était avant! Personnellement, j’en ai vu dans la forêt d’Halatte dans l’Oise alors … hein … Même en région parisienne : méfions nous!

Si ces animaux se développent dans votre jardin (elles se regroupent et forment des nids dans les arbres), appelez darre darre votre mairie pour vous en débarrasser car elles font des dégâts monstrueux! Et de plus, elles sont excessivement dangereuses pour nos animaux!

Lors du redou de printemps (c’est à dire que là, maintenant, voyez vous, on est en plein dedans depuis une dizaine de jours …), ces sales bestioles décident de quitter leurs nids et d’aller se balader (à la queue leu-leu, d’où leur nom!) dans les environs histoire de trouver un endroit pour se poser et se transformer en papillon (après avoir ravagé toutes les cultures au passage).

Nid typique de chenille processionnaire Source : Wikipedia

Nid typique de chenille processionnaire
Source : Wikipedia

Et il n’y a pas que les cultures que ça ravage, une chenille!

Le problème est que ces chenilles sont munies de poils urticants et les chiens et chats un peu trop curieux peuvent être tentés de les renifler, de jouer avec ces étranges choses, voire de les mastiquer ou de les avaler. Et là, c’est le drame! Car les poils urticants de ces chenilles sont venimeux.

Après avoir léchouillé, mâchouillé une ou plusieurs chenilles, le chien ou le chat va généralement se mettre à baver, puis arrêtera de boire et de s’alimenter (à cause de la douleur locale).

Merci à mon confrère (et ami) Julien Renart, vétérinaire à Béziers, pour la photo!

Merci à mon confrère (et ami) Julien Renart, vétérinaire à Béziers, pour la photo!

Lorsqu’on ouvre la bouche, on peut observer toute une zone de la langue rouge, enflée ou – déjà – nécrosée (l’aspect sera alors un aspect de langue sèche, très irritée et de couleur grisâtre).

Il s’agit d’une réelle urgence!

Votre véto rincera certainement la cavité buccale dans un premier temps. Puis, selon l’étendue des lésions, prescrira des antibiotiques, anti-inflammatoires, anti douleurs, … ou alors aura directement recours à la chirurgie pour éviter que la nécrose ne s’étende.

Au plus longtemps on attend pour se rendre chez son véto, au plus la nécrose s’étend. Et cela peut causer la perte totale de la langue de l’animal.

Alors, autant consulter rapidement!

________________________________

A voir aussi : les effets du réchauffement climatique sur la progression vers le Nord des chenilles processionnaires (Document INRA) :  ICI

"Telle une armée en campagne, la chenille processionnaire avance vers le nord de la France à la recherche de pins ou de cèdres à effeuiller. Conséquence palpable du réchauffement climatique, c’est à présent presque tout le territoire qui est favorable à son développement." (Source : INRA)

« Telle une armée en campagne, la chenille processionnaire avance vers le nord de la France à la recherche de pins ou de cèdres à effeuiller. Conséquence palpable du réchauffement climatique, c’est à présent presque tout le territoire qui est favorable à son développement. » (Source : INRA)

Pour lutter contre l’ennui des animaux citadins : le Pipolino, l’Aikiou (et leurs semblables)

27 Jan

Les animaux qui vivent en appartement ont des avantages par rapport à ceux qui vivent à l’extérieur : beaucoup moins de risques d’accidents, de blessures, d’empoisonnements, de maladies transmissibles par des congénères ou par des parasites. En revanche, n’ayant pas la chance de pouvoir utiliser leurs capacités physiques pour parcourir la nature et utiliser leurs qualités de prédateur, beaucoup d’entre eux deviennent sédentaires, ce qui génère des problèmes de santé et de comportement.

Les risques liés à la sédentarité :

  • Embonpoint, obésité, maladies métaboliques
  • Ennui, dépression, maladies comportementales (vomissements par boulimie, dermatite de léchage, agressivité, cystite idiopathique,…)
  • Amyotrophie, ankylose

En procurant aux animaux d’appartement un exercice physique suffisant, pluriquotidien, correspondant à leur instinct de prédateur, on leur apporte alors les avantages sans les inconvénients des chats vivant à l’extérieur, permettant ainsi de diminuer le risque de maladies et d’augmenter leur espérance de vie.

Et pour cela, j’ai plusieurs solutions pour vous…

Le Pipolino est un distributeur mobile de croquettes pour chats (mais aussi pour chiens, pour NAC, et chevaux, disponible dans d’autres tailles adaptées!).

Ce distributeur peut vous sembler n’être qu’un simple gadget mais je vous assure qu’il s’agit d’un accessoire indispensable pour le chat d’intérieur que constitue la majorité de nos minets parigots.

Qu’est ce donc?

Il s’agit donc d’un distributeur de croquettes sous forme de cylindre, que votre chat va faire rouler lui même sur le sol afin d’en faire tomber des croquettes une par une sur le sol. Le Pipolino est donc un distributeur de croquettes mais également un accessoire de « fitness » qui fera faire de l’exercice aux chats sédentaires, un jeu qui réveille l’instinct de chasse et un anti stress très efficace!

Le PIPOLINO n’est pas seulement un JOUET que le chat a plaisir à faire rouler, mais également une CACHETTE dont il essaie d’extraire les croquettes quand il a faim, comme s’il chassait des souris d’un fagot ou d’un tas de feuilles.
Cet acte de chasse, correspondant à ses capacités innées de prédateur, apportera à votre chat BIEN-ETRE, MINCEUR et SANTE.

Le principe est simple, suivez la démo en vidéo! :

LES AVANTAGES DU PIPOLINO

– Pour le chat d’appartement :

* ANTI-STRESS : les chats utilisateurs peuvent « se défouler » sur leur proie quand ils le souhaitent
* ANTI-OBESITE : les chats peuvent satisfaire leur gourmandise et brûler simultanément les calories excédentaires
* AIDE AU TRAITEMENT DES PATHOLOGIES COMPORTEMENTALES : les chats d’appartement oublient, en utilisant le Pipolino, le manque de stimuli de leur environnement
* ANTI-VIEILISSEMENT : l’activité sportive induite permet aux chats de maintenir longtemps leur condition physique et réduit les risques de formation de calculs urinaires

– Pour son maître :

* Facile d’emploi et d’entretien (réglages très faciles)
* Adaptable à toutes les tailles et formes de croquettes pour chats
* Economique (pas de piles et meilleure conservation des croquettes)
* Pratique (une minute tous les 3 à 5 jours pour le remplir de croquettes)
* Robuste
* Respectueux du mobilier
* Silencieux (bandes de roulement en caoutchouc)
* Esthétique … depuis peu! Il existe en bariolé, en rose et fuschia et en tout blanc, plus passe partout!

Je parle du Pipolino pour chats mais il est également disponible en différentes tailles adaptées aux chevaux, aux chiens, et aux NAC’s.

Le Pipolino taille S est particulièrement adapté aux lapins, furets, cobayes et petits rongeurs.

Il permet aux NAC (comme pour aux chats) d’augmenter leur activité physique quotidienne, ce qui diminue le risque de développer des maladies liées au stress inhérent à la vie en captivité.

Vous placez donc les croquettes ou aliments dans le Pipolino et votre NAC devra le faire tourner et rouler sur le sol afin de faire tomber son alimentation par les trous percés dans le tube central. Vous pouvez régler le débit de distribution des aliments en réglant la taille des trous.

Cette augmentation d’activité afin de s’assurer une prise alimentaire régulière a plusieurs buts :

– Lutte contre l’ennui

– Anti-stress

– Renforcement de l’immunité

– L’animal s’apprivoise plus rapidement

– Diminution du risque d’absorption de corps étrangers

– Augmentation de l’activité physique, d’où : diminution du risque d’arthrose, d’ankylose, prévention de l’obésité, renforcement musculaire

– L’animal mange moins vite, ce qui permet de diminuer la fréquence des troubles digestifs (type diarrhée ou constipation)

– Diminution du risque de tumeur surrénalienne chez le furet

Pour commander le Pipolino, passez commande chez votre vétérinaire ou sur le site internet officiel de la marque (www.pipolino.eu).

 

Vous pouvez également utiliser d’autres stystèmes d’alimentation par distributeurs de croquettes interactifs, comme le Aikiou pour chiens : le principe est le même : rendre les croquettes plus difficile d’accès et augmenter le temps de la prise alimentaire tout en mettant des croquettes à disposition tout au long de la journée.

La plupart des chiens urbains manquent eux aussi d’activité. Pour s’adapter, ils développent des comportements gênants, comme détruire, uriner, vocaliser, agresser … ou déprimer (et sont alors moins actifs).

L’activité autour de l’aliment est celle qui les satisfait le plus : chercher l’aliment, ronger…

Le bol Aïkiou (se prononce comme l’acronyme anglais qui correspond à IQ) a été conçu pour corriger cette situation de « sédentarité alimentaire ». La nourriture est cachée dans les nombreux compartiments du bol : pour y accéder, votre chien doit faire glisser les portes pour les ouvrir ou faire tourner la roue centrale.

Quelles sont les motivations pour adopter ce système de distribution d’aliments?

Le bol Aïkiou :

Une vidéo de démonstration? Certes! :

Il existe en bleu, en rose ou en vert, et est disponible sur le site www.aikiou.com/fr. Il est très résistant, facile à laver, et adhère très bien au sol grâce à ses pieds en caoutchouc anti-dérapant.

Un autre système tout aussi efficace, pour chats, c’est le Aikiou Stimulo. Il s’agit ici aussi d’une gamelle interactive pour chat. Votre chat, cette feignasse, devra aller chercher les croquettes dans les différents tubes du plat, une à une, à l’aide de ses pattes.

Et là vous me dites (parce que je vous entends râler d’ici!) : Le Pipolino? l’Aikiou? Tout cela vous semble trop cher? Votre chien ou chat n’y comprend rien? Fait la grêve de la faim? Ces gadgets le stressent plus qu’autre chose?

Si je trouve tous ces distributeurs de croquettes excellents et adaptés à la grande majorité des animaux, j’ai quand même une astuce pour tous les récalcitrants : le PARPAING EN CIMENT!

Moins cher et tout aussi efficace, vous pouvez tout simplement acheter un parpaing en ciment dans tout bon magasin de bricolage qui se respecte et y disposer sa ration quotidienne en croquette dans les différents compartiments : gloutonnerie assurément et efficacement calmée!

 

Voilà, vous l’aurez compris : le but est tout simple : il faut fractionner les repas, augmenter le temps de prise du repas et stimuler l’animal physiquement et « intellectuellement ». 

 

 

La phéromonothérapie chez le chat (concours Feliway inside!)

8 Jan

Avant de parler des phéromones et du Feliway® à proprement parler, nous allons prendre un petit cours de biologie!

Si! Si! C’est très utile, ne râlez pas, on s’accroche! Sinon vous n’allez pas comprendre en quoi ce produit est une réelle petite révolution dans le traitement de nombreux troubles comportementaux du chat.

C’est parti!

Les phéromones sont des substances chimiques émises par la plupart des animaux et par certains végétaux. Elles agissent comme des messagers entre les individus d’une même espèce. Extrêmement actives, il n’en faut qu’une minuscule quantité, si bien qu’elles peuvent être détectées ou même transportées à plusieurs kilomètres. Chez les mammifères et les reptiles, les phéromones sont détectées par l’organe voméro-nasal (situé dans le fond du nez), tandis que les insectes utilisent généralement leurs antennes.

Le terme de phéromones a été défini par le biochimiste allemand Peter Karlson et l’entomologiste suisse Martin Lüscher en 1959 à partir des racines grecques :

  • pherein (transporter) et
  • hormon (exciter)

Les phéromones furent donc définies comme : « des substances sécrétées par des individus et qui, reçues par d’autres individus de la même espèce, provoquent une réaction spécifique, un comportement ou une modification biologique « .

Tout le monde suit?? OK? … Je continue!

Il existe différentes sortes de phéromones : les phéromones de territoire, de trace, d’alarme, sexuelles, d’attirement, d’apaisement, …

Le chat, en tout bon mammifère qu’il est, sécrète plusieurs types de phéromones :

  1. de manière active via le marquage urinaire, les frottements de sa face sur des individus ou des surfaces (via des glandes faciales), les griffades (via les glandes podales), les vidanges de ses glandes anales (lors d’un stress)
  2. de manière passive lors de la marche (il laisse des phéromones de passage via ses glandes podales), ou par une imprégnation de son odeur corporelle globale lors de contact physique prolongé

Héééé oui, quand votre chat se frotte à vous, c’est essentiellement pour laisser sur vous des phéromones faciales de reconnaissance et d’apaisement. Allons, … ne soyez ni déçus, ni vexés! ;-)

frotte

Copyright photo : Feliway©

Vous comprenez donc que certaines phéromones agissent comme un signal d’alarme, tandis que d’autres jouent le rôle de signaux d’apaisement.

Et le Feliway® alors? … J’y viens!

Le Feliway est une phéromone de synthèse qui code la fraction faciale féline F3. Cette fraction F3 est sécrétée naturellement par le chat pour marquer certaines zones de son territoire lorsqu’il y frotte sa tête.

Ainsi, il semble organiser son environnement en établissant une distinction entre les objets « connus » et « inconnus ». De même, l’analogue chimique de synthèse de la fraction F3 (le-dit Feliway®) est utilisé pour gérer de nombreuses situations de stress chez le chat.

Il a été prouvé par les vétérinaires comportementalistes que les phéromones de synthèse F3 sont efficaces pour gérer le stress, l’anxiété, le marquage urinaire, les griffades, la perte d’appétit et la perte d’intérêt du chat pour les interactions avec les humains. Il est important également de signaler l’absence totale d’effets secondaires de ce principe actif.

griffes

Copyright photo : Feliway©

Cage

Copyright photo : Feliway©

Copyright photo : Feliway©

Copyright photo : Feliway©

Le Feliway® est disponible sous deux formes : en spray ou en diffuseur électrique. Les deux formes présentent la même efficacité mais sont prévues pour des usages différents afin de prendre en charge différentes situations de stress chez le chat.

Le diffuseur s’utilise comme un diffuseur anti-moustique, en le branchant 24h sur 24 dans une prise électrique. Il couvre une surface de 70m2 et sera efficace durant 4 semaines. Il faut rajouter autant de diffuseurs que nécessaire dans tout l’environnement du chat.

Copyright photo : Feliway©

Copyright photo : Feliway©

Il sera utilisé lors de marquage urinaire ou de griffades, dans la pièce marquée par le chat.

Et également lors de manque d’appétit, de prostration, de diminution des jeux et des contacts, dans la pièce fréquentée préférentiellement par le chat.

Ils sera également utilisé dans un environnement potentiellement stressant car nouveau pour le chat : dans la nouvelle demeure en cas de déménagement, dans l’appartement habituel lors de l’introduction d’un nouvel animal ou d’un nouvel individu (un bébé nouveau né par exemple) sur le territoire du chat ou lors de travaux, …

Le spray quant à lui sera utilisé en vaporisant la solution à 10 cm de l’objet. Attention à bien vaporiser à distance de l’objet en question, sans le mouiller directement car il risquerait d’être taché. Non pas que le Feliway® fasse des taches sur les tissus (c’est faux! vous pouvez l’utiliser sans crainte) mais parce que le chat pourra croire qu’un chat (ou lui-même) a déjà marqué cet endroit et il risquerait de rafraîchir le spot par un marquage urinaire. Et là, c’est le serpent qui se mord la queue!

Copyright photo : Feliway©

Copyright photo : Feliway©

Le spray est utilisé dans les cas suivant :

  • sur les spots urinaires : 1 pulvérisation
  • sur les griffades : recouvrir toute la surface griffée (c’est-à-dire 4 à 6 pulvérisations)
  • dans la cage de transport : 8 pulvérisations (les angles et sans oublier le coussin ou la couverture du sol)
  • sur les objets saillants de la pièce : 1 seule pulvérisation à 20 cm du sol

Le Feliway® sous ces deux formes est bien évidemment disponible dans tous les réseaux spécialisés et chez votre vétérinaire!

Et là, je remercie Feliway Conseil qui m’a contacté via Twitter pour vous proposer un petit concours à la clé en marge de cet article. Il y a 5 lots à gagner. Chaque lot sera composé d’un spray de Feliway, ainsi que d’un sympathique petit jeu des 7 familles. Un joli cadeau en ce début de 2014, non?

Je vous demanderais donc en qulques mots de m’expliquer les bêtises ou le stress de votre ou de vos chats et en quoi le Feliway pourrait selon vous l’aider au quotidien. Vous avez jusqu’au dimanche 19 Janvier 2014, minuit, pour participer!

N’hésitez pas à liker la page Facebook Feliway et/ou à suivre Feliway Conseil sur Twitter . Ils sont très actifs et se feront un plaisir de répondre à toutes vos questions!

Et pour le site internet d’info sur le Feliway, c’est par ici !

Copyright photo : Feliway©

Copyright photo : Feliway©

Bonne chance!

Note : Cet article n’est pas un article sponsorisé!

 

EDIT du 20 janvier 2014 :

Randomizer a parlé :

phéromones

 

Les 5 lecteurs qui remportent ce concours sont donc :

 

– Adeline (commentaire du 8 janvier 2014 à 14:04)

– LEA (commentaire du 8 janvier 2014 à 20:23)

– Chouane Lou (commentaire du 9 janvier 2014 à 00:09)

– hubler (commentaire du 12 janvier à 09:13)

– LoutrePoilue (commentaire du 17 janvier 2014 à 23:08)

 

Merci à toutes et tous de votre participation et BRAVO au cinq gagnants! Merci de m’envoyer rapidement votre adresse postale par mail à vetandthecity(AT)gmail(POINT)com afin que l’on puisse vous envoyer vos lots…

2014 … l’année des J

2 Jan

2013, c’était l’année des I …

2014, c’est donc l’année des J !

On reste dans le "strass et bling bling" en ce début d'année, ok?

On reste dans le « strass et bling bling » en ce début d’année, ok?

Pour figurer dans le LOF (Livre des Origines Français), les chiens de race doivent être baptisés d’un nom dont l’initiale est fixée par la réglementation des Instances canines d’après l’année de naissance. Si le chien n’est pas inscrit au LOF, vous faites comme vous voulez!

Cette « règle » existe depuis 1885 et a été confirmée en 1926 par la Société Centrale Canine. Les lettre K, Q, W, X, Y, et Z ont été abandonnées en 1973 car on a estimé qu’elles étaient trop limitées dans le choix des noms. Les années se suivent donc depuis, au fil de l’alphabet, en zappant ces 6 lettres et en passant à la suivante. On revient donc, depuis 1973, à la même lettre tous les 20 ans.

 

Et cette année 2014, en France, sera l’année des J.

 

Elle est cependant différente dans d’autres pays! Par exemple : 2014 sera l’année des en Belgique, des I au Luxembourg, des Y au Canada, …

 

Pour vous aider à trouver ce nom si précieux, la SCC vous aide : ICI avec plus de 15000 noms!

 

M’est avis qu’on aura quelques petits Jack et James, cette année, non?

Personnellement, je pencherais pour Janis pour une femelle, et Jagger pour un mâle … mais ce n’est que mon côté groupie-rock qui parle, là …

Et vous? Des idées???

« Aristide », un Hotel pour chats ouvrira au printemps 2014 à Paris

13 Déc

J’ai rencontré Gauthier l’année dernière. Il m’avait contacté par mail pour me faire part de son désir d’ouverture d’un hôtel pour félins urbains parisiens.

On a pris un café à côté de la clinique et il a tout de suite su attirer mon attention sur son projet : plans modernes ultra design, ambiance clean et cosy, chambres félines 3D, aménagements bien pensés, espaces riches, interactifs et ludiques … bref : ce sympathique « farfelu » avait murement réfléchi son projet qui ne semblait, lui, pas farfelu du tout!

hotelchat4

hotelchat1

hotelchat2

hotelchats3

Il m’a demandé mon avis, a écouté mes quelques conseils, … mais il maîtrisait déjà bien son sujet, le bougre! ;-)

Il m’a régulièrement tenu au courant de l’évolution des choses et voilà que tout se précise : Gauthier a trouvé son local (dans le 9ème arrondissement de Paris) et a commencé les travaux : « Aristide » (c’est le nom du chat de Gauthier mais aussi de ce futur hôtel) ouvrira ses portes au printemps 2014.

aristide

Sympa le logo, non?

 

Si vous voulez visualiser tout cela, rendez vous dans cette petite vidéo :

Pour finaliser son hotel pour félins urbains, Gauthier a besoin de … VOUS! Il a donc lancé une campagne de financement sur le site de crowdfunding KissKissBankBank : ICI!

Cat-lovers parisiens, je vous invite à y participer car vous n’y perdrez rien (vous y gagnerez, même!) puisque chaque contrepartie vaut plus que son coût. Par exemple, pour un don de 50€, vous vous verrez offrir pour votre chat un week-end de 3 jours + un totebag + un petit jouet.

Je vous invite aussi a visiter son blog et a liker sa page Facebook pour être tenus au courant de toute son actu.

All I want for Christmas is … to warn you of the danger

4 Déc

Voilà MA chanson de Noël … celle que je fredonne sans cesse en ces périodes de fêtes de fin d’année … (bien que je DETESTE Miss Carey, c’est épidermique!)

Pour que ces périodes de fêtes et de joies en famille ne soient que fêtes et joies, justement, voici mes petits conseils de prévention, histoire d’éviter de se retrouver aux urgences avec votre compagnon et de bousiller le repos-du-guerrier bien mérité de votre véto préféré(e) (ne me remerciez pas, c’est un article 100% égoïste).

Alors … on fait gaffe à quoi??

 

Le sapin!

« Mon beau sapiiiiinnnnn, roiiiiiii des occlusioooooonnnns… »

Les épines de sapin ou d’épicéa, si elles sont ingérées, peuvent être très irritantes pour l’estomac de votre chien ou de votre chat.

N’oubliez pas que votre sapin doit être le plus stable possible afin d’éviter les catastrophes avec des chats ou des chiens acrobates. Fixer votre sapin sur un socle, et n’hésitez pas à fixer le sapin en l’attachant sur plusieurs points (à un mur, au plafond, …).

Evitez les boules en verre. C’est plus sûr. Rapport aux chats qui font une fixette dessus et risquent bien de se blesser.

Evitez les guirlandes fines, type guirlandes cheveux d’anges, qui peuvent être ingérées par votre chat et créer des occlusions intestinales. Idem avec les ficelles des emballages cadeaux. A éviter aussi. L’ingestion de ces « corps étrangers linéaires » est excessivement dangereuse.

Débranchez les guirlandes électriques lumineuses quand vous allez dormir ou que vous quittez votre appartement. Risques d’électrocution et d’incendies!

OUI on peut avoir un chien et/ou un chat et investir dans un conifère décoratif … mais on fait attention! Sapin, guirlandes, boules décoratives, … Si votre animal est du genre à tout mâchonner, évitez!

Et évitez aussi la neige artificielle. Son ingestion est bien sûr toxique.

Un sapin, oui, mais dans le doute, on interdit l’accès de la pièce où il se trouve quand on n’est pas là pour surveiller.

 

Le chocolat!

Le chocolat, pour nos animaux, c’est extrêmement toxique!

C’est la théobromine (molécule présente dans le chocolat) qui est responsable de la toxicité de cette friandise chez nos carnivores domestiques. Cette molécule s’apparente à la caféine et est plus concentrée dans le chocolat noir que dans le chocolat au lait. Mais le chocolat au lait étant plus riche en matières grasses, il fait tout autant de dégâts sur la santé de nos compagnons. Donc pas de blabla légendaire : le chocolat au lait n’est pas plus permis que le chocolat noir! Les chiens sont hypersensibles à la théobromine parce qu’ils métabolisent très lentement cette substance et, par conséquent, elle reste près de 3x plus longtemps dans leur sang que chez l’homme.

La dose toxique de théobromine est d’environ 240 à 500 mg par kg de poids corporel de chien. Sachant que le chocolat noir contient environ 15 mg de théobromine par gramme,  un chien de gabarit moyen (10 kg) doit ingérer un peu moins d’une tablette de chocolat noir pour atteindre une dose mortelle.

Il existe également une toxicité cardiaque accumulative de cette molécule : si le chien mange régulièrement du chocolat à petite dose, il risque de développer une insuffisance cardiaque. Il ne faut donc jamais donner de chocolat à un chien comme récompense et ce, même en très petite quantité!

Les chiens de races Boxer, Bouledogue, … (les “brachycéphales”) sont plus sensibles à cette toxicité que les autres, sans doute à cause de leur prédisposition aux anomalies cardio-respiratoires.

 

L’alcool!

Si pour nous, les boissons alcoolisées couleront à flots durant les fêtes (à boire avec modération, bien sûr!) … (mais c’est qui, ce « modération »?), redoublez de vigilance, surtout pour les chiens (pour les chats aussi mais ils ont quand même moins tendance à lécher n’importe quoi). Rincez bien vos verres à l’eau après la fête si vous ne rangez pas tout tout de suite car la plupart des boissons alcoolisées sont sucrées et attirent donc les papilles de nos petits filous.

 

Les marrons!

Les marrons sont en fait des châtaignes … et sont à éviter absolument chez nos animaux (à cause des tanins qu’ils contiennent). Ils sont à l’origine de crampes abdominales, de vomissements, de diarrhées, … et d’occlusions si avalés tels quels. A éviter, donc.

 

Les os de volaille!

Les os de poulet, canard, oie ou dinde cassent en formant des petites pointes et risquent, si elles sont machonnées, de causer des occlusions voire des perforations digestives.  

 

Les oignons, les échalotes et l’ail! 

Attention, ce sont des aliments interdits à nos animaux. Ils sont toxiques et peuvent causer des anémies mortelles.

 

Les aliments trop salés!

Le saumon fumé, la charcuterie, … peuvent induire des troubles digestifs (vomissements, diarrhée, soif intense, …) et nerveux (excitation, convulsions, coma, voire mort). A éviter, donc, également!

 

Le café!

La caféine est très nocive pour les reins, le système nerveux et le cœur de nos compagnons (vomissements, hyper excitation, convulsions, tachycardie, oedème pulmonaire, …).

 

L’antigel!

L’antigel (ou éthylène glycol) est à mettre hors de portée de nos animaux de compagnie. Ces intoxications concernent surtout le chien, parfois le chat.

On estime que l’animal doit en boire 4 à 5 millilitres par kilos chez le chien et 1 à 2 millilitres par kilo chez le chat pour en avaler une dose mortelle. Mais le problème est que l’antigel a un goût sucré, ce qui le rend très appétant, et ce qui fait que nos compagnons peuvent en boire spontanément d’importantes quantités.

Les symptômes d’une intoxication à l’éthylène glycol sont les suivants :

Les premiers symptômes peuvent apparaître au bout d’une demi heure. Mais vous pouvez ne rien observer pendant plusieurs heures. Oui, c’est traître… Les animaux peuvent sembler mieux cliniquement puis se re dégrader rapidement au bout de 72 heures.

Troubles digestifs : l’animal peut se mettre à vomir, à présenter de la diarrhée, ou à boire de grandes quantités d’eau

Troubles nerveux : « état d’ébriété », tremblements, troubles de la démarche, convulsions, coma

Troubles cardiaques et/ou respiratoires : augmentation de la fréquence cardiaque et respiratoire, halètement. Puis ralentissement de ces fréquences.

Troubles urinaires : augmentation de la fréquence des mictions urinaires, puis blocage urinaire et/ou sang dans les urines

L’action toxique de l’éthylène glycol s’exerce directement sur le cerveau. Il est ensuite dégradé en d’autres molécules, qui, elles vont être toxiques pour le muscle cardiaque et les reins.  Des précipités vont se former dans les reins, provoquer une néphrite aiguë, et vont endommager les reins de manière irréversible.

Moralité : rendez inaccessibles à vos animaux domestiques les flacons contenant de l’éthylène glycol (et, en général, tous les produits chimiques et ménagers) en les enfermant dans des placards fermés à clé ou en hauteur!!!

 

Les plantes ornementales!

Le gui et le houx, ainsi que leurs baies sont très toxiques. Leur ingestion induit salivation, diarrhée, vomissements et troubles nerveux. Le gui induit aussi des troubles cardiaques. En cas d’ingestion d’une forte dose et si on ne traite pas rapidement, cette intoxication peut causer la mort de l’animal. Donc même si cette plante est sensée porter bonheur lorsqu’on s’embrasse sous elle aux 12 coups de minuit, on met tout cela hors de portée! O Source : Wikipedia

L’if est HYPER toxique (peut être présent dans les couronnes de Noël) : en cas d’ingestion importante, la mort est subite et foudroyante. Un chien de 10 kg peut mourir s’il ingère 80 grammes d’if.

Source : Wikipedia

La Rose de Noël est irritante pour la peau et les muqueuses et pour l’estomac. Risque de vomissements et de diarrhée.

rose de noel

 

Donc : Noël, oui! Mais en ces périodes à risque, on redouble de vigilance…

Je vous souhaite à toutes et tous de belles fêtes de fin d’année! Profitez bien de ces moments entourés de tous ceux qui vous sont chers. Et n’hésitez pas à poster vos plus belles photos sur la page Facebook!

Lupin ferait n'importe quoi pour attirer l'attention du Père Noel...

La phytothérapie, oui, j’y crois! [ Cadeau inside ]

30 Nov

Je vous ai déjà parlé de phytothérapie et je sais que vous aimez les méthodes « naturelles » de soins pour vos animaux de compagnie.

Je vous ai également déjà parlé de ma consœur et désormais amie, le Docteur Céline Gastinel-Moussour, qui a développé une gamme phyto en collaboration avec les laboratoires Leaf Care. C’est également elle qui m’avait invité dans son émission « Au bonheur des Animaux » sur idFM 98,0FM, Radio Enghien.

Je vous rappelle que la gamme de compléments alimentaires Leaf care :

– se présente sous forme de friandises adaptées au goût du chien (pour la gamme chien) et au goût très délicat du chat (pour la gamme chat).

– a été formulée par une vétérinaire praticienne, à savoir Céline Gastinel-Moussour (qui utilise les plantes dans sa pratique quotidienne), et elle contient des extraits de plantes qui ont fait la preuve de leur efficacité depuis des années.

logo

La présentation est particulièrement appréciée :

– 75 % des chats prennent spontanément les produits de la gamme

– 98 % des chiens les adorent

– Pour les plus récalcitrants il est facile d’écraser chaque « boulette » avec 1 ou 2 millilitre d’eau tiède pour donner le produit à la pipette directement dans la bouche.

Les produits de la gamme :

gamme

–  INTESTICALM : solution naturelle pour le bien-être digestif ( pré et pro biotiques )

–  VERMICROC : (le seul – pardon Céline – auquel je n’adhère pas trop … mais il en faut!) : vermifuge naturel ( gentiane, papaye, graine de courge )

–  PHYTAPAISE : pour un chien ou un chat détendu sans médicaments ( passiflore et pavot de Californie ) … cela fait maintenant plusieurs mois que je le teste sur les animaux de ma clientèle et je dois dire que c’est mon chouchou dans la gamme. Il fait des « miracles » sur les chats anxieux (qui développent des cystites idiopathiques, du marquage urinaire, des agressions d’anxiété, …)

–  CROC AND GO : une solution complète pour les articulations et les muscles

– CANIPEPS : solution de soutien du métabolisme, drainage en douceur de l’organisme du chien, mon deuxième « chouchou » de la gamme, avec le Felipeps

–  FELIPEPS : solution de soutien métabolique et de drainage adaptée au chat

J’adhère totalement à cette gamme phyto car :

Elle affiche une volonté d’utiliser des extraits de plantes et des produits naturels rigoureusement sélectionnés qui ont fait leurs preuves depuis des années.

Elle fait le choix de préserver les réserves de la terre :

–         Aucune espèce de plante menacée par les récoltes

–         Le choix de plantes cultivées de façon respectueuse et naturellement présentes en quantité dans le monde

–         Des omégas 3 issus d’une production par des algues cultivées pour ne pas épuiser les océans, tout en évitant les polluants

–         La spiruline est cultivée

Chaque solution a été testée et approuvée par les principaux intéressés : les chiens et les chats !

Avec l’aide de vétérinaires, d’éleveurs et d’amoureux de chats et de chiens qui ont contrôlé sur le terrain l’efficacité pendant deux années avant la sortie de la gamme.

S’il est bien clair que vous ne soignerez pas l’abcès de votre chien ou le cancer de la vessie de votre chat avec de la phytothérapie, il me semble cependant judicieux de ne pas tourner le dos (en médecine humaine comme en médecine vétérinaire) aux médecines alternatives. La phyto en médecine vétérinaire est pour moi une excellente alternative, de la médecine douce quand on ne doit pas nécessairement sortir l’artillerie lourde. Ou de l’adjuvant (c’est à dire que la phyto va seconder le traitement de médecine dite « classique »).

En cette période de crise, nous avons tous envie de bien-être et de solutions naturelles  pour nos chats et nos chiens, mais nous les voulons à un prix raisonnable. C’est un choix délibéré de Leaf Care de contenir les coûts tout en exigeant une très haute qualité.

Enfin et surtout selon moi : la naissance des produits est le fruit d’échanges qui s’inscrivent dans une démarche globale de prise en charge de la bonne santé du chien et du chat.

La réflexion sur le bien-être du chien et du chat ne s’est pas limitée aux produits de la gamme et c’est pour cette raison qu’une maison d’édition ( le Pré du Plain : www.lepreduplain.com ) s’associe au projet pour pour partager les connaissances en publiant une collection de livres :

pré du plain

« Le B.A.-BA  des plantes pour mon chien » et « Le B.A.-BA des plantes pour mon chat » ont tout d’abord été écrits par Céline et édités. Mais la gamme complète est désormais disponible : « Le B.A.-BA des plantes pour mon furet« , « mon lapin » et « mon cheval« !

CELINE

La collection, résolument pratique et richement illustrée, est vendue au prix très attractif de 5 euros par livre (qui font chacun une soixantaine de pages!).

Je précise que je n’ai aucune action chez Leaf Care et que je ne parle de cette gamme que parce que c’est de la parapharmacie (donc, des compléments alimentaires, et donc que j’ai le droit de le faire) et enfin et surtout parce que je crois en ce qu’à développé Céline, qui est une vraie professionnelle et une passionnée!

Pour tous ceux que la phyto intéresse, je vous invite vivement à lire ses livres : « Phytothérapie et soins naturels pour mon chat » et « Des plantes et des soins naturels pour mon animal de compagnie « .

Céline nous fait aujourd’hui un très grand plaisir : elle propose à deux d’entre vous de gagner la gamme complète de ces petits guides. Chaque gagnant se verra donc envoyer les 5 exemplaires : « chien, chat, furet, lapin et cheval ». Un joli cadeau à mettre sous le sapin, non?

Pour tenter de gagner, c’est très simple : publiez ci dessous un commentaire en expliquant pourquoi vous voulez remporter ces guides, et un tirage au sort désignera les deux gagnants. Vous avez jusqu’au samedi 14 décembre, minuit, pour participer!

Bonne chance!

Edit du 17 décembre 2013 : AD THE WINNERS ARE … 

(suite à l’absence de réponse des deux gagnantes originelles, j’ai procédé à un 2ème tirage au sort via randomizer)

 Alise (a.mon****@hotmail.fr) et Manaudier Jennifer (lasaw****@hotmail.fr) !!! Félicitations et merci à toutes et tous de votre intérêt et de votre participation !

Merci de bien vouloir m’envoyer vos coordonnées (nom complet et adresse postale) par mail à vetandthecity(AT)gmail(POINT)com

Un cas de rage animale à Argenteuil dans le Val d’Oise – Recherche des personnes et animaux en contact … Ou : « de l’utilité de faire vacciner son animal SYSTEMATIQUEMENT contre la rage »

1 Nov

Je relaie ici un message important, de santé publique, du ministère de l’agriculture…

Cas de rage animale dans le Val d’Oise – Recherche des personnes et animaux en contact

31/10/2013

Ministère des affaires sociales et de la santé – Direction générale de la santé

Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt – Direction générale de l’alimentation

L’Institut Pasteur a confirmé le 31 octobre 2013 un cas de rage chez un chaton trouvé le 25 octobre 2013, rue Marguerite à ARGENTEUIL. L’animal est décédé le 28 octobre 2013. Il s’agit d’un chaton d’environ 2 mois tricolore : blanc, noir et fauve (cf. photo).

chaton rage

Une enquête épidémiologique a été engagée afin d’identifier et prendre en charge les personnes qui auraient pu entrer en contact avec ce chaton entre le 8 octobre et le 28 octobre inclus. Cette période correspond à la période pendant laquelle il a pu transmettre la maladie.

Cinq personnes ayant été en contact avec le chaton ont déjà été identifiées. Elles ont été prises en charge et dirigées vers un centre antirabique pour recevoir un traitement préventif.

Les personnes

  • qui auraient été mordues, griffées, égratignées, ou léchées sur une muqueuse (bouche, yeux…) ou sur une peau lésée par ce chaton
  • ou dont l’animal aurait été en contact avec ce chaton,

entre le 8 octobre et le 28 octobre 2013 inclus doivent appeler rapidement le 08 11 00 06 95

Numéro local accessible entre 10H00 et 18H00 heures à partir du 1er novembre 2013

De même, toute personne qui aurait des informations à donner au sujet de ce chaton ou de son éventuel propriétaire est invitée à contacter ce numéro.

Il est extrêmement important de pouvoir retrouver toutes les personnes, notamment le propriétaire, ou les animaux ayant été en contact avec ce chaton, la mère et les autres chatons de la portée. La France étant indemne de rage depuis 2001, ce chaton ou là mère ont été importés d’un autre pays, non indemne.

La rage, une maladie qu’il faut traiter rapidement

La rage est une maladie mortelle si elle n’est pas traitée à temps. Elle est transmissible pendant environ 15 jours avant l’apparition des premiers symptômes de la maladie chez l’animal.

Chez l’homme, le traitement préventif de la rage humaine, administré après le contact avec l’animal porteur, mais avant l’apparition des symptômes, est très efficace.

Rappel de recommandations importantes

  • Tout chien ou chat ou autre carnivore ayant mordu ou griffé une personne, doit être présenté à un vétérinaire par son propriétaire dans les 24 heures suivant la blessure. L’animal fait l’objet d’une surveillance sanitaire par le vétérinaire pendant 15 jours ;
  • en cas de morsure, il faut immédiatement nettoyer la plaie avec de l’eau et du savon, rincer abondamment et appliquer une solution antiseptique. Il est indispensable de consulter rapidement un médecin, qui pourra selon le contexte orienter la personne mordue vers un centre antirabique ;
  • il ne faut pas manipuler les animaux sauvages ou errants surtout lorsqu’ils sont trouvés malades ou blessés.

Contact presse Préfecture du Val d’Oise : 06 80 28 62 40.

Pour plus d’informations :

http://www.val-doise.gouv.fr/

http://agriculture.gouv.fr/rage,993

http://www.sante.gouv.fr/rage-somma…

___________________________________________________________________________

L’occasion pour moi de vous rappeler la législation en vigueur…

Je me permets de rappeler à chacun d’entre vous l’utilité de l’identification et du vaccin rage.

Oui, effectivement, la rage ne court pas les rues en France, ça se saurait si c’était le cas. Mais lors de l’émergence d’un cas de rage importé d’un pays étranger, avec un peu de malchance, si votre animal a été en contact avec le cas suspect et qu’il n’est pas identifié ni vacciné, la législation oblige son euthanasie. Alors qu’il sera simplement surveillé si il l’est.

A bon entendeur, donc…

Ce cas permet également de rappeler que les formalités douanières d’importation d’animaux ne sont pas inutiles et faites uniquement pour vous enquiquiner, loin de là!

Pour importer un chat, un furet ou un chien en France depuis un pays non-indemne de rage (d’où proviendrait très probabelement ce chaton), cet animal doit être identifié, vacciné contre la rage, et doit subir une prise de sang de recherche d’anticorps contre la rage par un laboratoire d’Etat agréé, prouvant un taux suffisant justifiant sa vaccination correcte.

Alors oui, bien sûr, si vous voyagez à l’étranger avec votre compagnon, vous savez que vous devez le faire vacciner contre la rage. Le passeport, la puce électronique, tout ça, vous le savez.

Mais si votre animal vit tranquillement dans votre appartement, vous vous dites que question rage, vous êtes plutôt peinard. Et vous n’avez pas vraiment tort, …SAUF QUE! …

La France est indemne de rage vulpine (de renard) depuis 1998. Et de rage canine depuis 2001. C’est à dire qu’aucun cas de rage franco-français n’y a été déclaré depuis ces dates.

Oh oui, il y a bien quelques cas sporadiques qui affolent la presse. Mais il s’agit à chaque fois de cas de rage d’animaux importés de l’étranger. Comme ce dernier cas en Vendée, dont je vous avais parlé ici et de ce chiot ramené du Maroc dontje vous avais aussi parlé .

Rapport World Health Organization 2012 : risque de rage en fonction des pays

Alors pourquoi faire vacciner son animal contre la rage s’il n’y a plus de rage en France?? 

Je reprends donc l’un des derniers cas de rage canine sporadique en France : de ce chiot ramené du Maroc en Vendée en août 2011.

Le chiot importé de l’étranger et porteur de la rage a été diagnostiqué rapidement par un vétérinaire.

Les personnes ayant été en contact avec cet animal ont toutes été traitées préventivement. Car le vaccin contre la rage est préventif mais aussi curatif si il est pratiqué précocement après la morsure ou le léchage d’une plaie ouverte par un animal enragé.

Les animaux ayant été en contact avec l’animal enragé ont été divisé en deux groupes : ceux vaccinés (et identifiés) et ceux non vaccinés contre la rage. Les animaux vaccinés (et identifiés, par tatouage ou puce électronique) ont été placé sous surveillance vétérinaire. Une fois l’épidémiosurveillance assurée, ces animaux ont continué leur petite vie comme si rien ne s’était passé.

Les animaux non vaccinés (ou non identifiés) … ont été tout simplement euthanasiés!

En France, en matière de santé publique, on applique la technique du risque zéro. Et je pense sincèrement qu’il s’agit de la bonne formule.

Vous l’aurez donc compris, vacciner votre chien, votre chat ou votre furet contre la rage sert tout simplement à le protéger. Et à vous protéger vous et votre entourage.

Donc même si votre chien, votre chat, ou votre furet vit dans notre belle ville et qu’il ne quitte jamais Paris, « on ne sait jamais »!

Le B.A.-BA est donc celui ci : chien, chat, furet, même combat! :

– On le fait identifier (car si il n’est pas identifié et qu’il a été en contact avec un animal importé suspect de rage et qu’il n’est pas identifié, il sera aussi euthanasié) par microchip (le tatouage, c’est so 2012 : totalement révolu)

– Votre vétérinaire vous fournit un passeport pour votre animal (car vous l’avez fait identifier)

– On le fait vacciner contre la rage (et contre toutes les autres maladies dont la prophylaxie peut être assurée par leur vaccination) et le vétérinaire l’annote dans le passeport

Voici en lien, la page internet du Ministère de la Santé qui explique les différentes modalités à remplir pour l’importation d’animaux depuis des pays extérieurs à l’Union Européenne : ICI.