Le cobaye (Cochon d’Inde) et la vitamine C

19 Oct

Les Cobayes ne synthétisent pas eux même la vitamine C et ils ne la stockent pas … ils sont donc très sensibles aux carences en vitamine C (ou scorbut). Cette carence peut s’avérer mortelle à la longue…

Leur besoin quotidien en vitamine C est de 20 mg/kg chez l’adulte. Il faudra tripler cette dose chez certains d’entre eux, car les besoins sont de 60 mg/kg chez les jeunes en croissance, les adultes malades et les femelles en gestation ou en lactation, lors d’une baisse d’appétit ou lors d’un traitement médicamenteux.

Quelles sont les conséquences et quels sont les symptômes des carences en vitamine C?

  • Troubles dermatologiques : des plaies cutanées, un poil terne, une mauvaise cicatrisation
  • Troubles de l’état général : baisse de l’état général, perte de tonus, prostration extrême, perte de poids, retard de croissance
  • Troubles locomoteurs : atteintes musculaires, polyarthrites, pododermatite (infection/inflammation et plaies de la face plantaire des pattes)
  • Troubles buco-dentaires : gingivites, mal occlusion dentaire, saignements gingivaux, baisse d’appétit, chute de dents, déglutition difficile

Dermatite podale. Source : http://veterinairehenin.skynetblogs.be

 

Que faire?

Il faut absolument combler ses besoins en vitamine C par un apport extérieur. Et comme toujours : mieux vaut prévenir que guérir!

1.   Donnez lui toujours préventivement un aliment riche en vitamine C, de type Rongis Cobaye.

2.   Donnez lui systématiquement des compléments en vitamine C. Sous forme de gouttes ou de comprimés. Sachez cependant que la vitamine C est très sensible à la lumière et finit par s’oxyder et « s’évaporer ». Donnez toujours de la vitamine C pure, et pas un mélange multivitaminé.

Si vous optez pour la solution en gouttes, gardez le flacon à l’abri de la lumière et administrez lui la vitamine C de préférence directement dans la bouche, au prorata de son poids, et à l’aide d’une petite seringue de 1ml sans aiguille.

En effet, en plaçant les gouttes dans le biberon, la vitamine C sera rapidement dégradée par la lumière et ne sera donc plus absorbée sous sa forme active. Si vous n’arrivez vraiment pas à lui donner les gouttes directement en bouche à l’aide d’une seringue, protégez le biberon de la lumière en le recouvrant entièrement de scotch opaque, mais sachez que ce n’est pas la solution idéale.

En quelle quantité donner les gouttes directement dans la bouche?

Notez le dosage des gouttes que vous achetez et lancez vous dans une sympathique règle de 3.

Je vous conseille ici les gouttes Virbac Vitamine C Cobaye mais le principe est évidemment le même avec une autre marque. Celles ci sont dosées à 3g de Vitamine C par 100ml. Sachant qu’il faut un apport de 20mg/kg chez l’adulte, si votre cobaye pèse 1kg (poids d’une femelle moyenne), vous devrez lui donner environ 0,6ml/jour…

Allez, je vous explique! Dosage des gouttes Virbac : 3 g par 100 ml = 3000 mg par 100 ml. Sachant qu’un cobaye adulte de 1 kg a besoin de 20 mg/kg, il a donc besoin de 20 mg par jour de vitamine C. Si il y a 3000 mg de vitamine C dans 100 ml de gouttes, il faudra lui donner (100 ml x 20 mg)/ 3000 mg = 0,6 ml par jour. Mais si, c’est facile!

N’oubliez pas que si l’animal est en convalescence, malade ou sous traitement médicamenteux, si c’est une femelle en gestation ou en lactation, ou si c’est un jeune animal en croissance, cette dose doit être multipliée par trois!!!

Et on lui donne ses gouttes directement, à l’aide de la seringue, dans la bouche.

 

3.   Donnez lui également occasionnellement des fruits et légumes riches en vitamine C, comme un petit morceau d’orange, de kiwi, de poivron rouge, … Je dis « occasionnellement » car ces aliments sont également très riches en eau, et peuvent être source de troubles digestifs (diarrhée). Ne leur en donnez donc pas systématiquement. Mieux vaut en apporter par gouttes ou comprimés.

4.   En cas de carence avérée, donnez d’office une triple dose pendant 10 jours tous les jours, puis une dose classique de 20mg/kg/jour comme expliqué ci-dessus. Ainsi que, toujours, un aliment sous forme de pellets enrichis en vitamine C (Rongis Cobaye par exemple). Et n’oubliez pas les fibres par un apport quotidien de foin.

Advertisements

Une Réponse to “Le cobaye (Cochon d’Inde) et la vitamine C”

Trackbacks/Pingbacks

  1. La pododermatite (ou dermatite podale) du cochon d’Inde « Vet and the City - 3 septembre 2011

    […] Une complémentation en vitamine C sera également indispensable. Je vous renvoie à un précédent article Vet and the City dans lequel je vous parlais déjà du Cobaye et des carences en vitamine C. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :