La PIF (ou Péritonite Infectieuse Féline)

14 Sep

La Péritonite Infectieuse Féline (ou PIF, pour les intimes) est une maladie virale qui affecte essentiellement les jeunes chats (âgés de moins de 3 ans).

C’est une maladie très grave, mortelle à plus ou moins court terme chez 100% des chats atteints.

pif

On distingue deux formes de Péritonites Infectieuses : l’une appelée PIF humide et l’autre PIF sèche (par opposition).

La PIF humide (dans 75% des cas de PIF environ) est nommée de la sorte car elle va causer des vascularites, c’est à dire des inflammations des vaisseaux sanguins, ce qui aura pour conséquence la formation d’épanchements liquidiens.

Les cavités anatomiques normales (thorax, abdomen, …) du chat vont se remplir de liquide. Vous le comprenez donc : du liquide en quantité abondante dans le thorax va induire une gène voire une détresse respiratoire. Et le liquide dans l’abdomen va induire des troubles digestifs, ainsi que des troubles dans le fonctionnement des différents organes abdominaux.

La PIF sèche est appelée ainsi en opposition à la PIF humide car elle peut atteindre n’importe quel organe, sans collections liquidiennes associées. Et chaque organe atteint sera dès lors défaillant.

On peut donc observer :

– des troubles digestifs (diarrhée, vomissements, …) si ce sont les intestins qui sont touchés,

– des troubles ophtalmiques si ce sont les yeux qui sont touchés,

– des troubles hépatiques (avec ou sans ictère) si le foie est touché,

– des troubles neurologiques,

– etc.

Ces organes peuvent être atteints séparément ou collectivement.

C’est en gros, un résumé très simpliste des symptômes car à vrai dire, la PIF n’est pas une maladie aussi simple à caractériser tant ses manifestations peuvent être variées. Son diagnostic n’est pas toujours évident pour nous, vétérinaires.

Comment un chat contracte-t-il la PIF?

Déjà, sachez que la PIF ne se transmet que de chat à chat. Elle n’est pas contagieuse pour l’homme et ne se transmet pas au chien.

Ensuite, elle se transmet entre chat par une contamination oro-nasale : par contact direct (par les selles, surtout, ou par la salive, par inhalation, …) ou indirect (via un objet infecté, mais le virus est très peu résistant dans le milieu extérieur). On pense qu’elle peut se transmettre également in utéro, de la chatte à ses chatons, mais ce n’est pas prouvé. Bref, ce qu’il faut retenir est que la voie de contamination essentielle est via les selles.

La PIF est en fait un virus mutant de famille des coronavirus. Le coronavirus est un virus qui causera une affection tout à fait bénigne de diarrhée passagère. La plupart des chats infectés par le FeCV (Feline Coronavirus) ne développeront même aucun symptômes!

Cependant, parfois, lorsqu’il se transmet de chat à chat, ce virus peut muter du FeCV (forme bénigne du coronavirus) en FIPV (forme PIF du coronavirus).

Le risque de cette mutation est plus élevé chez les jeunes chats et les chats âgés (parce que leur système immunitaire est moins compétent, on pense), et également chez les sujets immunodéprimés.

C’est la raison pour laquelle la PIF atteint plus facilement un chat jeune (de moins de 3 ans), âgé, ou porteur du FIV ou du FeLV.

Le stress (qui diminue aussi l’efficacité du système immunitaire) peut également favoriser le développement de la maladie.

Le coronavirus « bénin » se rencontre évidemment plus là où il y a beaucoup de chats dans un espace restreint (expositions, élevages, …) et est relativement rare chez des chats d’intérieur ou d’extérieur vivant seuls. Et parmi ces chats qui seront porteurs du coronavirus « bénin »,  on estime que seulement 5% des chats vivant en groupe verront se virus muter en coronavirus forme PIF et développeront cette maladie, alors que pour les chats vivant seuls, ce pourcentage est inférieur à 5%.

On comprend donc que la PIF est connue pour être une maladie des collectivités parce que ces milieux sont plus difficiles à contrôler « sanitairement parlant » (plus de risques de transmission virale entre individus du virus corona « bénin ») mais aussi parce que les individus vivant en collectivité sont soumis à plus de stress que les chats vivant seuls, ou vivant à l’extérieur.

Les chats « PIF » excrètent via leur selles du virus FeCV bénin non muté et non directement le virus FIPV muté : ils ne sont donc pas directement contagieux de la PIF!

Comment éviter que mon chat contracte cette maladie?

Il n’y a pas de vaccin contre la PIF en France. Ce vaccin est disponible en Belgique et en Amérique du Nord, mais il est plus que controversé dans son efficacité.

La vaccination (qui, je le rappelle n’est pas dispo en France) se fait par voie nasale (on injecte donc une forme limitée de liquide dans le nez du chat).  Elle provoque ensuite une immunité locale. On utilise pour ce vaccin un virus mutant du FIPV qui se multiplie à faible température (la température des voies respiratoires supérieures), mais pas à 37-38°C (la température du reste du corps).

Je vous disais que l’efficacité de ce vaccin est contestée. D’abord parce qu’il est inefficace sur des chats déjà séropositifs. Ensuite, dans les études réalisées sur des chats séronégatifs, il y a eu qu’une faible diminution du nombre de chats développant une PIF parmi les animaux vaccinés. Le gros inconvénient de ce vaccin est que les chats vaccinés deviennent séropositifs : ce qui ne veut pas dire qu’ils contractent la PIF mais que cela empêche tout contrôle ultérieur du FIPV.

Comment diagnostiquer une PIF?

Le diagnostic de la PIF se fera entre autre par un test de dépistage Coronavirus. Mais ce test ne peut pas faire la différence entre le FeCV et le FIPV.

Si ce test est négatif, ok, votre chat ne fait pas une PIF.

Par contre si ce test est positif, cela veut dire que soit votre chat fait une PIF, soit qu’il a un jour rencontré la forme bénigne de coronavirus, ce qui ne servira pas à grand chose…

D’autres examens seront dès lors demandés par votre vétérinaire (protéinémie, rapport albumine/globuline, profil d’électrophorèse des protéines, examens de prélèvements histologiques, …)  et si les symptômes collent avec les différentes données des différentes analyses de laboratoire effectuées, on pourra dire sans doute que oui, le chat souffre bien d’une PIF.

Quel en est le traitement?

Malheureusement, il n’y a aucun traitement de la PIF. La PIF est mortelle chez 100% des chats atteints.

On peut utiliser des corticoïdes, de l’interféron, et des traitements symptomatiques mais tous ces traitements ne sont que palliatifs et jamais curatifs.

Publicités

2 Réponses to “La PIF (ou Péritonite Infectieuse Féline)”

  1. Morgane Bou 6 novembre 2013 à 11:22 #

    J’ai perdu mon petit chat l’année dernière à cause de cette saloperie, il vivait seul puis avec un autre chat, était né chez ma mère, il a du être contaminé par des chats errants lorsqu’il sortait. Il avait 3 ans et demi. Vivement qu’un traitement soit trouvé.

  2. GB 1 août 2015 à 01:25 #

    Bonjour,

    Mon chat de 10 ans est actuellement atteint de cette maladie PIF humide diagnostiquée par le vétérinaire. Il a perdu du poids et de l’appétit, il ne mange presque plus. Il vit pourtant seul, n’a quasiment pas de contact avec d’autres chats. C’est un mal castré. Je suis stupéfait qu’il porte cette maladie alors qu’il est pourtant âgé, il est censé avoir très peu de risque de la développer.

    Cette article est-il d’actualité? N’y a t’il toujours pas de vaccin efficace pour le guérir?
    Je ne peux pas avoir cette idée qu’il puisse mourir de cette maladie… Il était en pleine forme il y a quelques semaine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :