Les puces, ces hôtes plus qu’indésirables!

22 Déc

Haaaa, les puces! Qui n’en a jamais eu ne peut pas comprendre à quel point c’est la galère lorsqu’on découvre un jour que son chien ou que son chat en est infesté…

Si avant on pouvait affirmer que les puces ne se rencontraient que durant la période de l’année allant de mars à octobre, de nos jours ce n’est plus vrai. Tout d’abord parce que nos animaux vivent chez nous, dans nos appartements chauds et douillets, et que chez nous, il fait aux alentours de 20 degrés toute l’année (du moins, je vous le souhaite). Et puis ensuite parce que il ne faut pas le cacher : les puces deviennent de plus en plus résistantes … à tout! au froid, aux antiparasitaires que l’on utilisait avant, il y a une dizaine d’années, et qui étaient efficaces à l’époque, mais qui ne le sont plus actuellement, … Oui, Véronique, je parle bien de ce principe actif dont vous avez parlé sur la page Facebook : je suis convaincue que les puces ont développé une certaine résistance au Fipronil. Ce qui ne veut pas dire que les produits à base de Fipronil ne pourront pas être utilisés en préventif! Par contre, en curatif, devant un chien ou un chat envahi, on essaiera de s’orienter sur autre chose, ou sur un produit combinant du Fipronil et un autre principe actif, ou de combiner le Fipronil à un autre traitement, …

Les puces peuvent donc pulluler chez nous en plein hiver, dans nos tapis, moquettes et lames de parquet … Elles font la danse de la joie et sautillent gaiement sur leurs vilaines petites pattes velues : été comme hiver, elles sont tellement bien chez nous!

Et attention : ce n’est pas parce que votre chat d’appartement ne sort jamais qu’il est impossible qu’il ait des puces! Détrompez vous! Nous pouvons ramener (sur nos chaussures, nos vêtements, …) un adulte, une forme pupale ou un oeuf chez nous, qui se développera ultérieurement, profitant de la présence de notre animal pour nous envahir.

 

La puce adulte : les symptomes, les risques, …

Les puces adultes se nourissent du sang de votre chat ou de votre chien. Elles passent le plus clair de leur temps dans l’environnement immédiat de l’animal (c’est à dire, confortablement installées dans votre intérieur, les sangsues!!!) et lorsqu’il leur prend une petite fringale, hop! elles sautent sur votre animal et le piquent pour se délecter de son sang.

Ces piqûres peuvent provoquer des démangeaisons (pas toujours, donc si un animal ne se gratte pas, cela ne veut pas dire qu’il n’a pas de puces), voire des allergies (DAPP : dermatite allergique aux piqûres de puces) chez votre animal … mais aussi chez l’homme. Car si elles sont nombreuses dans votre intérieur, non contentes de pouvoir suffisamment se gaver sur votre animal, elles vont s’en prendre également à vous.

Deux espèces de puces sont communément rencontrées en France : il s’agit de la puce du chat et de la puce du chien. La puce du chat (Ctenocephalides felis, pour vous servir!) est la plus fréquente (dans 90% des cas d’invasions de puces). Elle peut à la fois infester le chat et le chien mais aussi l’homme et les autres animaux de compagnie de la maisonnée (lapins, furets, …). Lorsqu’on a plusieurs animaux à la maison et que tous sont infestés, c’est le chat ( ce vilain! ) qu’il faut incriminer.

Chez le chat et chez le chien, on observe souvent des lésions de démangeaisons sur la base de la queue en forme de « sapin de Noël » (non pas que cette image m’amuse, et que j’use et abuse de l’à propos de saison, mais parce que cet aspect est assez caractéristique des lésions de DAPP) :

flea-allergy

« Mon beauuu sapiiinnnn… » (Source : dogchatforum.com)

allergy

Vous le visualisez bien là, le sapin? ou je dois rajouter les boules aussi? (Source : dogchannel.com)

Lorsque l’on examine de près ces lésions de la base de la queue, on peut observer de tout petits points noirs dans le pelage, qui ne sont pas des puces mais des crottes de puces. Ces crottes sont en fait du sang de votre animal digéré.

ATTENTION : ALERTE « Petit Truc Vet and the City »! (je devrais faire un petit jingle, non?)

Un petit truc pour réaliser le diagnostic consiste à récolter ces « points noirs » (à la base de la queue ou partout ailleurs dans le pelage de votre animal) sur un papier absorbant type Sopalin et de l’humidifer légèrement. Si le fait de les humidifier colore le papier en rouge/marron …  « la sentence est irrévocable » : (non vous n’êtes pas éliminé(e) de Koh Lanta) mais cela signifie que votre animal a bel et bien des puces, même si vous ne les voyez pas se promener directement sur lui. Car cela prouve qu’il s’agit de sang digéré, donc de crottes de puces. Et qui dit « crottes de puces » dit puces, on est d’accord là dessus j’imagine. La génération spontanée, ok, mais bon, quand même …

Il est très important de bien noter que la puce passe plus de temps en dehors de votre animal que sur lui. On estime que pour une puce sur le chien ou le chat, il y en a 10 dans son environnement! L’environnement reste donc un réservoir de puces adultes. Et il devra donc être traité en conséquence!

Outre ces démengeaisons bien connues, ce que l’on sait moins c’est que les puces peuvent également transmettre un ver : le Dipylidium. Important à noter également car du coup, il faut systématiquement et correctement vermifuger un chien ou un chat qui a des puces.

 

Le cycle de la puce

La puce a une durée de vie moyenne de 2 mois. Une fois qu’elle s’est goulument sustentée sur votre animal de compagnie, la femelle va pondre en moyenne une vingtaine d’oeufs par jour. Ces oeufs tombent du pelage et envahissent votre appartement. Ils peuvent, si les conditions ne sont pas optimales pour poursuivre leur développement, survivre durant plusieurs mois en restant bloqués au stade « oeuf » du cycle de vie de la puce.

Source : Bayer

Source : Bayer

Quand l’humidité et la température sont suffisantes (c’est à dire, aux conditions normales de température et d’humidité de nos appartements …), l’oeuf va faire naître une larve de puce, qui va se nourrir de débris au sol. Elle va se développer ensuite en pupe (ou nymphe), puis en adulte en une dizaine de jours mais peut rester sous forme de larve ou de pupe et survivre également durant plusieurs mois si les conditions ne sont pas optimales. Une fois l’adulte développé, le cycle reprend!

Comme vous l’avez compris, les oeufs, les pupes et les larves sont des stades assez résistants qui peuvent rester en « standby » des mois durant si les conditions de développement ne leurs conviennent pas. Elles végètent entre les lames de parquet, dans la moquette, … C’est la raison pour laquelle des puces adultes peuvent se développer chez vous bien longtemps après le passage d’un animal infesté. Le cas le plus typique est celui d’une maison de campagne que l’on fermerait après les vacances, qui aurait été infestée. Durant des semaines, voire des mois, les stades intermédiaires ne se développent pas car le chauffage a été coupé. Et dès qu’on réintègre la maison et qu’on remonte le thermostat, … les adultes se développent et envahissent les lieux!

(rien que de vous écrire tout cela, je me gratte à mooooort, pas vous?)

 

Comment traiter? Comment prévenir?

Pour se débarrasser des puces, il faut donc, bien sûr, traiter tous les animaux de la maison avec un antiparasitaire efficace (Frontline, Frontline Combo, Advantix, Advantage, Stronghold, Advocate, Effipro, Duowin, Pulvex, …). Vous pouvez également faire pratiquer en préventif chez votre véto une injection d’un produit dont la rémanence sera de plusieurs mois. Vous pouvez même rajouter à cela un traitement « flash » en administrant un comprimé antiparasitaire (oui, par voie orale, mais attention : effet flash, sans rémanence donc!).

Et là, je vous rappelle que le spécialiste de la santé de votre animal (parce que les traitements curatifs/préventifs antiparasitaires, c’est une question de santé!) c’est votre véto et uniquement votre véto! Libre à vous de vous lancer dans une « popotte » maison et d’aller demander conseil au vendeur de votre animalerie du coin (ou à votre tata Jeanine) qui – bien sûr! – va vous vendre un produit. Mais mon petit doigt me dit qu’après avoir essayé plein de produits inefficaces, vous serez quand même bel et bien amenés à utiliser ceux qui marchent vraiment, et qui ne coûtent pas plus cher que ceux qui ne fonctionnement pas! (surtout si vous tournez en rond pendant des mois à acheter 10 produits différents tous aussi inefficaces les uns que les autres)

Alors, oui, effectivement, on traite son animal avec un produit chimique. Et on a le droit de se poser la question : « est ce que je ne suis pas entrain de l’intoxiquer? ». Sachez que les études cliniques réalisées sur les antiparasitaires sont des études sérieuses et au moindre doute, ces produits sont retirés du marché. Rappelez vous récemment les colliers qui ont fait l’objet d’une épidémiosurveillance…

Enfin, sincèrement : les puces, c’est tellement nuisible (troubles dermatos, risques de transmission de maladies, risque d’anémie, troubles comportementaux, risques pour vous et vos enfants) que oui, vraiment, cela vaut la peine de traiter vos animaux systématiquement!

Respectez bien les « règles de base » de l’application d’une pipette spot on. A savoir qu’il y a une fréquence à respecter (toutes les 4 semaines, généralement) et une méthode d’application expliquée sur l’emballage, à savoir en un point dans le cou ou en plusieurs points tout le long de l’épine dorsale. Et puis surtout : on n’applique pas de pipette dans les 48h avant ou après un bain! C’est vraiment très important, car on croit bien faire : on fait un bain avec un shampoing antiparasitaire à son chien, on le rince, on le sèche et puis on applique la pipette antipuces. Or, le bain enlève la pellicule lipidique à la surface de la peau de l’animal et le principe actif contenu dans la pipette ne pourra pas être correctement absorbé. On postpose donc la pipette de 2 voire mieux 3-4 jours après le bain!

Mais aussi : il faut traiter l’environnement (et vermifuger l’animal)!

Passez tout d’abord l’aspirateur partout. Aspirez le sol, mais aussi les tentures, les housses de canapés, de fauteuils, les literies, le panier du chien, la moquette, … Fermez ensuite le sac de l’aspirateur et jetez le à la poubelle. En effet, la puce peut survivre dans l’aspirateur, s’y développer et en ressortir.

Lavez ensuite si possible toutes vos housses de canapés, fauteuils et literies. Lavez également les coussins des lieux de couchage de votre chien ou de votre chat.

Munissez vous d’antiparasitaires efficaces. Pour traiter votre appartement, je vous conseille particulièrement les foggers fumigènes. Il s’agit de petits flacons de différentes contenances, en fonction du nombre de mètres carrés d’habitat que vous devez traiter.

Ceux que je connais le mieux sont ceux de chez Virbac, à savoir les diffuseurs de Parastop®. Il en existe de 3 formats : mini (pour traiter une surface jusque 30 m2), normal (jusque 80 m2) et grand diffuseur (jusque 125 m2). Ils existent aussi en aérosol et en pulvérisateur mais qui sont plus à conseiller pour des endroits précis. Ces diffuseurs sont disponibles chez votre vétérinaire.

Alors, pour utiliser ces foggers, il faut d’abord s’assurer que tout le monde puisse sortir de l’appartement pendant quelques heures. Si vous avez un aquarium, des oiseaux, … enfin bref, toute forme de vie animale doit être évacuée de l’appartement pendant une demi journée. Vous planquez également tous les aliments (type corbeille de fruits) dans les armoires de la cuisine pour que le principe actif du fogger ne puisse pas se déposer sur des aliments que vous allez consommer tels quels par après.

Vous fermez bien toutes les fenêtres, vous ouvrez toutes les portes entre les différentes pièces de votre appartement, les portes de vos armoires et placards à linges et à vêtements également, …

Ensuite vous placez le fogger sur une table ou un tabouret plus ou moins au centre de la surface que vous avez à traiter. Si vous avez plusieurs étages, utilisez plusieurs fogger de manière à couvrir toute la surface à traiter de la manière la plus uniforme possible.

Quand vous êtes prêt : ACTION! ;-) Vous actionnez le bouton poussoir du fogger et toute la bombe va se vider toute seule et libérer une fumée insecticide qui va diffuser dans les moindre recoins de votre appartement. Quittez les lieux et laissez agir une petite demi journée.

Une fois les quelques heures passées, réintégrez les lieux, aérez bien votre appartement pendant une heure et rapatriez tous les membres de la famille, ainsi que vos compagnons à poils, à plumes ou à écailles.

L’avantage de ces foggers est que le traitement est rémanent. C’est à dire que son efficacité est de plusieurs semaines contre les adultes (4 semaines) et de 6 mois contre les larves et les oeufs. Il éliminera également tous les autres insectes présents dans l’appartement.

N’oublions pas que les pupes (stade entre la larve et l’adulte) sont insensibles aux insecticides et qu’elles peuvent mettre plusieurs semaines avant de devenir adultes. C’est à elles que l’on doit les « échecs » de traitements.

On parle de « fenêtre pupale », c’est à dire le laps de temps durant lequel les pupes vont se développer en adultes et réinfester un milieu qui aura été traité. Il faudra donc retraiter l’environnement au bout de 2 à 4 semaines (voire même recommencer 2 à 3 fois) pour tuer toutes les puces adultes issues de ces pupes.

Les puces, c’est réellement la galère pour s’en débarrasser. Le dicton « mieux vaut prévenir que guérir » prend dans ce cas précis vraiment tout son sens.

Mon meilleur conseil est le suivant : même si votre chat ne sort jamais ou que votre chien sort très peu, et même si il n’est jamais en contact avec d’autres animaux : traitez le contre les puces, et ce systématiquement en prévention, et ce, tout au long de l’année! Et renseignez vous bien auprès de votre vétérinaire, histoire d’utiliser des produits efficaces. Car NON : les pipettes d’huiles essentielles ou celles que vous trouverez en grandes surfaces (idem pour les colliers) ou chez des pharmaciens mal renseignés ne seront pas des traitements suffisants!

A bon entendeur … Joyeux Noel, Félix! ;-)

cat-and-dog-merry-christmas-01

Mais ouiiii vous avez mérité un gif pailleté de toute bôôôté!

Advertisements

5 Réponses to “Les puces, ces hôtes plus qu’indésirables!”

  1. Anne-Laure Perrin 22 décembre 2012 à 13:33 #

    J’ai un chat et pendant longtemps je l’ai traité au frontline…Jusqu’à ce qu’il attrape des puces, justement, et que ma véto me dise que mon chat était allergique à la salive de puces au vu de ses lésions. Donc effectivement, nettoyage complet de l’environnement et fogger. Depuis, j’utilise Stronghold en préventif chaque mois, le chat est vermifugé plusieurs fois par an et plus aucune infestation. Merci pour ce point très précis sur ces parasites qui, non contents de faire du mal à nos animaux, nous posent toujours un tas de problèmes !

  2. frederique 29 avril 2013 à 11:42 #

    Bonjour, je voulais savoir quand vous dites que les larves se nourrissent de débris, c’est quel genre de débris ? des crottes de puce tombées au sol ? autre chose? des débris de peau? J’ai un shetland et il parait qu’il ne faut pas utiliser le stronghold pour cette race…vous confirmez ? merci

Trackbacks/Pingbacks

  1. Les puces, ces hôtes plus qu’indésirables! | Education canine, comportement canin | Scoop.it - 24 décembre 2012

    […] …Et attention : ce n’est pas parce que votre chat d’appartement ne sort jamais qu’il est impossible qu’il ait des puces! Détrompez vous! Nous pouvons ramener (sur nos chaussures, nos vêtements, …) un adulte, une forme pupale ou un oeuf chez nous, qui se développera ultérieurement, profitant de la présence de notre animal pour nous envahir…..ATTENTION : ALERTE « Petit Truc Vet and the City »! (je devrais faire un petit jingle, non?)Un petit truc pour réaliser le diagnostic consiste à récolter ces « points noirs » (à la base de la queue ou partout ailleurs dans le pelage de votre animal) sur un papier absorbant type Sopalin et de l’humidifer légèrement. Si le fait de les humidifier colore le papier en rouge/marron … « la sentence est irrévocable » : (non vous n’êtes pas éliminé(e) de Koh Lanta) mais cela signifie que votre animal a bel et bien des puces, même si vous ne les voyez pas se promener directement sur lui. Car cela prouve qu’il s’agit de sang digéré, donc de crottes de puces. Et qui dit « crottes de puces » dit puces, on est d’accord là dessus j’imagine. La génération spontanée, ok, mais bon, quand même ……Outre ces démengeaisons bien connues, ce que l’on sait moins c’est que les puces peuvent également transmettre un ver :le…….  […]

  2. Vet and the City - 29 avril 2013

    […] les puces, je vous ai déjà écrit un article over-détaillé ici … je vous invite donc à le lire attentivement (interro à la clé à […]

  3. Traiter efficacement son chien ou son chat contre les tiques | Vet and the City - 29 avril 2013

    […] les puces, je vous ai déjà écrit un article over-détaillé ici … je vous invite donc à le lire attentivement (interro à la clé à […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :