Un animal pour mon enfant?

4 Avr

Etant maman de deux petits garçons (un de 3 ans et un mini pouce de un mois et demi), je m’émerveille chaque jour de voir à quel point la présence de notre fidèle compagnon canin (Lupin, dit Lulu, le seul, l’unique!) apporte à mon fils ainé.

295765_262442813796940_535651621_n

Hier matin, en bonne maman de nouveau né, je regardais (d’un oeil) l’émission Les Maternelles, sur France 5. La chroniqueuse Carole Tolila y parlait des poissons rouges and co, et ça m’a inspiré cet article…

Les Maternelles, émission du 03/04/2014, à partir de 52:32

On le sait depuis longtemps, l’animal est un support formidable favorisant le développement psycho-moteur du jeune enfant.

Avant l’âge de 6 mois, il est certain que cette présence ne fera pas de différence. Mon tout petit n’a bien évidemment aucune interaction avec Lupin, le tout jeune enfant ne se rend pas bien compte de ce qui l’entoure. Il y a par contre des études qui prouvent que les enfants nés dans des familles qui ont des animaux ont un système immunitaire plus compétent.

A partir de l’âge de 7-8 mois, l’enfant commence à prendre conscience du milieu extérieur. Il passe d’ailleurs à cet âge par la phase d’angoisse de perte de sa mère, et la présence stable d’un animal pourra favoriser son sentiment de sécurité. A cet âge, le bébé est déjà capable de faire la distinction entre l’animal vivant et ses animaux en peluche, et entre l’animal et les adultes de la famille.

Dès ses 7-8 mois, effectivement, mon fils ainé suivait le chien du regard partout dans l’appartement, le regardait jouer avec ses propres jouets, le regardait manger dans sa gamelle, le regardait dormir, il le regardait courir devant lui en promenade, quand lui était dans sa poussette. L’animal amuse l’enfant, l’enfant lui sourit, il agite ses petits bras, éclate même de rire en le voyant …

 

J’ai lu des textes à ce sujet, et j’ai découvert que dès l’âge de 1 à 2 ans, l’enfant va voir dans l’animal un confident, un support émotionnel, affectif. L’animal constitue un partenaire social sur qui l’enfant peut compter et qui va favoriser son ouverture sur le monde extérieur.

Petit à petit, le jeune enfant va apprendre grâce à l’animal (qui constitue un modèle psychique et anatomique), les « choses de la vie » : le jeu, la propreté, la sexualité, la reproduction, la naissance, la maladie, la mort, …

Vers l’âge de 3 ans, l’enfant va s’identifier à l’animal. On le voit souvent, l’enfant se met à 4 pattes et « joue au chien », comme il « jouera au bébé », à la « maman et au papa », … A travers ces jeux d’identification, de comparaison des similitudes et des différences, on sait que l’enfant crée sa propre personnalité.

Par après, l’animal deviendra pour l’enfant un confident, un « ami ». Avec papa et maman il faut parler, dire les choses. Avec son animal, l’enfant ne doit même pas parler, il « comprend ».

C’est généralement entre 6 et 12 ans que l’enfant réclamera un animal à ses parents. Cette demande est motivée par un sentiment intérieur de désir d’appartenance et de dépendance. Etre utile et indispensable à un être, soigner et se confier, … C’est tout un processus de renforcement d’estime de soi, de confiance et de reconnaissance de compétence.

Le langage et l’imaginaire d’un enfant s’enrichissent et se développent grâce à la présence d’un animal. Un enfant parle distinctement à son animal, choisit son vocabulaire, … Les dessins qu’il fait de son chien ou de son chat sont plus précis, plus soignées et détaillés que ses autres dessins…

Il est prouvé que les enfants qui ont grandi avec des animaux sont des enfants plus stables sur le plan émotionnel.

Un animal de compagnie est donc un réel plus pour un enfant, quand on peut se le permettre. Car un animal, c’est aussi des contraintes au jour le jour.

Un animal, oui. Dans de mauvaises conditions, non!

Dans nos appartements parisiens, ce n’est pas toujours possible. Il faut alors y renoncer et expliquer à l’enfant. Refuser, c’est aussi lui apprendre ses responsabilités vis à vis d’un animal. Sinon, vous pouvez peut être envisager d’avoir à la maison un animal autre qu’un chien ou un chat? Hamster, lapin, cochon d’Inde, poisson rouge, oiseau …

1932463_684937454880805_24448391_n

On me demande souvent quel animal choisir pour quel âge? C’est assez compliqué de répondre à cette question… Mais en gros, je peux vous dire :

– Avant l’âge de 6 ans, à part un chien ou un chat, il n’y aura pas d’interaction. Les poissons d’aquarium auront un effet apaisant et d’éveil de la curiosité des plus petits. Mais l’enfant sera bien trop jeune pour pouvoir manipuler correctement et avec douceur un rongeur. Le chien ou le chat restent donc les animaux de choix avec, bien sûr, les consignes de sécurité adaptées : « on ne laisse jamais un enfant seul avec un chien ou un chat« , etc…

– Après 6 ans, on reste toujours fidèle au chien et au chat et on peut éventuellement commencer à faire confiance à l’enfant pour manipuler un cochon d’inde, un hamster ou un lapin nain avec délicatesse.

Je ne conseille par contre pas du tout le furet comme animal domestique pour un enfant, quel que soit son âge.

Et surtout : en tant que parent, sachez bien que la resposabilité de l’animal vous appartient À VOUS! Et n’imaginez pas une seule seconde que c’est votre enfant qui va s’occuper à 100% de son animal. On adopte un animal pour apprendre à l’enfant certaines valeurs mais notre responsabilité à nous est d’assurer non seulement la sécurité de nos enfants mais aussi le bien être de l’animal en question. Car comment sensibiliser notre enfant au respect de l’Être si nous ne nous plions pas nous même à ces règles de base?

 

Publicités

4 Réponses to “Un animal pour mon enfant?”

  1. M-j 4 avril 2014 à 11:34 #

    Super cet article, très intéressant en attendant que ma princesse voit le jour.
    Tu as fais l’article l’enfant et les animaux… Pourras tu aussi traiter l’arrivé d’un enfant pour les animaux?
    J’ai mon gros chien loup, très émotif a la maison alors on a plein de conseils et veut pas rater l’arrivée de la princesse dans sa vie de chien nerveux :) merci

  2. Moineau 4 avril 2014 à 13:23 #

    Mon fils de 2 ans fait des câlins à nos chats (enfin quand ceux-ci ne fuient pas !) depuis quelques mois, c’est un bonheur à voir. Il a un lien particulier avec le plus jeune, qui recherche carrément sa compagnie, même s’il alterne entre attirance et méfiance.
    Je n’aime pas l’idée d’offrir un animal à quelqu’un, et si plus tard un de mes enfants devaient en réclamer un autre, je veillerais à insister sur la formulation : je ne lui offre pas un chien ou autre, mais j’accepte qu’un chien/autre vienne vivre avec nous parce que nous avons la capacité de l’accueillir et que ça lui fait plaisir.

  3. Cani Instinct 10 avril 2014 à 10:32 #

    Merci pour cet article très intéressant !
    Et quand on a grandi avec un animal, c’est dur de ne plus en avoir une fois qu’on a quitté le cocon familial :)

  4. caramel 16 juillet 2014 à 18:26 #

    Merci M’dame,
    je découvre ce blog et j’apprends déjà plein de choses…
    Le paracétamol c’est noté, les enfants avec chien, c’est fait (avec des vacances « j’m’ennuie de mon chien », lequel était en vacances chez ses « grand- parents » la pôv bête !) et oui, je ne suis pas ridicule quand je pleure (on) nos chiens…
    Bon, c’est pas tout ça, mais il y a de la lecture à poursuivre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :