Il vieillit…

3 Juin

Lupin, mon copain, mon petit chien que j’aime, je le vois bien, que tu vieillis! Tu as beau faire le caïd et t’auto-lancer tes jouets en l’air, en position de jeu, je le vois bien que tu déclines doucement…

Comme je le revis si bien dans ma tête, ce jour de septembre 2000 où, encore étudiante en avant dernière année de mes études de vétérinaire, j’ai franchi les portes de la SRPA de Cointe, près de Liège, en Belgique, et j’ai littéralement flashé sur ta bouille de chien-qui-ne-ressemblait-à-rien. Tu t’appelais « Pik », à l’époque. Tu n’étais qu’un paquet de poils durs et hirsutes, et du haut de tes 7 mois, ce jour là, assis tout sage dans ta cage en remuant la queue, alors que tes voisins jappaient bruyamment, tu m’as lancé ton regard-qui-tue. Et en 2 secondes à peine, j’ai su que ce serait toi. Mon premier chien, mon grand copain. Lulu8mois Celui qui m’en a fait baver question éducation, qui pissait et crottait partout dans mon « kot » d’étudiante (NDLR = colocation d’étudiants, pour les « non belges »), qui n’écoutait rien, que je mettais 2 heures à récupérer dans les bois du château de Colonster, mais que je refusais catégoriquement de promener en laisse, tellement je le voyais, que tu avais besoin d’espaces. Celui qui me bouffait mes – vitales! – tablettes de chocolat Galler en période d’examens, qui fuguait par la fenêtre de mon balcon pour me retrouver à la sortie des amphis, celui qui était obligé de dormir dans son panier mais que je retrouvais – vilain chien! – systématiquement sous ma couette tous les matins. Celui qui se battait à grands coups de crocs avec tous les mâles du quartier. Mais aussi celui qui se faisait tout petit et tout sage, du haut de ses 12 kilos, dans mon sac à dos à mes pieds dans le métro, le Thalys, le TGV, ou pour l’emmener en loucedé avec moi dans une salle de cinéma. Et celui que j’ai fini par « apprivoiser », à comprendre et à éduquer comme peu de chiens le sont. Tu es petit à petit devenu le chien « parfait », qu’on accepte partout : au resto, à l’hôtel, chez des amis, dans la famille, chez de parfaits inconnus, aussi. Tu es LE chien parfait!

Celui qui a connu mon premier (et dernier – ouf!) vrai chagrin d’amour, qui a essuyé des litres de larmes (et de morve). Celui qui se retenait pendant 16 heures de faire ses besoins en période de stress d’examens.

Celui qui a été accepté « en package » avec sa maîtresse par mon véritable et grand amour, celui qui portait un joli nœud pap’ beige à notre mariage et nous attendait sagement à la sortie de l’église, qui m’a fidèlement suivi de Liège à Lille, de Lille à Paris, de Paris à Neuilly et de Neuilly à Bruxelles. lulu Celui qui a connu mon premier gros ventre, puis mon second, 3 ans après. Celui qu’on avait à la base abandonné à la SPA sous prétexte qu’il était dangereux avec les enfants, mais qui est depuis toujours le meilleur ami des miens. Lululou Lululou2 Lululou3 Lululou4 Lululeo 15 ans de vie à nous deux, mon bon vieux Lulu! On en a fait, du chemin! On a parfois chialé, mais on a surtout été très très très heureux!

En mars dernier, nous sommes revenus vivre dans notre pays d’origine, la Belgique. Et tu m’as fait une grosse frayeur. Un soir, vers 20h30, dans notre toute nouvelle maison, tu t’es mis à tousser. De plus en plus. À respirer de moins en moins bien. Une grosse crise de dyspnée très brutale. J’ai vite compris que tu faisais un œdème pulmonaire carabiné mais je n’avais jamais soupçonné le moindre problème cardiaque de ta part : avant cette crise, tu courrais comme un maboule dans les champs, tu n’as jamais montré le moindre signe d’intolérance à l’effort. Je t’ai « nursé » toute la nuit, à grands coups d’injections de diurétiques, en t’apportant de l’oxygène, tu respirais tellement mal! J’ai beaucoup pleuré, cette nuit là, j’ai cru te perdre plusieurs fois. J’ai failli abréger tes souffrances… Et puis, tu as finis par t’endormir. A 7 heures le lendemain matin, tu toussais toujours un peu mais tu arrivais à te relever.

L’échographie cardiaque a révélé que tu avais fait une rupture de cordages sur une cardiopathie décompensée. Bref, tu souffres d’une maladie cardiaque que je n’ai jamais diagnostiqué. Je m’en veux tellement! Mais tu aurais pu me mettre sur la piste, non? Depuis lors, tu reçois un « traitement de cheval » pour aider ton petit cœur malade : IECA, inodilatateurs, diurétiques, … Tu demandes à sortir 10 fois par jour. Et c’est souvent compliqué avec le boulot et les enfants. Tu fais régulièrement pipi à l’intérieur maintenant, mon petit vieux, mais comment pourrais-je t’en vouloir?

Depuis deux mois maintenant, tous les soirs, je te laisse dormir dans ton panier en me disant que le lendemain matin tu ne seras peut-être plus là. Les enfants sont prévenus : Lupin est vieux maintenant, son cœur est malade, … « Il va bientôt aller au ciel, maman? » … « Oui, mon chéri, bientôt, mais pour le moment, tu vois, il va bien. Il mange, il joue encore, il ne tousse plus et respire mieux, grace aux médicaments, alors on va continuer comme avant : on lui fera juste un peu plus souvent des câlins, on lui dira souvent qu’on l’aime, et il faut être très doux avec lui et ne pas l’embêter » (même mon petit dernier de 15 mois a compris et ne lui saute plus dessus, comme il avait tendance à le faire, avant)

Je suis vétérinaire. Mais je suis aussi « maman chien ».

Vous voyez, je suis comme vous : perdue devant la maladie de mon compagnon. Avec la conscience en plus de mon métier. A dire vrai, je suis terrorisée à l’idée qu’il nous quitte. Car Lupin est irremplaçable. Je sais qu’ils le sont tous. Mais Lulu, c’est le mien. Lulu, c’est une part de moi, c’est toute ma jeunesse. Et le jour de son départ, je perdrai le plus fidèle et formidable petit être à 4 pattes que j’aie rencontré.

Il y a 15 ans...

Il y a 15 ans…


Et maintenant...

Et maintenant…

Advertisements

29 Réponses to “Il vieillit…”

  1. MJ 3 juin 2015 à 17:07 #

    Merci Laurence, me voilà en train de pleurer car c’est super bien écrit et malgré tout on se projette et on pense à ceux qui nous ont quitté. Profitez bien de Lulu (Ps: ah là là la Belgique, tu as bien fait d’y retourner )

  2. cindy 3 juin 2015 à 17:08 #

    Quelle merveilleuse, quelle émouvante déclaration d’amour! comme vous exprimez si bien tout ce que nous ressentons pour nos compagnons! Quelle chance a Lulu d’être si aimé!

  3. Nathalie Pouchkine 3 juin 2015 à 17:34 #

    Comme c’est dur :( on a beau se raisonner et savoir qu’ils vivent moins longtemps que nous. Mais les liens sont là et sont parfois si forts! On dit toujours qu’il faut retenir le fait qu’ils ont eu une belle vie, etc … Mais au final, la vieillesse et le départ restent très compliqué à vivre. Ils sont notre famille. Nos compagnons des jours heureux ou moins heureux. Courage à vous et à votre famille. Et caresse à Lulu. <3
    Nathalie, une ancienne asv.

  4. rapha 3 juin 2015 à 17:49 #

    Ptit Lulu. C’est a toute la communauté qu’il va manquer. Plein de bonnes ondes pour la suite de vie. Il y a tant d’amour, ca pousse les montagnes !

  5. Cath 3 juin 2015 à 18:41 #

    Mon chien, mes tripes, mon trésor, mon ami, mon confident, mon âme soeur, mon ombre, mon soleil, mon amour, mon copain, mon complice, mon clown, mon complémentaire, mon équilibre, mon ange gardien, mon unique, ma plus belle rencontre ….

  6. Brigitte 3 juin 2015 à 19:26 #

    Et voilà… Je viens de pleurer toutes les larmes de mon corps…
    En pensant à mes loulous qui ne sont plus là et sans doute plus encore à ceux qui sont à mes pieds, là, en ce moment et dont je ne peux pas imaginer l’absence, un jour…
    Trop dur de les voir vieillir… De se dire qu’il faudra peut-être un jour prendre cette saleté de décision et se demander, encore des années plus tard, si vraiment, c’était le moment…
    Quelle superbe déclaration d’amour, en tout cas… Allez, petit Lulu… Ça mérite bien que tu fasses encore un bon petit bout de chemin !!!

  7. Assia Hamida 3 juin 2015 à 19:49 #

    J’ai commencé avec le sourire et finis en larme.
    J’ai moi même un chien et je suis totalement incapable d’envisager la vie sans elle. Je l’aime tant.
    Petit Lupin, je te souhaite beaucoup de courage et encore beaucoup de belles choses à vivre.
    Tout plein d’amour et de tendresse pour un compagnon formidable…

  8. Vénéreau Stéphanie 3 juin 2015 à 21:52 #

    Très beau. J’ai perdu ma petite chienne à ses 18 ans. Elle a vécu à mes côtés de mes 20 à 38 ans. Ma vie de jeune femme, de femme, de mère. Profitez bien de lui et de vos derniers instants.

  9. Sabine 4 juin 2015 à 00:26 #

    Courage Lulu! Courage maman de Lulu! Tout plein de pensées positives pour vous deux.

  10. brasco Illicite 4 juin 2015 à 08:55 #

    C trop beau j’en ai encore les larmes aux yeux… Ça me rapl tellement mes bb ki sont partis trop vite 😢😢😢
    Vous êtes super d’avoir fait cette déclaration à Lulu
    Jspr ke vous serez encore heureux très longtemps tous les 4 ….
    Plein de grosses caresses à Lulu 💋💋💋

  11. lebreton 4 juin 2015 à 12:37 #

    Je suis eleveur, c est a dire une profession qui n a guere la cote
    et pourtant, que je suis touchee par ce texte si bien ecrit et si touchant
    il occupe mes pensees depuis ce matin
    je suis de ceux qui gardent leurs chiens ages et tout comme vous, je les vois vieillir de jour en jour, mois apres mois, annee apres annee
    puis vient le jour fatidique !
    Ils nous quittent, les uns apres les autres
    et c est, a chaque fois, un dechirement c est sans doute le cote le plus difficile de ce si beau metier, bien souvent sali par des particuliers jaloux qui l exercent sans autorisation et qui ont un porte monnaie a la place du coeur
    oui, il y a des eleveurs serieux qui ne changeraient de metiet pour rien au monde
    oui il y a des particuliers vereux qui n ont aucun scrupule a elever des portees dans leur cave ou leur grenier et qui n ont qu un porte monnaie a la place du coeur
    rien n est tout blanc
    rien n est tout noir
    achetez votre chiot avec discernement et avec votre coeur sachant que pendant la quinzaine d annees qui vient, vous lui devrez une tonne d amour

    Elevage de la monceliere

  12. so 4 juin 2015 à 14:33 #

    J’en pleure … nous ressentons tellement la même chose pour notre dodu (qui ne l’est pas … on se demande d’où on lui a donné ce surnom) … 6 ans qu’il est avec nous et déjà parfois nous avons le coeur qui se serre en imaginant qu’un jour il ne sera plus là …

  13. Iza 4 juin 2015 à 15:23 #

    Une déclaration d’amour magnifique, j’en suis encore toute émue. Le mien vieillit aussi et je me retrouve tout à fait dans vos mots. La vie est ainsi faite qu’ils finiront par nous quitter, mais l’histoire, elle, et l’amour seront là à jamais.

  14. Mirabelle 4 juin 2015 à 16:49 #

    Comment ne pas réagir à ton article qui fait tristement écho à ce que je viens de vivre. Je viens de faire endormir ma petite cavalier king charles dont le coeur était devenu si gros qu’elle ne pouvait plus respirer. Mais aujourd’hui c’est moi qui ai le cœur gros. Evidemment je la voyais moi aussi vieillir mais jamais elle ne n’est plaint. Nous avons toujours tout partagé. Jusqu’à mon site que j’ai fait un peu autour d’elle.
    Même si on sait parfaitement bien que ce moment finira par arriver, c’est une terrible épreuve.
    Je suis de tout cœur avec vous et vous souhaite encore de jolis moments de complicité.
    Mirabelle
    http://dogandlifestyle.com/

  15. Sandy 4 juin 2015 à 19:06 #

    Chère Madame,
    Vous décrivez dans ce texte … ma vie!!!
    Mon meilleur ami est arrivé dans ma vie en 2000, j’en suis au même stade à ce jour…
    Une petite attaque il y a quelques années ( mon loulou m’a fait « l’étoile de mer »… ) et depuis il est sous médication…
    Tellement difficile de savoir qu’il va s’endormir, de songer que cela peut être demain.
    Lui mon compagnon de toujours, mon vieux pote, mon bébé…
    Je partage à 100% votre état d’esprit.
    Mon schiepperke est mon bébé. Son grand voyage sera un chagrin inconsolable.
    En attendant, je profite de lui! Je lui montre que je l’aime toujours autant…

  16. cindy 4 juin 2015 à 20:02 #

    Superbe histoire et témoignage qui reflète parfaitement l’amour que j’avais et que j’ai encore au fonds de moi pour mes chiens qui me manquent terriblement

  17. sabco 4 juin 2015 à 21:12 #

    Magnifique récit qui me renvoie dans le passer. J avais une chienne qui m as suivi de mes premiers pas à mes 14 ans . Je me rappel de cette peine , de ma moitié partie après un long combat, une longue opération. Elle est partie dans mes bras … merci pour ce récit qui m as fait repenser à elle . Car on n’oublie pas mais avec la vie quotidienne, les enfants, la vie de famille…. on a tendance à oublier de profiter de nos petits être à quatres pattes et meme à 2 😉

  18. GIANNUZZI 5 juin 2015 à 11:26 #

    Quel bel être que vous êtes. Je vous admire pour avoir rendu heureux un chien qui comme vous dites, ne ressemblais à rien et que peut-être personne n’aurais voulu. Longue vie à vous et à votre petit amour.

  19. bonaventure gisèle 6 juin 2015 à 11:22 #

    belle déclaration j’ai perdu ma zaia en février de cette année et j’en suis encore très affectée mais je sais qu’elle est avec les anges ele avait aussi comme le votre un œdème pulmonaire mais tout à été si vite et vous lui avez composé un ode à l’amour vous etes une personne comme il y en à peu je vous dis aimez le jusqu’au bout

  20. Gaglio 6 juin 2015 à 11:48 #

    Je suis spécialiste des adoptions de chiens que personne ne veut et j’en fais ce que je peux et en attendant il me rendent un amour fou. L’année dernière j’ai du prendre LA décision la plus difficile. Le véto m’a fait comprendre que ma pauvre chienne souffrait et que peut-être il fallait la laisser partir, ne pas être égoïste en voulant la retenir, que j’avais déjà fait beaucoup pour elle. Oui je l’avais vu vieillir, j’avais trouvé un harnais qui me permettait de lui soulager l’arrière train qui était attend d’arthrose. Il n’empêche que c’est un moment difficile….l’après l’est aussi. Car tout d’un coup, il y a un énorme vide à la maison. J’ai adopté quelques jours après un autre chien….encore un que personne ne voulait et nous nous aimons, nous en sommes encore à trouver notre chemin ensemble mais je sais que nos années ensembles seront formidables….et je n’ai oublié aucun de mes chiens. Tous ont partagé un moment de ma vie et ils y ont laissés leurs empreintes de pattes.

  21. cathy 6 juin 2015 à 12:12 #

    Bonjour
    Je viens de lire votre histoire, elle ma énormément touchée, c’est tellement dur de les voir vieillir puis s’en aller après tant d’années.
    Je viens moi même de vivre ça avec ma Chipie, ma jolie tricolore qui vient de me quitter (j’ai du prendre la décision la plus dur pour moi) le 28 mai 2015 après 18 ans ensemble. C’est très dur et je compatis pour le jour où le petit Lulu va devoir partir.
    Bon courage et surtout faites lui beaucoup de câlins et pensée aux photos.

  22. Lili DAix 10 juin 2015 à 00:20 #

    Je souhaite à Lupin encore plein de câlins d’amour. Vous avez bien raison de lui dire que vous l’aimez et profitez bien de lui avant qu’un jour (le seul de son existence) il ne vous arrache le cœur. C’est une belle histoire et un très bel hommage à un Vrai Être Important.

  23. Yannick 10 juin 2015 à 07:55 #

    Merci pour cette petite larme matinale…

  24. Dominique 13 juin 2015 à 08:09 #

    On a tous un « Lulu » dans sa vie …

  25. Christel Cournarie 21 juin 2015 à 22:44 #

    Magnifique Laurence mais évidement vous vous doutez bien que je suis en larmes…Je me souviens de mes parties de cache-cache avec Lulu quand vous l’ameniez à la clinique avec vous le samedi.Je vous revoie encore arriver et partir avec lui dans votre sac à dos à peine visible et très sage!!!Et la 1ère fois où je l’ai promené dans la rue et découvert sa façon si particulière de faire ses besoins!!!Moi aussi j’ai mon Lulu et commence à angoisser et n’imagine pas ma vie sans lui…Même s’il va bien pour le moment…13 ans dans 1 mois il aura mon Tommy!!!Je vous embrasse tous très fort et j’espère qu’il va encore aller assez bien un petit moment.Dîtes lui que je l’aime aussi!!!

  26. MAYANNA 23 juin 2015 à 10:01 #

    A tous les « Lulus » du monde ! On vous aime !

  27. Peewee 29 juin 2015 à 22:36 #

    On peut vraiment ressentir l’affection pour votre ami à 4 pattes en vous lisant.
    Je m’identifie totalement au texte. Je viens de perdre mon chien, et je chiale comme une gamine de 3 ans.

    Mon histoire est plus ou moins parallèle: J’ai adopté mon chien dans un refuge, il avait été battu par ses anciens propriétaires et pas grand monde voulait de lui. Il s’était révélé être un compagnon très affectueux et vif d’esprit. Il partageait vraiment tout mon quotidien depuis 16 ans.
    Et puis apparition d’une tumeur digestive asymptomatique (et donc non diagnostiqué) qu’il a brutalement décompensé en 5 jours. Le vétérinaire l’a délivré de ses souffrances quand il a présenté un syndrome occlusif et des rectorragies.
    Je fais des études de médecin et je me dit: « Merde, pourquoi je l’ai pas vu plus tôt à la palpation quand je lui caressais le ventre ».

    Au court de mes études, j’ai vu beaucoup de gens mourir (et des humains). Mais je n’avais jamais été touché de la même façon. Il y a cette impression de vide laissée dans la maison maintenant.
    C’est là que je me rend compte qu’il était un membre de la famille, que les rituels du quotidien tournait aussi autour de lui. C’est le genre de chose que l’on ne comprend que si l’on a déjà eu un animal.

    Cette expérience m’a fait comprendre l’importance de mon métier (et à fortiori du votre) et du rôle essentiel que j’avais.
    Il est difficile de dire au revoir à son animal. Mais il est important, dans ces moments là, de se rappeler de tout ce qu’on à pu lui apporter et de la vie heureuse qu’il a pu avoir.

  28. aude 8 septembre 2015 à 17:32 #

    Merci pour votre long et merveilleux témoignage, c’est une partie de nous, beaucoup de parties de nous, vous expliquez très bien ce qu’ils sont pour nous et tout ce qu’ils font pour nous, ils sont là à tous ces moments importants, le départ de ma toutoune a été très dur et ça l’est encore, 11 mois après, je compte les mois..mais il fallait l’aider à ne plus avoir mal car elle avait tant fait pour moi, j’aurais voulu qu’elle soit là aussi pour ces moments que vous décrivez mais elle est déjà restée 15 années avec moi, de rêve tous les matins, de bonheur, de gaieté, de larmes ensemble et le soleil revenait avec elle..Pour Toi, l’Amour de ma vie..

  29. Françoise 4 juin 2016 à 21:03 #

    Quel beau témoignage rempli de tout l’amour présent et ce tout au long de son histoire,de votre histoire .j’en ai pleuré comme beaucoup d’entre vous,quand le plus fidèle des compagnons vieillit et que nous devons prendre une décision si difficile après des soins qui ne soulagent plus :( courage à vous qui passez par là !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :