L’alimentation de gamme Premium

23 Août

Je poursuis un article que j’avais écrit précédemment et que je ne trouve pas assez complet et parlant (oui, j’aime bien enfoncer le clou!).

Je vous parlais ICI de la différence entre les aliments de supermarché, d’animalerie, de basse et de haute qualité.

Je voudrais revenir un peu sur l’alimentation « Premium », autrement dit la qualité supérieure vendue en animaleries spécialisées et les aliments vendus chez votre véto.

Pourquoi est ce que je recommande une alimentation de gamme Premium?

D’abord, lisez les étiquettes vous même. Et comparez la composition d’un aliment Premium avec un aliment lambda… Vous ne vous y retrouvez pas? C’est normal! C’est fait pour vous embrouiller! ;-)

Ces deux types d’aliments contiennent effectivement des protéines, des graisses, des fibres, des glucides, … mais autant vous dire que quantitativement et surtout qualitativement parlant, on ne joue pas dans la même cour!

Que dit la législation quant aux éléments écrits sur les étiquettes des aliments?

Peu de choses, malheureusement. La seule réelle législation concerne le taux de viande dans les aliments pour animaux. Dès lors, quand vous voyez écrit :

  • « au goût d’agneau » ou « arôme agneau », c’est que le pourcentage d’agneau au sein de l’aliment est inférieur à 4%
  • « à l’agneau » ou « avec de l’agneau » : c’est que l’agneau constitue entre 4 à 13% de l’aliment
  • « riche en agneau » : idem mais avec 14 à 25% d’agneau
  • « agneau » : supérieur à 26% d’agneau
  • « tout agneau » : viande 100% agneau

Une grosse différence, c’est que les aliments Premium sont des aliments équilibrés.

  • L’apport en protéines : les protéines des aliments Premium sont d’origines multiples (volaille, boeuf, poisson, …) car au plus l’origine de protéines sera variée, au plus l’apport en protéines sera complet. Un aliment Premium sera également supplémenté en acides aminés essentiels (comme par exemple la taurine ou la méthionine chez le chat)
  • L’apport en graisses : les graisses sont indispensables et apportent de l’appétence aux aliments. Cependant il n’en faut pas de trop non plus. Les croquettes lambda seront souvent riches en graisses afin d’améliorer leur appétence. Les aliments Premium, eux, contiendront des matières grasses, certes, mais surtout des sources d’acides gras essentiels.
  • L’apport en fibres : un aliment Premium est riche en fibres (variées et de bonne qualité). De bonne qualité veut dire que cet aliment contiendra des légumes, des vrais. Les fibres rendent l’aliment plus digeste et améliore le transit intestinal du chien. Les aliments lambda sont eux généralement pauvres en fibres, ou alors apportent des fibres mais qui sont peu digestes.

Les aliments Premium sont des aliments adaptés aux besoins spécifiques de votre animal.

Un chien n’a pas les mêmes besoins alimentaires que celui de son voisin. Ces besoins diffèrent selon la taille, l’âge, le statut pondéral, le niveau d’activité du chien. Ils diffèrent aussi selon que le chien est castré ou non, … Les aliments Premium sont adaptés à ces différences. Elles évitent toute carence mais aussi tout excès! Un exemple tout bête est celui de l’apport du calcium de l’aliment. Il sera enrichi en calcium dans un aliment pour chien en croissance alors que limité dans un aliment pour chien senior.

Les aliments Premium sont des aliments composés d’ingrédients de qualité.

Les ingrédients qui constituent les aliments Premium sont des ingrédients qui sont approuvés pour l’alimentation humaine. Ce sont donc des aliments de qualité et pas des « viandes et sous produits animaux » comme dans des aliments lambda.

De plus, les procédés de fabrication ces aliments, depuis la matière première jusqu’à la réalisation de la croquette, y compris son emballage sont des procédés de qualité. Les graisses sont sélectionnées (éliminations des graisses en excès et conservation des acides gras essentiels), les vitamines sont préservées, …

Et comme les ingrédients sont de qualité, la digestibilité est meilleure, ce qui induit (j’en ai déjà parlé) que l’animal produira moins de selles. Et sincèrement, pour les propriétaires citadins, c’est réellement un plus!

Et on ne peut sincèrement pas dire que l’aliment Premium est beaucoup plus cher qu’un autre car, je le rappelle aussi, comme les ingrédients sont de très bonne qualité, la quantité journalière à donner à son chien peut varier du simple au double quand on compare un Premium avec un bas de gamme … il faut donc ramener le prix non pas au kilo d’aliment mais au prix quotidien en fonction des quantités à donner à son chien ou son chat.

Je ne sais plus quelle pub disait « ce qu’il fait à l’extérieur se voit à l’intérieur » mais c’est réellement ça :

– le pelage du chien est plus beau et plus brillant

– l’aliment est hyperdigestible donc plus de problèmes de diarrhée, de vomissements, de flatulences (oui, désolée, c’est très pipi caca aujourd’hui!), …

– moins de risques d’allergies alimentaires

– l’aliment Premium prévient le risque de vieillissement prématuré des fonctions hépatiques et rénales

Bref, l’aliment Premium, l’essayer, c’est l’adopter, parce que nos compagnons le valent bien! (c’est la journée officielle des références pub aujourd’hui!)

Publicités

6 Réponses to “L’alimentation de gamme Premium”

  1. Corinne d'Auxivet 24 août 2011 à 13:25 #

    Merci pour ce complément ;)

  2. anna 12 juillet 2012 à 01:45 #

    Sur certaines marques de croquettes des grandes qualités ont beaucoup de taurine… a quels stade est ce vraiment dangereux?

  3. whitecat 12 juillet 2012 à 12:17 #

    Les croquettes de supermarché sont à proscrire totalement.
    Les croquettes « premium » sont certes mieux équilibrées mais leur composition manque encore de transparence. Le premier ingrédient est celui qui domine en pourcentage dans la composition mais rarement son pourcentage n’est indiqué. Elles ont encore un fort taux de céréales. Quel en est l’intérêt ?
    Si on additionne tous les pourcentages, on n’arrive pas à 100% de la composition. Le reste ne serait-il pas le taux de glucides… qui serait énorme ?
    Je trouve également que les croquettes sont un aliment trop sec (10% d’humide dans les meilleurs cas). Pour compenser un chat de 4 kg devrait boire 250 mL d’eau par jour et c’est rarement le cas. C’est bien là le plus gros défaut d’une telle alimentation.
    Si je prends le cas d’une croquette dite « premium » que mon vétérinaire m’a conseillée et dont voici la composition :
    « Ingrédients : protéines de volaille (déshydratées), maïs, isolat de protéines végétales*, gluten de maïs, lignocellulose, graisses animales, protéines animales (hydrolysées), pulpe de betteraves déshydratées, minéraux, levures, huile de poisson, fructo-oligosaccharides, huile de soja ».
    – protéines de volaille => quels morceaux de la volaille sont utilisés ? Les os, les abats, les plumes, becs sont-ils incorporés dans la composition ou la viande est-elle désossée avant ? Quel est le pourcentage de volaille contenu ?
    – maïs : une céréale en 2ème position. Une des céréales qui comporte le plus de risque de mycotoxines. Depuis quand un carnivore mange-t-il autant de céréale ? Quel est le pourcentage de maïs utilisé ?
    – isolat de protéines végétales : Une farine végétale est produite. Elle subit des transformations permettant de la déshuiler. Le but de cette manipulation est d’obtenir une farine contenant environ 1 % de lipides en décortiquant au maximum les graines et en évitant une dénaturation des végétaux. Cette farine obtenue contient alors plus de 90 % de protéines. L’isolat est la dernière étape qui consiste à purifier encore plus la farine jusqu’à obtenir un produit contenant près de 100 % de protéines. L’isolat est donc un concentré de protéines.
    – gluten de maïs : la farine de gluten de maïs est le sous-produit après la fabrication de sirop de maïs ou d’amidon, et est le résidu séché après le retrait du son, du germe et de l’amidon. « Premium », vous dites ?
    – pulpe de betteraves déshydratées : J’espère que le sucre a été retiré ? Je trouve curieux de retrouver un tel ingrédient. Seul les ruminants sont capables de le digérer, non ? Mais c’est vrai que c’est un aliment bon marché issu des résidus de l’industrie sucrière. Pour des croquettes premium…
    Si on en vient à l’analyse :
    protéines (et non digestible, dommage !) : 37%
    graisse brute (et non digestible, dommage !) : 12%
    cendre brute (et non digestible, dommage !) : 8%
    humidité : 5.5%
    fibre brute (et non digestible, dommage !) : 6.1%
    calcium : 1.1%
    phosphore : 1%
    magnésium : 0.08%
    On arrive à 70.78%. Que sont les 30% restants ? Des glucides ?
    Conclusion : Où est la transparence ?

    Pour moi, les croquettes, même haut de gamme, sont un aliment fast food, pratiques mais pas sans risque. C’est un vrai marché, qui mériterait beaucoup plus de contrôle. Le profit est visiblement plus important que la santé de nos poilus.

    Personnellement, je préfère préparer moi-même des rations ménagères à mes chats.

  4. whitecat 6 avril 2014 à 19:54 #

    Bonjour,
    Je relance de billet.
    On entend tout et son contraire sur internet. Pourriez-vous nous dire clairement quelle est la formation que les vétérinaires reçoivent au cours de leurs études concernant la nutrition féline ?
    Combien d’heures de formation au total et suivant quelles modalités ?
    Par qui est-elle prodiguée ?
    Cette formation est-elle continue ?
    Cordialement whitecat
    NB : J’attire aussi votre attention sur ce document : https://docs.google.com/viewer?url=http://ekladata.com/-1P-WfGXyUcTQNDlNqNbu9fTE7g/Waltham-Symposium-20-pages-V121.pdf&chrome=true

    • Vet and the City 7 avril 2014 à 09:24 #

      Je serais bien incapable de vous dire combien d’heures de cours de nutrition j’ai du « manger » durant mes études (ça commence à dater!). Tout ce que je peux vous répondre c’est que j’ai eu BEAUCOUP d’heures de formation, toutes espèces confondues, étalées sur ma 4ème et 5ème année (la 6ème et dernière année étant – à mon époque – une année essentiellement pratique, de stages) avec les Professeurs Istasse et Diez, à la FMV de Liège (Belgique). Je pense donc sincèrement avoir été correctement formée sur le sujet!

Trackbacks/Pingbacks

  1. Hier soir sur M6 dans CAPITAL « Vet and the City - 9 juillet 2012

    […] Voilà l’article que j’avais écrit à ce sujet : ICI. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :